J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 32 – Partie 1

***

Chapitre 32 : Feu, du Sang et de la Confiance

Partie 1

[Point de vue d’Illsyore]

De voir Ayuseya vivante et en bonne santé m’avait presque fait fondre en larmes, et j’aurais pleuré aussi si j’avais eu des yeux. Bien qu’elle pleurait et étreignait mon corps de cristal, je ne pouvais même pas lui rendre son étreinte chaleureuse. J’étais froid et immobile comme un meuble, mais à l’intérieur, j’effectuais une vraie fête emplie de joie. Pendant un moment, j’avais même oublié le fait qu’un aventurier de Rang Suprême très en colère et ennuyeux s’approchait de moi à la vitesse de l’éclair.

« Je suis si content de voir que tu vas bien, Ayuseya ! » lui avais-je dit.

« Illsy ! Illsy ! Uhu ! » me criait-elle en pleurant.

C’était plutôt embarrassant de voir la femme draconienne adulte pleurer comme ça tout en étreignant mon corps de cristal froid, mais je n’étais pas non plus prêt à l’arrêter trop tôt. J’étais content qu’elle soit ici avec moi, j’étais content que mon sort ait fonctionné et maintenant elle était en sécurité.

Celle qui nous avait ramenés à la réalité à partir de ce moment de joie n’était autre que Nanya.

« Euh... Illsy ? » dit-elle et quand je l’avais regardée, je l’avais vue debout devant le trou ouvert de mon mur d’Inconel, regardant le ciel.

« Qu’est-ce que c’est ? » avais-je demandé.

« Dankyun vient d’utiliser sa compétence Suprême », avait-elle souligné, « Nous devons augmenter nos armures magiques et nous cacher ! Vite ! » déclara-t-elle avec un regard alarmé sur son visage.

« Quoi ? »

J’étais sorti de la pièce et j’avais regardé le ciel. C’est avec horreur que j’avais remarqué les boules de feu qui jaillissent de la stratosphère et qui venaient vers nous. J’avais dégluti et j’avais regardé autour de moi. Nous étions en plein milieu de la zone d’impact, et tout ce qui nous entourait était sûr d’être effacé de la surface du monde par la puissante attaque. Ce qui restait de l’académie et du dortoir allait être recouvert d’une mer de flammes. Une partie de la forêt était déjà brûlée à cause de mes propres attaques plus tôt, mais heureusement, les enseignants avaient réussi à l’éteindre avant que cela ne s’étende. Malheureusement, tout cela n’avait servi à rien.

Puis-je le faire ? m’étais-je demandé, mais j’avais secoué la tête.

C’était impossible de faire quelque chose comme ça. Si j’avais pu, je l’aurais fait dès le début et je n’aurais pas perdu mon temps avec la structure en Inconel, mais encore une fois, elle s’était avérée plutôt utile quand j’en avais eu besoin. Retenir l’attaque d’un Suprême n’était pas chose facile.

En me retournant, je m’étais concentré sur les signes de vie actuels et j’avais remarqué que les enseignants et les élèves étaient déjà sortis de la zone d’impact. Contrairement à la route empruntée par Dankyun, mon tunnel était un chemin rectiligne et nivelé. C’était comme une promenade dans une ville moderne. Une distance d’un kilomètre n’était pas si importante, surtout si vous connaissiez un bon chauffeur de taxi.

Mon donjon était également hors de la zone d’impact, ce qui signifiait que nous étions les seuls ici. En regardant les boules de feu et en revenant à l’académie, je savais que je ne pouvais rien faire pour la sauver. Le bâtiment et tout ce qui se trouvait dans un rayon de 1 km allaient être détruits par cette attaque impitoyable.

J’avais dégluti et j’avais volé vers le bas. Il n’y avait plus de temps pour le débat, nous devions agir.

« Ayuseya ! Shanteya ! Nanya ! Je vais toutes vous absorber et emmener mon corps dans mon donjon ! » Les avais-je appelées ainsi.

« Illsy, je suis désolée, mais tu ne m’absorbes pas ! Je vais rester dehors et m’assurer que tu ne te coinces nulle part », dit Nanya, en frappant sa paume avec son poing et en me montrant un large sourire.

« Je comprends, » avais-je hoché la tête. Puis j’avais regardé les deux autres.

« Je n’ai rien contre ça, » répondit Shanteya.

« Moi non plus, » déclara Ayuseya tout en secouant la tête.

Après avoir absorbé les deux femmes, j’avais volé vers le bas et j’avais ouvert le chemin pour ma chute dans le plan d’eau en dessous. Le mur d’Inconel en dessous de moi était la dernière partie à enlever, mais avant cela, j’avais volé jusqu’au tunnel de fuite et je l’avais rapidement recouvert. Je n’avais pas eu le temps de concevoir soigneusement le masquage, je l’avais juste bouchée avec un amoncellement de pierres et j’espérais qu’elle durerait. Je ne voulais pas que le tunnel soit englouti par les flammes, même s’il n’avait qu’une faible chance d’atteindre les élèves et les enseignants.

« Es-tu prête ? » avais-je demandé à Nanya après mon retour dans ma pièce.

« Oui ! Maintenant, vite ! » déclara-t-elle, et je hochai la tête.

Le mur d’Inconel en dessous de moi avait disparu, et mon corps était tombé comme un rocher dans l’eau. Cela avait stoppé la chute, mais dès que j’avais été submergé sous elle, je sentais que j’avais besoin d’air. Il était clair que j’avais besoin d’air pour respirer. J’avais poussé mon corps vers le haut avec les pistons, puis je l’avais poussé de nouveau sur mon mécanisme d’échappement rudimentaire utilisant des rouleaux de bois. En levant les yeux, j’avais vu Nanya sauter dans l’eau.

« Puha ! C’est profond », déclara-t-elle, puis elle était allée sur le bord.

« Allons-y ! » avais-je dit. Puis j’avais bouché le haut du tunnel avec un tas de pierres.

Heureusement, mon corps de cristal émanait constamment de la lumière, sinon, cela aurait été complètement sombre à l’intérieur. Sans plus attendre, j’avais utilisé la [Télékinésie] pour pousser mon corps de cristal sur les rouleaux de bois. La vitesse était bonne, mais je devais être plus rapide.

Un moment plus tard, le sol avait tremblé et une forte explosion avait pu être entendue au-dessus de nous ou plutôt de derrière nous. J’avais rapidement bougé, mais juste au cas où, j’avais fait un autre bouchon de pierre derrière moi. Malheureusement, la vitesse était beaucoup plus lente que ce que j’avais prévu au départ. J’allais à la vitesse d’un escargot.

« Pourquoi n’as-tu pas construire un chariot au lieu de ça ? » demanda Nanya un peu frustrée.

« J’ai eu un moment de lag, » avais-je répondu avec un grognement avant de couvrir une autre section du tunnel derrière nous.

« Tellement d’explosions..., » déclara Nanya avec un peu d’inquiétude, vu que pendant presque une minute entière, le sol avait grondé et les murs avaient tremblé tout autour de nous.

C’était une véritable horreur pour les nerfs, et plus nous allions loin, plus je sentais le besoin de creuser et de m’échapper à la surface. Pendant un moment, j’avais cru que c’était à cause du petit tunnel, mais ça n’aurait pas dû être comme ça. Je n’avais jamais été claustrophobe, mais j’étais sur le point de trembler.

Qu’est-ce que c’est ? J’avais réfléchi pendant un moment, alors qu’il devenait de plus en plus difficile de se concentrer sur mon sort.

Les explosions s’étaient finalement arrêtées au bout d’une minute ou deux, mais je ne me sentais pas mieux. J’étais sur le point de commencer à gratter les murs. Ce que je voyais, c’était des lignes parfaitement droites qui commençaient à se tordre et à tourner. La peur s’était précipitée à travers mon corps de cristal et cela m’avait fait perdre ma concentration, ce qui avait entraîné l’échec de mon sort.

« ILLSY ! » cria Nanya quand elle vit mon corps se retourner de façon incontrôlable, alors que je vacillais dans les airs.

« Je... Je ne sais pas ce qui se passe... J’ai besoin d’air... J’ai besoin qu’il existe... J’ai besoin d’ouvrir un chemin... pour revenir en haut, » avais-je dit en essayant de me concentrer, mais tout était flou et confus.

Il y a quelques instants, il n’y avait rien qui clochait chez moi, mais maintenant je me sentais comme un rat en cage qui mordait les barres de métal pour tenter de s’échapper. Ma cage, cependant, était bizarre. Je savais que je n’avais aucune raison de craindre mes conditions actuelles parce que les murs ne s’étaient pas effondrés et qu’il y avait de l’air à respirer.

« Illsy ! » cria Nanya encore une fois.

Je l’avais regardée et j’avais failli m’étaler sur le sol. J’essayais de savoir où se trouvaient les hauts et les bas.

« Illsy ! Va ouvrir ton donjon ! C’est la raison pour laquelle tu te sens comme ça ! Il n’y a pas d’entrée dans ton donjon ! » cria Nanya, mais j’avais eu l’impression qu’elle m’avait criée dessus plus d’une fois.

J’avais hoché la tête ou secoué la tête, enfin l’un des deux.

En volant vers le haut, je me dirigeais instinctivement vers l’entrée. C’était comme une goutte de lumière brillante qui m’appelait.

Il m’appelait... Il était là...

Un rayon de lumière... Le soleil de ma planète... L’appel de mon royaume... Il était là... Lumière...

Et puis c’était arrivé. Je me tenais devant l’entrée de mon donjon, déjà ouvert et bien conçu pour inviter les aventuriers à leur perte. En regardant autour de moi, j’avais reconnu la forêt et l’emplacement. J’étais là où j’avais d’abord placé l’entrée de mon donjon. L’arbre avec une seule racine arquée sortant du sol était à gauche, un rocher avec deuxième rocher plus petit à côté de lui était à droite. Derrière moi, j’avais vu le petit chemin que Nanya avait pris pour arriver ici quand elle était venue tester les deux premiers niveaux.

J’avais cligné des yeux, surpris et j’avais réalisé que je n’avais aucun souvenir d’être venu ici. Tout ce dont je me souvenais, c’était une lumière brillante et éclatante qui m’appelait. Il y avait de l’engourdissement et le sentiment d’être pris au piège, mais c’était tout. Je n’avais pas ressenti de douleur et j’étais certain de ne pas avoir jeté de sort.

« Menu du Statut, » avais-je appelé. J’avais regardé directement ma réserve de mana.

C’était en train de se régénérer, ce qui voulait dire que j’en avais utilisé une partie.

Étrange... Je ne m’en souviens pas. Oh ouais ! La compétence de Rang Suprême de Dankyun et Nanya ! J’étais ainsi revenu sur la question la plus urgente.

En me concentrant sur sa force vitale, je l’avais sentie se déplacer lentement dans mon tunnel, poussant probablement mon énorme corps vers la dernière pièce de mon donjon.

Je me demande quels sont les dommages causés à l’académie, m’étais-je demandé en volant dans le ciel et vers l’académie.

Je n’avais pas besoin de voler jusqu’ici. Je pouvais voir le résultat très bien d’où se trouvait mon donjon.

S’il y avait un mot pour le décrire parfaitement, c’était « enfer ».

La forêt brûlait dans un grand cercle de près de 3 km de diamètre, ce qui signifiait que le sort de Dankyun était plus grand que Nanya ne l’avait prévu. C’était 1,5 km de rayon, pas 1 km. La destruction était plus que ce qu’elle avait décrit parce que chacune de ces boules de feu qui étaient tombées du ciel était l’équivalent d’une [Boule de feu] ou peut-être plus. Il y avait des cratères positionné sur d’autres cratères éparpillés dans tout l’endroit et cela carbonisait le sol au point que plus rien n’y pousserait. Quant aux bâtiments eux-mêmes, aucun d’entre eux n’était resté debout. La seule chose qui avait à peine survécu, c’était mon carré d’Inconel, si la boîte noire que je voyais, c’était bien elle. La solidité et les enchantements à température réduite avaient fonctionné comme un charme, mais sans aucun doute, il faisait probablement plus de 100 degrés à l’intérieur. Ma pièce était devenue un four chauffé par les sorts de feu destructeurs.

En étendant mes sens, j’avais détecté les signes de vie indiquant la sécurité et la survie des élèves et des enseignants. Ils étaient encore en vie, ce qui était bien, mais ils n’allaient certainement jamais retourner à l’académie parce qu’il n’y avait plus d’académie où ils pouvaient retourner.

J’étais un peu triste d’en être témoin, mais mon lieu de naissance, ma maison, mon lieu d’origine dans ce nouveau monde n’était maintenant réduit à rien d’autre qu’un champ de cendres fumantes, de roches fondues et de cratères noirs. Le jardin où les étudiants passaient leur temps libre n’était plus là. L’endroit où j’avais rencontré Ayuseya et où je l’avais entendue jouer du violon pour la première fois avait également disparu. Le dortoir avait disparu, détruit par ma bataille avec Dankyun et sa compétence Suprême. Le bâtiment de l’académie avait été réduit à un tas de décombres après avoir été impitoyablement frappé par l’attaque. Maintenant, il ne restait plus qu’une grosse boîte noire : ma salle en Inconel. La forêt entourant l’académie était en flammes. Les créatures et les monstres avaient fui de la région.

« Il a disparu... Tout a disparu..., » avais-je dit en regardant le désastre causé par le sort d’un Suprême.

Bien que j’aurais aimé pouvoir verser une larme pour la dévastation devant moi, je savais que ce n’était pas encore le moment pour une telle chose. Je devais retourner à mon corps et me préparer à l’attaque impitoyable de Dankyun. Maintenant, il n’avait absolument aucune raison de se retenir, et il était sûr de m’attaquer sans pitié.

Je dois amener mon corps et Nanya à l’intérieur de la dernière pièce, et je dois relâcher Shanteya et Nanya... Puis-je ajouter d’autres pièges, je me demande quoi faire d’autre ? m’étais-je demandé en volant vers la force vitale de Nanya.

[Point de vue d’Elovier]

Notre maître temporaire, Dankyun, était rempli de rage et de haine pour celle qui s’appelait Ayuseya. Elle l’avait berné de la pire façon possible en s’enfuyant de lui et en lui refusant le trône, mais à mon avis, je n’avais jamais vu ce draconien comme un dirigeant ou un chef de quelque sorte que ce soit. D’autre part, le Maître de notre guilde assassin la Rage du Fantôme était une autre affaire. Cet homme était au niveau d’un dieu par sa force et sa sagesse. Pendant plus de deux cents ans, il avait échappé aux autorités et avait réussi à maintenir une organisation mourante comme la plus forte qui ait jamais existé.

Il était notre maître ultime, pas ce piètre déchet de draconien, Dankyun. Quoi qu’il en soit, nous étions employées par lui, et notre seul désir était de le servir comme notre Maître, du moins jusqu’à l’expiration du contrat.

La moitié du paiement avait déjà été reçue, la partie couvrant la valeur de nos vies et la formation. Le reste serait payé après que nous ayons accompli la mission d’escorte, de protection et de renseignement pour Dankyun Alttoros jusqu’à ce que nous atteignions la frontière du Royaume de Teslov. Une fois là-bas, notre contrat était terminé, et nous pourrions disparaître.

Cependant, une chose était à mentionner. C’était que nous avions toutes les deux menti à Dankyun quant à notre puissance réelle. Au niveau de la force, nous avions déjà atteint le niveau Divin et nous approchant du Suprême. Nous étions parmi les plus fortes de la guilde, mais ce n’était rien par rapport aux Ombres Noires.

« Ma sœur, qu’est-il arrivé à la femme de chambre ? » demanda Shenner, ma sœur.

En regardant à ma gauche, je lui avais affiché un sourire, puis je lui avais dit : « Elle est morte ou elle le sera bientôt. »

« Le maître ne sait pas encore, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle, et je secouai la tête.

Bien sûr, Dankyun ne savait pas que notre autre mission ici était celle qui nous avait été donnée par le maître de la guilde lui-même : Rechercher et assassiner l’albinos el’doraw.

« Ça me rend curieuse de savoir comment elle a réussi à le faire, » Shenner avait dit ça avec un rire.

« Chut, ma sœur ! Si nous devons trouver le moyen, nous devons le détruire ou le rapporter au maître ! On ne veut pas être les prochains sur la liste des cibles, n’est-ce pas ? » avais-je dit en la regardant fixement.

Ma sœur était parfois assez idiote et ne savait pas à quel point elle était proche des paroles de trahison qui pouvaient activer notre malédiction. Nous devions être très prudents parce que nous étions assez loin du Maître.

« Oui, oui ! » elle avait fait un signe de la main, et j’avais plissé les yeux vers elle. « Tu sais, il y a une chose qui me dérange..., » déclara-t-elle.

« Quoi ? » avais-je demandé en haussant les sourcils.

« Tu te souviens du groupe de morts-vivants qu’on a combattu il y a deux jours ? » demanda-t-elle.

J’avais hoché la tête.

« Ils étaient à moitié dévorés par les asticots, et la plupart d’entre eux n’étaient rien d’autre qu’un tas d’os noirs brûlés, mais..., » elle s’arrêta et regarda en bas « Ils étaient les assassins envoyés ici avant, n’est-ce pas ? »

« Oui, » avais-je dit.

Serrant les rênes, elle avait l’air d’être sur le point de tuer quelqu’un.

« Penses-tu que cela dérangera le Maître si nous tuons celui qui leur a fait ça ? » demanda-t-elle avec un regard fou dans les yeux.

Elle s’était empressée de passer d’une émotion à l’autre comme toujours, mais cette fois, c’était différent. Sa couleur de peau avait presque entièrement changé à un bleu foncé, presque noir pour exprimer sa colère, sa haine et son désir de tuer. Quant à savoir pourquoi elle était comme ça, alors que d’habitude elle ne montrait presque rien du tout. Parmi ces assassins morts, nous avions aussi trouvé son fils. Quand nous nous étions battus avec eux, c’était moi qui avais donné le coup fatal parce qu’elle avait refusé de le faire, elle s’était simplement tenue là, en état de choc.

En général, le Maître ne nous envoyait pas après les membres de notre famille parce qu’il craint que nous hésitions. Cela s’était produit une fois, et cela pourrait se reproduire, mais cette fois, nos espions avaient confirmé leur mort. Les découvrir sous la forme de morts-vivants était une rencontre inattendue. Pour nous, la mission de « chercher et détruire » avait été transformée en une mission de vengeance.

« Ne t’inquiète pas, ma sœur. Après avoir tué celle qui s’appelle Shanteya Dowesyl, nous traquerons celui qui lui a fait ça, et nous le tuerons aussi. » Je lui avais dit ça d’une voix calme.

« Oui ! Allons-y ! Et assurons-nous de prendre le temps d’éplucher la peau de leur chair et de la manger devant eux », avait-elle dit en souriant.

Contrairement à moi, Shenner avait une ou deux vis desserrées...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

9 commentaires

  1. Merci pour le chapitre. Tiens, je pensais que les femmes assassins avaient été rendues stériles.

    • Tout à fait.

      Rien n’est indiqué à propos de ça, mais il est fort probable que certaines aient des enfants pour deux raisons.
      1. Pour les personne étant déjà dans le groupe d’assassins à sa naissance qui pourrait avoir le droit d’avoir un enfant avant de passer en service actif.
      2. Mais le plus probable est que cela soit lors de son recrutement effectif, comme la servante du MC qui a été violée à de nombreuses reprises avant même d’avoir subi l’opération après qu’elle ai été enlevée.
      Après, il se peut aussi que dans le haut du panier, elles ne subissent pas ça, surtout celle qui est désignée comme femmes des membres importants.
      On en apprendra peut-être plus bien plus tard, mais pour le moment, cela reste très obscur.

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chap ^^

  4. Merci pour le chapitre! Ha l'histoire prend de plus en plus d'importance vivement la suite.

  5. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire