J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 6 – Chapitre 104 – Partie 2

***

Chapitre 104 : Le nouveau village Ils

Partie 2

« Ça ne peut pas être gratuit…, » commenta la femme à côté de lui.

« C’est gratuit, » avais-je dit.

« Un village ne peut pas être reconstruit comme ça… cela ne peut pas être réel, » dit une autre femme.

« Peut-être qu’il disparaîtra comme les pièces de cet homme…, » déclara un jeune homme d’une vingtaine d’années.

« Attendez ? Quel homme ? Quelles pièces ? Que s’est-il passé ? » avais-je demandé en plissant mon front.

« En effet, votre réaction à ce changement, bien que compréhensible pour la plupart, n’explique pas pourquoi vous penseriez que nous vous ferions payer pour cela, d’autant plus qu’Illsy a offert par bonté de cœur pervers de vous aider, » demanda Ayuseya.

« Hé ! » J’avais plissé les yeux vers la draconienne.

« Mademoiselle, il y a quelques années, un homme est venu dans notre village. Il s’est fait passer pour un riche marchand ambulant et a acheté tout ce que nous avions à des prix ridiculement élevés. Nous pensions faire fortune avec lui, alors nous avons vendu autant que possible… nos meilleurs outils, nos épées, nos poignards, nos couteaux, quelqu’un a même vendu les meubles de sa maison. Il nous restait des sacs de pièces d’or, plus que nous n’en avions vu de toute notre vie ! » il avait fait un geste pour dire à quel point le tas d’or était grand.

« Ce n’est pas normal… Que s’est-il passé ensuite ? » lui avais-je demandé.

« Deux jours après le départ de l’homme avec nos biens… chaque pièce de monnaie dans le village s’est transformée en pierre. » Il baissa les yeux, serrant le poing et la mâchoire.

« N’aviez-vous plus d’argent ? » avais-je demandé, surpris.

Ils secouèrent la tête.

« Il nous a même convaincus d’échanger le peu d’argent que nous avions contre ses fausses pièces… pour l’équilibrer, disait-il, » dit une femme et cracha par terre.

« Nous n’avions pas de marchandises à échanger dans la ville. Nous n’avions pas d’outils pour fabriquer de nouvelles marchandises. Nous n’avions pas d’argent pour acheter de nouveaux outils… Puis le percepteur d’impôts est arrivé… nous avons été forcés d’obliger certains d’entre nous à se vendre volontairement comme esclaves pour que le reste d’entre nous puisse avoir une chance, mais les choses ne se sont pas améliorées. Puis les commerçants ont cessé de venir ici parce qu’ils ont entendu dire que nous n’avions plus d’argent…, » un autre homme poursuivit l’explication.

« Je vois… Et tout ça parce que quelqu’un vous a piégé avec de fausses pièces, » j’avais hoché la tête.

En y réfléchissant, j’avais un moyen d’éviter que cette situation ne se répète.

En fermant les yeux, je m’étais glissé dans mon Esprit Intérieur pendant quelques secondes. J’avais pris un petit disque de fer, j’avais inséré un petit cristal de collecte de mana sur un côté, puis j’avais enchanté le disque avec le sort de [Dissipation des illusions]. J’avais relié l’enchantement au cristal, pour que ce dernier puisse agir comme une batterie.

J’ouvris les yeux et invoquai le disque dans ma paume droite.

« Voici, » l’avais-je dit au jeune homme quand je lui avais donné.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda-t-il en le regardant un peu confus.

« Vous verrez, » déclarai-je. J’avais chanté et activé le sort qui avait créé une copie de moi-même à côté de moi.

« Quoi ? » Le villageois avait reculé, surpris.

« Versez votre Mana dans le Cristal et rapprochez-le de mon clone, » avais-je dit en souriant.

L’homme avait dégluti et hocha la tête. Quand il avait fait ce que je lui avais demandé, l’illusion de mon clone avait commencé à montrer un effet de distorsion et peu de temps après, cela avait complètement disparu.

« Quoi ? » l’homme regarda le disque dans sa main puis à l’endroit où se tenait mon clone. Il agita la main en l’air, mais il ne restait plus rien d’autre. « Il est… parti ? » demanda-t-il.

« Oui. Ce disque est quelque chose que je viens de faire. Il crée autour de lui un petit champ dissipateur qui contrecarre tout sort d’illusion. Comme vous l’avez vu vous-même, ça marche. Vous pouvez l’utiliser pour vérifier n’importe quel article ou pièce dans le futur, » leur avais-je dit avec un sourire.

« Pourquoi feriez-vous ça pour nous ? » demanda-t-il, confus.

J’avais haussé les épaules. « Parce que je le peux, et je le voulais aussi, » avais-je répondu.

« G-G-G-Gratuitement ? » demanda le vieil homme bégayant.

« Oui, » j’avais hoché la tête.

« Ne voulez-vous vraiment rien ? » demanda une femme.

« Vous pouvez toujours me vénérer comme votre nouveau dieu, » avais-je dit en souriant.

Ils avaient commencé à parler entre eux.

« Je plaisante ! Je plaisante ! Si Melkuth apprend que je vous ai fait me vénérer, il me tuera ! » m’étais-je plaint.

« Melkuth ? Le Dieu de la guerre ? » demanda l’un d’eux, surpris.

« Oui, la dame en armure complète là-bas, c’est son apôtre et aussi ma femme. En fait, c’est Melkuth qui m’a donné le nom de Deus ! » J’avais ri et frotté l’arrière de ma tête.

« Pardon ? » L’un d’eux avait parlé, mais il était clair que leur bon sens commençait à se briser comme un verre bon marché brisé par une pierre.

« Oubliez ce que j’ai dit. » J’avais détourné le regard.

« Donc vous ne voulez vraiment rien en retour ? » demanda l’homme qui tenait le disque dissipateur.

« Oui. Passez à autre chose, mais si je devais dire quelque chose de précis, vous pourriez me rendre service et essayer d’éviter à tout prix de vous vendre en esclavage à l’avenir. Oh, et ne faites pas de discrimination contre les esclaves et les autres espèces. Je veux dire, ne commencez pas et ne croyez pas à l’idée idiote et illogique que les humains sont hauts et qu’ils peuvent et doivent dominer tout le monde. Si vous pouvez le faire, alors cela me convient, » avais-je dit avec un sourire et un pouce levé.

« Oui… oui, on peut le faire, » l’homme hocha la tête et sourit.

« Bien ! Alors pendant que vous irez vérifier vos nouvelles maisons, j’irai faire mes valises ! Oh, et chaque appareil dans vos nouvelles maisons est alimenté par un de ces cristaux similaires à celui du disque. Chargez-le avec votre Mana et utilisez les interrupteurs à côté pour activer ou désactiver tout ce qu’il contient. Je vous laisse explorer et tester les choses ! Cela devrait être relativement sûr…, » avais-je dit avec un sourire en lui tapotant l’épaule.

« Euh… d’accord, » il acquiesça d’un signe de tête un peu confus.

Alors qu’ils se dirigeaient vers leurs nouvelles maisons et regardaient autour d’eux leur village reconstruit, j’étais retourné vers mes femmes et j’avais commencé à faire nos valises. J’avais absorbé le bâtiment que j’avais engendré et j’avais dit aux esclaves de monter à l’arrière des compartiments du MCV.

J’avais pris le volant et j’avais sorti la carte.

« Nous sommes ici, à Ils, donc… nous devons atteindre cet endroit… Kantor. Ça devrait être à six heures de route, je crois. On n’oublie rien derrière, hein ? » avais-je demandé à mes femmes.

« Le bon sens ? » demanda Nanya.

« On l’a perdu dès qu’on a couché ensemble, » avais-je souri.

« En parlant de ça…, » dit-elle, mais avant de finir, Zoreya l’interrompit.

« Illsy, je pense qu’il vaudrait mieux leur laisser un lieu de prière. J’y ai pensé, et je n’ai pas vu de temple ou de sanctuaire. Peux-tu restaurer celui que tu as absorbé il y a un instant ? » demanda le Grand Apôtre.

Nanya la regardait fixement.

« Euh… bien sûr, » j’avais hoché la tête et fermé les yeux.

Une fois sorti de mon corps, j’avais engendré un petit temple dédié à aucun dieu en particulier. Je n’avais aucune idée de qui ils adoraient ici.

« Voilà ! Tout va bien ? » lui avais-je demandé après mon retour.

« Oui. Je te remercie, » elle hocha la tête et embrassa ma joue.

« D’accord ! Allez, on bouge ! » avais-je dit en démarrant le moteur et en allant à la porte ouest du village.

Là, plusieurs villageois nous attendaient, dont le vieil homme bégayant. J’avais arrêté la voiture et j’avais baissé la vitre.

« Nous allons y aller maintenant. Prenez soin de vous, et je vous souhaite bonne chance ! » avais-je dit en souriant.

« N-Nous ne pouvons pas vous remerciez assez pour tout cela, » dit-il les larmes aux yeux, puis ils baissèrent tous la tête.

« Pas de problème ! Ah, avant que je parte, voilà ! » avais-je dit et puis j’avais fait surgir des ingrédients alimentaires et je les avais placés juste à côté d’eux. « De la nourriture et des graines qui survivront par ce temps. Bonne chance ! » avais-je dit en souriant.

Après avoir remonté la vitre, j’avais conduit la voiture hors du village.

« Voilà pour leur bon sens, » dit Nanya en secouant la tête.

« Tu as bien fait, mon amour, » dit Shanteya avec un doux sourire sur les lèvres.

« Je suis moi aussi d’accord avec cela, » dit Ayuseya d’un signe de tête.

« Et ils n’ont jamais su que j’étais un Donjon ! » avais-je dit en souriant.

« C’est vrai, » déclara Nanya.

« Nya ? Mais j’ai dit au vieux que tu en étais un, c’est pour ça que tu peux faire toutes ces choses magiques bizarres, » déclara Tamara.

J’avais failli nous conduire dans un arbre quand elle avait dit ça.

« Tu as fait quoi !? Quand !? » avais-je demandé, surpris.

« Nya… hier soir, je crois ? Il a demandé si tu étais humain. Je lui ai dit que tu étais un Donjon aimé des Dieux ! » gloussa-t-elle.

« Soupir… Espérons qu’il n’y réfléchira pas trop, » avais-je dit avec un sourire ironique.

« Cette nekatare nous fait des ennuis ! » Nanya grogna en se touchant la joue.

« Nya ? » Tamara nous avait regardés en réponse avec une expression sur son visage qui indiquait qu’elle n’avait aucune idée de ce qu’elle avait fait.

« Hehe ! » Ayuseya avait juste fait un petit rire.

Eh bien, comme ils n’avaient plus rien à voir avec nous, nous avions continué à rouler vers Kantor. Je me demandais en chemin quelles aventures nous y attendraient, d’autant plus que c’était une ville réputée pour ses marchands d’esclaves venus de tous les coins du Paramanium pour exposer leurs marchandises.

[Trois jours après le départ d’Illsyore d’Ils Village. Troisième point de vue]

Grâce à l’aide du Seigneur du Donjon, les villageois du village d’Ils avaient rapidement réussi à reconstruire leur petite vie. La nourriture qu’on leur offrait avant son départ était plus que suffisante pour leur permettre de passer l’hiver, surtout s’ils la rationnaient soigneusement avec les produits de la chasse qu’ils se procuraient dans la forêt. Pendant ce temps, ils avaient planté les graines et utilisé leurs nouveaux outils pour produire diverses marchandises qu’ils pouvaient vendre dans la ville.

À l’heure actuelle, ils s’étaient retrouvés à un nouveau point de départ où ils avaient tout ce dont ils pouvaient avoir besoin, et même plus, pour payer leurs impôts et éviter de devenir esclaves. Plus que tout, ils avaient l’impression que toutes ces prières de fin de soirée avaient enfin été entendues.

Pour ces gens simples, c’était comme si les dieux eux-mêmes descendaient des hauts cieux et leur tendaient une main secourable.

Maintenant, ils étaient tous rassemblés au sanctuaire à l’entrée du village. C’était simple, avec seulement une statue de bois sur l’autel, mais ce qui était étrange, c’était que c’était une représentation de leur sauveur, Illsyore.

« Ce soir, nous offrons la première de nos nombreuses prières à notre dieu, Illsyore, pour nous avoir sauvés, pour nous avoir guidés, pour nous avoir donné de l’espoir ! » dit le jeune homme qui avait reçu de lui le disque dissipateur.

L’objet en question était maintenant devenu le trésor du village, mais les paroles de ce jeune homme étaient peut-être la chose la plus étrange de toutes. Il parlait avec une telle piété et une telle croyance qu’il pourrait même rendre jaloux le Grand Prêtre d’un autre dieu.

« Nous offrons nos prières et vous remercions, notre dieu, Illsyore ! » ils parlaient tous dans un cœur.

« Oh, Seigneur du Donjon béni par les dieux ! Oh, Seigneur du Donjon, ami des mortels ! Oh, Seigneur du Donjon, Illsyore, notre dieu ! Nous vous offrons nos prières, car notre souhait est que nos paroles vous atteignent et que vos bénédictions tombent sur nous tous, » ils parlaient tous en même temps.

Dans la sainteté de la nuit, sous les lunes du ciel, ce village renaissant avait maintenant trouvé un nouveau dieu… un dieu avec lequel ils étaient tous d’accord de l’adorer. Après tout, à leurs yeux, Illsyore ne pouvait pas être un simple Donjon, il devait aussi être un dieu… Qui d’autre serait si gentil avec eux ? Et d’ailleurs, il y avait tant de choses qui indiquaient ce fait, que dans leur croyance il fallait être aveugle pour ne pas les voir : un temple dédié à aucun dieu spécifique, la plus grande aide offerte en leur temps de besoin, le fait que Melkuth lui-même avait donné un nom à Illsyore, et surtout, le fait que ce donjon était marié à une apôtre de ce même dieu.

Aux yeux des villageois, Illsyore avait le pouvoir d’un dieu, des relations avec eux, et le bon cœur aussi… Pourtant, il leur avait quand même fallu trois jours pour surmonter le choc d’avoir été en présence d’un « dieu » et accepter le fait qu’il était bien un Seigneur du Donjon…

De haut dans le ciel, Melkuth regardait la scène des prières et n’avait qu’une seule chose à dire.

« Je sens le Divin dans leurs prières… »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire