J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 7 – Chapitre 135 – Partie 1

***

Chapitre 135 : Dans la cité de Komurva

Partie 1

[Point de vue de Nanya]

J’avais coupé le moteur et laissé le yacht flotter tout seul jusqu’à ce qu’il s’arrête. En sortant de la zone de contrôle, j’étais descendue sur le pont avant jusqu’à la proue. Mon regard se posa sur l’horizon, où le Continent des Démons s’étendait à perte de vue.

« Je suis à la maison…, » avais-je dit dans la langue des démons.

Ce que je regardais, c’était les plaines de Shiver, situées à l’est du continent. Au-delà de ces plaines, je trouverais la forêt de Lostsky, puis plus loin à l’intérieur des terres, la montagne du pic de Starhail. Tous ces endroits étaient remplis de monstres si puissants et féroces qu’ils faisaient frissonner dans ses bottes un Suprême des trois continents.

Les seuls qui ne se sentaient pas menacés par cet endroit étaient probablement Illsy et mes sœurs-épouses. Pourtant, même nous avions envie d’être prudents lorsqu’il s’agissait du continent des Donjons. La carte qu’Illsy avait obtenue de l’île des Pirates disait que c’était un endroit dont la rumeur disait qu’il y avait des individus avec des niveaux autour de 5000.

Si nous qui avions des niveaux supérieurs à 3000, étions si puissants, je ne pourrais pas imaginer quelqu’un avec un niveau supérieur à 5000. Quel genre de pouvoir pourrait-il détenir ? Quelle était la menace qu’il représentait pour tous les autres continents qui ne pourraient jamais rêver d’atteindre de telles hauteurs ?

Alors que j’étais étendue sur le pont, regardant le Continent des Démons et écoutant les vagues se brisant contre la coque du navire, je m’étais posé toutes sortes de questions et j’avais essayé, pour l’avenir et la sécurité de ma propre famille, de penser à la façon dont j’allais obtenir des informations sur les principales menaces dans ce monde, au cas où elles viseraient notre petite île.

Avec un soupir qui s’échappa de mes lèvres, j’avais absorbé le yacht dans mon esprit intérieur et j’avais atterri à la surface de l’eau. Utilisant ma force et ma vitesse incroyables, j’avais alors couru vers la rive. L’eau avait explosé lorsque mes pieds avaient touché la surface, mais pas une seule goutte n’avait atterri sur mes vêtements grâce à mon Armure magique.

Tout ce qui m’entourait se déplaçait au ralenti. Mon souffle semblait peser aussi lourd qu’une montagne, mais mes pas étaient légers comme une plume. Je trouvais encore surprenant la puissance que j’avais acquise, la différence avec l’époque où je travaillais encore comme simple professeur à l’Académie Fellyore.

Alors que je marchais sur le sable fin de la plage, je m’étais arrêtée. La force du vent avait fait s’élever le sable autour de moi dans l’air.

« Cela fait-il vraiment 105 ans ? » m’étais-je demandé à voix haute en regardant le ciel.

Il n’y avait aucune différence avec celui d’Illsyorea. Cela semblait si irréel d’être ici et si loin de la famille Deus.

Natrasku et Kormian me manquent déjà… Illsy me manque aussi, avais-je pensé en fermant les yeux. Je m’étais souvenue de leurs visages souriants.

Jamais je n’aurais imaginé que je quitterais ce continent juste pour survivre et revenir en tant que mère plus féroce que tous les fiers démons qui vivent ici.

Je devrais me préparer. J’avais pensé cela en ouvrant les yeux.

Du plus profond de mon esprit, j’avais sorti l’épée redoutable que mon père avait fabriquée. C’était une épée noire sans nom, couverte de runes, qui donnait du pouvoir à ceux qui étaient bien plus faibles que moi. Sa lame était tranchante et ses enchantements exquis, mais ils pâlissaient tous par rapport à l’arme fabriquée par Illsy.

