J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 7 – Chapitre 150 – Partie 2

***

Chapitre 150 : L’île fantôme

Partie 2

Lorsque l’horloge avait sonné minuit, le passeur était arrivé, poussant un petit bateau qui semblait usé par les intempéries et fragile comme une petite brindille séchée. Derrière lui, un sinistre brouillard blanc le suivait, le cachant des yeux curieux des spectateurs.

Le bateau s’était arrêté au quai, le bruit du bois qui frappait contre le bois était comme un sinistre salut qui faisait savoir à tout le monde qu’il était arrivé. Sans retirer le capuchon de sa longue cape sale et déchirée, le passeur abaissa son bâton dans l’eau et s’appuya contre lui, bien qu’il eût dû être impossible pour quiconque de le faire. Quand j’avais jeté un coup d’œil en bas, je ne voyais pas du tout le fond, mais son bâton ne faisait pas plus de cinq mètres de long au maximum.

« Allez-vous me porter jusqu’à l’île fantôme ? » avais-je demandé.

« 200 000 goldiettes…, » dit le passeur sans me regarder.

Le prix était ridicule, mais ce n’était pas comme si je payais avec mon propre argent. Toutes les pièces que j’avais lâchées dans son bateau avaient été prises dans les nombreuses cachettes que j’avais « visitées » en cours de route. Le nombre total de pièces s’élevait à 247 051 pièces. Il me restait une somme décente, suffisante pour m’acheter un titre de noblesse dans n’importe quel pays.

« Celui-ci a reçu son paiement. Celui-ci emmène le client à destination, » dit-il, puis il agita la main, m’invitant à avancer.

J’étais montée sur son petit bateau et je m’étais assise sur le siège en bois qui grinça. Mon regard s’était posé sur cet étrange individu, mais ce que j’avais vu m’avait donné un frisson dans le dos. Ses yeux étaient une paire de flammes bleues, sa chair avait disparu depuis longtemps, ne laissant derrière elle qu’un squelette blanc griffé et battu par le temps qui passait. C’était un mort-vivant doté d’une volonté, mais l’aura qu’il dégageait n’était pas si simple.

Est-ce une Liche ? Ou peut-être quelque chose de plus élevé ? Je doute qu’il soit plus puissant qu’un squelette créé par Illsyore, mais il est vraiment unique. J’avais pensé cela alors que je pouvais sentir une lueur d’intelligence dans ce sac d’os.

« Avez-vous été maudit ? » avais-je demandé.

Il s’était arrêté de bouger et m’avait regardée avec ses yeux sinistres.

« Vous êtes le premier à deviner correctement…, » dit-il, puis il continua à pousser le bateau.

« Un nécromancien ou un dieu ? » demandai-je.

« Dieu…, » répondit-il.

Je n’avais pas poussé plus loin mes questions et j’étais plutôt restée silencieuse, écoutant les douces vagues qui éclaboussaient la coque de ce petit bateau.

Environ trois heures plus tard, le passeur avait déclaré. « Nous sommes arrivés à l’île fantôme. »

Lorsque je m’étais retournée pour regarder ma destination, j’avais vu le brouillard se dissiper sur les côtés, me permettant de voir cet endroit dans toute sa grandeur. Au loin, trois pics montagneux se dressaient fièrement et fermement au sommet d’un terrain rocheux et aride. Il n’y avait ni arbres ni herbe où que vous regardiez, ce qui donnait l’impression d’un territoire abandonné marqué par la mort et la désolation.

Tout autour de l’île, des rochers pointus dirigés vers l’extérieur formaient une barrière infranchissable que ni le navire ni le monstre ne pouvaient traverser. Seul un petit et long quai osait faire passer une ligne à travers ces dents dentelées, une ligne de sécurité pour tous ceux qui voulaient mettre un pied sur l’île, mais elles étaient si bien cachées parmi tous ces rochers, que sans le passeur, même moi, j’aurais eu beaucoup de mal à le trouver.

Cet endroit me donnait l’impression qu’aucun être vivant n’osait poser le pied sur ce sol maudit, et encore moins y vivre pendant d’innombrables années.

Le choc du bateau contre le bloc de la jetée avait annoncé qu’il était temps pour moi de descendre.

Une fois que j’avais mis le pied sur la jetée, le passeur avait incliné la tête et avait repoussé le bateau, retournant dans le brouillard dense. Il n’était qu’une âme solitaire maudite pour amener les voyageurs d’un endroit à l’autre. Je ne connaissais même pas son histoire, mais je n’avais pas envie de la découvrir.

« Je suis enfin là…, » avais-je dit. Puis, j’avais poussé un soupir.

Cette île possédait une étrange présence dominatrice qui me donnait des frissons, presque comme si elle déclarait que je n’étais rien d’autre qu’un petit insecte qu’elle pouvait écraser d’un simple coup de poignet. Les vents hurlaient à travers les rochers déchiquetés, me criant de m’enfuir. Les vagues de l’océan s’écrasaient contre cette jetée en bois comme un monstre affamé essayant de dévorer un morceau juteux.

Il semblait stérile et sans signe de vie, inamical comme un diable né pour déchiqueter les vivants et ensuite rire alors que leurs âmes gémissaient de désespoir. Les vents étaient sa voix et ils me menaçaient de mort, ils m’avertissaient de la douleur, et ils se moquaient de moi comme si j’étais l’être vivant le plus faible du monde.

« Peu importe combien vous hurlez ou rugissez, vous ne pouvez pas me faire tomber, » avais-je dit alors qu’un sourire moqueur s’était formé sur mes lèvres.

Avec une confiance inébranlable, je m’étais avancée et j’avais marché le long du chemin vers l’île, ignorant les vents qui fouettaient ma peau et les vagues qui essayaient de me faire tomber du quai. Les monstres cachés sous les eaux noires avaient remarqué ma présence, mais ils avaient aussi senti qu’ils n’étaient pas de taille face à moi. Même s’ils se rassemblaient tous et m’attaquaient en même temps, ils ne pourraient même pas égratigner mon Armure magique.

En faisant un pas sur le rivage, j’avais regardé le ciel nuageux, puis de nouveau les vents hurlants et la mer tonitruante. La barrière naturelle érigée autour de cette île aurait empêché la plupart des gens d’y débarquer. L’épais brouillard qui l’entourait aurait également rendu très difficile pour les autres de la repérer.

« Pas étonnant qu’ils l’appellent l’île fantôme, personne n’oserait faire un pas ici, mais avant de pouvoir le faire, il faudrait d’abord la trouver, » avais-je dit en me moquant.

En tournant mon regard vers le vaste terrain vague qui s’étendait devant moi, j’avais commencé à concentrer mon énergie au cœur de mon corps, me préparant à jeter un sort non seulement puissant, mais aussi très complexe. Quand j’étais une simple Poupée Brisée, je n’aurais jamais pu imaginer qu’un jour je serais capable de faire quelque chose comme ça. C’était un sort unique, conçu avec l’aide de mon mari et personnalisé spécialement pour moi.

Je n’étais pas du genre à me concentrer sur ma force ou ma vitesse, je ne me souciais même pas de ma propre endurance, mais ce qui m’importait, c’était la furtivité. Bien que mes parents aient donné naissance à une fille noble et qu’ils aient souhaité que je grandisse en tant que telle, après 27 ans d’entraînement et de travail comme assassin, mes compétences et mon tempérament avaient déjà été sculptés par eux.

Ainsi, mon choix de compétences avait favorisé les tactiques de frappe puis de fuite, l’espionnage et les assassinats rapides.

« [Par-dessus les clones]. » avais-je murmuré et en même temps j’avais libéré la quantité massive d’énergie magique stockée en moi.

Avec ces quelques mots, j’avais activé ma compétence suprême. Bien qu’elle n’ait pas la puissance de feu effrayante que possédait Ayuseya [La colère des dieux sans âge], le sort avait créé un certain nombre de copies exactes de moi-même. Jusqu’au dernier détail, mes clones ne pouvaient pas être distingués de l’original. Ils pouvaient respirer et gémir, ils pouvaient manger et dormir, ils pouvaient se briser les os et même saigner. Même Illsy avait du mal à distinguer l’un de mes clones de moi-même, et pourtant nous n’avions tous qu’un seul esprit, le mien. Ce qu’ils avaient vu, je l’avais vu. Ce qu’ils avaient ressenti, je l’avais ressenti. Ce que j’avais ordonné, ils avaient obéi.

Cette compétence, combinée à ma compétence de rang divin pour créer des objets à partir d’énergie magique pure, m’avait permis d’avoir ma propre armée équipée jusqu’aux dents et prête à combattre d’une manière qui ferait réfléchir n’importe quel ennemi à deux fois avant d’attaquer. Nanya pouvait augmenter notre force, Ayuseya pouvait causer des dommages au-delà de toute mesure, Zoreya pouvait nous défendre tous, et Tamara était un éclair. Elles avaient toutes un pouvoir individuel, tandis que moi, j’avais une armée…

« Il est temps de chasser, » nous avions toutes les seize déclaré cela en même temps.

Le sourire aux lèvres, nous nous étions séparés et avions couru dans différentes directions. L’original, moi, était équipée de la puissante armure et de la dague d’Illsyore. Ces équipements futuristes dépassaient de loin l’imagination de tout artisan. Même maintenant, je me souvenais de mon étonnement lorsqu’il nous les avait révélées. Bien que Nanya et Ayuseya les aient pris comme acquis, probablement que seules moi et Zoreya pouvions dire à quel point ces outils changeaient la donne.

Si l’on pouvait mettre la main sur eux et parvenir d’une manière ou d’une autre à recréer leur technologie, ils seraient en mesure de dominer le monde. Je n’avais même pas le moindre doute à ce sujet.

En même temps, l’armure et l’arme d’Illsyore étaient la seule façon de me distinguer, moi l’original, du reste de mes clones. Cette compétence était aussi bonne quand je le voulais… ahem, afin d’épuiser Illsy, mais ils avaient malheureusement un gros défaut.

Tous mes Clones Supérieurs étaient des copies exactes de moi-même, mais cela ne signifiait pas qu’ils pouvaient copier ma réserve d’énergie magique originale. Celle-ci avait donc été divisée en conséquence. Ainsi, à l’heure actuelle, je n’avais que le seizième de ma réserve originale, mais elle me suffisait pour lancer quelques sorts Suprêmes réguliers et me renforcer avec un boost et une puissante Armure Magique.

Mais j’étais censée utiliser cette compétence pour repérer et exploiter la faiblesse de mon ennemi. Je n’avais aucun désir d’affronter un ennemi puissant face à face. Si besoin était, je pouvais le jeter à Nanya. Elle n’aurait jamais hésité à se procurer un nouveau sac de sable.

Avant que moi, l’original ne m’enfonce plus profondément dans l’île, j’avais pris un moment pour sortir le petit appareil qu’Illsy m’avait donné quand j’aurais ressenti le besoin de l’appeler. Je l’avais regardé et je l’avais pesé dans ma paume. Il était si fragile que je devais m’assurer de ne pas le casser accidentellement.

Il m’a dit de l’appeler si jamais j’avais besoin de lui… J’avais réfléchi et puis j’avais fermé les yeux. Ai-je besoin de lui maintenant ? Je me l’étais demandé et à travers les yeux de mon huitième clone, j’avais vu comment je m’étais faufilée derrière un garde de patrouille. Je m’étais glissée derrière lui et je lui avais tranché la gorge avec mon poignard. Son corps était tombé dans mes bras, puis je l’avais traîné hors de vue. Le sixième clone avait rencontré une paire d’assassins balbutiant à moitié saouls. Je ne leur avais accordé aucune pitié et je leur avais tranché la gorge avant qu’ils n’aient eu la chance de crier.

J’avais ouvert les yeux et j’avais regardé l’appareil dans ma main. Alors que mes seize clones étaient en train de tuer chacun des individus qu’ils rencontraient, j’avais décidé d’appuyer sur le petit bouton de ce truc et de l’appeler.

Je ne pense pas que j’ai besoin de son aide, mais peut-être… Je peux lui demander de prendre tout le butin de cette île comme il l’a fait pour l’île des pirates, avais-je pensé et ensuite j’avais placé l’appareil dans mon cristal de stockage.

Il n’y avait pas d’urgence pour moi, l’original. Je m’étais dirigée vers le cœur de l’île, marchant d’un pas lent tandis que les Super Clones tuaient dans un silence absolu chaque assassin de cette île, quels que soient son espèce, son âge ou son sexe. Ce n’était pas comme s’il y avait des innocents ici… Ceux qui, comme moi, n’avaient jamais mis un pied dans cet endroit. Alors que ceux qui étaient nés dans les rangs des assassins avaient été conditionnés comme tels dès le moment où ils pouvaient parler, avaient subi un lavage de cerveau pour adorer leur maître, avaient été entraînés à tuer et n’avaient jamais montré leurs propres émotions.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire