J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 54 – Partie 1

***

Chapitre 54 : L’étreinte d’une princesse

Partie 1

Les deux lunes de ce monde brillaient au-dessus de nous, entourées d’innombrables étoiles scintillantes. Il s’agissait d’une nuit parfaite pour observer les étoiles surtout avec si peu de nuages qui rôdaient au-dessus, et la lumière projetée par les lunes était assez brillante pour éclairer notre chemin à mesure que nous nous éloignions de plus en plus d’Ellora.

Lunaria était la lune toujours présente dans le ciel sombre. Son visage jaune rempli de cratères me rappelait la vieille Lune sur Terre. Beaucoup d’histoires de l’ancien s’étaient concentrées autour d’elle. Bien que j’en connaissais quelques-uns, je n’avais pas encore lu ou entendu les mythes et légendes entourant les belles lunes de ce monde. Lunaria était jaune, mais sa petite sœur, Lunoria, était comme un beau rubis non taillé. L’ombre de la grande lune était projetée sur celle qui se trouvait derrière elle, la cachant partiellement.

Une fois que nous avions atteint une distance raisonnable de la ville, pas trop près de la forêt entourant cette dépression, j’avais étalé mon Territoire de Donjon et recréé la pièce d’hier.

En entrant, j’avais allumé les lumières à l’aide d’un cristal de puissance lumineuse et j’avais allumé un petit feu au milieu. Comme je n’avais pas de cristal de stockage comme Nanya, il me restait à créer une cheminée pour le feu. J’avais aussi ajouté un petit cristal de puissance destiné à contrôler l’air autour de lui. De cette façon, j’avais créé un courant d’air ascendant pour extraire la fumée.

« Fait comme chez toi, » avais-je dit. Puis j’étais entré après Ayuseya.

J’avais fermé la porte derrière nous. Si je me souviens bien, j’avais donné la clé de notre chambre à Nanya à l’auberge, donc il ne devrait y avoir aucun problème avec les autres. Elles me regarderont avec suspicion, sans aucun doute, mais j’avais le sentiment que j’allais survivre.

Ayuseya avait regardé autour d’elle pendant un moment, puis elle s’était assise devant le feu comme elle l’avait fait la nuit précédente. J’avais fait la même chose et j’avais frappé les braises avec un tisonnier, pour remuer un peu les flammes. Il y avait un silence grave entre nous deux, on n’entendait que les crépitements du bois, et par conséquent, je commençais à me sentir plutôt mal à l’aise.

Cette situation... n’est-ce pas un peu gênant ? En regardant Ayuseya.

Ses joues étaient d’un rouge vif, et ses yeux étaient concentrés sur les flammes qui dansaient devant elle. Sa grosse poitrine bougeait lentement, alors qu’elle jouait avec ses doigts sur ses genoux, remuant comme si elle ne savait pas trop quoi faire ou peut-être quoi dire.

Si c’était comme ça, je ne doutais pas que nous ferions quoi que ce soit avant la fin de la nuit, alors j’avais décidé de briser le silence.

« Est-ce que tout va bien ? » avais-je demandé et cherché le moindre changement dans son comportement.

Elle avait bougé et m’avait regardé en retour. Quand elle avait rencontré mes yeux, elle avait vite détourné les yeux.

« Je-Je-Je-Je vais bien, » elle bégayait un peu.

« Hm ? » avais-je plissé les yeux.

Un autre instant de silence s’était emparé de nous, menaçant de noyer notre conversation au plus profond de la nuit.

« De quoi voulais-tu parler ? » lui avais-je demandé. Puis j’avais placé le tisonnier à côté de moi.

« Euh..., » elle avait baissé les yeux, puis m’avait regardé après quelques secondes.

À quoi pense-t-elle ? m’étais-je demandé.

☆☆☆

[Point de vue d’Ayuseya]

Illsy m’avait éloignée d’Ellora, la capitale du royaume d’Aunnar, et avait recréé la petite maison dans laquelle nous avions dormi la veille, mais je sentais mon cœur battre dans ma poitrine à chaque pas que nous faisions, de plus en plus loin de Nanya et des autres. C’était aussi la première fois depuis que j’étais seule avec lui en dehors de son Esprit Intérieur. C’était embarrassant, et je pouvais à peine rester immobile.

Mon esprit était rempli de toutes sortes de pensées sur ce que je devais faire et ce que je devais dire. Plus j’étais seule avec Illsy, plus j’avais l’impression que les paroles de Nanya étaient vraies. Elle avait raison, je n’étais pas prête.

Ayant été élevée comme la princesse du royaume de Teslov, on ne m’avait jamais vraiment appris comment approcher un homme. Mon but était simplement de m’offrir à ses désirs, donc la séduction était l’une de mes compétences les moins appliquées et les moins cultivées, contrairement à Shanteya ou Nanya. Ces deux-là pourraient facilement charmer Illsy, sans parler du fait que la démone pourrait être un vrai renard rusé si elle s’y mettait.

D’un autre côté, j’avais du mal... Le rôle d’une princesse de Teslov était à assumer, pas à prendre. J’étais censée laisser Dankyun m’avoir, pas le fuir. Bien qu’ayant reçu des cours dans beaucoup de choses, le combat et l’amour étaient deux choses que je n’avais jamais abordées. Maintenant, je souffrais des conséquences.

Pourquoi suis-je venue ici ? Quel est le but ? Pourquoi ? J’avais alors imaginé l’une des situations dont Nanya m’avait parlé, celle où je me révélais complètement à Illsy. Je ne peux pas faire quelque chose comme ça ! Je ne peux pas ! J’avais crié dans mon esprit plus embarrassé que tout, puis je m’étais souvenue cette nuit-là, dans l’Esprit Intérieur d’Illsy, quand je m’étais approchée de lui en ne portant rien d’autre qu’un morceau de tissu. J’avais envie de creuser un trou et de m’y cacher. Où ai-je trouvé le courage de faire une chose pareille ? Non ! Non ! J’avais fermé les yeux et serré les mains en poings.

« Ayuseya ? » Illsy m’avait appelée, et je l’avais regardé.

« O-oui ? » J’avais essayé de sourire, mais mon visage s’était tordu maladroitement.

« Pfft ! » Il avait ri.

La réaction inattendue m’avait un peu choquée.

Est-ce si drôle que ça ? m’étais-je demandé. Et j’avais plissé mon front.

« Désolé ! Désolé ! » déclara-t-il en levant la main pour m’empêcher de le gronder pour son rire.

Illsy devient idiot..., pensai-je, puis j’avais regardé les braises.

Grâce à ce moment, une partie de ma tension s’était envolée, et je n’avais pas l’impression que ma tête allait exploser dans une bouffée de fumée.

J’avais pris une grande respiration, puis j’avais expiré.

En prenant une pose plus digne, je m’étais giflé les deux joues. Le son résonnait dans toute la pièce, et j’avais l’impression d’avoir le visage poignardé par des milliers d’aiguilles. J’avais failli crier.

« A-Ayuseya ? » Illsy avait été surpris.

Je dois le faire... Comme Nanya l’a dit... Si je ne peux pas le faire, je ne le saurai même pas par moi-même et je continuerai à m’enfuir..., avais-je pensé, puis j’avais regardé Illsy avec un regard déterminé dans les yeux.

☆☆☆

[Point de vue d’Illsyore]

OK ! Je ne m’attendais pas à cette gifle. Un rougissement, un visage drôle, puis une gifle, et maintenant elle me regardait comme si j’étais une sorte de criminel à la cour.

Ai-je fait quelque chose dont je ne suis pas au courant ? Est-ce parce que nous avons évité d’entrer dans la boutique plus tôt ? Mais rien n’était bon là-bas ! Elle a peur que je m’en prenne à Tamara ? Désolé de la décevoir, mais je ne la touche pas même si elle est techniquement une adulte pour son espèce, à mes yeux ce n’est qu’un chat et une enfant. J’aime les femmes bien développées ! Mais si ce n’est pas ça, alors quoi ? Où ça ? Comment ? Hein ? Alors que je tourmentais mon esprit pour trouver une réponse au comportement bizarre actuel d’Ayuseya, la draconienne avait encore fait quelque chose d’inattendu.

Debout devant moi, elle avait fait un pas en arrière et s’était déshabillée. Je ne pouvais rester là que les grands yeux ouverts en voyant les gantelets de métal tomber sur le sol, puis la ceinture de cuir et son épée, sa paire de bottes. Puis elle avait enlevé sa robe, l’avait laissée tomber un peu plus loin et avait révélé l’armure en cotte de mailles que j’avais conçue pour qu’elle soit utilisée en dessous. Elle l’avait enlevée et l’avait déposée sur la pile. Sa poitrine affichait un peu de soulagement d’avoir été libérée du surplus de poids, mais les montagnes sacrées étaient encore bien couvertes par un autre morceau de vêtement, le soutien-gorge à volants qu’elle portait. Sans s’arrêter, la princesse draconienne avait continué en retirant ses jambières de satin et en les jetant sur la pile. Elle n’avait plus que sa culotte et son soutien-gorge blancs.

J’avais dégluti et avais regardé la femme presque nue devant moi, me demandant s’il était enfin temps pour moi d’agir avec elle.

Est-ce qu’elle le voulait à ce point ? Est-ce que je l’ai négligée ? m’étais-je demandé.

Rougissant fortement, Ayuseya baissa les yeux et bougea un peu avant de continuer à enlever les deux derniers morceaux de tissu qui recouvraient son corps. Avec la queue enroulée devant elle, elle se couvrait la poitrine de la main gauche et la région inférieure de la main droite, le draconien était aussi érotique qu’elle pouvait l’être.

J’avais encore dégluti et j’avais ouvert la bouche comme un loup affamé. C’était probablement la première fois dans sa vie qu’Ayuseya se présentait ainsi devant un homme. Avec encore un morceau de vêtement sur elle, elle se montrait volontiers à moi, et je savais déjà où elle voulait en venir.

« Je..., » murmura-t-elle, puis elle ferma les yeux un instant.

Quand elle les ouvrit, elle avait pris une grande respiration, et retira ses mains et sa queue, se montrant complètement à moi. Il n’y avait rien pour cacher son corps magnifique, mais en même temps, je pouvais voir les détails de ses écailles dorées. Normalement, elle en avait sur le haut des bras, les cuisses, les côtés de sa poitrine, mais pas sur ses seins. Une couple d’écailles, d’aspect lisse et d’une couleur or clair, forment une petite région protectrice autour de ses parties intimes.

Alors, les écailles remplacent les poils pour eux ? avais-je pensé et puis j’avais regardé ses yeux.

☆☆☆

[Point de vue d’Ayuseya]

Je l’avais fait maintenant !

Comme Nanya l’avait dit, plus ou moins, j’avais enlevé tous mes vêtements et je m’étais révélée complètement à Illsy. Je n’aurais pas pu imaginer à l’époque à quel point cela serait honteux, ou plutôt embarrassant... très embarrassant, mais c’était vrai... Je ne voulais pas me cacher de son regard.

En voyant ses yeux bouger sur mon corps, je sentais mon cœur se réchauffer, battre vite et s’il détournait les yeux... Je me sentirais triste.

Pour répondre à la question de Nanya, je voulais qu’il me regarde, qu’il me serre dans ses bras et me mette dans la même situation que ce qu’il avait fait avec la démone, mais je ne savais pas comment... Je ne pouvais même pas bouger.

Puis il y avait eu l’autre chose... La question sur le désir d’avoir une emprise sur Illsy. Plus je pensais à me donner à lui et à l’accepter comme le mien, plus je sentais le besoin de le protéger, d’empêcher les autres d’avoir un morceau de lui. Je ne pouvais pas supporter l’idée qu’une femme vienne ici pour le séduire hors de ma portée, si c’était possible, mais s’il y avait... Je voulais l’éloigner d’Illsy.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour ce chapitre

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre

  4. merci pour cette première partie.

Laisser un commentaire