J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 6 – Chapitre 116 – Partie 1

***

Chapitre 116 : S’échapper de Paramanium

Partie 1

[Point de vue d’Illsyore]

J’avais poussé un soupir en regardant les corps des aventuriers et des soldats morts sur le terrain. Ils avaient eu la chance de reculer même après avoir été témoins de mon pouvoir. Normalement, d’autres personnes se seraient aussi attaquées à leur famille ou auraient parlé de la destruction sans fin de leur ville natale, mais je n’étais pas comme ça. Un tel individu ne savait qu’abuser de son pouvoir et agir comme un monstre.

C’était un honneur de savoir quand se retirer et quand rengainer son épée. Si, à un moment donné, je craignais ceux qui étaient plus puissants que moi, cela ne m’accordait pas le droit d’agir comme eux envers ceux qui étaient plus faibles que moi. Je n’avais pas peur de leurs représailles ou de leur vengeance. Bien sûr, s’ils s’en prenaient à moi avec persévérance, comme je l’avais fait avec les aventuriers et les soldats d’ici, j’allais utiliser ma force pour les écraser tous, mais seulement ceux qui avaient été à l’origine du combat.

Pour être honnêtes, la plupart des donjons qui composaient les Ténèbres avaient un état d’esprit qui entrait dans la catégorie de l’abus de pouvoir et du comportement avec les faibles tout comme les forts le faisaient avec eux. Je n’avais jamais pu accepter ce genre de comportement, mais je ne pouvais pas l’ignorer non plus. C’est pourquoi je m’étais fixé des règles claires sur le moment de tuer, de blesser et de pardonner. De cette façon, j’espérais aussi aider Nazra et Maragun, la déesse et le Dieu de la justice.

La dernière fois que j’avais rencontré ces deux-là, le Dieu sacré des gros seins était attaché au plafond du bureau de Melkuth pour ne pas harceler sexuellement les déesses endormies là-bas. Ils m’avaient dit qu’au lieu de dépendre d’eux, je devrais être conscient de mes propres pensées et être plus ferme dans mes propres décisions. Ce n’est pas exactement ce qu’ils avaient dit, mais c’était ma façon d’interpréter leurs paroles. J’avais pleinement confiance dans les dieux qu’ils viendraient me faire savoir si je m’égarais. C’est cette pensée même qui m’avait donné un peu de tranquillité d’esprit, peu importe le nombre de personnes qui avaient fini par mourir par ma main.

« Chargez tout le monde dans la voiture, nous quittons cet endroit, » avais-je dit à mes femmes en regardant les soldats effrayés devant moi.

Je ne leur avais pas dit un mot de plus.

Leurs blessures les avaient empêchés de se battre correctement, mais je voulais quand même m’assurer qu’il n’y en avait pas d’autres du genre à tuer. Une fois le camp rempli, j’avais laissé un tas de potions de guérison sur le sol qui pourraient arrêter le saignement si elles étaient versées directement sur la plaie. Il était également bon pour empêcher l’infection de s’installer ou de se propager si elle avait déjà commencé.

« Aujourd’hui, vous avez choisi de vivre, n’oubliez pas cela quand vous retournerez dans vos familles, » leur avais-je dit en me retournant et en montant dans la voiture.

Ayuseya était sur le siège passager à ma droite, tandis que Zertan et El’zavara étaient derrière nous ensemble Shanteya, Tamara, Nanya et Zoreya. Savannah était dans la voiture arrière avec les enfants.

« Est-ce que tout le monde a fini ce qu’il avait à faire sur ce continent ? » leur avais-je demandé sans me retourner pour les regarder.

« Oui, j’ai libéré mes anciens domestiques de leur contrat d’esclavage. Seuls Soleya et Marcelle ont décidé de rester. Les autres ont exprimé le désir de voyager et de trouver leur propre but, » répondit Ayuseya.

« On a acheté toutes les épices et les esclaves qu’on a pu trouver et on s’est précipités ici, » déclara Nanya.

« Il n’y a rien ici pour moi, mon mari, » déclara Zoreya d’un ton ferme.

« Dès que nous sommes montés dans cette étrange voiture, ma femme et moi étions prêts à quitter Paramanium, » dit Zertan.

« Néanmoins, c’est un grand acte de foi, » avait fait remarquer Shanteya.

Techniquement parlant, on s’était rencontrés il y a quelques heures, et ils avaient déjà été entraînés à mes côtés. Il ne serait pas surprenant qu’il s’inquiète de me suivre ou qu’il nous voie comme de parfaits étrangers. Pour eux, c’était vraiment un grand acte de foi.

« Pour l’instant, nous pensons que cela en vaut la peine, » déclara El’zavara.

« N’avez-vous rien laissé derrière vous ? Comme un sac à l’auberge ou quelque chose comme ça ? » demandais-je en plissant les sourcils.

« Nous avons tous nos bagages avec nous, » répondit Zertan.

« Eh bien… C’est bien, alors. Allons-y ! » avais-je dit et démarré le moteur.

En tournant le volant, nous étions partis du camp et nous nous étions dirigés tout droit vers les portes nord de la ville portuaire d’Ilia. Il y avait des chances qu’on ne nous permette pas d’entrer aussi facilement qu’avant l’arrivée du noble.

Son apparition soudaine avait été une surprise pour moi aussi, mais si l’Empereur lui-même ordonnait ma capture, ce ne serait pas une surprise s’ils envoyaient une affiche de recherche ou quelque chose dans cette ville avant que j’aie eu l’occasion de partir. L’utilisation des oiseaux comme messagers était une pratique très courante même dans ce monde fantastique, bien que je n’aie pas non plus exclu l’existence d’artefacts magiques qui agissaient comme des smartphones modernes.

« Regarde ! En haut devant ! Ils ont mis en place une barricade ! » avait souligné Ayuseya.

« Je le vois ! » avais-je dit et j’avais arrêté la voiture à une distance de 20 à 30 mètres.

Les soldats et les gardes formaient deux rangées d’hommes, arrêtant toute entrée pendant que les voyageurs se cachaient dans la forêt sur les côtés gauche et droit de la route.

« Ayuseya, prends le volant. Zoreya, Nanya et Tamara, venez avec moi dehors. On défendra les voitures en se dirigeant vers le port, » leur avais-je dit le plan et j’étais sorti de la voiture.

Mes femmes m’avaient suivi.

« Nyahahaha ! Ces idiots vont mourir aujourd’hui ! » déclara Nanya en aiguisant ses griffes l’une contre l’autre.

« Pourquoi ton rire ressemble-t-il plus à celui d’un chat que le mien, Nya ? » Tamara s’était plainte.

« Mon bouclier est à toi, Melkuth, mais mon corps et mon cœur appartiennent à Illsyore ! Fumu ! » Zoreya avait fait une déclaration scandaleuse avec laquelle j’étais totalement d’accord.

À mon insu, quelque part dans le ciel, un certain dieu était tombé de sa chaise.

« Gardons le nombre de cadavres le plus bas possible, d’accord ? » avais-je suggéré avec un sourire.

« Bien sûr ! Quelle était déjà la population totale de Paramanium ? » Nanya plaisanta en me montrant un sourire diabolique.

Les humains qui formaient les deux lignes pouvaient déjà sentir sa monstrueuse et engourdissante intention meurtrière. Trois d’entre eux tremblaient dans leurs armures, et un autre à l’arrière du groupe essayait de s’enfuir en douce.

« Attaquez ! » avais-je ordonné.

Trois choses floues étaient passées devant moi, et dans l’instant qui avait suivi, tous les soldats avaient été retirés du combat. La bataille s’était déroulée si vite qu’ils n’avaient pas eu le temps de donner l’ordre de battre en retraite. Tamara avait été la première, et elle avait éliminé le commandant qui supervisait l’opération du haut du mur. Elle avait bondi et lui avait donné un coup de pied dans la poitrine, le jetant par la fenêtre ouverte de l’autre côté de la pièce.

Nanya et Zoreya avaient maintenu une vitesse similaire et s’étaient séparées à une distance de 10 mètres d’elles. La démone se dirigeait vers la droite, tandis que l’apôtre en armure se dirigeait vers la gauche. Il s’agissait d’une manœuvre en tenaille qui, dans des cas normaux, aurait eu pour but de semer la confusion chez l’ennemi et de diviser sa force d’attaque. Dans ce cas, cependant, l’ennemi n’avait même pas eu le temps d’être confus, ils avaient été éliminés trop vite.

« Bon travail, vous trois. Nettoyons ce bordel ! » avais-je annoncé avec un sourire en m’approchant des portes.

Mes femmes avaient commencé à éloigner les hommes inconscients de la route, pour faire de la place pour que le MCV puisse traverser en toute sécurité. Pendant ce temps, j’avais sauté sur le mur et je m’étais dirigé vers la salle de contrôle de la porte. D’un coup de pied, j’avais défoncé la porte et surpris les soldats à l’intérieur.

« PARTEZ D’ICI ! » criaient-ils, mais je les giflai, les rendant inconscients.

Ils étaient si faibles que j’avais l’impression de les intimider. Pourtant, je ne m’attendais pas à trouver un défi dans cet endroit de toute façon. D’après la carte que j’avais trouvée dans la grotte du Roi des Pirates, il y avait clairement quelques continents où les niveaux moyens étaient bien au-delà de 2000. Ici, le niveau 1000 était rare.

Le système de remontage du portail métallique était simple et conçu pour être actionné par deux hommes forts. Moi, par contre, je pourrais le tourner avec mon auriculaire. Une fois que j’en avais terminé ici, j’avais sauté par la fenêtre et j’avais utilisé un puissant sort de vent autour de moi pour repousser la petite armée de soldats postés ici au cas où quelqu’un passerait.

Mon intention n’était pas de les tuer, mais quelques fractures étaient inévitables. La vitesse du vent était assez forte pour les faire reculer de plusieurs mètres.

« M-monstre…, » avait commenté l’un d’eux.

« Soupir… Je ne suis pas un monstre, juste un donjon amical ! » lui avais-je montré un sourire, et il s’était évanoui à cause du choc. « OH FRANCHEMENT ! Je ne suis pas si moche que ça ! » avais-je rétorqué pour plaisanter, puis j’avais tourné mon attention vers les portes.

Alors que les soldats étaient encore dans un état de confusion, j’avais enlevé la poutre de bois qui maintenait les portes fermées et je l’avais lancée sur le côté, laissant ainsi un passage libre à mes épouses pour entrer avec le MCV.

« Tamara, où as-tu trouvé le poisson frit ? » avais-je demandé en pointant du doigt les morceaux qu’elle tenait dans ses mains.

Il avait aussi été fraîchement cuit.

« Je m’ennuyais, Nya. Je suis allé à la mer, je les ai pêchés en une seule fois et je suis revenue ici pour les cuire avec une boule de feu ! T’en veux un ? » dit-elle et m’en offrit un.

Ce cerveau de chat était une beauté que je ne pouvais pas refuser. De plus, elle était bonne pour les câlins, les animaux de compagnie et les câlins, et elle était très souple au lait et… Ahem ! De toute façon…

J’avais pris le poisson et je l’avais mangé rapidement.

Pendant ce temps, les habitants s’étaient déjà abrités chez eux. Des regards remplis de peur nous regardaient à travers les fentes des fenêtres, mais personne n’osait sortir et nous faire face. Même les soldats qui avaient réussi à rester conscients essayaient de reculer et de fuir.

Sans hésitation, nous avions couru dans les rues et ouvert la voie au MCV. À part quelques chariots qu’il fallait pousser et un groupe de soldats que nous avions renversés, rien ne nous empêchait d’atteindre les quais.

Mais dès que nous avions quitté les rues, nous avions vu trois grands galions alignés devant nous avec leurs canons latéraux dirigés vers nous.

« FEU ! » cria le commandant du premier navire.

Une rangée d’explosions avait été entendue et des dizaines de boules de métal noir avaient volé vers nous.

« Au nom de Melkuth ! [Bouclier divin] ! » Zoreya sauta en avant et jeta un puissant sort.

Les projectiles avaient dans la seconde heurté un mur invisible. Ils perdirent ainsi tout élan. Voyant cela, j’espérais que l’ennemi arrêterait son attaque, mais aucune chance que cela se produise, car un autre barrage de boules métalliques nous avait attaqués.

« [Télékinésie] ! » avais-je crié, j’avais jeté le sort que j’avais appris il y a si longtemps, mais que j’avais appris à maîtriser au fil des ans.

J’avais saisi la coque du navire à l’extrême droite, puis j’avais poussé vers les deux autres. En raison de la puissance de l’impulsion, l’ancre avait été tirée du fond marin, puis le mécanisme de remontage avait fait un fort grincement. Plusieurs marins avaient été jetés par-dessus bord, tandis que d’autres étaient tombés sur le pont. Le capitaine de l’autre navire ordonna à ses marins de se retirer du bord et de tenir la barre à deux mains.

Au moment où les deux navires étaient entrés en collision, des débris et des gens étaient venus des deux côtés. Les deux vaisseaux avaient ensuite coulé sur le chemin du premier navire, créant un mur entre eux et nous.

« J’en ai fini avec eux ! Nanya, Tamara et Zoreya, vous vous occupez des soldats et de toutes les autres nuisances qui nous arrivent ! » leur avais-je dit en me précipitant vers la jetée libre.

« Vous, là-bas ! Stop ! » une bande de soldats et de gardes de la ville s’étaient jetés devant moi, levant leurs boucliers et pointant leurs lances vers nous.

« Au moins, le temps de réaction à mon intrusion est impeccable, » avais-je dit d’un signe de tête.

« Au nom de l’Empereur, je vous ordonne d’arrêter ! » ordonna celui qui ressemblait à un commandant dans leurs rangs.

« D’accord ! Fusroh… Ah, peu importe ! Gifle télékinétique shikak ! » avais-je crié et j’avais utilisé la [Télékinésie] pour les gifler tous dans la rue d’où ils s’étaient installés.

J’avais couru devant eux sans même jeter un coup d’œil pour voir s’ils allaient bien. Dans mon esprit, je ne les avais pas giflés si fort qu’ils allaient mourir, c’était juste assez puissant pour les envoyer voler, littéralement.

« J’ai un chemin clair à suivre à partir d’ici, » déclarai-je en regardant la jetée vide.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    La visite du port ce passe sans accro à ce que je vois.

  2. Illsy a joué a Skyrim

Laisser un commentaire