J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 7 – Chapitre 131 – Partie 1

***

Chapitre 131 : Le choix des démunis

Partie 1

[Point de vue d’Ayuseya]

Le voyage à travers le grand océan avait été fatigant pour l’équipage du navire, surtout parce qu’il voyageait sur des eaux inconnues et qu’il transportait des personnes de grande importance. Pour nous amener sur les eaux du royaume de Teslov, ils avaient dû faire un détour difficile et inhabituellement long de leur itinéraire initial. Cependant, il reste à voir si ce voyage était sans profit. C’était au marchand propriétaire de ce navire de décider s’il y avait quelque chose qui valait la peine d’être acheté à Teslov et vendu ailleurs.

Comme il avait tenu sa parole et m’avait amenée ici, j’avais été encline à faire en sorte que mon mari tienne sa promesse de lui permettre de poursuivre son commerce et de lui pardonner son erreur précédente qui consistait à essayer de faire entrer clandestinement les ennemis d’Illsyorea sur l’île.

Quand j’avais mis le pied sur le quai, j’avais regardé le navire et mon regard s’était posé sur les expressions de tous ces marins. Le marchand en question, qui s’appelait Burta Dende, était également là-haut, me voyant partir.

« Ce fut un plaisir de voyager à bord de votre navire, » leur avais-je dit avec un sourire.

« Non ! Le plaisir était pour nous, Lady Ayuseya ! » répondirent tous en chœur.

Après que je leur avais montré le petit truc avec le sort de vent, à la suite de leur compétition pour augmenter encore la puissance de leurs sorts, ils avaient réussi à atteindre un niveau plutôt décent. Notre voyage avait été si court que nous avions eu l’impression de ne voyager qu’avec un ciel dégagé devant nous.

« Lady Ayuseya, à propos de l’incident d’Illsyorea ? » demanda Burta Dende, qui avait fini par déglutir.

Il espérait ne pas m’avoir offensée en soulevant cette question.

« Oui, comme promis, mon mari vous permettra de continuer à faire du commerce sur Illsyorea et vous pardonnera le crime qui aurait autrement conduit à votre mort certaine. » Je lui avais répondu en souriant.

L’homme avait encore dégluti.

La pression de mes mots lui donnait l’impression que sa gorge était aussi sèche qu’un rocher au milieu du désert brûlant. Le pauvre homme transpirait de grosses gouttes.

« Bonne journée, messieurs, » leur avais-je dit avec un sourire et je m’étais retournée.

À partir de maintenant, tout ce qu’ils avaient fait n’avait plus d’importance pour moi.

Quant au trio gênant Rouge, Vert et Bleu, il marchait juste derrière moi et m’accompagnait dans mon voyage vers la capitale de Teslov.

« Il y a longtemps que je n’ai pas mis les pieds sur cette terre, » avais-je dit en regardant les bâtiments de Port Callira qui s’étendaient devant mes yeux.

D’innombrables draconiens s’occupaient de leurs affaires, et il était certain qu’aucun d’entre eux ne savait, même de loin, qui j’étais. Même s’ils le savaient, ils ne sauraient pas que j’avais survécu tout ce temps en dehors de la protection du royaume et encore moins sous la protection d’un Seigneur du Donjon.

Mais cela faisait presque trois ans que j’avais renoncé à mon nom de Pleyade et à mon titre de princesse devant les dieux qui gouvernent ce monde. Quand Illsyore avait vérifié mon statut, il n’avait plus vu ce nom.

Cette nuit-là, au sommet des montagnes, alors que je pensais simplement détruire toute la capitale de Teslov, j’avais choisi la vie non pas comme une princesse, mais comme l’épouse d’Illsyore et d’une femme libre des contraintes politiques avec laquelle les nobles de ce royaume avaient si désespérément essayé de m’attacher.

Pourtant, bien que je ne sois plus une Pleyade, ils ne pouvaient pas eux-mêmes l’accepter. Tant que le sang des anciens rois coulait encore dans mes veines, à leurs yeux, je leur appartenais encore.

Je trouve cela tellement drôle quand j’imagine l’expression que ces imbéciles auront sur le visage quand ils entendront ce que j’ai à dire à ce sujet. Ah ~ Je souhaite en finir avec cette mascarade le plus vite possible et retourner ensuite dans ma famille… ma vraie famille, avais-je réfléchi et puis j’avais poussé un soupir.

« Y a-t-il un problème ? » demande le Vert.

« Rien. Je me disais juste qu’il aurait été facile pour moi de simplement courir à travers l’océan au lieu de marcher comme ça…, » avais-je dit.

« Courir ? À travers l’océan ? » demanda le Vert comme si j’avais dit quelque chose d’étrange.

« À ce stade, honnêtement, je ne serais pas surpris si vous nous disiez que vous pouvez aussi voler dans le ciel comme un oiseau, » déclara le Rouge en secouant la tête.

« Quoi ? Vous ne pouvez pas ? » leur avais-je demandé en regardant derrière eux et en penchant la tête en signe de surprise.

Ils me regardaient tous comme si je venais de dire quelque chose de scandaleux. Eh bien, le bon sens dictait qu’aucune espèce sapienne ne savait voler, mais dans la famille des Deus, c’était une croyance un peu dépassée.

Cela m’avait rappelé la fois où, sur l’île des Boss, Illsy avait créé ce qu’il avait appelé une « fusée » et avait ensuite tenté de la lancer. Alors que l’engin volait, Illsy avait oublié de mettre le cap. Il avait fini par atterrir en plein milieu d’une meute d’Ulmasaurs, d’étranges créatures ressemblant à des singes, trois fois plus grosses qu’un humain, agressives et de force moyenne par rapport au reste des monstres de l’île. Ces derniers n’étaient pas contents et avaient poursuivi Illsy pendant toute une journée.

La ville portuaire de Callira était assez grande, abritant au moins 20 000 draconiens selon mes estimations. Il y avait même un chantier naval où un nouveau galion était en cours de construction, et je pouvais le voir depuis les docks.

En regardant cette scène, on pourrait penser que la ville portuaire de Callira était en fait remplie de gens riches, mais les vêtements que la plupart d’entre eux portent étaient vieux, sales et rapiécés à plusieurs endroits. Beaucoup des draconiens qui marchaient dans les rues semblaient venir de familles pauvres.

La situation aurait-elle pu se dégrader au cours des dernières années ? Je m’étais posé la question en continuant à marcher sur la route principale.

Nous étions bientôt arrivés dans une écurie, où le groupe RVB avait loué une grande calèche adaptée à une femme noble. Il leur avait fallu une demi-heure pour le préparer, mais dès qu’ils en avaient eu fini, nous nous étions mis en route vers la ville d’Entalon.

Pour y arriver, nous devions d’abord passer par le village de Noz, mais le chemin était sur une route qui n’était pas aussi fréquentée que celle qui mène au village de Nork. J’avais d’abord pensé que nous allions passer par Nork, puis par Noz et enfin arriver à Entalon. Du moins, c’était le chemin que je voyais souvent emprunté par les marchands et les voyageurs. Le groupe RVB, cependant, ne voyait pas la nécessité de prendre la route la plus sûre. Après tout, avec ce genre d’escorte, il n’y avait pas besoin de craindre les petits voleurs et les bandits.

Penser à ces types peu recommandables qui nous attaquent revenait à penser à un groupe d’aventuriers de rang débutant qui tentait de vider le 200e étage d’un donjon. Pour dire les choses simplement, c’était ridicule.

Le voyage en calèche était horrible. Elle tremblait à chaque dalle sur le chemin, et c’était si bruyant que j’avais pensé qu’ils l’utilisaient pour effrayer les monstres dans la zone. Le conducteur était le Vert, mais de temps en temps, il se mettait à jurer contre les chevaux pour les forcer à aller plus vite.

J’avais pensé plusieurs fois à sortir le 4x4 blindé, mais si j’avais fait cela, mon plan de tromper les nobles de la capitale aurait échoué. C’est pourquoi j’avais eu recours principalement à un oreiller confortable pour protéger mes fesses des contusions.

Puis, quelques heures plus tard, nous étions arrivés à l’entrée du village de Noz.

Des nuages de pluie s’étaient amassés dans le ciel, s’engouffrant de la mer. Comme Rouge ne voulait pas risquer d’être pris par un orage au milieu de la forêt, il avait décidé que nous devions changer les chevaux à l’écurie locale et nous diriger ensuite vers la ville d’Entalon, où nous allions passer la nuit.

Pour moi, peu importait qu’il pleuve ou qu’il neige dehors. Ni le temps, ni le fait d’arriver en retard à la capitale ne me dérangeaient. En fait, de tels retards étaient considérés comme normaux pour la plupart, et il aurait été étrange que nous arrivions plus tôt que prévu.

Lors de notre passage au village de Noz, j’avais constaté une fois de plus le degré de pauvreté dont souffraient les draconiens. Les maisons manquaient d’entretien, et leurs vêtements étaient déchirés et rapiécés à plusieurs endroits, ce qui montrait qu’ils n’avaient pas d’argent pour se permettre quoi que ce soit de neuf.

Je voulais penser que ce n’était qu’une coïncidence, mais j’avais fini par repérer les gardes chargés de défendre cette colonie. Leurs épées étaient ébréchées et leurs armures étaient fissurées. Pendant un moment, j’avais pensé que ce n’était que des aventuriers ou des bandits.

« Est-ce un village pauvre ? » avais-je demandé.

« Pas vraiment… Voici à quoi ressemble la majorité des villages. » Bleu répondit et haussa les épaules.

Cette vue est donc une chose courante ? J’avais réfléchi et j’avais ensuite regardé un jeune enfant draconien lever les yeux vers notre carrosse de passage.

Il y avait de l’émerveillement dans ses yeux, mais aussi un soupçon de curiosité. Comme tous les autres villageois, il était maigre et ne portait que des haillons. Sa mère l’avait tiré en arrière, pour qu’il ne se mette pas accidentellement devant notre carrosse.

J’avais entendu dire que dans certains endroits, un tel acte était passible de la peine de mort.

« Avez-vous pitié d’eux ? » demande Rouge en me regardant avec son expression stoïque.

« Ne devrais-je pas ? » avais-je répondu.

« Vous les avez abandonnés, donc je ne pense pas que vous ayez le droit de le faire, » avait-il rétorqué.

Je lui avais souri et lui avais dit : « J’ai survécu, mais il fallait que je le fasse. La chance était simplement de mon côté pour avoir rencontré un homme merveilleux qui m’aime en retour et ne se soucie pas de mon pouvoir politique. »

« Les rois ne sont-ils pas censés faire des sacrifices pour leur peuple ? » demanda-t-il en plissant les sourcils.

« Je ne suis plus membre de la famille royale, Rouge. Je suis une Deus, » lui avais-je dit.

Il n’avait pas fait de commentaire et j’étais restée silencieuse.

Le voyage vers la ville d’Entalon s’était déroulé sans incident, mais à mesure que nous nous approchions, nous avions commencé à voir de plus en plus de gens camper en dehors du campement. À ma manière innocente, je pensais que peut-être les nobles organisaient une sorte de festival et que c’était des draconiens qui venaient de loin pour le voir.

Si c’était vrai, alors pourquoi avaient-ils tous l’air d’avoir été frappés par une calamité ?

« Qu’est-ce que c’est ? » avais-je demandé.

« Je ne sais pas… Attendez ici. Je vais aller voir. » dit Rouge.

Après qu’il soit descendu de la voiture, j’avais voulu partir aussi, mais Bleu avait voulu m’arrêter.

« Il vous a dit d’attendre ici. »

Je m’étais retournée vers lui et lui avais montré un sourire. Le Suprême draconien avait bronché.

Après être sortie, je m’étais approchée d’un des groupes de civils qui campaient sur le bord de la route. C’était une famille de trois personnes. Le père ressemblait à un soldat affaibli, et la mère était maigre et pouvait à peine tenir la pomme de terre cuite dans ses mains. Contrairement à eux, l’enfant semblait bien nourri, ce qui montrait que ses parents faisaient de leur mieux pour lui donner de la nourriture, même si cela signifiait la prendre de leur propre bouche. C’est la raison pour laquelle je les avais approchés. Si les parents semblaient bien nourris et forts alors que leur enfant était faible et malade, cela aurait pu être une indication qu’ils ne s’occupaient pas correctement de lui.

« Bon après-midi, » leur avais-je dit et je leur avais montré un sourire.

« Quoi ? Ne nous avez-vous pas déjà tout pris ? Que voulez-vous d’autre ? » demanda la mère avec un dégoût évident dans le ton de sa voix.

« Je crois que vous me confondez avec quelqu’un d’autre. Je ne suis pas une noble de ce pays, juste quelqu’un qui se trouve à visiter cet endroit. J’étais curieuse de savoir ce qui se passait ici, » avais-je demandé.

« Vous êtes étrangère ? Mais… vos écailles…, » demanda le père.

« Sans importance. Alors s’il vous plaît, pouvez-vous me dire ce qui se passe ici ? » avais-je demandé à nouveau.

« Madame, vous ne savez vraiment pas ? » demanda le garçon en me regardant avec des yeux curieux.

Je lui avais montré un sourire, puis je m’étais agenouillée devant lui. Ma jupe avait touché la terre du sol, mais grâce aux enchantements qu’elle portait, je n’avais pas eu à me soucier de la salir. Je l’avais regardé dans les yeux, puis je lui avais tapoté doucement la tête.

« Non, mon enfant, je ne le sais pas. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Je suis la seule a pensée que l'avenir de la royauté et la noblesse de Teslov, dépende des parole d'un jeune enfant ?

    Es ce là le bruit d'une cascade, ha non... C'est juste Rouge, Vert et Bleu qui transpire.

  2. MERCI POUR LE CHAPITRE!!! 🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊

    Je suis obligé d'appuyer mes propos j'ai oublié de remercier deux fois auparavant!

Laisser un commentaire