J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 6 – Chapitre 118 – Partie 1

***

Chapitre 118 : Sous attaque

Partie 1

[Point de vue du Premier Prince]

Il y a plus d’un mois, Illsyore, un Seigneur du Donjon Divin, avait été repéré pour la dernière fois dans l’empire de Paramanium dans la ville portuaire d’Ilia. À ce moment-là, mon père embarquait sur le navire amiral de notre flotte navale et préparait une énorme armada pour intercepter et vraisemblablement vaincre cette puissante entité.

Pendant que ma famille se préparait à la guerre, j’avais réussi à persuader et à empêcher plusieurs familles nobles importantes de participer à cette croisade. J’avais donc épargné juste assez de forces pour établir un périmètre défensif le long de nos frontières au cas où mon père échouerait lamentablement, comme je le croyais. Bien que tous les voiliers en état de marche aient été saisis et envoyés au port d’Ilia, j’avais secrètement donné des ordres pour la construction de plusieurs galions de la marine. Si papa perdait trop de nos navires, nous nous retrouverions dans une position délicate où nous ne pourrions plus défendre nos eaux territoriales.

Père avait été loué comme un empereur sage et puissant, mais sa renommée avait été surtout héritée de mon grand-père, l’ancien empereur. Depuis qu’il avait pris le trône, il n’avait pas apporté un seul changement significatif à Paramanium, mais je pourrais au moins le féliciter d’avoir dupé la plupart des gens en leur faisant croire qu’il avait simplement choisi de ne pas se lancer dans une campagne de conquête.

Il ne pouvait pas me tromper, cependant, il y avait beaucoup trop d’ordres incroyablement stupides qu’il donnait à ses subordonnés. À cause de lui, nous avions perdu la faveur de beaucoup de bons sujets, le culte de la suprématie humaine avait atteint des sommets sans précédent, et nos relations avec nos pays voisins s’étaient dégradées avec chaque ambassadeur que nous leur avions envoyé.

Cependant, je ne mettais pas tout sur le dos de mon père. Le Premier ministre qui se tenait à ses côtés en tant que conseiller était à moitié responsable de toutes les mauvaises décisions prises jusqu’à présent, mais chaque fois qu’il avait été blâmé, il avait réussi à déformer ses paroles de telle manière qu’il vous ait fait penser que c’était juste une circonstance défavorable. Mon frère était assez crédule pour croire chaque mot de cet homme, et mon père le voyait comme un ami.

J’étais le prince premier-né, le prince héritier, mais cela ne voulait pas dire que ma famille me favorisait pour devenir empereur. Sans un soutien suffisant de la part des nobles, je n’obtiendrais jamais la couronne. Quant à maman, elle n’avait jamais voulu se mêler de politique. Sa position était neutre, quel que soit le résultat de notre guerre.

Au moins, je n’allais pas aussi mal que mon frère cadet, le quatrième prince, qui avait imposé à Teslov ce psychopathe assassin de Dankyun. Pourtant, quel genre de destin était-ce lorsque mon père avait signé le papier de libération de ce draconien afin de le mettre dans une escouade spéciale de Suprêmes ?

En reprenant le rapport en question, j’avais trouvé plutôt troublant le peu d’informations dont je disposais sur cette décision impériale. Alors que le but de cette équipe de fortune était d’agir comme une unité paramilitaire dans tout le Paramanium et nos alliés voisins, accomplissant des missions de classe suprême, la complexité derrière l’orchestration de la création de cette unité n’était certainement pas quelque chose que le père aurait pu trouver.

Était-ce le Premier ministre ? me demandais-je.

En déposant ce rapport, j’avais regardé la carte ouverte de l’Empire du Paramanium sur mon bureau et j’avais contemplé le pouvoir politique actuel que détient ma faction.

Grâce à la décision de père de traquer ce Seigneur du Donjon, beaucoup de nobles intelligents commencent à douter de sa capacité à gouverner. Bien qu’il y ait plusieurs Seigneurs qui n’ont pas encore répondu à l’Appel impérial aux armes, ils n’ont pas répondu non plus à mes appels. En fait, je soupçonne déjà qu’ils vont retourner leurs épées contre l’Empire, surtout ceux qui sont peu nombreux sur le continent Allasn et au sud près de la frontière du royaume de Teslov, pensais-je en suivant de mon doigt sur la carte la ligne de la frontière sud de l’empire.

« Qu’est-ce qu’ils veulent ? Ou attendent-ils de voir qui gagnera la lutte pour le pouvoir ici dans la capitale ? » avais-je dit et puis je m’étais penché en arrière dans ma chaise.

Ma faction prenait de l’ampleur, c’était certain, mais jusqu’à ce que mon père revienne vaincu par le Seigneur du Donjon ou qu’il soit proclamé mort, je ne pouvais pas vraiment faire un geste. Beaucoup de nobles n’étaient pas non plus assez stupides pour me déclarer immédiatement leur allégeance. C’était des Merions intelligents qui attendaient patiemment que la bonne nourriture tombe sur leur plateau. Ce n’est que lorsqu’ils étaient certains de pouvoir festoyer en toute sécurité qu’ils essayaient de s’avancer.

J’avais aussi pensé à Savannah Azura, la femme qui avait captivé mon cœur et qui était actuellement en présence d’Illsyore. J’avais prié et espéré pour sa sécurité avant tout. Si l’un des hommes de mon père réussissait à lui faire du mal, je m’assurerais qu’il regretterait d’être né !

***

[Point de vue d’Illsyore]

Après avoir passé la première nuit sur l’île, j’avais décidé de changer l’emplacement du quai et de le déplacer jusqu’au coin nord-ouest de l’île. Sur une zone de 1 kilomètre, j’avais construit une zone d’accostage avec trois grands piliers qui s’étendaient sur un demi-kilomètre vers l’océan. Ils étaient tous reliés à une jetée de ciment à côté de la plage, qui n’avait qu’un seul sentier traversant la plage d’un kilomètre de large.

Là, à la fin, j’avais construit un bâtiment de réception conçu pour servir d’auberge pour tous les invités que nous devions avoir à l’avenir. Derrière, j’avais construit un entrepôt de 1000 mètres de long et 500 mètres de large destiné au stockage de diverses marchandises non périssables.

Parce que j’avais promis à Riveron Sei et Rengar Baria que j’allais les laisser cultiver sur leurs propres terres, je leur avais laissé cultiver une grande surface de 2 km2. À une distance d’environ 1 kilomètre de là se trouvait le grand mur de mon académie.

Avant de commencer à travailler sur ce projet, j’avais construit le premier secteur résidentiel de l’île, situé devant l’auberge et juste à côté de la plage. Tous les adultes et les adolescents avaient leur propre maison, mais les enfants étaient trop jeunes pour s’occuper d’eux-mêmes, alors j’avais construit pour eux un dortoir et j’y avais temporairement affecté Savannah en tant que magnifique directrice. Grâce à ses conseils, ils allaient apprendre à prendre soin d’eux-mêmes jusqu’à ce qu’ils soient prêts à vivre seuls.

***

[À ce moment-là, quelque part sur l’île, toutes les femmes d’Illsyore sentirent une perturbation dans l’air]

« Hm, mon sens de femme me chatouille, » déclara Nanya en sortant une enclume.

***

[Pour en revenir à Illsyore]

Sur la plage, pas très loin des docks, j’avais construit une maison sur la plage. Ce n’était qu’un bâtiment factice dont le seul but était de tester les effets de la marée haute tout au long de l’année. En fonction des résultats, je saurais comment construire un centre de villégiature ici et utiliser la plage comme une attraction touristique. Avec moi, cet endroit serait à l’abri des monstres et des bandits. Les gens n’auraient pas à s’inquiéter que leurs affaires soient volées ou qu’il y ait quelque chose qui se cache dans les profondeurs.

Le terrain de l’académie avait été construit en dernier. Il couvrait une superficie de trois kilomètres sur trois. Le bâtiment principal, d’environ deux kilomètres de long, un de large et de cinq étages avec un toit plat de style moderne, avait la forme d’un C avec l’avant vers la plage. Le chemin d’entrée était pavé de pierre et avait la forme d’un T. Tout le terrain était couvert d’herbe, mais au nord, j’avais fait un endroit pour que Zertan puisse cultiver son jardin d’herbes, et au sud, il y avait un petit stade pour les cours d’éducation physique.

Le terrain de l’académie était entouré d’un mur de dix mètres de haut avec quatre hautes tours de garde. Vu d’en haut, il ressemblait peut-être plus à une prison qu’à une école, mais je l’avais fait ainsi pour donner l’impression à tous ceux qui regardaient de l’extérieur que cet endroit était le plus important de l’île.

D’une certaine façon, c’était vraiment comme ça parce que tout près du mur est, derrière le bâtiment de l’académie, se trouvait ma maison, qui servait aussi d’entrée au donjon. Bien que je n’avais pas encore construit ce donjon, il allait jouer un rôle crucial dans le développement de l’esprit et des capacités de mes élèves.

Pour l’instant, outre les enseignants eux-mêmes, tout le monde était inscrit à l’académie. Dès que j’avais fini de construire tout le reste, y compris l’ajout de meubles à l’école et l’installation de la bibliothèque, j’allais officiellement commencer les cours.

La construction de tout cela m’avait pris environ deux semaines, mais la dernière partie, le donjon, était encore en chantier. Je devais m’assurer que ce ne serait pas vraiment facile, pas mon genre de « facile », alors j’avais demandé à Nanya et Savannah de superviser la construction, car les deux femmes étaient les mieux placées pour me donner les bons conseils. Si cela ne tenait qu’à moi, les aventuriers classés Suprêmes seraient à peine capables de terminer le premier étage, et encore moins tout le donjon.

Ainsi, un mois et deux semaines s’étaient écoulés depuis notre arrivée sur cette île, et tout commençait à être beau, y compris le donjon. Il y avait eu quelques navires qui étaient passés par curiosité. Ils avaient échangé quelques marchandises et étaient partis. Pour m’assurer qu’ils reviendraient, je leur avais acheté beaucoup de choses, et j’avais même offert au capitaine une grosse somme pour répandre les bons mots sur mon petit village ici.

Avec mon Territoire du Donjon couvrant toute la surface de cette île et quelques kilomètres d’eau autour, j’étais bien préparé en cas d’invasion, du moins je le pensais.

Quand j’en avais parlé, Shanteya m’avait rappelé que les sorts et les objets capables de cacher sa présence à la capacité de détection du Territoire du Donjon n’étaient pas si difficiles à trouver, surtout s’ils savaient où chercher. Les Divins et les Suprêmes utilisaient souvent ces objets afin d’obtenir un moment de soulagement lorsqu’ils exploraient un donjon puissant.

À la lumière de cette nouvelle information, j’avais décidé qu’une force de patrouille ferait un meilleur travail pour assurer la sécurité de l’île. Ainsi, j’avais convoqué vingt diablotins qui étaient de niveau 1250 et je les avais équipés d’une bonne arme et d’une bonne armure, sans les bottes. Ils préféraient marcher pieds nus pour des raisons religieuses évidentes.

Pour patrouiller le ciel, j’avais fait venir dix harpies et cinq griffons avec des niveaux entre 1000 et 1100. Pour la plupart des gens vivant sur les trois continents, même l’un de ces monstres était un peu exagéré, mais ils représentaient la preuve de ma puissance.

Ces monstres avaient reçu des règles assez strictes à suivre, et à moins que moi ou l’une de mes femmes n’ayons donné l’ordre de « tuer », ils n’étaient pas autorisés à prendre la vie d’un autre être intelligente. L’une de leurs principales tâches consistait également à donner l’alerte lorsqu’ils apercevaient l’approche d’un grand monstre ou d’une grande flotte de navires.

Puisqu’il n’y aurait pas d’établissement convenable sans une ou deux tours de guet, j’avais réaménagé les tours de garde de l’académie. Sur chacun d’eux, j’avais placé une tourelle laser qui pouvait être actionnée par quiconque à qui j’avais donné la permission. Si un intrus essayait de l’activer ou si un enfant s’interrogeait et décidait de jouer dessus, ça ne marcherait pas.

La source d’énergie pour cette chose allait venir du réseau de cristaux de collecte du mana que j’avais prévu de construire dans la période à venir. Pour l’instant, j’avais fourni leurs cristaux par moi-même. Pour l’instant, c’était plus que suffisant pour maintenir de bonnes conditions de fonctionnement.

Au cours des deux derniers mois et demi, j’étais tellement occupé à tout faire, que j’avais réussi à oublier complètement le fait que Paramanium était toujours après moi pour une raison plutôt obscure que je n’avais jamais pris la peine de découvrir. Puis, un jour, j’avais été réveillé de mon sommeil par l’alarme donnée par mes monstres harpies.

Tout le monde sur l’île, dès qu’ils entendirent le son des cloches et les cris des monstres, ils se réfugièrent dans le sous-sol de l’académie, dont les murs étaient faits d’alliage Inconel enchanté.

En gros, c’était un bunker, une sorte d’abri antiatomique.

Une fois habillé, j’avais rejoint mes femmes qui m’attendaient au sommet des murs de l’académie, face à l’océan.

« Qu’est-ce qu’il se passe ? » leur avais-je demandé.

« Regarde. » Nanya avait pointé du doigt une flotte de 86 grands galions avec leurs canons dirigés vers nous.

« Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je encore une fois.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Dankyun libéré ? Il va redevenir gaga en voyant notre donjon 😈

Laisser un commentaire