J’avais posé les deux épées sur le sable et j’avais fait un pas en arrière pour les admirer. L’épée de mon mari était plus longue, la lame était manifestement faite de matériaux plus complexes et son tranchant était rougeoyant. Illsy m’avait dit que c’était un gaz à l’état de plasma. La poignée était parfaitement conçue pour s’adapter à ma prise. Il n’y avait pas de runes à l’extérieur, mais il y avait d’innombrables canaux d’énergie magique inscrits dans les matériaux. Il pouvait lancer de puissants sorts de rang d’empereur surchargés d’énergie magique, il pouvait projeter des boucliers et dévier des projectiles, il pouvait couper des sorts magiques ou même les consommer comme source d’énergie. Cette arme donnait à l’épée de mon père l’apparence d’une épée bon marché que l’on pouvait acheter n’importe où.

Cependant, afin d’être reconnue par ceux qui comptent, j’avais décidé de porter les deux. J’avais équipé l’épée de mon père sur ma hanche et celle d’Illsy sur mon dos. Ensuite, j’avais porté l’armure.

J’avais ma propre armure à porter, mais la création d’Illsy était quelque chose qui m’assurait une protection en toutes circonstances. Non seulement elle pouvait améliorer ma force et ma vitesse, mais elle avait aussi des caractéristiques dignes de ce qu’Illsy appelait une armure motorisée. Tous les membres de la famille Deus en avaient une.

Même quand elle n’était pas activée, elle pouvait toujours résister à l’un de mes coups de poing. Activé, il pouvait résister à tout un barrage de coups de rang Suprême et elle avait aussi des barrières automatiques capables de repousser les projectiles. Les gantelets étaient équipés de détecteurs de poison et de scanners de densité, ce qui me permettait de déterminer efficacement les points faibles de l’armure d’un adversaire. Si cela ne suffisait pas, cette chose pouvait aussi voler et me permettre de me battre sous l’eau ou dans des endroits dangereux comme les marais empoisonnés ou les volcans.

L’armure d’Illsy était bien trop avancée par rapport à n’importe quel standard. Elle était lisse et avait comme couleurs principales un noir métallique avec des parties de lignes lumineuses gris foncé mat et rouge autour des grandes plaques. C’était une bonne chose que je puisse éteindre ces lumières rouges, elles n’étaient là que pour servir de simple décoration ou pour être utilisées comme une petite source de lumière pendant la nuit. Lorsqu’elles étaient activées en conjonction avec la brume sombre qui couvrait le territoire d’un donjon en émettant une intention de tuer, elles dégageaient un sentiment très intimidant. D’un autre côté, elle avait aussi un mode furtif, mais il n’était pas aussi bon que celui de Shanteya, qui la rendait complètement invisible à l’œil nu. Le mien ne faisait que couvrir mes sons et me camouflait en fonction de l’environnement.

Dans l’ensemble, c’était quelque chose pour laquelle toutes les nations du monde seraient prêtes à lancer une guerre. Si Illsy n’avait pas déjà prouvé sa puissance contre l’Empire du Paramanium, cela aurait très probablement été le cas puisque, pays après pays, ils auraient envoyé leurs armées pour conquérir l’Illsyorea.

Au départ, je pensais porter cette armure au lieu de celle que j’avais faite avec mon talent divin. Si les deux ne pouvaient même pas être comparées en termes de durabilité et d’avantages, la mienne ne se démarquait pas autant que celle d’Illsy. De plus, elle n’était pas assez pointue. J’avais donc choisi ma propre armure au lieu de la sienne, mais si besoin était, je pouvais toujours invoquer la sienne de mon esprit intérieur et l’équiper instantanément grâce à ce sort astucieux qu’Illsy avait développé sur l’île des Boss.

La dernière fois que j’ai équipé cette armure, c’était avant de quitter Illsyorea… Depuis cette bataille avec Dankyun à l’Académie Fellyore, j’ai continué à la reconstruire en secret, en essayant de l’améliorer du mieux que je pouvais. Ce n’est qu’après notre départ de l’île des Boss que j’ai pu y apporter des améliorations significatives. Les idées d’Illsy m’ont aussi beaucoup aidée…, pensais-je en regardant mon gantelet à griffes droites.

De l’intérieur de mon esprit, j’avais sorti un autre objet, un long manteau à capuche qui pouvait couvrir tout mon corps. Il était enchanté afin de cacher ma force à ceux qui avaient la capacité de lire mon niveau ou de déterminer si j’étais plus forte ou plus faible qu’eux. Cette cape faisait en sorte qu’ils apparaissent comme, « quelque chose d’incertain » à leurs sens.

Avec mon armure et mon armement, j’avais commencé à marcher vers le sud où se trouvait la ville portuaire de Mastor, mais ce n’était pas une chose certaine. Sur le Continent des Démons, les noms des villes changeaient souvent lorsqu’un nouveau Duc du Chaos était nommé propriétaire des lieux. Cela se faisait généralement dans le cadre d’un duel de force.

La ville elle-même était à quelques kilomètres, une distance que je n’avais eu aucun problème à traverser a pied en quelques secondes. Si c’était le jeune moi, celle qui n’avait pas encore mis les pieds sur le continent de Sorone, ce voyage m’aurait pris environ une heure.

Lorsque les énormes murs protégeant la ville de toute menace extérieure étaient apparus au loin, j’avais réduit ma vitesse jusqu’à ce que je sois à une vitesse de course régulière. Il m’avait fallu quelques minutes pour atteindre les portes. J’avais fait cela pour ne pas éveiller de soupçons ou d’inquiétudes chez les gardes.

Les démons qui montaient la garde étaient pour la plupart humanoïdes. Celui qui se tenait sur la gauche avait une paire de pinces au lieu de mains. Il portait un regard suffisant et confiant sur son visage, tandis que l’autre s’ennuyait. Il bâillait même quand j’étais arrivée. Ce démon avait l’air plus humain que son ami, mais le fait qu’il ait la moitié d’un corps de serpent l’aurait très probablement mis dans la même catégorie qu’un monstre sur les trois continents.

« Halte là ! Indiquez votre nom et la raison pour laquelle vous entrez dans la ville portuaire de Komurva !, » avait déclaré celui qui avait les pinces.

« Nanya. Je ne fais que passer. Je pars avant la tombée de la nuit, » J’avais répondu par des mots courts sur un ton sans émotion.

« Hm, jamais entendu parler de vous, » dit-il en sortant une petite boule de cristal.

C’était un article qui vérifiait si j’étais ou non marquée comme criminel par l’Empire Demonarkiar, la nation qui régnait sur tout le Continent des Démons.

J’avais posé ma main sur le dessus. La boule de cristal brilla d’un blanc éclatant.

« Vous êtes clair. La taxe est de 10 gliggers. »

Le gligger était la pièce de monnaie officielle du Continent des Démons. C’était une pièce d’argent enchantée fabriquée par les démons travaillant au château d’Akardia. Elle était très difficile à forger, contrairement aux pièces qui circulaient sur les trois continents. Illsy, cependant, n’y voyait aucun problème.

J’avais sorti les pièces de mon esprit intérieur en faisant semblant de les sortir d’une poche cachée dans mon manteau.

« Ici, » avais-je dit en laissant tomber les pièces dans sa main.

« Hm, Nanya. Hé, n’est-ce pas le nom de la princesse impure qui a disparu il y a un siècle ? » demanda le garde endormi.

« Même nom. Mauvaise personne, » avais-je menti.

« Vraiment ? C’est un nom plutôt rare dans cette région. Êtes-vous du Nord ? » demanda-t-il.

« Sud… Mère. Mauvais sens de l’humour, » je répondis sur un ton stoïque.

« Aha… Très bien, désolé de vous avoir dérangé, vous pouvez entrer., » dit-il, puis il reprit la sieste.

C’était le type de question que j’allais rencontrer en m’enfonçant dans le continent des démons, donc je devais être prête à y répondre de manière appropriée. Mon attitude et ma façon de parler étaient également très différentes des miennes.

Être traitée de « princesse impure » était l’une des insultes que je savais qu’on allait me lancer. L’idée derrière tout ça était simple. À l’époque, j’étais faible et la moitié de mon sang n’était pas celui d’un démon. Ainsi, mon sang était impur.

Je m’étais souvenue que le premier à m’avoir appelée par ce nom était mon frère aîné Lucianus, un homme-ours aux crocs venimeux. C’était à l’âge de quatre ans que ma mère avait décidé qu’il était temps pour moi de commencer à rencontrer le reste de la famille.

À l’époque, je me souvenais n’avoir que 9 demi-frères et demi-sœurs aînés, mais il y avait une chance qu’il y en ait deux autres maintenant. Ils étaient tous beaucoup plus puissants que moi à l’époque, mais, à l’heure actuelle, ils ne pouvaient même pas atteindre la hauteur de ma botte. C’était malheureux, mais de toute ma famille, seuls ma mère et mon père se souciaient de moi. Ce dernier avait une façon très bizarre de le montrer, mais une fois que j’avais donné naissance à Natrasku et à Kormian, j’avais commencé à réfléchir une fois de plus à ses raisons. Je ne pouvais pas m’empêcher de penser que tout cet entraînement qu’il m’imposait, cette attitude froide, tout cela n’étaient pas parce qu’il me détestait, mais plutôt parce que c’était la seule façon de protéger la faible que j’étais à l’époque.

En tant que donjon, si mon père le voulait, il aurait pu facilement me tuer sans que tout le monde s’en aperçoive. Son comportement était également très différent de celui des fous sur les trois continents, mais jusqu’à ce que je le rencontre face à face et que je le confronte à mes croyances, tout cela n’était que supposition.

En marchant à un rythme tranquille dans les rues de Komurva, j’avais remarqué que rien n’avait changé depuis mon départ. Il n’y avait pas eu d’évolution majeure en matière d’architecture, pas de nouvelles technologies, pas d’amélioration du mode de vie des démons. Les bâtiments étaient hauts et avaient tous été enchantés par la magie pour éviter qu’ils ne se dégradent davantage. Les marques des batailles et des échauffourées étaient présentes partout, car elles s’étaient accumulées au fil du temps. Les rues étaient larges et pouvaient facilement accueillir 4 chariots se déplaçant côte à côte. Les démons et les démones portaient tous des vêtements révélateurs, mais avec plusieurs pièces d’armure à pointes. Leur sens de la mode suivait le thème de la tentation, et de la mort. Mais mis côte à côte, quelqu’un des trois continents pouvait facilement les confondre avec des espèces différentes, surtout en voyant que certains d’entre eux avaient des membres supplémentaires ou une grande différence de taille et de hauteur, mais c’était bien ainsi. L’espèce mettait la survie et l’adaptabilité au-dessus de tout le reste.

En me promenant pour trouver une taverne et me faire une idée plus précise de la société démoniaque actuelle, j’étais tombée sur une scène que l’on ne voit pas normalement dans les rues d’Illsyorea. Un démon était attaché par des chaînes noires et maintenu à genoux par deux lourdes lances qui s’appuyaient sur ses épaules. Il ne portait qu’un pantalon de lin rapiécé et montrait une expression d’angoisse et de frustration. Les démons qui tenaient les lances étaient des gardes de la ville, tandis que celui qui allait déclarer ce dont le type enchaîné était coupable portait un autre uniforme, plus adapté à quelqu’un qui travaillait derrière un bureau qu’à quelqu’un qui portait une épée. Après tout, sur le Continent des Démons, la sagesse était également considérée comme une force.

En arrivant sur la scène où de nombreux démons et démones s’étaient rassemblés, j’avais écouté le procès de cet homme.

« Le Haut Demio Maggard Passary a enfreint la première loi des démons : le sang est sacré., » il s’arrêta et, une fois que les voix autour d’eux se calmèrent, il poursuivit. « Dans un accès de jalousie, il leva ses griffes contre son propre frère et le tua de sang-froid. La famille Passary a exprimé son accord pour que leur fils soit jugé et puni pour le crime qu’il avait commis. Ainsi, le Haut Demio Maggard Passary sera exécuté publiquement demain à midi !, » le fonctionnaire avait terminé sa déclaration et avait fermé le livre qu’il lisait.

Les démons et les démones rassemblés ici chuchotaient déjà entre eux tout en jetant un regard de déception et de dégoût sur le criminel.

Dans l’Empire Demonarkiar, il y avait cinq lois qui les dépassaient toutes. La première était. « Le sang est sacré », la deuxième était, « Le fort par-dessus tout », la troisième était, « Le duel pour prouver la force et non la mort », la quatrième était, « Le sang de la mère au-dessus de celui du père » et la dernière était, « La dignité de l’âme doit toujours être maintenue ».

Ces cinq lois étaient ce qui constituait les principes de la société des démons et sur lesquels toutes les autres lois étaient basées. Enfreindre l’une d’entre elles était considéré comme une honte, quel que soit le sang qui coulait dans vos veines. Le Haut Demio était dans ce cas l’équivalent d’un Haut Noble dans l’Empire du Paramanium, quelque chose comme un Comte ou un Marquis, alors que le Bas Demio était semblable à un Baron ou un Vicomte.

Les paysans ou roturiers étaient appelés Rumars, mais le nom insultant était, « indigne », et bien que l’Empire Demonarkiar ait eu des esclaves, ils ne s’appelaient pas comme ça, ils étaient Pleis, et ne portaient pas de collier, juste un tatouage magique de marque qui limitait sévèrement leurs actions.

Si mes frères et sœurs aînés n’avaient pas essayé de me tuer, c’était en raison de la première loi, qui déclarait que tuer un membre de sa famille était un acte hautement honteux, quel que soit le type de crime que ce membre de la famille avait commis contre vous, à moins que cet acte ne soit un acte de légitime défense.

Je m’étais éloignée de l’endroit où le démon enchaîné était raillé et insulté par la foule et j’avais continué à chercher une taverne. Mais cela n’avait pas pris beaucoup de temps et j’avais trouvé une autre scène intéressante. Cette fois, il y avait deux aventuriers qui se battaient en duel.

Je m’étais arrêtée et j’avais observé de loin le démon ailé qui se préparait à affronter celui dont des rochers poussaient sur son corps. L’espèce des démons était de loin l’une des plus adaptables au monde, après les Donjons.

« Je serai le chef de notre groupe ! » déclara celui qui avait un corps de pierre.

« Non ! Je vais te prouver pourquoi je suis et serais toujours le chef du groupe !, » avait déclaré le démon ailé.

« Les braves sont toujours turbulents après un verre de trop, n’est-ce pas ? » demanda le garde qui regardait non loin de moi.

« Peut-être, » j’avais répondu d’un ton calme en regardant les aventuriers commencer leur duel.

D’un seul regard, je pouvais dire qu’ils avaient tous deux dépassé le niveau 800. Ils s’étaient déplacés assez vite pour être considérés comme des Suprêmes sur les trois continents. En parlant de cela, sur le Continent des Démons, les aventuriers étaient appelés des Braves et leur guilde était la Guilde des Braves. Leur système de classement était également différent, au lieu de noms comme Débutant, Maître ou Suprême, ils avaient des numéros. Le plus bas et le plus faible était le rang 1 et le plus fort était le numéro le plus élevé.

Quand je suis partie, mon rang était de 8, c’était comme un rang de débutant sur les trois continents.

La raison pour laquelle les gardes n’étaient pas intervenus est que ces deux braves agissaient conformément à la troisième loi : Duel pour prouver la force et non la mort. Cela signifiait que tuer un adversaire dans un duel honorable était honteux.

Je n’étais pas restée pour regarder tout le combat, les deux avaient l’air de vouloir s’éterniser, et je n’avais pas le temps de m’en occuper.

En parcourant la ville, en marchant sur les routes pavées, j’étais témoin de nombreux incidents de ce type où les quatre premières lois étaient appliquées. J’avais notamment vu un Haut Demio se faire gronder par sa mère au milieu de la rue. Il avait dépensé un peu trop de la fortune familiale, et il risquait maintenant d’être renié, mais pendant que sa mère parlait, son père gardait le silence. La raison en était la quatrième loi, qui stipulait que notre société était matriarcale. La personne qui avait le plus d’influence et qui prenait les décisions les plus importantes était la reine, et non le roi.

Dans un autre cas, j’avais vu un Bas Demio rencontrer ses amis Rumar, célébrant son ascension dans les rangs de la noblesse. Il s’agissait de l’application de la deuxième loi, qui stipulait que les positions nobles dans le pays devaient être déterminées par la force d’un individu plutôt que par sa lignée. Cela ne signifiait pas que les familles de nobles établies disparaîtraient si elles n’avaient pas la force d’occuper une position noble dans l’État, elles tomberaient simplement en disgrâce temporairement. Il était très rare qu’une famille tombe si bas qu’aucun individu né parmi elle n’ait le pouvoir de s’élever au-dessus des autres.

J’étais déjà passée devant deux auberges et une taverne, mais j’avais continué à marcher, car je voulais voir tout ce que cette ville a à offrir. Je m’étais même déplacée vers les ruelles pour essayer de trouver une source d’information appropriée. À ma grande surprise, la vie urbaine que je connaissais depuis ma jeunesse n’était pas différente de celle que je voyais aujourd’hui.

La ville était divisée en rues de riches et de pauvres, puis il y avait les bidonvilles, qui attiraient toute la saleté et la crasse de la société. Les pauvres démons pouvaient au moins se permettre de payer leurs impôts. Les collecteurs d’impôts ignoraient complètement les bidonvilles, car ils savaient qu’ils ne pourraient pas gagner ne serait-ce qu’une seule pièce de monnaie, quelle que soit la menace qu’ils faisaient peser sur les citoyens locaux.

Dans les rues de riches, les hauts dignitaires et les marchands qui prospéraient grâce à leurs sacs à main encombrants bavardaient souvent joyeusement en regardant ceux qui se trouvaient en dessous d’eux. Pendant ce temps, les rues de pauvres étaient remplies d’une faune moins noble et on pouvait sentir facilement la dépression provenant de la vie de Rumar typique, ayant à peine assez de nourriture à mettre dans l’assiette et pas plus que ce qui était nécessaire pour les éloigner des bidonvilles.

La prostitution et d’autres activités clandestines de ce type étaient également présentes dans cette ville, mais elles ne différaient pas beaucoup des quartiers chauds habituels. Quant aux voyous et bandits locaux, ils n’étaient pas loin derrière lorsqu’il s’agissait de tels endroits. Heureusement pour eux, personne n’avait le désir de tenter de me voler.

Dans l’ensemble, rien n’avait changé par rapport à la société démoniaque que j’avais connue il y a près d’un siècle, du moins rien au niveau de ce qu’une personne ordinaire remarquerait. En ce qui concerne la haute société, il y a probablement beaucoup de choses qui ont changé. Le nom de cette ville en était un exemple. Le démon du nom de Komurva avait réussi à vaincre Mastor dans un duel honorable.

Désireuse d’en savoir un peu plus sur ce qui s’était passé à la fois dans l’Empire Demonarkiar et en dehors de celui-ci, j’étais entrée dans l’une des premières tavernes que j’avais vues en me promenant dans la ville. Elle était située un peu à l’écart du port et d’innombrables marins la visitaient. Cela signifiait qu’elle était idéale pour recueillir le type d’informations que je désirais.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour ce chapitre, les lois et coutumes de ce continent sont plus respectueuses que celles de nombre de royaumes de ce monde.

Laisser un commentaire