J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 6 – Chapitre 98 – Partie 2

***

Chapitre 98 : Transport moderne

Partie 2

Là, à quelques pas de lui… le radeau était apparu.

C’était le radeau de bois sur lequel nous avions navigué après avoir quitté l’île des Boss.

C’est le même radeau qu’Illsy avait essayé de nous faire naviguer quand nous avions décidé de nous séparer de l’île des Pirates.

« Illsy ? » Nous le lui avions toutes demandé en le regardant avec un sourire raide et un poing serré.

On pouvait entendre les jointures craquer dans une harmonie qui donnait l’impression d’une fin imminente pour le malheureux donjon.

« Attendez ! Attendez ! C’est une erreur ! Une véritable erreur ! » dit-il en reculant en se serrant les mains en l’air.

« Devrait-on lui faire confiance, les filles ? » leur avais-je demandé.

« Je ne sais pas…, » répondit Zoreya en plissant ses yeux et en tenant son bouclier des deux mains.

« Il a l’air louche…, » dit Tamara en balançant sa queue en l’air.

« L’enterre-t-on la tête la première ? » leur avais-je demandé.

« Je suggère qu’on l’envoie voler, » proposa Nanya.

« Allez, sois raisonnable ! C’était une erreur ! Shanteya, tu me crois, hein ? » dit-il, essayant d’avoir au moins l’une d’entre nous de son côté.

Cela n’avait pas marché.

« Crois-tu qu’un Seigneur du Donjon comme toi, qui peux atteindre un point à plus d’un kilomètre de distance, est capable de confondre une voiture avec un radeau ? » demanda-t-elle.

« Euh… oui ? » il avait forcé un sourire.

« Alors, laisse-nous t’aider à résoudre ce problème ! » avais-je dit avec un sourire froid.

Sa blague s’était terminée ici. On l’avait entouré et on l’avait toute giflée en même temps. La force l’avait maintenu en place, mais son armure magique s’était brisée en mille morceaux. Il était tombé par terre avec les joues rouges.

« Aïe…, » se plaignait-il.

Seul Illsy pouvait survivre à une attaque de cette ampleur, mais alors que d’autres femmes pouvaient menacer leur mari d’une journée sans sexe, nous n’avions ni le courage ni la volonté de le faire. Nous voulions coucher avec lui, et nous en avions apprécié chaque seconde, pour que cela devienne plus une punition pour nous deux plutôt que pour lui seul. D’autre part, les gifles étaient douloureuses et faciles à administrer à ce mari qui se comportait mal, sans que nous, ses femmes respectueuses, ayons à regretter ou à souffrir de quoi que ce soit.

Pendant que nous attendions patiemment la guérison d’Illsy, nous avions parlé entre nous de ce que nous avions visité, entendu et vu à Port Rico. Shanteya et moi leur avions parlé de nos problèmes avec les tailleurs, tandis que Tamara et Zoreya avaient dit que beaucoup pensaient que la nekatare était une esclave. Deux nobles tentèrent de l’acheter et menacèrent la Grande Apôtre, mais de telles choses étaient inutiles contre elles. Tamara était encline à les tuer, mais Zoreya l’avait arrêtée à temps.

Nanya nous avait dit qu’elle avait visité la guilde située ici et avait écrit un message en plusieurs exemplaires, qu’elle avait ensuite envoyé par le système de courrier de la Guilde. Attendre dans la file d’attente lui avait pris plus de temps que prévu, et peu de gens avaient osé la déranger à cause de son apparence démoniaque pas très amicale. Les pointes, les griffes et les dents pointues faisaient peur aux yeux des humains.

Illsy s’était rétabli bien avant que nous ayons terminé nos récits, alors il s’était joint à notre conversation. Quand on lui avait demandé où il avait acheté les esclaves, il nous avait dit où il avait été. Malgré le fait que c’était juste à côté d’un bordel, ça ne me dérangeait pas tant que ça, mais Tamara le regardait fixement. Nanya n’était pas non plus très contente, mais comme il n’y avait pas d’odeur sur son corps pour être utilisé comme signe d’adultère, elle ne l’avait pas frappé. Zoreya, étonnamment, ne voyait pas l’idée d’un homme entrant dans un bordel comme une erreur, mais elle avait avoué que s’il l’avait fait, elle se serait inquiétée si peut-être il avait commencé à se lasser d’elle.

Ses paroles avaient commencé à nous faire baisser les yeux. Après six années passées ensemble sur cette île, Illsy savait tout ce qu’il y avait à savoir sur notre corps. Par conséquent, nous étions en effet un peu inquiètes de savoir si nous pouvions encore le satisfaire.

Pendant une demi-heure, Illsy avait essayé de nous remonter le moral et de nous prouver que nous avions tort. Je crois que nous avions toutes été réconfortées par son petit numéro dès la première minute, mais nous avions continué à lui faire des yeux tristes juste pour le taquiner. Il n’y avait rien de mal à ce qu’on s’amuse un peu avec notre joli mari. D’ailleurs, j’avais le sentiment qu’Illsy n’était pas du genre à se laisser facilement influencer par les charmes d’une autre femme. On plaisantait, mais on lui faisait confiance.

La nuit approchant à grands pas, il n’y avait plus de temps pour la bêtise, alors Illsy avait fait appel à son engin : un chariot métallique sur six roues. Il avait quatre portes et une roue étrange devant l’un des sièges. Il y avait beaucoup de boutons et de cadrans sur le tableau tout comme dans le cas du yacht. Les sièges semblaient être du type confortable que j’avais vu sur le yacht, et nous avions une vue dégagée sur notre environnement grâce à des fenêtres claires comme du cristal. Ce qui était bizarre avec ce chariot, c’est qu’il était surmonté d’un petit canon et qu’il n’y avait pas de siège pour le conducteur. Je ne voyais pas non plus comment un cheval allait le tirer.

« C’est… Qu’est-ce que c’est que ça ? » demandai-je en fronçant les sourcils et en inclinant la tête vers la gauche.

« Il s’agit d’un véhicule terrestre appelé automobile ou voiture, » expliqua-t-il avec un air suffisant sur son visage.

« Où mets-tu les chevaux ? » demanda Zoreya.

« Il n’utilise pas de chevaux, » répondit Illsy.

« Utilise-t-il des poissons volants ? » demanda Tamara.

« Non ! Comment es-tu arrivée à cette conclusion de toute façon !? » rétorqua-t-il.

« Je me fiche de la façon dont ça bouge, mais est-ce le cas ? » demanda Nanya en plissant les sourcils.

« Oui, je l’ai déjà testé sur l’île des Boss. Malheureusement, il n’y a que six places dans celui-ci. Ce n’est pas non plus une voiture normale. Cela s’appelle un véhicule de manœuvre au combat. Il a un canon monté sur le dessus, qui peut tirer des projectiles capables de traverser l’armure magique d’un aventurier de rang empereur. Si j’enchante le projectile, il peut même dépasser celui d’une armure magique divine. » Il s’était vanté.

« C’est assez puissant pour une arme à projectile, » dit Nanya.

« C’est un canon, bien sûr qu’il est puissant. Je voulais faire un Gatling Gun, mais j’ai changé d’avis à mi-chemin dans sa construction. Je voulais quelque chose de classique, » sourit-il.

« Continue l’explication, s’il te plaît, » lui avais-je dit.

J’étais très curieuse de savoir ce que cette étrange voiture pouvait faire. Les appareils construits par notre mari étaient toujours intrigants et intéressants. La plupart du temps, ils étaient aussi amusants à utiliser. Bien qu’il ne nous ait jamais dit sur quoi il travaillait, cela ne nous dérangeait pas qu’il ne nous le dise pas. J’avais trouvé que la façon dont il essayait de garder le mystère et de nous surprendre avec ses inventions démentes était plutôt mignonne.

« Eh bien, le MCV est un véhicule plus orienté vers le transport de personnel que pour le combat direct. Il est bien armé et défendu avec une armure pare-balles enchantée. Il peut rouler à une vitesse allant jusqu’à 160 km/h sur terrain plat et 50 km/h sur… enfin, la plupart des routes de ce monde. Oh, les grandes roues sont assez robustes. On n’aura pas à s’inquiéter de crever un pneu ou quoi que ce soit du genre, » dit-il fièrement.

« C’est assez rapide…, » Nanya l’avait dit avec surprise.

« Es-tu surprise par cette vitesse ? On peut courir plus vite, tu sais ? » lui dit-il.

« Oui, mais pas une calèche… Du moins, je n’en ai jamais vu auparavant, » elle secoua la tête.

« Ce truc n’est pas une calèche, hein ? » lui avais-je demandé.

« Techniquement… en quelque sorte pas. Je veux dire, il a des roues, et tu peux le monter, mais il n’a pas besoin d’un cheval pour le tirer. Le moteur fait le travail pour la bête, tu as juste besoin d’un conducteur qui ne l’écrasera pas dans les choses. » Il haussa les épaules.

« On dirait un véhicule militaire…, » souligna Zoreya.

« Sur Terre, c’était le cas… Mais si l’on prend en considération la possibilité de rencontrer des monstres, des attaques magiques, des attaques de projectiles à distance avec des armes enchantées, alors… un véhicule civil finirait par être extrêmement fragile, » il avait montré un sourire ironique.

« Le yacht de luxe n’est-il pas de même ? » demanda Nanya en plissant les sourcils.

« Oui, mais c’était seulement parce que nous pouvions facilement jeter nos sorts du haut du pont. Pendant que nous sommes dans un véhicule, c’est un peu difficile. Une décapotable, ça marcherait aussi, mais je n’avais pas envie d’en construire une… Ce n’était pas approprié. » Il haussa les épaules.

« Mais je ne vois toujours pas comment nous allons porter les esclaves si ce véhicule ne peut que nous porter ? Shanteya lui demanda ça.

« On va installer ce truc à l’arrière, » répliqua Illsy et fit apparaître une grande boîte carrée à côté de lui.

Contrairement au MCV, celui-ci ne semblait pas avoir un front plat ou un canon, mais il était couvert par le même type d’armure. Il n’avait aussi que quatre roues.

« Ils peuvent rentrer à l’intérieur. » Il acquiesça d’un signe de tête.

« Est-ce un autre véhicule ? » demanda Zoreya.

« Non, celui-ci est quelque chose que vous pouvez attacher à l’arrière d’un véhicule, un chariot de transport. Il n’a pas de moteur, donc il a besoin d’être tiré par quelque chose, » répondit-il.

« Une voiture, en gros, » dit Nanya en s’approchant et en ouvrant les portes à l’arrière.

« Oui, en quelque sorte. » Il acquiesça d’un signe de tête.

Quand j’avais jeté un coup d’œil à l’intérieur, j’avais remarqué qu’il y avait huit chaises placées sur le côté droit et huit autres sur le côté gauche, se faisant face. Il y avait des sangles noires attachées à chacune d’elles.

« C’est quoi, ces trucs ? » Je les avais montrées du doigt.

« C’est ce qu’on appelle les ceintures de sécurité. Cela a pour but de fixer le passager sur le siège afin d’éviter qu’il ne tombe lors d’un trajet cahoteux, » répondit-il.

« Ça a l’air utile, » j’avais hoché la tête en signe de reconnaissance.

Aucune des voitures de notre monde n’avait ce genre d’engin. C’était une bonne idée.

« Ça l’est. D’habitude, ça sauve des vies. » Il acquiesça d’un signe de tête.

« Les calèches de ton monde précédent sont-elles si dangereuses que ça ? » demanda Shanteya en plissant les sourcils.

« Pas des calèches, des voitures… Quand elles roulent à 100 km/h et qu’il y en a plusieurs sur la même voie et en sens inverse, alors oui…, » répondit-il.

« Je ne comprends pas, » avais-je demandé avec les sourcils plissés.

Ses paroles étaient un peu confuses. J’avais du mal à imaginer une situation où un si grand nombre de ces véhicules circuleraient à une vitesse aussi élevée sur la même route. Ça semblait plutôt… apocalyptique.

« Allons-y et trouvons un bon endroit pour camper pour la nuit, » dit-il.

« En effet, » Shanteya hocha la tête.

Après avoir aidé les esclaves à monter dans le chariot et à s’asseoir sur leurs chaises, nous étions montés nous-mêmes dans le véhicule avant. Shanteya était assise à l’arrière à côté de Zoreya. Tamara et Nanya s’étaient assises derrière elles, et comme j’étais la plus grande, j’avais pris le siège avant à côté d’Illsy.

Le véhicule avait fait un léger bourdonnement lorsque son moteur avait démarré et une paire de phares s’était allumée devant lui. La route était bien éclairée, ce qui permettait au conducteur de guider le véhicule loin des trous et des gros rochers autrement invisibles la nuit.

« Allons-y ! » dit Illsy et il appuya sur l’une des deux pédales sous ses pieds.

Le MCV avait commencé à se déplacer et avait rapidement gagné de la vitesse jusqu’à ce qu’il atteigne 50 km/h.

J’avais peur qu’à cette vitesse, nous n’éprouvions le moindre choc sur la route, mais, chose surprenante, c’était une conduite tout en douceur. À moins de heurter une bosse ou un trou plus proéminent sur la route, nous ne sentirions presque rien.

« Je vois que les amortisseurs de chocs enchantés fonctionnent parfaitement, » au bout de quelques minutes, Illsy parla.

« Enchanté quoi ? » demanda Nanya.

« Amortisseurs de chocs. En termes simples, ce sont de gros ressorts reliés aux roues dans le seul but de s’assurer que nous ne ressentons pas dans nos arrières chaque pierre que nous traversons, » répondit-il.

« Ce n’est pas aussi bruyant que lorsque tu montes en calèche, » avais-je fait remarquer.

« Bien sûr, ce sont des fenêtres pare-balles. Leur épaisseur atténue beaucoup le bruit des roues, ce qui le rend plus confortable pour nous, » explique-t-il.

« N’alertera-t-il pas les monstres et les bandits de notre approche ? » demanda Zoreya.

« C’est pourquoi nous avons un canon et une armure épaisse. En plus, je doute qu’ils aient un cheval assez rapide pour nous rattraper, » sourit-il.

« Il n’a pas tort. En plus, si les choses deviennent trop dangereuses, on peut toujours sortir et les finir, » avais-je dit en souriant.

« Combien de temps va-t-on voyager comme ça ? C’est presque la nuit, » demanda Tamara, les oreilles relevées, regardant le paysage dehors comme un prédateur prêt à bondir.

Elle aimait certainement cette balade.

« Jusqu’à ce qu’on trouve une clairière ou quelque chose. Il n’y a pas de problème à voyager toute la nuit non plus. À cette vitesse, nous serons à Krestan dans quatre ou cinq heures, » répondit-il.

« Nous n’avons aucun problème avec cela, mais les esclaves ont besoin d’être traités et nourris. Sans parler du fait que tu dois leur expliquer et nous expliquer la raison pour laquelle tu les as acquis, » Nanya avait fait remarquer.

« Je sais, c’est pour ça qu’on va s’arrêter dans une heure pour installer le campement, » dit-il.

Voyager comme ça ne m’avait pas fait de peine du tout. C’était confortable et relaxant. Le bruit et les bosses de la route étaient à peine perceptibles par rapport à une voiture régulière. Si les nobles connaissaient cette merveilleuse façon de voyager, ils feraient tout ce qu’ils pourraient pour mettre la main dessus. Si nous étions des gens normaux, peut-être aurions-nous quelque chose à craindre, mais quand je m’étais rappelé quels types d’ennemis seraient nécessaires pour nous causer des ennuis, je n’avais pas pu m’empêcher de m’asseoir et de profiter du voyage…

Je suis curieuse de savoir ce qu’Illsy compte faire des esclaves… En regardant la route vide devant moi, j’avais réfléchi à cela.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Je sais pas pourquoi, mais je crois que c'est pas la dernière fois qu'on vois le radeau.

  2. Le terme MCV me semble utilisé a priori seulement par les britanniques, en France, on dit vehicule de combat d'infanterie, les americains infantry fighting vehicle (IFV) ou mechanized infantry combat vehicle (MICV). Pour l'armure, c'est le blindage.

Laisser un commentaire