J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 35

***

Chapitre 35 : Le ‘monstre’ caché dans l’ombre de mon donjon

[Point de vue de Rodérique]

J’ai réussi en quelque sorte à survivre...

Je m’étais retourné et j’avais vu les diablotins morts dont les corps étaient sur le sol. Il ne restait que des morceaux après que je les ai attaqués. La bataille avait été rude, mais elle n’était pas encore terminée. Sans soldats pour me soutenir et torturé par la complexité de ce donjon infernal rempli de pièges et de monstres, j’étais maintenant confronté à un danger encore plus grand. Quelque part dans les ténèbres et les ombres devant moi, un monstre terrifiant se cachait, attendant le moment opportun pour sauter et m’égorger !

« Montrez-vous ! » avais-je crié sur les murs d’acier.

C’était comme si mes propres réflexions se moquaient de moi, me montrant mon échec avec ces yeux accusateurs. Cela m’avait rendu malade, mais j’avais fait de mon mieux pour les ignorer, pour détourner le regard.

« Grrr ! » le grognement terrifiant n’arrêtait pas de surgir ici et là, maintenant c’était derrière moi.

Je m’étais retourné pour regarder, mais il n’y avait rien, seulement les diablotins morts.

Comment ai-je fini dans cette situation ? J’avais secoué la tête. Puis j’avais essayé de me calmer.

Que s’est-il passé ? M'étais-je demandé en m’appuyant sur le mur froid et en levant les yeux vers le plafond. Avec mes doigts serrés autour de la poignée de mon épée, j’avais essayé de me souvenir de ce qui s’était produit au cours de cette dernière heure.

Après avoir descendu l’échelle de corde, elle avait disparu comme ça. Le seigneur Dankyun n’était pas inquiet à ce sujet, mais il y avait quelque chose qui l’avait rendu fou, quelque chose qui l’avait fait crier. Qu’est-ce que c’était ? Ah, oui ! Les corps des deux éclaireurs el’doraws qu’il avait envoyés pour trouver ce donjon maudit. Elles avaient été placées à l’entrée comme un cadeau de bienvenue macabre. Un corps avait été embroché et brûlé, l’autre avait été transpercé au niveau de la tête et ses os avaient été écrasés. Je pense que le message moqueur sur le mur était aussi à blâmer. Le Seigneur était resté à l’entrée pour s’assurer qu’aucun de nos soldats n’ose faire demi-tour et s’enfuit. Cela nous comprenait, ses commandants loyaux. Quant à ces deux femmes, ce qui les avait tuées était encore à l’intérieur de ce labyrinthe, j’en étais certain.

J’avais poussé un soupir et j’avais regardé à ma gauche puis à ma droite.

« AAA ! » Le cri d’un soldat avait été entendu quelque part, perdu entre les murs réfléchissants de ce labyrinthe sans fin.

En déglutissant, je m’étais forcé à ne pas aller dans cette direction. Plus de la moitié de notre force avait déjà été dévorée par la folie de ce labyrinthe. Les diablotins, les loups, les rats, les sangliers, les harpies, les pièges, les illusions et ce monstre qui se cachait dans l’obscurité se trouvaient partout.

Cela n’a aucun sens, oui, absolument aucun sens ! Un jeune donjon n’est pas censé être aussi difficile ! avais-je crié dans mon esprit.

« Soupir... »

En regardant le sol, je m’étais souvenu des ordres du Seigneur Dankyun : « Trouvez la sortie de ce labyrinthe. MAINTENANT ! »

Après cela, nous nous étions divisés en trois groupes. Nous trois, les commandants du Rang Empereur, avions pris un chemin différent à travers le labyrinthe et tué tout ce qui se trouvait sur notre chemin. Pendant ce temps, Dankyun restait à l’entrée et attendait notre retour triomphal.

J’avais souri.

« Triomphant... hehe ! » J’avais ri.

Six soldats avaient avancé avec moi, mais même la moitié d’entre eux n’avaient pas survécu après la première salle de puzzle. L’un d’eux avait été tué par des diablotins qui l’avaient attaqué par-derrière. Un autre était mort dans un piège à pointes. Deux autres étaient morts dans une bataille avec des diablotins après avoir été poussés dans des pièges à flèches et à feu. Les autres étaient restés à mes côtés, mais il y avait quelque chose qui se cachait dans l’obscurité. Avant que je réalise que nous étions chassés, les deux autres soldats avaient eu la gorge tranchée. J’étais le dernier debout, et je n’avais aucune idée de l’endroit où se trouvait la sortie ou même comment retourner à l’entrée.

« Je ne vais pas mourir ici..., » je m’étais dit ça et j’avais grincé des dents.

Quand je m’étais levé et que j’avais regardé à ma droite, elle était là, debout sur mon chemin.

Avec des cheveux argentés scintillants et un habit en cuir noir, une belle femme el’doraw me regardait dans les yeux. Elle était charmante, captivante, mais aussi dangereuse. Je sentais dans la moelle de mes os qu’elle était plus mortelle que ma femme après qu’elle ait découvert que je la trompais.

Mais ce n’était pas un sujet de rire... Cette El’Doraw n’était là que pour une chose... pour me tuer.

« Qu’il en soit ainsi ! Je vais t’affronter, démon ! » avais-je crié. Puis j’avais pris position.

En levant mon épée, j’étais prêt à l’attaquer. Si je gagnais ou non, cela restait à voir...

***

[Point de vue d’Illsyore]

J’avais conduit Shanteya à travers les chemins tortueux de mon labyrinthe jusqu’à ce que nous rencontrions le premier groupe de soldats. L’un des commandants était avec eux. En vérité, après cette insulte et l’attaque directe à la fierté de Dankyun, je m’attendais à ce qu’il m’engage avec son épée dégainée et qu’il coure droit dans mes pièges sans crier une seule fois et qu’il envoie ses chiens après moi. Je suppose que j’avais tort...

Quoiqu’il en soit, il m’avait donné sur un plateau d’argent l’occasion parfaite de terminer sa petite armée un soldat à la fois. Bien sûr, la personne qui devait le faire n’allait pas être moi, mais celle qui avait le plus d’expérience pour prendre la vie d’un autre être sensible : Shanteya. Et elle était bonne à ça, vraiment bonne !

Au moment où ma bien-aimée el’doraw se déplaçait à travers le silence de l’obscurité dans le labyrinthe, toutes traces d’elle semblaient disparaître. Avant que quiconque ait eu la chance de réaliser où elle se trouvait, Shanteya avait déjà fait taire l’un d’eux avec un rapide poignard enfoncé dans la gorge.

Au début, nous n’avions trouvé que trois soldats errants. Le premier était mort d’une manière si silencieuse que les autres n’avaient même pas remarqué qu’il était mort. Le deuxième avait réussi à crier une fois, mais Shanteya n’avait pas attendu que l’autre frappe en premier. Un coup rapide de poignard au cœur, juste entre ses plaques d’armure, l’avait achevé. Le mouvement m’avait surpris, et j’avais pensé qu’il était parfait, mais elle m’avait fait savoir que ce n’était pas le cas. Elle avait dû forcer un peu la lame afin de pousser à travers ça, en cassant l’une de ses côtes dans le processus. Pourtant, ce n’était pas quelque chose que je pouvais accomplir ou même que je souhaitais faire.

Une fois que nous avions atteint le plus grand groupe, j’avais utilisé des diablotins pour faire diversion. Franchement, je ne m’attendais pas à ce qu’ils tuent l’un des soldats. Les petites bestioles lui avaient simplement sauté dessus et l’avaient achevé en un tournemain ! Les autres s’étaient retirés, mais n’avaient pas essayé de sauver leur ami.

Quoi qu’il en soit, un par un, les soldats avaient été tués jusqu’à ce que seule Shanteya reste avec le commandant. Maintenant, c’était l’heure de leur grande bataille, bien que je n’en attendais pas grand-chose. Après tout, il n’était qu’un Rang Empereur, alors que Shanteya avait assez de points de stats pour être considérée comme un Rang Suprême inférieur même si elle n’avait pas les compétences requises.

J’étais assez curieux de voir comment cette bataille allait se terminer, alors je les avais observés attentivement.

Shanteya l’avait d’abord analysé, elle avait regardé son armure, son arme et ses yeux. D’après ce que je pouvais dire, elle essayait de découvrir sa faiblesse ou s’il avait quelque chose de spécial stocké juste au cas où une menace contre elle apparaîtrait. C’était une sage décision si je devais le dire moi-même.

Quand la bataille avait commencé, le commandant avait été le premier à attaquer. Shanteya avait sauté à gauche et avait évité la première frappe. Puis, à l’aide du mur, elle s’était projetée sur lui. Pensant que c’était une occasion rêvée, le draconien avait essayé de couper en deux mon esclave el’doraw alors qu’elle était encore en l’air, mais sa lame avait été déviée par son poignard. Touchant le sol, elle s’était arrêtée et avait donné un coup de pied à l’homme du côté gauche. La puissance était digne de rang Divin, et l’armure magique de l’homme s’était fissurée. En raison de la force pure, il avait été projeté dans un mur voisin.

« Gah ! » il avait grimacé et s'était levé, mais Shanteya était déjà à côté de lui.

Le coup suivant fut un coup rapide avec la dague enchantée directement dans son cœur. Il avait ignoré son armure magique, avait glissé à travers les plaques de métal et avait ensuite percé sa chair. Le commandant draconien était mort avant d’avoir eu la chance de jeter un sort ou de faire de réels dégâts à Shanteya. Quant à la façon dont elle avait réussi cet exploit malgré son armure magique, eh bien... elle avait utilisé le poignard d’un de ces assassins el’doraw, celui utilisé pour tuer Elovier. C’était la seule arme que je n’avais pas absorbée, et il s’était avéré qu’elle était enchantée par un sort similaire que j’avais sur mes pointes.

« En route pour le prochain ! » avais-je déclaré. Puis nous avions laissé le corps de l’homme pour y pourrir.

Pour l’instant, je n’avais pas besoin d’absorber leurs corps ou de les déplacer ailleurs. Une fois cette bataille terminée, le nettoyage commencerait, mais jusque-là, je les avais laissés là où ils étaient morts.

« Très bien, Maître, » déclara-t-elle avec un salut.

En le regardant une dernière fois, elle avait remarqué son pendentif et l’avait enlevé.

« Souvenir ? » avais-je demandé pour plaisanter.

« Non, c’est un cristal de sort capable de stocker des objets. Cela pourrait s’avérer utile à l’avenir, » m’avait-elle fait la remarque.

« Je vois. Bien pensé ! » Je l’avais complimentée et elle m’avait fait un sourire en retour.

À partir de là, nous avions poursuivi notre chasse de tous les soldats et commandants draconiens qui s’étaient placés sur notre chemin. Avec Dankyun le puissant Grincheux restant à l’entrée et attendant que ses fidèles serviteurs reviennent avec la clé de la sortie, nous n’avions pas à nous inquiéter de surprises soudaines de sa part. J’étais resté près de Shanteya au cas où il déciderait de jeter sa compétence suprême à l’intérieur de cet étage, mais j’avais fortement douté qu’une telle chose se produise pour la simple raison qu’il ne me voyait pas assez digne pour cela, ce qui était une bonne chose. En fait, j’avais retiré quelque chose de ma liste de choses dont je devais m’inquiéter.

Cependant, cela ne voulait pas dire que je n’avais pas l’intention de commencer mon attaque contre lui. Pour chaque pas que nous avions fait à travers le donjon, j’avais réinitialisé les pièges et rechargé les cercles d’invocation, rendant tout cela encore plus dangereux pour les soldats s’ils voulaient faire demi-tour. En vérité, certains d’entre eux qui s’étaient perdus avaient essayé de le faire et n’avaient pas réalisé que les pièges avaient été réactivés. Le résultat final avait été une mort douloureuse et longue pour eux. Mais je n’étais pas resté pour regarder.

Shanteya et moi étions sur les traces du second commandant. C’était un draconien musclé, qui était beaucoup plus grand que tous ses soldats. C’était une bonne chose que j’avais des murs de trois mètres de haut, ou bien était-ce vraiment le cas ? Des plafonds plus bas auraient signifié plus d’ennuis pour les grands draconiens, mais aussi pour mon esclave et mes femmes. J’avais dû admettre que le commandant avait l’air plutôt intimidant, mais ma mignonne El’doraw ne le pensait pas. Sans hésiter, elle s’était déplacée derrière le dernier soldat, lui avait tranché la gorge et avait tiré son corps vers l’arrière.

Regarder cela m’avait fait me rappeler d’un jeu de furtivité auquel j’avais l’habitude de jouer. J’avais toujours ramené les corps dans un coin où même la Mort elle-même ne pouvait pas les trouver. Le draconien n’avait même pas eu l’occasion d’agiter les mains ou de crier. Lorsque le commandant draconien s’était rendu compte qu’il avait perdu certains de ses soldats, il était trop tard et nous l’avions coincé.

« Commandant Theyon ! Que faisons-nous ? » demanda l’un des soldats.

« Tu te bats ! » répondit-il. Puis il se précipita sur Shanteya.

Celui-ci portait une armure de plaques et maniait une grosse hache à deux mains. D’un seul coup rapide, il pourrait facilement abattre un diablotin ou peut-être même un Minotaure. Cependant, l’El’Doraw était trop rapide pour lui, et le premier coup avait atterri en plein dans le sol, laissant un trou béant. Ensuite, il y avait eu le soldat qui avait parlé tout à l’heure. Avec son épée levée, il avait essayé d’attaquer Shanteya en utilisant une compétence de [Charge] comme l’avait fait le commandant, mais le résultat avait été le même. Elle avait esquivé, et il avait manqué, ce qui lui avait permis d’utiliser son poignard, puis de couper à travers son armure magique et de percer sa poitrine.

« Gah ! » il avait craché du sang et était tombé sur un genou. Cependant, il n’était pas encore mort.

Après avoir retiré sa lame, Shanteya avait sauté en arrière et avait évité l’attaque de Theyon venant de derrière lui. C’était une frappe évitée de justesse, mais même s’il avait touché, cela ne l’aurait pas blessée. Après tout, son arme n’était pas enchantée.

« Ne bouge pas, putain ! » lui cria-t-il. Mais elle n’avait pas l’intention de l’écouter.

Lorsque le commandant avait soulevé sa hache, elle était déjà à côté de lui et l’avait frappé au visage. J’avais été surpris par cela aussi, mais au lieu d’utiliser son poignard, elle avait utilisé son poing. La force présente dans ce coup était si puissante qu’elle avait envoyé le commandant en vol plané, hache et tout compris, dans le mur de l’autre côté du corridor, tout comme elle l’avait fait avec Elovier. Les soldats restants ne pouvaient que s’étonner en regardant son incroyable exploit.

« Argh... toi..., » le commandant avait essayé de dire quelque chose en se levant du sol.

Son armure magique avait été brisée, son armure de plaque avait été fissurée et pliée par l’impact, et son nez saignait comme de l’eau du robinet, mais il n’avait pas perdu la trace de sa cible. Comme un vrai guerrier, il s’était levé et s’était préparé à une autre attaque de sa part. Malheureusement pour lui, quelqu’un d’autre l’avait attaqué à ce moment-là. De sa droite, un loup s’avança et enfonça ses crocs dans sa gorge. Le diablotin chevauchant le loup utilisa son gourdin et frappa Theyon à la mâchoire, le disloquant.

« Uga gi gi gi ! » cria le diablotin fier de sa victoire.

« Ugyan ga gi ! » il avait ensuite montré du doigt les bottes en métal de Theyon et avait prononcé d’autres mots bizarres.

À l’instant suivants, trois autres diablotins étaient apparus de nulle part, avaient retiré les bottes de Theyon et ils s’étaient tous enfuis. Shanteya et moi étions restés là alors que nous avions regardé avec stupéfaction ce qu’ils avaient fait de concert.

Qu’est-ce qui ne va pas avec ces diablotins ? me demandais-je. Mais j’espérais simplement qu’ils cherchaient des trophées et des butins de guerre au lieu d’un objet à culbuter comme l’individu dont je me souvenais d’avoir dû l’oblitérer.

Theyon était mort un moment plus tard d’une hémorragie abondante. Les crocs pointus du loup avaient réussi à ouvrir ses veines jugulaires.

J’avais entendu le ding d’un nouveau niveau, mais je n’avais pas vérifié mon statut. J’avais probablement gagné plus de dix niveaux depuis la dernière fois que j’avais vérifié. Ce qui m’avait empêché de le vérifier, c’était l’idée de n’avoir rien à améliorer puisque l’obscurité idiote en moi avait scellé ma seule compétence de rang Empereur.

« S-S’il vous plaît ! Épargne-nous ! » supplia le reste des soldats.

Celui qui avait été attaqué par Shanteya était maintenant mort, et les derniers étaient à genoux, baissant la tête devant elle. Ils n’étaient pas une menace, et avec la mort de leur commandant, ils n’avaient pratiquement aucune chance de gagner contre elle.

« Laisse-les vivre, » avais-je ordonné à Shanteya.

« Comme vous le voulez, Maître, » répondit-elle.

« Merci ! Merci ! » disaient-ils en même temps.

Nous les avions laissés seuls et nous nous étions éloignés de la scène de crime.

Trouver le dernier des commandants s’était avéré un peu plus difficile puisqu’il se trouvait un peu plus profondément dans le labyrinthe, contrairement aux deux autres. À mon avis, il était probablement à côté de la salle de reproduction des diablotins lorsque les autres avaient terminé leurs énigmes. En parlant de ça, j’avais été plutôt surpris de voir à quelle vitesse ils avaient fini le leur. Pendant un moment, j’avais pensé qu’il était vraiment intelligent, mais il y avait de fortes chances qu’il ait vraiment eu de la chance.

Lorsque nous étions entrés dans la salle de reproduction, nous avions vu la scène d’un massacre. Les corps des diablotins étaient éparpillés partout, coupés en morceaux ou écrasés par une force puissante. Les cercles avaient été détruits, mais il n’y avait aucun signe de soldats draconiens morts. Cet ennemi était beaucoup plus puissant que les deux autres.

En avançant prudemment, nous avions été plus profondément dans le labyrinthe jusqu’à ce que nous rencontrions les restes d’une autre scène de bataille, mais celle-ci était aussi un peu étrange. Nous avions vu les corps de trois soldats draconiens, mais aucune trace de pièges ou de monstres à blâmer quant à leur mort. Il s’agissait d’un corridor dit propre où il n’y avait pas de danger, mais ces soldats avaient été abattus par quelque chose ou quelqu’un.

« Ils ont été poignardés et tailladés par des épées, » avait expliqué Shanteya en s’agenouillant à côté de l’un d’eux et en vérifiant ses blessures.

« Il y a trois draconiens devant nous. Ce sont probablement les survivants, » lui avais-je dit après avoir fait une vérification rapide.

Cette fois, acquiesçant d’un signe de tête, elle s’était éloignée des corps et avait couru dans la direction que je lui avais indiquée. Après quelques virages, nous avions finalement rencontré le groupe de trois soldats. Au milieu, il y avait un grand draconien portant un grand bouclier et une longue épée. À sa gauche et à sa droite se trouvaient deux soldats avec leurs boucliers levés, formant un mur autour de lui.

« Peux-tu te mettre derrière lui ? » avais-je demandé à Shanteya.

« Non, » répondit-elle.

Eh bien, je pourrais leur lancer une boule de feu et les séparer, ce qui donnerait à Shanteya l’occasion parfaite de les engager un par un, mais quelque chose s’était fait sentir dans ce groupe. Les trois draconiens d’avant avaient été tués non pas par des pièges ou des diablotins, mais par ces hommes. S’ils voulaient fuir, ils auraient pu être tués pour trahison, mais alors pourquoi s’arrêter au milieu du couloir comme ils l’avaient fait ?

Ce groupe semble avoir été le plus efficace pour naviguer dans mon donjon. Ils ont même survécu à la salle de reproduction des diablotins, alors pourquoi essayer de fuir ? Ça n’a pas de sens... Hm ? Est-ce qu’ils attendent quelqu’un par hasard ? Dankyun ? m’étais-je demandé. Puis j’avais regardé après ça pour vérifier l’emplacement du Suprême. Ça n’avait pas changé.

« Essayons quelque chose... Révèle-toi à eux, Shanteya, mais reste sur tes gardes et sois prête à battre en retraite dès que tu sens des ennuis, » lui avais-je chuchoté.

Elle hocha la tête et était sortie de l’ombre.

« Je ne veux pas faire de mal ! » déclara le grand draconien dès qu’il l’aperçut.

L’El’Doraw s’était arrêtée.

Eh bien... c’est nouveau ! avais-je pensé et ordonné « Expliquez-vous ».

« J’aimerais savoir si ce que la princesse Ayuseya a dit était vrai ou non », répondit-il en essayant de savoir d’où venait exactement ma voix.

Je m’étais déplacé devant eux et j’avais demandé « À propos de quoi ? »

« Sa malédiction. Celle qui prend la vie des membres de la famille royale ! Est-il vrai qu’elle a été levée ? » demanda-t-elle.

« Sur elle, oui. » J’avais répondu ainsi.

Inopinément, il poussa un soupir de soulagement, et les deux soldats se souriaient l’un à l’autre.

« Alors... alors, il y a une chance pour notre royaume…, » déclara-t-il.

« Hein ? » J’étais un peu confus.

« Je m’appelle Zarus Dennekar. Je suis le fils de Joviar Dennekar, le général de rang Divin qui a épousé la plus jeune fille du roi Pleyades d’il y a sept générations royales. Ma mère était la servante de la princesse à l’époque et par le sang, je suis l’arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière grand-oncle de l’arrère-arrière-arrière-arrirère-arrière-arrière-arrière grand-père de la princesse Ayuseya Pleyades par le côté de son père, » avait-il déclaré fièrement.

C’est beaucoup d’arrière..., avais-je pensé.

« Donc vous êtes parents... et ? » lui avais-je demandé en plissant des yeux.

« Depuis deux siècles, mon père cherche un remède pour la famille royale. Quand il est parti en expédition avec Dankyun, il n’est jamais revenu, et j’ai longtemps soupçonné le Suprême de lui avoir fait quelque chose. La seule raison pour laquelle je l’ai rejoint était de découvrir la vérité, mais même si je l’ai fait, je crains d’être encore trop faible pour lui faire quoi que ce soit. Même ainsi, je ne souhaite pas que ce draconien épouse ou tue la princesse Ayuseya ! Il y en a encore beaucoup qui sont fidèles à la maison royale malgré sa faiblesse actuelle. Je suis l’un d’entre eux. C’est pourquoi je crois que le fait de me battre contre vous et d’aider Dankyun à trouver la princesse Ayuseya n’apporterait qu’un désastre à notre royaume. Si possible, je vous demande de vaincre Dankyun ou au moins de fuir avec la princesse. L’avenir de notre royaume peut très bien dépendre des résultats de cette bataille à venir, d’autant plus qu’elle est maintenant libérée de cette malédiction divine », avait-il déclaré d’un ton solennel, inébranlable et ne montrant même pas le moindre regret dans sa décision de trahir Dankyun.

Ses paroles semblaient vraies, mais j’avais des doutes. Cela ressemblait à un très bon complot pour me faire baisser la garde ou demander à Ayuseya et Shanteya de baisser la leur pour qu’il puisse s’approcher et nous tuer. Quand je regardais jusqu’à quel point Dankyun était un manipulateur, j’avais parié sur la possibilité que tout cela était un piège.

Il suffit de le tuer, et c’est la fin du problème... Une pensée soudaine m’était venue à l’esprit.

En effet, le tuer aurait résolu le problème. Si c’était un jeu, j’aurais pu aller en ligne pour chercher une marche à suivre, ou sauvegarder le jeu ici, faire un choix et voir à quoi cela allait mener. Habituellement, sauver et faire confiance aux gens vous apportait de bons points, les tuer se traduisait par des points négatifs. De toute façon, ce n’était pas un jeu, c’était la vraie vie. Un tel choix pourrait éventuellement permettre de sauver ou de perdre une ou plusieurs vies humaines.

Je devais faire attention...

Tuez-le... la pensée avait refait surface, et j’avais secoué la tête.

« Qu’avez-vous l’intention de faire si je vous laisse partir ? » avais-je demandé.

« Je souhaite retourner à Teslov et rapporter cette merveilleuse nouvelle au premier prince, mais je suggérerais si possible de ne pas laisser la princesse Ayuseya revenir sans l’escorte d’un Suprême. Il y a beaucoup d’espions et de nobles qui verraient l’élimination de la malédiction comme une menace plutôt qu’un espoir pour notre royaume », avait-il expliqué calmement.

Eh bien... ça résout mon problème, pensais-je.

« Vous ne voulez pas rester pour la bataille ? » avais-je demandé.

« Je suis un rang Empereur, tout au plus un Rang Divin inférieur. Je n’ai aucun moyen de vous aider, Seigneur du Donjon. Cependant, en retournant au royaume, je peux les avertir de la trahison de Dankyun et m’assurer qu’il n’aura pas de seconde chance, quel que soit le résultat de cette bataille. En même temps, je peux apporter des nouvelles qu’il existe un moyen d’éliminer la malédiction, » avait-il expliqué.

« Cela ne vous fera-t-il pas devenir une cible ? » demandai-je.

« Sans doute, mais c’est un risque que je dois prendre ! » répondit-il en se frappant la poitrine.

« Pourquoi n’avez-vous pas agi plus tôt ? » Je l’avais interrogé.

« Dankyun a utilisé son autorité pour faire passer pour des traîtres quiconque s’opposait à lui et les a ensuite tués avant qu’ils n’aient eu la chance d’expliquer leurs actions à quelqu’un qui les écouterait. Une fois que cela a été clair pour moi, j’ai fait de mon mieux pour ne pas me mettre en travers de son chemin. Ma propre faiblesse est ma malédiction à porter », expliqua-t-il en serrant le poing et en regardant le sol.

« Pourquoi maintenant ? » demandai-je.

« Je crois que c’est le meilleur moment pour agir. Seuls quelques-uns de ses soldats étaient avec moi, et si cette négociation échouait, nous mourrions soit de vos mains, soit des siennes. Votre donjon surpasse de loin les capacités d’un Rang Maître ou d’un Rang Empereur », expliqua-t-il calmement.

En d’autres termes, c’était le seul moment où les chiens de Dankyun ne pointaient pas leurs oreilles vers lui.

« Très bien... Je vous laisserai partir, » lui avais-je dit.

Je me demande si je peux faire en sorte que mon donjon les considère comme des alliés, pensai-je.

 

< Souhaitez-vous définir les personnes sélectionnées comme étant amicales ? O/N

Et « Oui » avait été ma réponse.

Ces pop-up n’avaient jamais manqué de me surprendre ou de m’ennuyer, il fallait toujours que ce soit l’un des deux.

« Je pense que les monstres et les pièges ne réagiront plus à vous, mais si je vous vois aller plus loin dans les profondeurs, je réinitialiserai votre statut à Ennemi, et ils vous attaqueront, » les avais-je prévenus.

« Bien sûr, c’est juste que... pourriez-vous nous guider ou nous indiquer le bon chemin. Nous sommes un peu perdus... » Zarus avait dit cela après avoir regardé à gauche et à droite.

« Soupir... » Je m’étais retourné vers Shanteya, puis vers lui. Il semblait n’y avoir qu’un seul moyen de s’en sortir.

J’étais retourné jusqu’à ma mignonne El’doraw et je l’avais absorbée. Après cela, j’engagerai Dankyun, alors la garder dans les parages ne ferait que la mettre en danger inutilement. J’étais retourné dans le groupe des trois draconiens et je leur avais dit de suivre ma voix. Sans tarder, ils avaient fait ce que je leur avais dit, et quand je leur avais posé des questions sur les autres draconiens morts.

« Ils n’ont été loyaux qu’envers Dankyun et nous ont attaqués quand ils ont entendu ce que j’avais l’intention de faire, c’est-à-dire de parler avec vous, » répondit-il.

Il avait fallu un certain temps pour les ramener, mais au lieu de les envoyer directement dans les mâchoires de Dankyun, je les avais conduits sur un chemin qui les rapprochait le plus du Suprême. Là, je les avais enfermés dans une pièce pour couper l’accès non désiré.

En utilisant la compétence [Créer une pièce], j’avais tracé un chemin à travers les murs, menant au premier étage, dans la mini salle des patrons. C’était un chemin escarpé, mais ils ne s’en étaient pas plaints. Une fois qu’ils étaient sortis, j’avais recouvert l’entrée et je les avais ramenés à l’extérieur.

« C’est donc bon ainsi, » je leur avais dit après avoir traversé les douves de lave.

« Merci, Seigneur du Donjon. Juste un conseil. Il est très probable que Dankyun ait beaucoup de cristaux de sort sur lui. Tout au long de notre voyage de Teslov jusqu’ici, je l’ai toujours vu les charger de son mana », m’avait-il averti.

« Compris. Merci, » lui avais-je dit. Ils étaient partis tous les trois.

Il était logique que le Suprême ait encore plus de ces choses ennuyeuses. C’était comme des potions dans un jeu. Il avait toujours été sage d’apporter avec vous à une bataille plus de consommables que vous n’en utiliseriez normalement pour la simple raison que vous ne saviez jamais quand vous pourriez en avoir besoin. La différence était que dans ce genre de jeux, je me retrouvais toujours avec 999 potions de toutes sortes, et pendant le dernier combat de boss, j’en utilisais à peine trois ou quatre, et peut-être dix si j’étais dans une difficulté importante.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. merci beaucoup merci merci merci pour tout ces chapitre^^.

  2. Merci pour le chapitre.
    PS : lol, moi je fait le contraire ; je me lance souvent comme défi de n'utiliser aucun consommable, excepté bien sûr ceux de type munition genre flèches ou recharge pour fusil.

  3. Merci pour le chapitre !

  4. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire