J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 57 – Partie 1

***

Chapitre 57 : La chute d’un marchand avide

Partie 1

En arrivant au Colisée, nous avions découvert que nous ne pouvions pas entrer avant que Deroak ou quelqu’un le représentant, ne soit arrivé et n’ait dit aux gardes qui nous étions. Si nous voulions payer pour le spectacle, ce n’était que deux Silverettes, mais comme nous voulions nous battre, c’était une autre affaire.

Nous avions attendu à l’entrée jusqu’à ce que Deroak arrive avec à ses côtés ses deux gardes et un homme maigre d’une vingtaine d’années. Les esclaves qu’il avait amenés pour ce combat étaient à l’arrière d’un chariot qui devait arriver peu après. L’homme maigre s’occupait des procédures, alors pendant qu’il faisait cela, je suivais Deroak avec Tamara jusqu’à nos sièges. Nanya, Shanteya et Ayuseya avaient été emmenées par l’un des employeurs du Colisée dans la zone d’attente des combattants.

La première chose qui avait attiré mon attention, c’était la façon dont ce bâtiment avait été construit. Cela me rappelait fortement un stade typique de la Terre avec un toit rétractable. La seule différence résidait dans les matériaux utilisés par ces personnes et dans le fait que le toit était resté ouvert en permanence. Une structure compliquée en bois à nervures l’empêchait de tomber sur nos têtes. Cela ressemblait presque à de l’ingénierie moderne avec un peu de magie en plus.

Il y avait quatre rangées pour la population normale, et la zone de combat au milieu était légèrement elliptique, mais le ring lui-même était un cercle de pierres aplaties à dix centimètres du sol. Les sièges de la noblesse et de la royauté étaient situés de part et d’autre de l’axe principal. Le roi et sa famille avaient un siège spécial que personne d’autre ne pouvait utiliser. Sur l’axe mineur, les riches marchands et les marchands d’esclaves avaient aussi leurs propres zones séparées. La division entre les deux était due au fait que ce dernier apportait le divertissement, du moins m’avait-on dit lorsque je l’avais demandé à l’un des hommes travaillant ici.

D’habitude, il n’y avait pas un jour qui passait sans qu’une ou deux batailles aient lieu ici, mais les grands événements étaient réservés et programmés correctement. Dans notre cas, cela allait être considéré comme un événement mineur qui n’avait pas besoin d’être annoncé.

« J’en déduis que vous avez déjà parlé avec vos combattants pour savoir qui partira en premier. » m’avait demandé Deroak alors qu’il se penchait en arrière sur sa chaise.

J’étais assis à côté de lui et Tamara devant moi, regardant avec curiosité par-dessus bord le grand ring au milieu. Sa queue se balançait lentement de gauche à droite.

« Oui. On peut commencer quand on veut, » j’avais souri.

Le marchand claqua des doigts, et l’un des gardes se précipita hors d’ici, très probablement pour faire savoir aux personnes travaillant dans ce Colisée qu’ils pouvaient commencer le spectacle.

Bien que cet endroit puisse accueillir près de 500 personnes, il n’y en avait qu’une cinquantaine pour assister aux combats de mes filles. Peut-être que c’étaient des habitués ou qu’une bataille plus intéressante était sur le point d’avoir lieu après ça ?

« Mes estimés invités ! » cria quelqu’un au milieu du ring, attirant l’attention de tout le monde.

C’était un homme d’environ 40 ans, avec une longue queue de cheval et vêtu de vêtements blancs de la tête au pied. Il n’y avait pas de marques ou de broderies spéciales dessus, étant aussi simple qu’elles pouvaient l’être.

« Pour le match suivant, nous assisterons à une bataille entre une guerrière draconienne et l’un des esclaves de Deroak ! Le propriétaire de la draconienne et le marchand d’esclaves Deroak ont convenu d’un petit pari, celui qui réussit à accumuler trois victoires au total sera déclaré vainqueur de leur pari amical ! Sans plus attendre, que la bataille commence ! » il leva les bras vers le ciel et les abaissa rapidement.

Deux portes s’ouvrirent et d’un côté, Ayuseya sortit en portant l’épée que je lui avais faite, tandis que de l’autre côté, un homme musclé faisait son apparition, portant un gros marteau et nous montrant un grand sourire. Grâce à ça, je savais qu’il lui manquait quelques dents.

Après le départ du présentateur, les deux guerriers s’étaient avancés, eh bien... la princesse et l’esclave.

« Ce sera intéressant, j’espère que votre femme ne tombera pas trop vite, » Deroak avait souri.

« Je l’espère aussi, c’est la plus forte de toutes ! » lui avais-je montré un sourire confiant.

« La plus forte ? Vous commencez en force, n’est-ce pas ? » déclara-t-il en riant.

« Bien sûr ! Quand dans une bataille, vous ne perdez pas de temps avec de petites attaques, vous frappez votre ennemi rapidement et sans pitié ! » avais-je déclaré. Puis j’avais fléchi mes biceps comme un aventurier classique.

« Oh ? Vraiment ? » le marchand avait l’air satisfait de quelque chose.

Je pouvais deviner pourquoi il souriait. À ses yeux, je prenais l’image d’un idiot musclé avec une avidité aussi grande que la sienne. Cela signifiait que je pouvais être influencé par les pièces de monnaie brillantes qu’il me balançait devant moi. À moins, bien sûr, qu’il n’ait été un maître acteur et une sorte de génie qui avait déjà vu clair dans mon petit plan.

La bataille avait commencé avec l’esclave attaquant Ayuseya. L’homme avait essayé de la frapper d’un coup de son arme, et son arme avait touché Ayuseya. Grâce à mes sens améliorés, je pouvais voir qu’il ne touchait même pas la dragonne. Son armure magique était tout simplement trop épaisse. Il y eut un moment de pause pendant qu’il réfléchissait à ce qui s’était passé, mais la draconienne ne le laissa pas faire et lui donna un coup de pied dans le ventre, malheureusement, elle trébucha sur sa robe et tomba sur son dos.

« Ahahahahaha ! » le marchand riait et il n’était pas le seul.

Arrête de te moquer de ma femme ! Je vais tous vous tuer ! avais-je grogné dans ma tête.

« Hm ? Vous êtes peut-être contrarié par ça, non ? » avait souri le marchand.

« Non, bien sûr que non... cette bataille commence à devenir intéressante ! » J’avais aussi ri maladroitement.

Ayuseya se leva juste à temps pour bloquer l’attaque du guerrier. Elle l’avait repoussé et lui avait donné une gifle sur le visage. C’était si puissant qu’il était sorti du ring et s’était écrasé dans le mur. Il avait été assommé et avait perdu le reste de ses dents.

« Hein ? » Deroak avait été surpris par cette soudaine tournure des événements.

« Et nous avons une gagnante ! La draconienne ! » s’écria le présentateur, me foutant la trouille.

Cet homme a des poumons puissants ! avais-je pensé en essayant de calmer mon cœur qui battait vite. Même Tamara se couvrait les oreilles.

« Celle-là, elle est très forte, » déclara Deroak en se frottant le menton, probablement en faisant une évaluation du prix de vente.

« Comme je l’ai dit, elle est la plus forte de mon équipe, » avais-je souri.

Après que l’esclave avait été sorti de là, le deuxième avait suivi. Cette fois, c’était un homme faible, un peu maigre à mes yeux, mais il semblait plus fort que le dernier. Dès que la bataille avait commencé, ce type avait commencé à jeter des sorts. Il lui avait fallu un peu de temps pour canaliser le mana, mais Ayuseya ne l’avait pas laissé faire. Elle avait sauté vers lui et l’avait frappé avec la poignée de son épée dans l’estomac. Toux, l’homme s’était effondré sur ses genoux et l’avait regardée alors qu’il subissait un coup de poing au visage, et donc ce match avait aussi été réglé. L’esclave, un mage, avait été assommé.

« Et nous avons une gagnante ! La draconienne ! Cette dame peut donner un coup de poing ! » cria-t-il.

« Pas mal, vous ne trouvez pas ? » avais-je souri et jeté un regard du coin de mes yeux sur le marchand.

Deroak n’avait pas l’air très content, mais j’espérais que ce n’était pas ses plus forts. Si Ayuseya perdait face à une mauviette, il se méfierait d’elle.

« Je me demande si la prochaine bataille sera ainsi, » déclara-t-il, puis il me regarda ayant un changement dans les yeux.

Il les a donc classés par ordre croissant en fonction de leurs forces ? Le dernier doit être assez fort... m’étais-je dit en regardant le ring.

Ayuseya me regarda à ce moment-là, et je hochai la tête une fois, lui faisant savoir que c’était bien pour elle de perdre maintenant.

La bataille suivante allait commencer. Le présentateur s’avança au milieu du ring et annonça le prochain combattant, un autre esclave de Deroak, cette fois un homme el’doraw. Il avait à peu près la même taille que Shanteya, mais pas la même masse. Il avait une carrure athlétique et très peu de cicatrices sur son corps, d’après ce que j’avais pu voir. Les armes choisies pour lui étaient deux poignards courbes, mais il était aussi un combattant avec amplification comme Nanya, améliorant ses capacités physiques par la magie.

Quand la bataille avait commencé, il s’était élancé à une vitesse incroyable. Il était au moins dix fois plus rapide que les deux autres, mais beaucoup trop lent par rapport à ma femme. Le premier coup avait touché, mais cela n’avait pas franchi l’armure magique. Ayuseya avait été repoussée de quelques pas, mais elle avait maintenu son équilibre.

« Quoi ? » avais-je dit, en faisant semblant d’être surpris.

Tamara avait relevé les oreilles et m’avait regardé. Même elle ne voyait pas l’homme comme une menace pour la draconienne.

« Hehe ! Mes esclaves sont assez forts, vous savez ? » sourit-il.

En y repensant, j’avais remarqué qu’il n’avait pas du tout peur de perdre ce pari. Au contraire, je pourrais dire qu’il était sur le point de gagner. Pourtant, je n’avais pas à m’inquiéter. À moins qu’il n’ait fait sortir un Suprême, il n’y avait aucun moyen de vaincre Nanya et même là, c’était douteux.

« Peut-être, mais j’ai gagné jusqu’ici, je suis sûr que ma femme gagnera encore, » j’avais souri en montrant que j’avais confiance en ses prouesses.

La bataille devenait de plus en plus intense à chaque instant qui passait. Ayuseya avait fait semblant de ne pas être capable de contre-attaquer ou de suivre sa vitesse. Peu à peu, elle fut repoussée vers le bord du ring. Pendant ce temps, j’avais montré que j’étais ennuyé par la façon dont la situation se développait, tapant du pied et grinçant des dents.

« La draconienne est hors du ring ! L’esclave de Deroak gagne ! » s’écria le présentateur.

La bataille cessa, et Ayuseya s’en alla, la tête baissée.

Ensuite vint Shanteya, mais en même temps, son adversaire, l’esclave el’doraw, fut remplacé par un esclave humain.

« Qu’est-ce que c’est ? Pourquoi l’avoir changé ? » avais-je demandé, surpris.

« Bien sûr que je l’ai fait ! Je n’ai jamais dit que je les garderais après chaque bataille. Quoi ? Avez-vous peur de perdre ? » me demanda-t-il en souriant.

« JAMAIS ! Je parierais même ici tout de suite 10 autres goldiettes que mon esclave va gagner ! » avais-je déclaré et placé les pièces sur la petite table entre nous.

« Très bien ! J’accepte ! » sourit-il.

Je m’étais assis sur ma chaise et j’avais regardé le début de la bataille.

Shanteya sortit son poignard et se précipita vers son ennemi, montrant le même niveau de vitesse qu’un aventurier Avancé. Contrairement à Ayuseya, elle était très habile à contrôler sa force, et son jeu était bien meilleur que le mien. Si bien, en fait, que la bataille qui s’était déroulée devant nous avait semblé terriblement difficile. Shanteya avait de la difficulté à frapper ou à esquiver les coups.

« Elle est très habile..., » déclara Deroak en la regardant se battre.

« Je sais, je l’ai achetée à un entraîneur très habile... argh, mais pourquoi ne peut-elle pas déjà gagner ? » avais-je marmonné les derniers mots d’une voix assez grave pour que le marchand m’entende me plaindre.

« Quand ce sera fini, j’aimerais savoir qui est cet entraîneur. J’aimerais peut-être faire appel à ses services, » m’avait-il dit.

« Hein ? Peut-être..., » avais-je dit. Et j’avais semblé complètement concentré sur la bataille.

« Devrions-nous augmenter le pari à 20 goldiettes ? » me demanda-t-il.

« Hein ? Bien sûr..., » lui avais-je fait signe de partir.

« Très bien, très bien, » il souriait avidement.

La bataille entre Shanteya et l’esclave prenait beaucoup de temps, mais à la fin, elle avait laissé un coup franchir sa défense et cela l’avait fait sortir du ring, garantissant ainsi sa perte. Quand j’avais vu ça, je m’étais assis.

« Commencez-vous à vous inquiéter ? Ne vous inquiétez pas, je vais ajouter ces pièces à la mise finale. Ou bien... voulez-vous parier plus ? » me demanda-t-il.

J’avais froncé les sourcils et je l’avais regardé après ça.

« Non... ça ira..., » avais-je murmuré. Et je m’étais assis.

« Dommage, » il semblait satisfait, mais à l’intérieur, je grinçais de joie.

Mon plan était parfait ! Ce stupide marchand croyait vraiment que j’allais perdre !

« Maintenant ! Pour la bataille finale ! De ce côté, une belle aventurière humaine ! Et de ce côté, Groatak, l’esclave le plus précieux de Dreotak ! » il avait montré du doigt sa droite.

Ce type était assez grand, presque deux mètres de haut, avec beaucoup de cicatrices et des muscles bien formés. Il ressemblait à la brute typique que l’on voit dans le rôle d’un méchant puissant qui pouvait briser un homme en deux.

« Quoi !? Qu’est-ce qu’il veut dire par là ? » l’avais-je montré du doigt. Puis j’avais regardé le marchand.

« Relax mon ami. Comme je l’ai dit, je ne fais que remplacer un esclave blessé par un autre. Ce n’est rien contre les règles de notre pari, n’est-ce pas ? » il m’avait montré un sourire rusé.

Alors c’était ton plan depuis le début, hein ? avais-je pensé qu’en m’asseyant sur la chaise.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

9 commentaires

  1. Cette petite référence à Batman !

    Merci pour la chapitre.

  2. Cela ne doit pas être facile d'éviter de donné un coup trop fort pour ces dames et d'envoyer valser leurs adversaires 🙂

  3. Merci pour ce chapitre

  4. Merci pour le chapitre

  5. merci pour cette première partie^^. hâte de ire la suite, et j’espère vraiment qu'il perdra tout ce marchand^^.

  6. Je pense à un lapsus ici :
    Nanya, Shanteya et Ayuseya avaient été emmenées par l’un des employeurs du Colisée dans la zone d’attente des combattants. Un des employés plutôt ?

Laisser un commentaire