J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 7 – Chapitre 144 – Partie 2

***

Chapitre 144 : La disparition de Solstark

Partie 2

« Vous exigez ? » Le démon se retourna vers son ami près de la porte et tous deux éclatèrent de rire. « Madame, personne ne demande rien au Seigneur Solstark ! Si sa grâce exige quelque chose de vous, nous vous le ferons savoir ! Maintenant, partez d’ici avant de regretter de vous être réveillée ce matin ! » Il me menaça en posant sa main sur la garde de son épée.

Il était clair pour moi que ce Duc du Chaos avait une approche impolie lorsqu’il s’agissait d’étrangers et de visiteurs dans sa ville. Si Maman était là à ma place, elle les aurait tués sur le champ.

Ou du moins, c’est ainsi que je pensais qu’elle allait réagir.

D’autre part, je n’avais pas envie de les tuer juste pour ça.

J’avais montré un sourire à ce garde et lui avais ensuite donné un coup de poing dans l’estomac avant qu’il ne puisse réagir. Alors que je l’attrapais par le visage, je l’avais ensuite frappé sur son ami et les avais envoyés tous les deux s’envoler dans le mur du château. Toute l’action s’était déroulée en un clin d’œil.

« La prochaine fois que vous ouvrirez la bouche, demandez à qui vous vous adressez, » avais-je dit au démon avant qu’il ne perde connaissance.

Une fois ces deux personnes hors du chemin, je m’étais approchée de la porte et je l’avais frappée. La force derrière mon poing était assez puissante pour briser des montagnes. Cette porte métallique, bien qu’enchantée par certains des meilleurs mages que Solstark ait pu trouver, n’avait pas pu résister et elle s’était pliée vers l’intérieur jusqu’à ce que les charnières se brisent. Avec un bruit sourd, elle tomba de l’autre côté.

Immédiatement, plusieurs démons s’étaient précipités dehors, tandis que deux autres avaient sauté du mur. Leurs armes n’étaient pas gainées et certains d’entre eux étaient même en train d’invoquer leurs sorts.

« Quelle réception de bienvenue impolie ! » Je m’étais moquée d’eux en battant la queue en l’air, ce qui avait fait entendre un grand boum.

« Qui êtes-vous ? Identifiez-vous, criminel ! » l’un des plus courageux avait exigé cela.

« Moi ? N’est-ce pas évident, espèce de mauviette ? » Bien sûr que non, et je savais cela. « Je suis Nanya Demonarkiar la 2e Deus, la fille d’Akardia Demonarkiar ! » avais-je dit en riant puis j’avais immédiatement fait apparaître seize petites boules de feu qui flottaient au-dessus de moi, tournant en cercle.

« Quelle terrifiante énergie magique…! » déclara l’un d’eux en levant son épée pour se défendre de mon attaque.

« Elle ment manifestement ! Attrapez-la ! » cria le démon qui portait la meilleure armure parmi eux.

Maintenant que je les avais mieux regardés, il semblerait qu’il y ait une différence à la fois dans la qualité de leurs armures et dans le nombre d’enchantements qu’ils portaient. Les soldats qui faisaient office d’avant-gardes avaient des plaques plus épaisses sur leurs armures, portaient des boucliers et utilisaient des lances comme armes. Les soldats qui agissaient comme contrôleurs de foule ou comme assaillants à distance avaient des plaques fines et brandissaient des bâtons, des arcs ou des épées courtes.

En me basant sur l’apparence qu’ils avaient, j’avais deviné que les grades supérieurs avaient plus l’air de porter des armures et des armes de style unique. Celui qui m’avait traitée de menteuse avait une armure à plaques gravées en or.

Les soldats s’étaient déplacés aux ordres du démon et ils s’étaient avancés. Ils semblaient prêts à attaquer, prêts à m’abattre, mais ils sous-estimaient tous fortement la puissance de mes petites boules de feu.

J’avais relâché mes sorts pour rencontrer ceux des lanceurs de sorts ennemis tandis que deux d’entre eux avaient explosé devant les avant-gardes. Une série de puissantes explosions avait secoué la cour et un énorme nuage de poussière s’était élevé dans l’air. Grâce à cette diversion, je m’étais rapprochée d’eux et j’avais commencé mon attaque.

Un seul coup de la paume ou du poing avait suffi pour briser leurs armures magiques et les envoyer voler dans les murs ou à l’extérieur du château. En un clin d’œil, tous les démons qui m’entouraient étaient tombés au sol, inconscient ou trop souffrant pour oser se lever.

Le dernier était le démon qui avait ordonné l’attaque. Je m’étais approchée de lui en balançant ma queue à gauche et à droite. J’avais confiance en ma puissance. J’avais confiance en mon statut. Je savais ce que je voulais accomplir dans cet endroit et aucun démon ou démone ne pouvait m’en empêcher.

« Pensez-vous toujours que je mens ? » J’avais regardé en bas, puis je l’avais regardé dans ses yeux, alors qu’un sourire moqueur était apparu sur mes lèvres. « Alors? »

« JE…, » il avait commencé à parler, mais ses jambes tremblaient de peur.

« Hmph ! » J’avais ri de lui puis je l’avais giflé.

Le démon avait volé à travers la cour et il avait fini par s’écraser contre le mur.

« Et si je demandais à l’un des domestiques ici présents où je peux trouver leur seigneur ? Ce vieux bouc n’a même pas pris la peine de me saluer, » avais-je dit pour moi-même, en entrant calmement dans le château.

Cet endroit, tout comme l’extérieur, avait été décoré avec un manque de goût pour l’esthétique. Tout ici criait la présence d’un Duc du Chaos qui essayait de compenser par la peur son manque de pouvoir. Il y avait des peintures de décapitations, de démons nus léchant les pieds du Duc du Chaos, de fouets, d’explosions et de diverses autres choses troublantes. Les statues étaient toutes constituées de grotesques démons mutilés, et les lustres étaient faits pour ressembler à des vignes noires à pointes. Les couleurs étaient principalement le noir et le rouge, ce qui m’avait fait me demander comment ce démon avait pu élever une famille ici, plus encore une fille qui pouvait enchanter le cœur d’Eventel ?

Alors que je réfléchissais à ce genre de choses, j’avais trouvé l’une des servantes en poste ici. Elle portait une tenue en cuir très légère qui montrait beaucoup de peau et mettait en valeur ses seins et ses fesses, qui semblaient plutôt inconfortables à porter. Il y avait beaucoup de ceintures en cuir sur cette tenue, ce qui n’avait aucun sens pour moi, mais il était clair qu’elle était conçue pour attiser les désirs sexuels du Duc du Chaos plutôt que pour aider la démone dans son travail.

« Vous, dites-moi où je peux trouver Solstark, » avais-je demandé.

« Hm ? Êtes-vous la nouvelle dominatrice ? » demanda-t-elle.

La quoi ? pensais-je alors que je clignais des yeux du à la surprise.

« Il est dans le donjon, en train d’apprivoiser sa fille. Vous trouverez un ensemble de vêtements en cuir de rechange dans la chambre là-bas, et vous pouvez trouver un fouet à l’entrée du donjon. Au fait, c’est quoi ce vacarme dehors ? Est-ce qu’un des habitants a essayé d’attaquer le seigneur par vengeance ? » demanda-t-elle en pointant derrière elle la porte métallique à droite de l’escalier qui menait à l’étage supérieur.

« Hein ? Ouais… ça. » J’avais répondu pendant que mon cerveau luttait pour traiter ce qu’elle venait de dire.

Avec un sourire sur le visage et en balançant ses hanches à gauche et à droite, elle avait marché dans le couloir et était entrée dans la troisième pièce à gauche. Pendant ce temps, j’étais restée là à me demander quel genre de démon dérangé était Solstark.

Secouant ces pensées dans ma tête, j’étais descendue dans les donjons. Dès que j’étais entrée, j’avais eu la vision de démones effrayées qui étaient blotties au fond de leurs cellules. Aucune d’entre elles n’était une esclave, mais elles avaient toutes été fouettées et blessées d’une manière ou d’une autre par le Duc du Chaos.

Je me demande si je pourrai m’abstenir de le tuer ? m’étais-je demandée en saisissant le verrou de leur cage et en l’arrachant.

« Sortez et restez à l’écart de ce château. » Je leur avais dit cela avant de passer à une autre cage.

Il ne m’avait pas fallu longtemps pour détruire toutes les serrures et aucun des gardes n’avait osé entrer dans le donjon de leur maître. Malheureusement, toutes les démones gardées dans ces cages n’avaient pas eu le courage de s’échapper. Elles devaient soit avoir peur de partir, soit penser qu’il s’agissait d’une sorte d’épreuve, qui, si elle échouait, leur infligerait une terrible punition plus tard, lorsque Solstark les attraperait.

Qu’elles me croient ou non, le fait qu’elles s’enfuient de cet endroit n’avait pas d’importance pour moi. Il se trouve que je leur avais fait une faveur alors que je me rapprochais de ma cible initiale, le démon qui s’appelait Solstark. Il se trouvait dans la salle du fond de ce donjon et n’avait pas encore réagi à tous les bruits venant de l’extérieur.

Quand j’avais tiré la poignée et ouvert la porte, j’avais compris pourquoi il en était ainsi.

Ce démon grotesque à la peau rouge, aux yeux rouges et au visage qui vous donne envie de le frapper se tenait nu au milieu de la pièce. Dans sa main droite, il tenait un fouet noir. De l’autre côté de la pièce, attaché au mur par des chaînes, se trouvait Viola, sa propre fille en chair et en os.

Solstark avait des cornes de chèvre qui poussaient sur son front et devenaient aussi grosses que toute sa tête. Elles étaient recourbées vers l’arrière, formant un arc de cercle. Les poils de sa tête ne s’arrêtaient pas à son cou et continuaient à pousser le long de sa colonne vertébrale, formant une épaisse crinière. La main qui tenait le fouet était maigre et ne montrait presque pas de muscles bien développés. Les pattes sur lesquelles il se tenait étaient celles d’un lézard couvert de fourrure brun foncé. Une queue jaillissait au-dessus de son bassin et se terminait par une pointe poilue. Le gros ventre rond, semblable à celui d’une femme enceinte, était ce qui ressortait le plus quand on le regardait.

Viola, en revanche, était une belle démone aux longs cheveux blonds, aux yeux verts, aux cornes blanches recourbées vers l’arrière, à deux queues se terminant par une fourrure duveteuse, et à une rangée d’écailles qui couvrait ses jambes jusqu’aux genoux. Au repos, elle ressemblait à un humain, ce qui prouvait qu’elle était aussi une démone assez puissante, mais devant ce monstre qui était son père, elle était faible et sans défense.

« Qui es-tu ? Comment oses-tu... »

Solstark avait commencé à parler, mais je ne l’avais pas laissé finir. Je l’avais frappé au visage et je l’avais envoyé voler dans le mur. Les briques enchantées s’étaient brisées sous l’impact, et son Armure magique avait été réduite en miettes. Quatre de ses dents s’étaient cassées, et ses yeux étaient devenus blancs quand il avait perdu connaissance.

« Tch ! » Je claquai ma langue, car je me retenais trop.

Ce démon avait eu la chance d’avoir survécu.

« Qui êtes-vous ? » demanda Viola, les larmes coulant sur ses joues.

« Nanya, la grande sœur d’Eventel. Je suis ici pour te ramener, belle-sœur, » je lui avais répondu en souriant.

« Est-ce Eventel qui vous envoie ? Vous dites la vérité, n’est-ce pas ? C’est Eventel qui vous envoie ? » demanda-t-elle en me regardant avec des yeux qui me suppliaient de dire la vérité.

« Oui. Pourquoi penses-tu qu’il ne le ferait pas ? » avais-je demandé en penchant ma tête vers la gauche.

« P-Père…, » dit-elle et elle regarda l’ordure inconsciente. « Il m’a dit qu’il avait déjà divorcé. Qu’il m’avait abandonnée…, » déclara-t-elle.

« Et tu l’as cru ? » avais-je demandé.

Elle m’avait fait un signe de tête.

« Non, idiote ! Ce démon n’a cessé d’essayer de trouver un moyen de t’atteindre, mais ton père a menacé d’envoyer des morceaux de toi s’il ne faisait pas ce que ton père lui ordonnait. » Je lui avais dit cela et j’avais regardé son doigt soi-disant coupé. « Ne t’a-t-il pas coupé l’annulaire ? » avais-je demandé en fronçant les sourcils.

« Oui, il l’a fait, mais je me suis régénérée, » m’avait-elle répondu.

« C’est pratique. Est-ce qu’Eventel est au courant ? » avais-je demandé.

Elle avait secoué la tête. « Je ne le savais même pas moi-même. Même mon père était surpris, mais à cause de cela, il a réalisé qu’il pouvait me fouetter autant qu’il le voulait sans craindre que je me casse… C’était sa façon de… m’apprendre à être une femme. » Elle répondit avec dégoût.

« Je comprends. Tu n’as pas besoin de dire quoi que ce soit. Maintenant, laisse-moi te sortir de ces choses, » lui avais-je dit en attrapant les menottes.

« On ne peut pas les enlever aussi facilement… il est impossible de…, » elle avait commencé à dire quelque chose, mais le bruit du métal l’avait arrêtée.

Les menottes avaient été ouvertes de force, et je doutais fort qu’elles puissent être réutilisées.

« Comment avez-vous… Mais ces… ils étaient censés être…, » déclara Viola alors qu’elle se tenait là, sans voix.

« Elles étaient censées être quoi ? » avais-je demandé en sortant une couverture de mon esprit intérieur et en couvrant son corps frêle avec.

« Impossible à casser…, » dit-elle.

« Impossible ? Ces choses-là ? » Je les avais regardées, et j’avais été surprise d’entendre que quelqu’un croyait à quelque chose d’aussi stupide que ça.

« On dit que le mari de la reine Akardia les a fabriquées et offertes à Solstark il y a plusieurs décennies. Elles ont été fabriquées de telle manière que même Sa Majesté aurait du mal à les briser. » Elle l’avait dit alors je l’avais aidée à sortir de cet horrible donjon.

« Pfft ! Si c’est le mieux que puisse faire mon père, alors il est devenu soit faible, soit sénile au fil des ans. Les menottes que mon mari peut faire peuvent même retenir un Léviathan, » j’avais ri.

Cela m’avait fait tellement plaisir de découvrir que je venais de détruire l’un des petits jouets de mon père.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire