J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 7 – Chapitre 130 – Partie 1

***

Chapitre 130 : Astucieux

Partie 1

[Point de vue de Shanteya]

Mon séjour dans le royaume de Rezalia avait été assez court, pas plus de deux jours. Au départ, je voulais qu’il ne soit pas inférieur à deux, mais trouver la mère de cet enfant avait été plus compliqué que je ne l’avais prévu au départ.

Les hommes qui l’avaient emmenée tenaient un marché clandestin d’esclaves. Ils se procuraient leurs « marchandises » par des moyens spéciaux qui, à première vue, étaient tout à fait légaux, comme des dettes, des droits ou des faveurs. Bien entendu, ces derniers se heurtaient souvent à ce qu’ils appelaient des « accidents malheureux », au cours desquels les membres de la famille ou les amis des futurs esclaves essayaient de les empêcher de faire leur travail. Ils affirmaient souvent que c’était eux qui avaient été attaqués en premier et non l’inverse. Ainsi, tous ceux qui s’opposaient à eux rencontraient une mort atroce et servaient d’exemple à tous ceux qui avaient des idées aussi brillantes pour l’avenir.

Les trouver avait été facile, mais savoir où la mère du garçon avait été emmenée n’avait pas été si facile. Pour atteindre mon objectif, j’avais trouvé l’une des futures victimes de cette organisation. Il n’était pas si difficile de savoir qui était endetté dans cette ville tant qu’on gardait les oreilles tendues. Au début, j’avais trouvé trois familles de ce type, mais deux d’entre elles avaient réussi à payer leur part du marché d’une manière ou d’une autre. La dernière était la malheureuse à recevoir la visite des terribles usuriers.

C’était une famille d’aventuriers dans laquelle la mère avait fini par s’endetter après avoir perdu son épée lors de sa précédente quête. Avant que les requins solitaires n’arrivent chez eux, j’avais rendu une petite visite à ces pauvres gens. Après avoir écouté leur histoire de lutte et d’amour, je leur avais donné quelques pièces d’or et leur avais dit de recommencer à zéro sur Illsyorea. À ma grande surprise, ils n’en avaient jamais entendu parler, alors ils étaient un peu sceptiques quand ils en avaient entendu parler.

J’avais finalement réussi à les convaincre qu’il ne s’agissait pas d’une escroquerie ou d’un stratagème pour les faire s’endetter encore plus et je les avais fait monter à bord de l’un des navires marchands qui s’y rendaient. La famille d’aventuriers avait un jeune garçon et une jeune fille d’environ neuf ans, l’âge idéal pour entrer dans la classe de Savannah pour les jeunes.

Pendant qu’ils étaient en route pour Illsyorea, j’avais attendu les agents de recouvrement chez eux en buvant calmement mon thé.

« Hein ? Qui êtes-vous, madame ? » demanda l’un d’entre eux quand il me vit.

« Où est la femme qui vit ici ? Où l’avez-vous cachée ? » l’autre m’interrogea.

Après avoir posé ma tasse, je les avais regardés avec un sourire et je leur avais dit : « Cela ne vous concerne plus maintenant… si vous voulez vivre. »

« Hein !? Tu nous menaces, espèce de shikak !? », demandait-il d’une manière très grossière.

« Soupir. Je n’aime vraiment pas quand les gens utilisent cette insulte avec moi. » J’avais secoué la tête et je m’étais levée.

Ils s’étaient approchés de moi, pensant pour une raison stupide qu’ils pouvaient me dominer. Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’était la dernière fois que ces deux-là avaient marché droit. Ce qui avait suivi avait été un coup dur de ma part, puis quelques heures de torture pendant lesquelles ils avaient révélé tous les petits secrets qu’ils connaissaient.

Quand j’en avais eu fini avec eux, je les avais laissés au milieu de la rue, nus et avec les membres cassés à plusieurs endroits.

Si je les avais laissés en vie, c’est parce qu’ils m’avaient donné toutes les informations dont j’avais besoin pour lancer un raid sur leur quartier général. Je me fichais qu’ils racontent à qui que ce soit ce que je leur avais fait. Qui les gardes allaient-ils croire ? Une noble femme élégante et charmante ayant des liens avec Illsyorea comme moi ou les deux imbéciles baveux ?

Cette nuit-là, j’étais arrivée devant le grand bâtiment qui était le siège de cette organisation sans nom. J’étais entrée par la fenêtre ouverte en haut et j’avais ensuite procédé à la neutralisation de tout le monde à l’intérieur. Après les avoir attachés et rassemblés en un seul endroit, j’avais cherché les esclaves. Ils se trouvaient au sous-sol. Il y avait aussi une chambre de torture et quelques cadavres humains, hommes et femmes. Ils avaient tous été brutalement assassinés, comme pour satisfaire le désir de torture et de mort d’une sorte de psychopathe.

La mère du garçon n’était pas là, mais le registre de la chambre chic du deuxième étage indiquait qu’elle avait été vendue à un noble d’une autre ville.

Sur l’île d’Illsyorea, nous avions souvent de nobles étrangers et même de riches marchands qui se pavanaient avec leurs esclaves. Leur défilé n’était pas du tout perçu comme étant de mauvais goût par les habitants de l’île et lorsque ces personnes étaient présentées à mon mari, elles se retrouvaient dans la situation désagréable d’être obligées de libérer ces esclaves qui étaient si chers à leurs yeux. S’ils refusaient, Illsy se contentait de libérer les esclaves lui-même et d’interdire à ces personnes de revenir sur l’île.

N’importe quel autre roi ou noble aurait pris de grandes précautions dans la manière dont il gérait des situations aussi délicates, mais sur l’île d’Illsyorea, nous ne manquions ni d’influence politique ni de force militaire. Nous voulions que les choses soient claires pour tous ceux qui mettaient le pied sur notre île : aller contre nous n’était qu’une action folle.

Pour faciliter la libération des esclaves déraisonnables par ses épouses, Illsyore nous avait appris à désactiver l’enchantement magique à l’intérieur d’un collier d’esclave typique. Les plus compliqués comme celui que portait Savannah étaient un peu hors de notre portée. Une fois que nous avions compris comment fonctionnait le collier d’esclave et ce que nous devions faire pour le désactiver, mettre la théorie en pratique était facile. Il avait même fabriqué des cristaux spéciaux qui pouvaient désactiver temporairement le récepteur de commande du collier tant qu’ils restaient en contact avec lui. Ces cristaux étaient conçus pour empêcher le propriétaire de donner des ordres spéciaux à ses esclaves et pour permettre à l’individu de raconter sa version des faits et de découvrir qui mentait et qui ne mentait pas.

Grâce au registre, je n’avais pas besoin de savoir lesquels des esclaves du sous-sol étaient des esclaves criminels, j’avais donc pu libérer les autres. Pour qu’ils aient une longueur d’avance et ne se fassent pas prendre à nouveau, je leur avais donné l’argent que les esclavagistes avaient gagné en vendant d’autres esclaves et je leur avais ensuite dit de fuir cette ville ou s’ils souhaitaient monter à bord d’un bateau en direction d’Illsyorea.

Avec les prisonniers que j’avais ligotés, je les avais déshabillés et je les avais ensuite jetés au milieu de la rue. Les esclaves criminels étaient laissés à côté d’eux, puis j’avais détruit les piliers de soutien du bâtiment, le faisant tomber.

Lorsque les gardes étaient arrivés, je leur avais donné le registre et leur avais expliqué la situation tout en leur faisant remarquer que je faisais cela parce qu’ils pensaient que je ferais une bonne esclave. C’était un mensonge, mais le fait que j’étais une figure politique importante ne l’était pas. Peu importait qu’ils aient entendu parler de moi ou non, le simple fait de se demander calmement si le roi de ce pays avait l’intention de déclencher une guerre suffisait à faire trembler ces pauvres hommes dans leurs bottes.

Peu de temps après, j’avais quitté la ville et m’étais dirigée vers la ville de Massulkut. À part pour sauver la mère de l’enfant, je n’avais aucune raison d’être là, alors je m’étais immédiatement infiltrée dans la ville et, à l’aide de quelques pièces de monnaie bien placées, j’avais pu trouver le noble que je cherchais. J’étais entrée dans son manoir lorsqu’il avait fait nuit dehors et j’avais neutralisé tous les gardes et les serviteurs à l’intérieur.

Le noble était au deuxième étage, dans sa luxueuse chambre. J’étais tombée sur lui en train de commettre l’acte méprisable d’abuser sexuellement de la pauvre femme esclave. D’un seul coup de poignard, je l’avais soulagé de sa virilité, puis je l’avais assommé sur le sol. J’avais retiré le collier de son cou et je m’étais ensuite enfuie avec elle vers la ville portuaire. Pour être sûre, je lui avais donné un contraceptif et j’avais utilisé un simple sort de guérison sur elle.

« C’est votre fils qui m’envoie. », c’est tout ce que je lui avais dit pour gagner sa confiance.

Elle était dans un état horrible. Elle n’avait pas dormi depuis plus d’un jour. Elle avait des bleus sur tout le corps, et comme toute femme après une telle épreuve, elle se sentait sale et usée. Je lui avais offert un bon repas, un bon bain chaud, une paire de vêtements propres et un lit chaud, puis je lui avais dit comment retrouver son fils.

La dernière fois que je l’avais vue, c’était juste avant qu’elle ne monte à bord d’un navire en direction d’Illsyorea. Elle me remerciait du fond du cœur avec des larmes qui coulaient sur ses joues tout en s’accrochant à la petite pochette de pièces de monnaie que je lui avais donnée.

Ce navire était le même qui allait transporter une partie des esclaves sauvés. Le bateau du capitaine Fandar était déjà parti l’autre jour, donc la mère et l’enfant n’étaient pas si éloignés l’un de l’autre. Avec un peu de chance, ils allaient atteindre l’Illsyorea le même jour et avoir de joyeuses retrouvailles.

Avec cela, il ne me restait plus rien à faire dans le royaume de Rezalia. J’avais entrepris une quête d’escorte qui m’avait fait suivre la caravane des marchands de la Rive Est jusqu’au collectif des marchands de Devmazur. S’il y avait un endroit sur le continent Sorone où je pouvais trouver une piste sur la Guilde de la Rage fantomatique, c’était bien cette nation indépendante créée grâce aux ingénieux stratagèmes et aux innombrables luttes de milliers de marchands.

Il n’y avait aucune entreprise qui ne connaissait pas cet endroit et aucun commerçant qui ne voulaient pas être reconnus par lui, cependant, cela n’était vrai que s’ils étaient assez riches pour que leur nom parvienne à leurs oreilles.

En substance, il était impossible d’ouvrir une entreprise de n’importe quel royaume au sein de cette nation. Les lois du pays stipulaient que pour ce faire, il fallait être reconnu par le Collectif des marchands lui-même. Pour ce faire, un marchand devait montrer ses compétences en matière de troc, de marchandage et aussi d’obtention de marchandises prometteuses. Chaque commerçant devait posséder au moins un objet unique qu’il acquérait lui-même et pouvoir ensuite le vendre à un prix avantageux dans un autre pays que le sien.

C’était assez difficile à réaliser pour les commerçants débutants, mais pas pour les plus riches qui avaient déjà le temps et l’argent nécessaires pour investir dans quelque chose comme ça. Ayuseya était très intéressée par le fait que le Collectif des commerçants de Devmazur considère Illsyorea comme un marché potentiel d’ouverture de produits. Elle avait essayé d’intéresser plusieurs commerçants à l’ouverture d’une route commerciale avec nous, mais jusqu’à présent, elle avait échoué.

Pour l’instant, Illsyorea n’était qu’un petit port où les marchands pouvaient se ravitailler en nourriture et réparer leurs navires. D’une certaine manière, cela avait ouvert une nouvelle voie vers le continent d’Allasn, et les eaux autour de l’île étaient parmi les plus sûres dans lesquelles ils pouvaient naviguer. Pour Ayuseya, cela signifie une bonne publicité et des pièces supplémentaires provenant des taxes d’amarrage.

La principale raison de leur réticence à en faire un marché ouvert était le fait qu’Illsyorea, aux yeux du Collectif des commerçants de Devmazur, n’était pas assez vieux d’un point de vue historique, ni assez grand en tant que population, ni assez sûr comme pour avoir sa propre force militaire privée reconnue. Chaque commerçant avait également des conditions différentes pour ouvrir un magasin sur notre île, tandis qu’une route commerciale était quasiment impossible à moins que la nation elle-même n’accepte l’Illsyorea comme pays.

En tout cas, ma raison de venir ici n’était pas politique, mais j’étais certaine qu’à partir du moment où j’aurais franchi la frontière, les plus hauts responsables de ce pays connaissaient ma présence. Un commerçant devait aussi traiter des informations et ne pas pouvoir le faire peut être fatal pour son entreprise.

Au cours de notre voyage d’une semaine de Rezalia à la capitale du Devmazur, j’avais appris quelque chose sur cette nation, notamment où je pouvais trouver quelqu’un si j’avais besoin d’informations et si j’avais les pièces pour payer. Les autres aventuriers qui nous accompagnaient en tant que gardes étaient ceux qui m’avaient parlé de lui.

Comme c’était une grande caravane, nous étions certainement une cible de choix pour les bandits et les monstres, mais avec moi comme garde, ce n’était rien d’autre que des mouches. Malgré tout, j’avais agi en retenant mes forces pour ne pas donner une mauvaise image aux autres gardes. Ils l’avaient remarqué et ils avaient apprécié mon inquiétude.

« C’est ça, Razneva, la capitale du Collectif des commerçants de Devmazur », m’avait dit le commerçant qui possédait la caravane.

« C’est beau. » J’avais répondu.

« N’est-ce pas ? » dit-il alors en riant.

C’était la fierté et le joyau de sa nation, alors bien sûr, il était heureux quand il m’avait entendue le complimenter.

Razneva était une grande ville entourée de murs d’ivoire. Les grandes tours de garde étaient toutes décorées de belles sculptures, donnant l’impression que tout ce lieu était conçu à des fins artistiques plutôt que militaires. Une fois passé le poste de contrôle à la porte, nous avions été accueillis dans des rues luxueuses pavées de marbre et de grandes maisons d’au moins trois étages. La sensation de richesse qui émanait de cet endroit n’était pas à prendre à la légère, mais lorsque j’avais comparé toute cette beauté avec ma maison, Illsyorea, elle faisait… terriblement défaut.

« Je suis sûr que vous n’avez jamais vu quelque chose d’aussi beau, n’est-ce pas ? » me demanda le marchand avec un grand sourire sur son visage.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre! 🌊🌊🌊

Laisser un commentaire