J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 39 – Partie 3

***

Chapitre 39 : Ma sorte de vengeance !

Partie 3

« Soit il est TRÈS faible, soit ce corps que vous avez construit est une triche ! » dit-il.

T’en plains-tu ? lui avais-je demandé en plissant les sourcils.

« Non... Je me demandais tout simplement, » il s’était ensuite dirigé vers l’endroit où se trouvait Dankyun.

Ah ! Il s’est à nouveau restauré, avais-je fait la remarque quand j’avais vu le flash bleu de lumière.

« Oui, je le sais, » répondit-il en souriant.

Une centaine de boules de feu s’étaient élevées vers le ciel puis elles s’étaient dirigées vers nous. Chacune d’entre elles mesurait au moins un mètre de diamètre.

« Nous allons tester la durabilité de ce corps, d’accord ? » dit-il en souriant, les mains derrière le dos, alors qu’il était immobile.

Es-tu sérieux ? Hé, ne casse pas mon corps ! m’étais-je plaint.

« Détendez-vous et ayez la foi. Vous devez voir comment un donjon humanoïde se bat, » m’avait-il dit.

Je pense que tu confonds encore une fois tes définitions ! Être un sac de sable n’a rien à voir avec le fait de bien se battre ! m’étais-je plaint.

« Je me pose des questions à ce sujet, » déclara-t-il.

À mon avis, les idées et les principes d’un donjon sur la façon de se comporter étaient complètement erronés à bien des égards. Je n’avais tout simplement pas eu d’atomes crochus avec l’un d’entre eux. Bien que, assez étrangement, je me souvenais qu’il y avait des moments où je ressentais aussi le besoin et le désir d’agir comme eux. Au vu de mes dernières découvertes, je commençais à croire qu’il s’agissait en fait d’émotions et de pensées poussées sur moi par les Ténèbres.

La première boule de feu nous avait frappés et avait explosé. Le feu s’était propagé, mais nous n’avions pas bougé. Puis la suivante arriva. Comme une cascade de feu, elles s’étaient mises à pleuvoir sur nous et avaient essayé de nous enfoncer dans le sol, emportant la terre et les pierres. Un cratère s’était formé autour de nous, mais nous n’avions pas bougé, et l’armure magique avait été à peine entamée.

« Comme je l’ai dit. Pathétique, » déclara le Primordial, mais Dankyun sauta de la fumée et poussa l’épée vers mon cœur.

La lame tranchante avait été arrêtée par ma main qui venait de l’attraper.

« Tu pensais vraiment que ce jouet allait me faire du mal ? » demanda le Primordial, puis il ricana.

« Impossible ! » avait grogné Dankyun.

« En effet. Il est impossible pour toi d’accepter la réalité de ta pathétique faiblesse. Après tout, tu n’es qu’un draconien inférieur, » déclara le Primordial en se moquant de lui.

« Je te tuerai, Seigneur du Donjon, même si c’est la dernière chose que je ferais ! » grogna-t-il et sortit un autre cristal, cette fois-ci un cristal aigue-marine. « Amélioration ! » cria-t-il, et une aura de la même couleur que le cristal l’enveloppa après ça.

Soudain, il avait été capable de nous repousser avec force et rapidité. Tandis que le Primordial essayait de le repousser, cela avait fait enfoncer mes pieds dans le sol. La pointe de son épée noire s’approchait de plus en plus près de mon cœur, glissant de sa prise. C’était incroyable de voir ce donjon en train de se battre contre lui et à en juger par la vitesse à laquelle notre mana descendait, je pouvais en quelque sorte deviner la quantité folle de pouvoir que le draconien exerçait contre nous.

Que s’est-il passé ? avais-je demandé en étant un peu surpris.

Ce bâtard a utilisé une amélioration afin d’augmenter sa force et son agilité ! dit le Primordial.

Avec une forte poussée sur le côté, nous avions réussi à envoyer son épée loin de notre poitrine, et Dankyun nous avait dépassés. Il s’était arrêté à environ quatre mètres de distance, où il avait touché le sol et avait ensuite sauté vers nous en utilisant un mouvement d’arts martiaux de coups consécutifs. Tout à coup, nous avions vu cinq épées de plus qu’elles ne l’étaient en réalité.

Te fous-tu de moi ? avais-je dit.

L’attaque avait touché, mais elle n’avait pas réussi à passer l’armure magique du Primordial. Mais c’était tout de même très serré.

Alors qu’il était encore à portée, nous avions sauté vers l’avant et avions essayé de le frapper, mais notre poing n’avait touché que de l’air. Il avait disparu de devant nous et il était apparu à notre gauche. Nous avions essayé de le frapper à nouveau, mais Dankyun avait esquivé. Il était plus rapide que nous, et voyant que nous avions plus de 1800 pts d’Agilité, cela disait quelque chose. Ce niveau était déjà 1000 points au-dessus du minimum requis pour un Suprême. S’il pouvait encore plus l’augmenter, cette bataille finirait par devenir très dangereuse pour nous.

Dans le pire des cas, nous avons aussi ce cristal..., avais-je pensé.

Nous n’allons pas perdre, avait dit le Primordial, bien qu’il soit évident qu’il luttait pour attraper et effectuer une frappe sur Dankyun.

Un coup puissant sur nos côtes gauches nous avait fait voler dans les airs. Avant de retomber au sol, Dankyun était déjà à côté de nous et nous avait frappés au visage, nous envoyant à des vitesses dangereuses vers la forêt située à plus d’un demi-kilomètre de distance.

Nous avions atterri dans les arbres, en cassant plusieurs exemplaires avant de nous arrêter, mais Dankyun était de nouveau là. Il nous avait attaqués avec une autre série de frappes rapides, détruisant notre armure magique, qui diminuait rapidement.

Le combat était ridicule, pas différent de ce que j’avais l’habitude de voir dans les films d’anime et de superhéros. Un coup de poing nous avait fait voler quelques mètres dans un arbre voisin, l’autre nous avait envoyés dans le sol, formant un cratère où nous avions atterri. Les forces derrière ces frappes étaient folles, et c’était seulement maintenant que j’avais réalisé ce que le Primordial avait dit en contrôlant le corps. Je pouvais à peine suivre les mouvements de Dankyun, et encore moins me concentrer sur le rechargement de mon armure magique et la formulation d’un plan de contre-attaque en même temps. Un contrôle de ce niveau exigeait une expérience de la vie réelle et non des simulations dans l’Esprit Intérieur.

On ne peut pas ralentir le temps pour nous ? avais-je demandé.

Non. Faire ainsi peut conduire à une consommation rapide de mana et à des fluctuations dans notre armure magique, me l’avait-il dit en bloquant un autre coup, mais la force était trop grande. Nous avions donc été envoyer voler dans un autre arbre.

« MEURS MAINTENANT ! » cria Dankyun, plutôt ennuyé de ne pas pouvoir nous vaincre.

En parlant de cela, notre mana était en baisse avec des valeurs entre 5 et 50 points par seconde, selon que nous recevions une frappe ou non. En d’autres termes, le Primordial avait été capable de calculer le montant exact nécessaire pour restaurer notre armure magique après chaque coup, ce que je n’étais certainement pas en mesure de faire pour le moment.

Pendant les années que j’avais passées dans l’obscurité, à travailler sur mon corps, je n’avais jamais appris ce genre de contrôle. Apparemment, je le gagnerais avec du temps et de la pratique, comme Nanya l’avait dit.

« N’en as-tu pas déjà assez ? » demanda le Primordial avec un sourire sur les lèvres lorsqu’il attrapa son épée entre ses paumes.

« Seigneur du Donjon, je jure devant tous les dieux connus que je vais te tuer et te déchirer, » m’avait-il menacé.

« Je suis désolé. As-tu dit quelque chose ? Je ne faisais pas attention, » lui avait-il dit.

Apparemment, les donjons étaient des trolls naturels.

« Je vais te tuer ! » grogna-t-il en poussant avec force sur la poignée.

« Arg. » Avec un gémissement et un peu d’effort, il avait repoussé l’épée, évitant une frappe, mais au rythme où les choses allaient, nous n’allions pas gagner.

« Pauvre Dankyun, il pense vraiment qu’il va gagner ce combat ! » avait dit le Primordial avant de se moquer de lui.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? Je suis plus fort, plus rapide et meilleur que toi ! » Il nous avait menacés en nous montrant du doigt l’épée noire tranchante.

« Mais je suis toujours debout, » il s’était pointé du doigt : « Tu sais, gamin, mentir, c’est mal, surtout quand un draconien inférieur, pas plus fort qu’un mendiant humain, le fait. »

Outch, avais-je pensé. Je savais que ça devait toucher un nerf. Le Suprême était bien connu pour posséder un ego surgonflé plus grand que le soleil lui-même.

Avec la fureur dans les yeux et le visage rouges de colère, il s’était précipité vers nous avec son épée levée haut et prête à nous frapper.

« Pathétique, » avait dit le Primordial avant d’utiliser une compétence d’Amélioration.

Je n’avais aucune idée de ce qu’il faisait ou comment, mais la fenêtre d’état montrait des valeurs ridicules.

 

[Force] : 475 +1500 +1500 +2000

[Agilité] : 378 +1500 +1500 +2000

[Intelligence] : 650 +1500

[mana] : 11 920

 

À ce moment-là, le monde avait ralenti pour nous, et le Primordial avait pu saisir l’épée noire avec une grande facilité. Il l’avait ensuite poussé sur le côté, mais Dankyun était resté accroché alors le Primordial avait frappé Dankyun au visage.

Le résultat fut le vol plané du draconien à travers plusieurs arbres jusqu’à ce qu’il s’arrête de nouveau dans la zone carbonisée. L’épée n’était plus dans sa main maintenant, et avec elle, il avait perdu sa meilleure arme contre nous, mais maintenant nous devions aussi nous débarrasser de ses cristaux.

« Absorption, » déclara le Primordial en le tenant par la lame.

<Impossible à absorber. Enchantement contre l’absorption de donjon de n’importe quelle sorte détectée. >

« Intéressant. Dire que quelqu’un a trouvé comment faire quelque chose comme ça ! Je ferais mieux de le détruire, » déclara le Primordial.

Arrête ! Ne fais pas ça ! avais-je crié.

« Pourquoi ? » demanda-t-il en étant confus.

C’est l’épée de Nanya ! Je ne sais pas quel genre de passé est présent, mais nous devrions la laisser décider quoi en faire, lui avais-je répondu.

« Je n’aime pas ça, mais très bien..., » dit-il, puis il la retourna pour la tenir par la poignée.

Merci. Pourtant, je ne comprends pas pourquoi Dankyun ne s’est pas déjà évanoui après avoir utilisé tant de ces cristaux..., demandai-je.

« C’est une question assez simple pour laquelle je suis surpris que vous n’ayez pas encore trouvé la réponse, » répondit-il.

Fais-moi plaisir..., avais-je grogné.

« Eh bien, Dankyun a un enchantement sur son armure ou utilise une certaine compétence de la catégorie Amélioration, » avait-il répondu en haussant les épaules.

Une compétence ? Quelque chose comme ça existe vraiment ? avais-je demandé, surpris.

« Mais bien sûr ! Bien que, il a quelques effets secondaires désagréables si vous perdez soudainement l’objet enchanté ou annulez la compétence, » il avait tapoté son menton et avait ensuite commencé à marcher dans la direction dans laquelle il avait envoyé voler le draconien.

Quel genre d’effets secondaires ? demandai-je.

« Saignement interne, douleur intense, nausées, incapacité à concentrer le flux de votre mana et toutes sortes d’autres choses désagréables. Plus vous utilisez des cristaux de sorts restaurateurs, plus ils deviennent dangereux. En d’autres termes, c’est une épée à double tranchant. Néanmoins, avec une formation sérieuse, n’importe qui peut gérer l’utilisation de 5 à 10 cristaux de sorts restaurateurs. Avec cette compétence spécifique, peut-être 40 ou même 100, selon l’espèce et divers autres facteurs, » il haussa les épaules et se lança dans la forêt.

Au moins, je savais maintenant que Dankyun ne pouvait pas utiliser une quantité infinie de cristaux de sorts, mais 100 était quand même une quantité assez impressionnante. Si cela s’était avéré être une bataille d’attrition, le Primordial allait gagner sans aucun doute, mais quelque chose m’avait dit que sans l’épée de Nanya, le Suprême était pratiquement terminé.

Au moment où nous l’avions atteint, il avait déjà restauré son mana et sortit une autre épée de son cristal de stockage. Cette fois, il s’agissait d’une bataille à l’épée, du moins le pensais-je, mais le Primordial était en plein sur le draconien en un clin d’œil. Avec une seule frappe, l’épée qu’il tenait avait été coupée en deux. Avant qu’il ne réalise ce qui s’était passé, l’épée noire avait traversé l’estomac du draconien et était sortie de l’autre côté.

« ARGH ! » gémit-il en sentant l’acier froid à l’intérieur de lui.

« Oh, ne t’inquiète pas, ce n’est qu’une égratignure, » déclara le Primordial avant de retirer la lame et de le frapper au visage.

« GAH ! » le draconien avait volé, mais il l’avait poursuivi.

Saisissant sa jambe gauche en plein vol, nous nous étions arrêtés et l’avions ensuite projeté dans le sol. Le sang avait jailli de sa blessure béante. En lâchant prise, il avait été relevé puis il avait ensuite écrasé sa jambe droite. Les os de Dankyun s’étaient brisés et l’armure physique avait été brisée.

« AAA ! » il avait crié en raison de la douleur.

« Comme c’est pathétique, » déclara le Primordial alors qu’il commençait à déchirer son armure à main nue.

« Non ! Arrête ! » cria Dankyun, mais qui voudrait écouter ?

Le draconien avait été dépouillé de tout jusqu’à ce qu’il ne reste que dans son pagne. C’était un bien piètre spectacle à voir, mais d’une certaine manière, cela m’avait rendu heureux et satisfait de savoir qu’il n’était rien d’autre qu’un homme nu au milieu d’un champ de destruction, et nous n’avions même pas besoin d’utiliser des attaques magiques fantaisistes.

« Ne pense pas que c’est fini..., » il avait réussi à marmonner juste avant que le Primordial ne le gifle si fort qu’il s’était disloqué la mâchoire.

« Oui, pas fini, je suis d’accord, » et après avoir dit ça, il avait piétiné sa jambe gauche, écrasant ses os et ses muscles.

« Dankyun et la Souffrance sont assis dans un arbre. Et que font-ils, ils S’EMBRASSENT ! » déclara-t-il. Puis il avait tenu son visage d’une main « Je pourrais t’écraser si facilement maintenant, » avait souri le Primordial.

« Je suis un SUPRÊME ! Un simple donjon comme toi pour... GAH ! » le draconien n’avait pas pu terminer ses paroles parce qu’il avait été envoyé face contre terre, se cassant le nez.

« Arg... toi... bâtard, » il nous avait regardé avant de recevoir un autre coup de poing sur les côtes.

J’avais clairement entendu les os craquer, mais le draconien criait encore.

« Oh, mon Dieu, tu es si facile à tuer maintenant ! HAHAHAHA ! Et je n’ai même pas utilisé mes attaques puissantes, » déclara le Primordial en riant et en tenant face à lui, il avait décidé d’essayer le laser intégré dans ma main.

Un seul coup était tout ce dont il avait besoin pour tuer Dankyun. Une simple pression sur la gâchette et le monstre que j’avais vu devant moi disparaîtrait de l’existence.

Mais méritait-il de mourir ? Oui.

Pourrais-je le tuer ? Oui.

Mais pourquoi avais-je eu l’impression que quelque chose n’allait pas ? C’était comme si cette mort que nous offrions à Dankyun serait plus comme une bénédiction ou un cadeau pour lui ?

Ne le fais pas, lui avais-je dit avant qu’il n’appuie sur la détente.

Le Primordial avait lâché Dankyun.

« Quoi ? Êtes-vous fou ? » demanda le donjon.

Peut-être, mais j’ai quelque chose à dire à cette ordure. Donne-moi le contrôle de mon corps, lui avais-je dit.

« Tch ! Très bien ! » s’exclama-t-il, étonnamment.

Pendant une minute, j’avais cru que je devais lui reprendre le contrôle.

Avec mon corps enfin sous mon contrôle, j’avais saisi le draconien par le cou et je l’avais regardé dans les yeux. La colère s’enflammait dans les miens, et le brouillard noir de mes intentions meurtrières nous entourait tous les deux.

« Arg..., » il avait gémi. Il me regarda, sachant très bien que sa vie était entre mes mains maintenant.

« Dankyun, petite ordure pathétique. Réjouis-toi, je ne vais pas te tuer maintenant. Oh, non non non non non non. » J’ai secoué la tête. « Ce que je vais faire est bien pire que ce que tu peux imaginer. Je vais te laisser partir, et je vais te traquer comme la pourriture que tu es ! Tu l’as vu toi-même, j’ai simplement joué avec maintenant ! Je peux te tuer n’importe quand et n’importe où ! Tu n’es rien d’autre qu’une mauviette comparée à moi. Un faible ! » J’avais plissé les yeux. « C’est pour ça que je vais te laisser partir. Mais tu n’es pas libre. Je vais te traquer comme une petite vermine pathétique que tu es juste parce que je le peux et que je sais qu’il n’y a absolument rien que tu puisses faire pour m’arrêter ou me fuir. Alors, sache, petit draconien, qu’à partir d’aujourd’hui, où que tu regardes, où que tu tournes la tête, je serai là, à te regarder ! Un paysan marchant près de toi, ou le noble avec qui tu parleras, je serai lui ou elle, déguisé ou caché juste là, à la vue de tous ou dans la clandestinité des ombres derrière les ombres ! Parfois, je te laisserai me voir, me sentir et savoir que je suis toujours là à te regarder, te suivre et te chasser ! Il n’y a plus moyen de m’échapper, Dankyun, tu devais juste me foutre en rogne ! Maintenant, voici la meilleure partie. Je ne vais pas être celui qui va te tuer. Non. Non. Non. » J’avais dit ça en secouant lentement la tête : « Je vais offrir ce plaisir à Nanya, Ayuseya et Shanteya. La prochaine fois que tu les verras, ce seront elles qui te tueront. Ne pense même pas que je te fais une blague, espèce de petit draconien pathétique ! Je suis un donjon divin. Je suis plus puissant maintenant que tu ne peux l’imaginer ! Avec un seul claquement de doigts, je peux te tuer TOI et toute ta famille ! Tu l’as vu aussi, n’est-ce pas ? Je n’ai même pas utilisé un sort autre qu’une boule de feu minable parce que je n’avais pas envie de passer à travers ton attaque pathétique. Je n’ai même pas bronché quand tu m’as jeté toutes ces boules de feu. AUCUNE de tes attaques n’a même pu briser mon armure magique UNE FOIS et encore moins m’égratigner ! C’est pourquoi je vais utiliser TOUT ce pouvoir divin pour te traquer, pour te regarder de l’ombre et te frapper dès que tu baisses ta garde. Quand tu entendras quelqu’un rire, ce sera moi ! Quand tu penseras que tu as vu une ombre bouger, ce sera moi ! Quand le vent bruisse, c’est moi qui vais te rappeler encore et encore que je suis là, que je profite de ma chasse et que je me prépare à te tuer ! »

Alors que je lui avais dit ces choses, pour la première fois depuis que je l’avais vu, Dankyun tremblait de peur. En fait, c’était pire que ça. Le draconien Suprême avait uriné sur lui-même comme un enfant. Il était si effrayé par moi maintenant, mais je ne pouvais pas lui en vouloir. N’importe qui le ferait, surtout après avoir vu la différence de force entre lui et le Primordial.

« Suis-je assez clair ? » lui avais-je demandé.

Il hocha la tête en réponse, car sa mâchoire était cassée et saignait.

« Bien. Maintenant, déguerpis de là ! La chasse commence maintenant ! » lui avais-je dit. Puis je l’avais ensuite jeté en l’air aussi fort que possible, sans me soucier de savoir s’il allait survivre ou non à l’atterrissage.

Je ne visais pas un endroit précis, mais toute cette force a été mise à la disposition de Dankyun. Même moi, j’avais été surpris de voir jusqu’où j’aurais pu le jeter. D’après mes seules estimations, j’avais deviné qu’il atterrirait quelque part à quelques kilomètres d’ici. Je doutais sincèrement qu’il survive dans son état : gravement blessé, sans aucun de ses cristaux, sans armure et sans son épée.

Très bien ! J’aime bien, mais êtes-vous sûr que c’était une bonne chose à faire ? demanda le Primordial.

« Oui. La mort aurait été trop douce pour lui. De cette façon, peu importe où il va ou ce qu’il fait, il me verra dans chaque ombre et chaque étranger qui passent à côté de lui. Il deviendra paranoïaque et vivra entouré de peur et de monstres imaginaires, » lui avais-je dit, puis j’avais poussé un soupir.

Et s’il ne vous croyait pas et qu’il vient vous attaquer ? demanda-t-il.

« Alors je serai prêt et je le tuerai. Mais je n’ai pas menti sur une chose... la prochaine fois qu’il viendra après moi, je demanderai aux filles de le tuer. En fait, je l’espère. Si moi, un Seigneur du Donjon Divin le tue, cela peut même être considéré comme un honneur par certains, mais si Shanteya, Nanya ou Ayuseya le tuent, alors c’est autre chose, » lui avais-je dit en ramassant le cristal de stockage de Dankyun.

Je l’avais absorbé et j’avais ensuite retiré le cristal que Nanya m’avait donné. Il avait la capacité de stocker beaucoup de mana à l’intérieur.

Allez-vous vous en servir ? me demanda-t-il.

« Oui, » avais-je répondu. Puis j’avais commencé à infuser le cristal avec mon mana.

Je ne peux m’empêcher de me demander si les années passées à construire ce corps ne vous ont pas rendu... doux ? Se demanda le Primordial.

« Bizarrement, après tout ce temps, je ne vois plus Dankyun comme une telle menace. En fait, je me sens très satisfait de ce que je lui ai fait aujourd’hui, mais d’une certaine manière, je lui ai offert quelque chose de beaucoup plus cruel que la mort elle-même parce que, peu importe à quel point il va s’entraîner ou essayer, il ne vaincra jamais Nanya, Ayuseya ou Shanteya quand elles auront mon [Lien de Confiance] et les statistiques que j’ai au niveau 1. Sans parler du fait que je n’ai pas encore montré la tonne de tours que j’avais en réserve, » avais-je dit et ensuite pointé ma main droite vers un gros rocher noir à environ 14 mètres de moi.

Alors que je contrôlais la façon dont le mana coulait dans mon corps, j’avais chargé les cristaux de puissance entre les muscles et les os, réglé l’amplificateur à 20 % et ensuite appuyé sur la détente. Un puissant rayon rouge était sorti de ma paume et avait frappé la roche, la faisant fondre avant de passer directement au travers elle et frappant le sol de l’autre côté. Ce laser était beaucoup plus puissant que tout ce que j’avais installé dans mon donjon précédent.

Je n’aurais pas été surpris si cette arme seule était capable de détruire l’armure de Dankyun en une seule fois. Hélas, l’occasion de le tester sur sa peau ne s’était jamais présentée. La force brute et la vitesse seules étaient tout ce dont nous avions besoin pour le vaincre. Il y avait aussi la possibilité que si je l’avais attaqué avec ça, je lui aurais offerte une mort trop rapide.

Non, Dankyun méritait d’être hanté par mes fantômes ! Il méritait de voir des monstres partout où il tournait la tête et n’avoir rien d’autre que de la peur envers ceux qu’il considérait autrefois comme inférieurs, ceux qu’il avait humiliés de toutes les manières qu’il considérait comme étant vraiment amusantes ! Le tuer n’apaiserait pas non plus les âmes des morts...

Si j’avais raison, il allait beaucoup souffrir après cela. Il allait tout perdre et transformer d’anciens alliés en ennemis. Il allait lentement sombrer dans la folie et voir son esprit détruit par la paranoïa.

En effet, il y avait une chance qu’il vienne après moi, qu’il se transforme du chasser en chasseur, mais si et quand cela allait arriver, je serais prêt pour lui, et la mort viendrait instantanément à lui. C’était ma promesse envers lui et moi-même.

Quoi qu’il en soit, comme on s’était mis d’accord tout à l’heure quand vous faisiez une de vos petites crises, puisque cette bataille est terminée, je vais vous laisser avoir le contrôle, avait dit le Primordial.

« Et ? » j’avais plissé les sourcils et j’avais regardé un nuage qui passait.

Et à partir de maintenant, vous êtes le seul à avoir le contrôle. Aucun des donjons ou moi ne vous dérangerons encore une fois dans votre esprit intérieur, mais sachez que cela ne durera pas. Vous finirez par revenir vers moi. Vous me supplierez pour mon pouvoir. Vous mendierez pour NOTRE puissance, mais alors... alors vous deviendrez l’un des nôtres ! déclara-t-il.

La dernière chose que j’avais entendue du Primordial, c’était son grand rire. Il était si certain que j’échouerais et que je reviendrais vers lui, suppliant pour son aide et son pouvoir que cela me rendait malade et me retournait l’estomac à l’envers.

J’étais déterminé à lui prouver qu’il avait tort. Même si je me retrouvais dans une situation de vie ou de mort, j’allais trouver un autre moyen de persévérer et peut-être... avec le temps, je trouverais un moyen d’enlever cette obscurité pesante de mon esprit, ces restes de donjons morts depuis longtemps. Je doutais qu’ils n’aillent pas agir une fois qu’ils m’avaient vu réussir, mais pour l’instant, cependant, je considérais que j’étais un peu à l’abri de leur influence.

« Je suppose que je devrais me concentrer sur la charge, » avais-je dit en ajoutant 5000 points de mana dans le sort que Nanya m’avait donné.

J’avais répété ce processus quelques fois jusqu’à ce que je sois certain qu’il contenait tout le mana qu’il pouvait contenir. La quantité recueillie dans cette petite chose était stupéfiante et incroyable. Si j’avais tout infusé en un seul sort, cela aurait certainement eu des effets dévastateurs.

« Voilà ! Faisons-le maintenant ! » avais-je dit avec un sourire, puis je l’avais activé.

Une lumière blanche puissante et aveuglante s’échappait du cristal, me forçant à fermer les yeux. Je m’étais accroché à l’épée de Nanya et j’avais essayé de comprendre et de sentir ce qui se passait autour de moi. La façon dont le mana s’écoulait du cristal était étrange et presque chaotique à certains endroits. Cela s’était tordu et s’était retourné, m’enveloppant dans une sorte de cocon. Après un moment, j’avais soudainement senti le sol disparaître sous mes pieds et l’air se déplaçant rapidement autour de moi, mais ce n’était pas sur les côtés, c’était juste sous moi.

« Qu’est-ce que c’est ? » avais-je dit. Puis j’avais ouvert les yeux.

Ce que j’avais vu était quelque chose de complètement différent. Il n’y avait plus de montagnes, de forêts ou la zone carbonisée que Dankyun avait créée avec sa compétence Suprême. Ils avaient tous été remplacés par un désert apparemment sans fin. Le sable de couleur doré s’était répandu partout, formant des dunes sur des dunes comme des vagues au sommet de la mer. D’une certaine façon, c’était magnifique. Malheureusement, je n’avais pas pu apprécier le paysage, vu que je tombais d’une grande hauteur dans le ciel.

« Tu te fous de moi ! » J’avais grogné en regardant en bas.

Mon corps avait été conçu pour survivre à une telle chute, donc je ne m’en inquiétais pas. Le problème était de savoir où atterrir. En regardant autour de moi, je n’avais vu aucun signe d’une ville ou d’un établissement d’aucune sorte. Il n’y en avait pas eu en premier lieu. Utilisant ma paume et l’épée de Nanya comme surfaces de contact aérodynamiques, j’avais guidé ma trajectoire de vol vers l’avant et j’avais essayé d’atteindre ce qui semblait être une grosse formation rocheuse.

« J’espère ne pas me casser les jambes..., » déclarai-je en voyant le sol se rapprocher dangereusement de moi.

En changeant rapidement de position en plein vol, j’avais atterri sur mes pieds. L’impact était puissant, mais cela n’avait même pas causé une bosse dans mon armure magique. En regardant de plus près, je n’avais rien remarqué comme dégât à mon corps, même pas une égratignure.

« Bien. Maintenant, il me faut trouver un bon endroit pour me reposer et commencer à guérir les filles..., » déclarai-je quand j’avais commencé à marcher vers le seul point de repère qui se trouvait dans la zone, la grande formation rocheuse.

Elle mesurait environ 20 à 30 mètres de haut, avec des bords tranchants et de nombreuses fissures proches des pointes. Au fond, il y avait ce qui semblait être une petite grotte. J’espérais y trouver un abri, mais quand je l’avais atteint, j’avais vu qu’il était trop petit et rempli de serpents.

Après avoir étendu mon Territoire de Donjon autour de mon corps, j’avais utilisé la compétence [Créer une pièce] et j’avais fait une petite pièce à côté de la formation rocheuse. Je l’avais recouvert de sable pour la camoufler un peu et j’avais utilisé un gros rocher comme entrée de fortune. Une fois terminé, j’étais allé à l’intérieur. Après avoir placé l’épée de Nanya contre le mur du fond et l’avoir recouverte d’un faux mur, juste au cas où j’aurais un visiteur inattendu qui aurait repéré le brillant, je m’étais assis les jambes croisées au centre de la pièce.

Ce n’était pas un hôtel 5 étoiles, mais c’était mieux que rien. J’étais prêt, alors j’avais fermé les yeux et j’étais entré dans mon esprit intérieur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Ludovic Genty (Sticoum)

    Enfin !!!!

    et merci

  3. Merci pour le chapitre! Mais maintenant va t'il redevenir une académie de magie? En tout cas il me tarde de lire la suite.

  4. Merci pour le gros chapitre 🙂

    Bon, il reste à se débarrassé de la guilde d’assassins et allez voir les beau parents royaux 😉

  5. merci pour le chapitre^^.
    bien fait pour lui, j’espère qu'il souffrira longtemps^^.

    et l’académie alors???

  6. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire