J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 7 – Chapitre 157 – Partie 1

***

Chapitre 157 : Les larmes d’une lignée

Partie 1

[Point de vue d’Ayuseya]

Ça a fait mal ?

Oui.

Était-ce quelque chose que je souhaitais ?

Non.

Alors pourquoi ai-je laissé faire ? Pourquoi ai-je laissé ce bâtard tuer ces Draconiens innocents ? Même s’ils n’étaient que des hôtes vivants pour sa malédiction diabolique, ils faisaient toujours partie de ma famille… Il est vrai qu’ils faisaient partie de la famille que j’ai rejetée, mais même ainsi, je ne pouvais pas nier leur existence puisqu’eux-mêmes ne m’avaient jamais rien fait de mal. Ils n’étaient pas mes ennemis, ils n’étaient pas non plus mes amis, mais les laisser mourir simplement parce que ce monstre de dragon pense qu’ils n’avaient pas le droit de vivre, c’est trop.

Combien d’enfants ont fini par ne jamais voir leur propre avenir ? Combien d’hommes ont été poussés vers des actes immoraux par un être qu’ils ne pouvaient pas comprendre et pour des raisons qu’ils ne pouvaient même pas commencer à comprendre ? Combien de mères ont été séparées de leurs enfants ou peut-être… n’avaient-elles pas eu le droit d’être conscientes du fait qu’elles avaient donné naissance à un enfant ?

Il était difficile de trouver une réponse à de telles questions lorsqu’elles échappaient même à mon mari, Illsyore.

Ils n’auraient pas dû mourir comme ça. Ils n’auraient pas dû être torturés de cette façon et privés de tous les droits qu’ils avaient… même celui de la libre pensée. Le simple fait de penser à tout cela et de me rappeler qu’ils étaient peut-être mes cousins, mes tantes ou mes neveux avait déclenché une douleur aiguë au plus profond de mon cœur.

Ainsi, une paire de larmes de cristal coula le long de mes joues, cachée du monde derrière le masque de métal noir qu’Illsy m’avait fabriqué. Je lui en étais reconnaissante, et en même temps, j’avais souhaité que cela n’en arrive pas au point où je devais l’utiliser.

Peu importe à quel point j’avais eu le cœur solide, il y avait toujours des choses qui finissaient par me faire mal, que je le veuille ou non. Pourtant, ce sentiment de douleur dans mon cœur avait également donné naissance au puissant désir de ne pas laisser cette atroce tragédie se reproduire à l’avenir.

« Que les feux me lèchent la peau alors que j’enflamme mes ennemis… » J’avais parlé dans un murmure alors que mon armure s’était couverte de feu magique.

« Pensez-vous vraiment qu’un tel tour de passe-passe va effrayer le grand empereur Dragon ? » demanda Draconius, le monstre de mon sang, avec un sourire sur les lèvres, mais ses paroles entraient par une oreille et sortaient simplement par l’autre.

Il y a encore de la douleur dans mon cœur… Je regrette de ne pas pouvoir sauver ceux d’en bas… La culpabilité d’avoir fui et de les avoir laissés derrière… La colère de ne pas l’avoir su plus tôt, de ne pas avoir été plus forte plus tôt, de ne pas avoir su quand il était temps de changer Teslov… Est-ce que je mérite au moins de ressentir du regret et de la culpabilité pour cela ? Est-ce que je mérite même d’être en colère contre quelque chose que j’ai soi-disant abandonné cette nuit-là au sommet de cette montagne ? m’étais-je demandé, en regardant cette mauvaise excuse de draconien.

Il a volé les pouvoirs et la vie des autres par le biais de la magie noire et les a ensuite utilisés pour se renforcer. Un monstre égoïste qui ne sait qu’apparaître comme puissant, mais ne sait pas ce qu’était le vrai pouvoir.

Il y a longtemps, j’aurais peut-être considéré ces actes dégoûtants comme acceptables, mais maintenant… Je ne pouvais plus penser comme ça.

Un pays n’avait pas besoin de quelqu’un qui soit prêt à les sacrifier pour le profit égoïste du dirigeant. Un pays était là pour apporter la prospérité et la joie à tous ceux qui vivaient sur ses terres, qu’ils soient nobles ou roturiers. La différence entre les deux était insignifiante. L’un cultivait les terres, l’autre les arts. La famille royale n’était ni plus ni moins que le superviseur de tout cela. Pourtant, d’une certaine manière, il semblait que nous avions tous oublié cela.

Même moi, je l’avais fait, mais j’avais eu la chance qu’on me le rappelle petit à petit. La première gifle que j’avais reçue remonte à l’époque où Illsyore avait maudit le deuxième prince du royaume d’Aunnar. Ses paroles à l’époque concernant la lignée des nobles et des royaux étaient aussi vraies qu’elles pouvaient l’être, et cela avait prouvé que la monarchie était exactement comme nous souhaitons actuellement nous organiser.

Sur le continent de Sorone, il y avait d’autres formes de gouvernement, et d’après ce que Nanya m’avait dit, les démons eux-mêmes, dans l’Empire démonarkien, avaient une méthode différente pour se gouverner. Les forts détenaient le pouvoir, ils étaient respectés, mais ils n’agissaient pas comme ils le voulaient. Il y avait des règles appliquées par tout le monde, et une structure sociale que tout le monde suivait. Passer d’un roturier à un noble n’était pas un rêve là-bas, même la possibilité de devenir le Seigneur de la Cité quelque part.

C’est pourquoi, tout en sachant tout cela, je pouvais déclarer sans ambages devant Draconius les mots suivants. « Vous n’êtes pas digne de la couronne que vous portez. »

« Comme si quelqu’un comme vous pouvait le dire ! » Il me répondit, mais le regard qu’il me lança était rempli de haine et de dégoût.

« Vous vouliez le pouvoir ? Ici… Je vais vous montrer le pouvoir. » Lui avais-je dit et ensuite, j’avais activé un simple [Boost].

Dans l’instant qui avait suivi, l’air autour de moi avait commencé à tourbillonner, et l’énergie magique avait afflué dans mon corps, amplifiant toutes mes statistiques, mais grâce à mon armure, elle n’était pas aussi impressionnante que la sienne. Cependant, s’il était assez intelligent, il aurait dû être capable de dire que j’étais bien plus puissante que lui.

« Jets. » Avais-je dit en appelant les deux pièces d’équipement supplémentaires qui pouvaient se connecter aux fentes sur mon dos.

Avant qu’il ne puisse commenter, j’avais utilisé ces jets et j’avais volé droit sur lui. Le mur du son s’était brisé après mon premier pas, libérant un puissant boum sonique. Illsy nous avait appris ces choses pendant son temps libre. Mieux nous comprenions ce qu’il appelait la « science », mieux nous pouvions utiliser notre magie. Après tout, la science n’était qu’une activité intellectuelle et pratique qui nous permettait de mieux comprendre le fonctionnement du monde qui nous entoure. Savoir que certains exploits magiques pouvaient être réalisés sans utiliser l’énergie magique et simplement grâce à l’utilisation judicieuse de ce qu’Illsy appelait « les lois de la physique » avaient été une découverte remarquable pour moi.

Ainsi, je savais que lorsque j’étendrais mon poing à cette vitesse, je causerais plus de dégâts à mon adversaire que si je restais immobile, et grâce à mon armure, je n’aurais pas non plus besoin de dépenser trop d’énergie, ce qui me permettrait de me battre plus longtemps.

Quand je l’avais atteint, je lui avais donné un coup de poing dans l’estomac, l’envoyant voler à travers le mur.

Draconius avait aspiré de l’air alors que son Armure magique commençait à se fissurer. La force avec laquelle cela avait brisé le matériau enchanté de cette pièce était assez puissante pour le faire craquer puis s’effondrer, ce qui avait provoqué un énorme trou qui s’était propagé du mur derrière le trône jusqu’au plafond.

En dessous de nous, les gardes draconiens s’étaient dispersés comme des insectes, tandis que les Suprêmes qui avaient franchi les portes faisaient maintenant face à mon mari.

Mais je ne m’étais jamais concentrée sur eux, mes yeux ne suivaient que Draconius. J’avais volé après lui, car il s’était réfugié dans le ciel pour tenter de retrouver ses forces et de réparer son Armure magique. Nous flottions tous les deux à une cinquantaine de mètres au-dessus du plafond détruit. Le Palais des Pleyades baignait dans la lumière de la nuit, ou plutôt… il ne faisait pas encore nuit, juste très sombre dehors, presque comme si la lumière du soleil avait été aspirée par un monstre.

C’est peut-être un effet secondaire de l’utilisation d’une puissante malédiction de magie noire comme celle-là ? Ce ne serait pas surprenant, vu le sentiment de tristesse que cela donne à toute cette région, avais-je pensé.

« Comment ? » demanda Draconius en toussant et en me regardant fixement. « Vous ne devriez pas avoir un tel pouvoir ! » cria-t-il en me désignant du doigt.

« … » Je n’avais pas répondu, mon attention se portait sur les données affichées sur l’écran à l’intérieur de mon casque.

« Il y a des milliers d’années, j’étais au sommet de ma force, mais ensuite… j’ai rencontré cette femme exaspérante ! Une démone qu’elle prétendait être… et qui s’appelait Akardia. Elle s’est battue contre moi, et je n’ai vu en elle qu’une femme stupide prétendant être forte. J’aurais dû gagner… mais… mais… COMMENT MOI, LE GRAND ET PUISSANT DRACONIEN, J’AI PU PERDRE !? » Il avait crié, puis, rassemblant la magie dans ses deux paumes, il m’avait lancé une [Lance de magma] et une [Lance de vent foudroyante].

Ces deux sorts étaient des sorts de rang Empereur qui combinaient divers éléments. Il ressemblait à un puissant éclair enfermé dans une lance fabriquée à partir d’un vent violent qui s’écoulait autour de lui en parfaite forme.

En restant avec Illsy et en pratiquant ma magie avec mes sœurs-épouses, j’avais appris que la magie en général était un type d’énergie fortement influencé par la façon dont chacun de nous voyait les éléments et ce que nous savions d’eux. Ainsi, une personne ayant une connaissance approfondie du fonctionnement du monde pouvait lancer des sorts simples comme [Boule de feu] qui se révélait bien plus puissant que ceux lancés par quelqu’un qui venait de prendre un livre de magie.

J’étais bien consciente du fait qu’à un moment donné de l’entraînement, un individu pouvait facilement jeter un sort sans avoir à dire son nom ou à crier son chant. Tous les membres de la famille Deus, à l’exception des plus petits, pouvaient le faire, donc avec le temps, j’avais aussi appris à quel point un sort pouvait être puissant en fonction de son apparence, de la vitesse à laquelle il était lancé ou de l’ampleur du résultat final.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire