J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 25 – Partie 1

***

Chapitre 25 : Le dernier jour de paix…

Partie 1

Je m’étais réveillé le lendemain matin en compagnie de deux charmantes femmes ; l’une était une princesse draconienne et l’autre était un ancien assassin el’doraw. Leurs seins doux m’avaient fait avoir un sourire de bonheur, me rappelant une fois de plus à quel point j’aimais les gros seins. C’était peut-être pour ça que j’avais fini avec une allégeance à ce genre de dieu. S’il était là-haut, alors il était sûrement en train de me bénir à ce moment précis.

« Bonjour, Maître..., » chuchota Shanteya.

Ouvrant les yeux, je l’avais regardée, puis j’avais amené ses lèvres afin de faire un doux baiser. C’était aussi agréable que d’habitude. Puis c’était au tour d’Ayuseya, mais elle dormait encore. J’avais décidé de ne pas la déranger, mais je ne voulais pas non plus qu’elle se réveille sans moi dans ses bras. Actuellement, nos jambes étaient entrelacées, et sa queue était enroulée autour de ma taille comme si elle essayait de proclamer sa revendication sur mon corps. Shanteya ne s’y était pas opposée et s’était retirée de notre étreinte.

« Ayuseya..., » avais-je chuchoté à la femme draconienne, mais elle n’avait pas ouvert les yeux.

En déplaçant mes mains autour de sa taille, j’avais commencé à rechercher la forme de son corps. En plus d’être très grande, elle avait une bonne silhouette. Sa grande poitrine contenait une souplesse divine, et la façon dont ses courbes se déplaçaient autour de ses hanches m’avait fait croire qu’elle avait une silhouette de sablier plutôt qu’une silhouette mince ou grande. D’après mon analyse, sa queue était connectée non pas comme une continuation du coccyx, mais plutôt comme un prolongement de la colonne vertébrale au-dessus du bassin. Malheureusement, la robe qu’elle portait ne m’avait pas permis de lui faire un tâtonnement ferme de ses fesses pour « tester » son élasticité. Du bon côté des choses, parce que sa queue était enroulée autour de moi, cela avait soulevé sa robe juste assez pour que je puisse apercevoir ses cuisses, et j’avais profité de cette occasion donnée par Dieu pour effectuer un doux toucher.

« Aimez-vous ce que vous ressentez ? » me demanda-t-elle soudainement.

J’avais dégluti et j’avais levé les yeux. Ayuseya était réveillée.

J’avais souri et retiré ma main, la plaçant au-dessus de sa taille. En me penchant de plus près, j’avais voulu capturer ses lèvres dans un baiser, mais elle s’était retirée, sa queue s’était aussi retirée.

« Est-ce... est-ce nécessaire ? » demanda-t-elle avec un peu de rougeurs au niveau de ses joues.

« Cela vous déplaît-il ? » lui avais-je demandé en réponse.

Elle avait détourné le regard, mais ne m’avait pas véritablement répondu.

« Alors, j’apprécierai ce baiser, » lui avais-je dit en lui touchant doucement le menton et en lui tournant la tête.

Puisqu’elle n’avait ni nié ce que je disais ni repoussé, j’avais accueilli ses lèvres afin de mouler avec les miennes dans un doux baiser. Une fois de plus, j’avais senti son goût et sa langue rugueuse. Elle ne s’était pas améliorée en matière de baiser pendant la nuit, mais ce n’était que sa deuxième fois jusqu’à présent. C’est pourquoi, lorsque nous avions séparé nos lèvres, ses joues et le bout de ses oreilles étaient d’un rouge vif. Elle avait aussi un regard fébrile dans ses yeux. La douceur était terminée, et elle avait maintenant le droit de se séparer de moi.

« Merci, Ayuseya..., » lui avais-je dit en quittant son étreinte.

Il était temps de libérer Shanteya, et une fois qu’elle était sortie, je lui avais donné les instructions pour aujourd’hui.

« Je veux que tu ailles dans la forêt et que tu pourchasses autant de monstres que possible. Tout ce que tu tueras sera compté comme mes morts, et ça m’aidera à monter en niveau. Rassemble leurs restes, et toutes les deux ou trois heures, je passerai te voir et les ramasserais. Et aussi, laisse-moi essayer d’enchanter ta robe, » avais-je dit.

« Je comprends, Maître. Je ferai ce que vous me demandez. Mais si possible, pourriez-vous me rendre mon ancienne armure de cuir ? Je pourrai me battre beaucoup mieux dans cette tenue que dans cette robe, » m’avait-elle dit en souriant.

« Bien sûr, je pense que Nanya l’a encore. Tu peux aller la chercher chez elle, mais d’abord, je vais voir si je peux enchanter ta robe. Je suis vraiment curieux de cette nouvelle capacité qui est la mienne ! » avais-je dit avec un sourire.

« Bien sûr ! Comme vous le souhaitez, Maître ! » répondit-elle avec une petite inclinaison de la tête.

Cela étant dit, j’avais ouvert mon panneau de compétence et j’avais regardé autour de moi à la recherche de ma compétence d’enchantement d’objet. Contrairement aux deux autres qui étaient placés dans la catégorie [Construction] et [Pièges], celle-ci avait été classée comme une [Compétence unique].

[Enchanter l’objet avec un Enchantement <Sélectionnez le type>] <Ajoute une propriété magique sélectionnée à un objet sélectionné. Le nombre de points de mana infusés dans l’objet peut influencer la force et le rang de l’enchantement ainsi que la chance d’échouer. Le coût dépend du type d’enchantement choisi avec un coût d’activation de base de 100 points de mana. Commande vocale : Eel Eel Lark >

Une autre commande vocale bizarre..., avais-je pensé tout en louchant des yeux sur cette compétence.

L’objet ciblé était la robe de Shanteya sans le tablier, les chaussures et les sous-vêtements. Le système avait tout pris comme un élément séparé. En découvrant cela, mon instinct de joueur m’avait incité à faire un set d’objets, mais il y avait autre chose que je voulais faire, quelque chose que je ne pouvais pas m’empêcher de faire.

« Mettre à jour [Enchanter l’objet avec Enchantement <Select Type>] », avais-je dit, et le système s’était conformé à mon ordre.

Pour le coût de 30 points, j’avais reçu : [Enchanter l’objet avec un Enchantement de type <Imaginé>]. J’étais débordant de joie quand je l’avais vu, à tel point que je ne me souciais pas des 10 points supplémentaires que j’avais à dépenser pour cela par rapport à d’autres compétences. C’était peut-être parce qu’il s’agissait d’une compétence unique, mais je me demandais si les deux autres compétences d’enchantement me coûteraient le même prix pour les améliorer.

« Oh ! Génial ! Vraiment génial ! Allons-y ! » avais-je dit avec un grand sourire invisible et lumineux.

« Maître ? » demanda Shanteya, clignant des yeux et plissant son front.

En choisissant à nouveau sa robe, j’avais appliqué l’Enchantement, j’y avais versé environ 3000 de mana et j’avais imaginé l’enchantement que je pouvais faire. Bien sûr, le système s’était occupé de la plupart des choses ennuyeuses, mais je pouvais voir dans le coin de mon esprit la possibilité d’échouer sous la forme d’un pourcentage, le changement de statistiques qu’il offrait, et quelques capacités spéciales parmi lesquelles je pouvais choisir.

Il y avait actuellement 0 % de chance d’échouer, mais au moment où j’avais choisi d’ajouter 1000 points pour chacune de ses statistiques, la chance était passée à 100 % de chance d’échouer. Même si j’y avais versé 1000 points de mana de plus, cela n’avait pas fonctionné. J’étais un peu déçu, mais j’avais continué à jouer avec les réglages.

La raison pour laquelle cela n’avait pas fonctionné pouvait avoir quelque chose à voir avec mon niveau actuel ainsi qu’avec le niveau d’amélioration de la compétence. Fondamentalement, je n’avais pas le droit d’enchanter des objets avec des capacités capables de tuer un Suprême, mais un joueur pouvait quand même rêver.

Ajouter des capacités avait également augmenté mes chances d’échouer, alors j’avais lutté un peu pour faire un enchantement capable d’offrir à Shanteya des améliorations en statistiques et des capacités décentes sans augmenter les chances d’échouer d’une manière trop élevée.

Le résultat final avait été cet objet :

[Nom de l’objet] : Robe de femme de ménage <changer le nom> O/N

[Statistiques ajoutées] : Tous +135, +1 % Régénération de mana

[Capacités] : Endurance élevée <Permet à l’élément de survivre à des impacts puissants ou à des mouvements extrêmes. Limite d’agilité : 1200. Limite de force : 1200.> +Traque <Permet à l’utilisateur de suivre les formes de vie voisines. Zone limite : 20 mètres> +Réduction de Damage 20 % <Empêche l’utilisateur de recevoir 20 % de dommages de l’attaque totale.> +Lien [Illsyore] <Permet à une personne sélectionnée de connaître à tout moment l’emplacement et l’état de santé du porteur.>

[Possibilité d’échouer] : 67 %.

Je n’aimais pas les 67 %, alors j’ai ajouté 2000 points de mana, ce qui en fait un enchantement de 6000 points de mana.

[Probabilité d’échouer] : 48 %.

« Trop haut ! » Je voulais crier, mais j’avais réalisé que c’était peut-être quelque chose dans les options que j’avais choisies qui maintenait les chances d’échouer si élevées, alors j’avais commencé à expérimenter un peu plus. J’avais retiré certaines des capacités, mais cela ne l’avait réduit qu’à 40 %. Je les avais rajoutées et je m’étais concentré sur les statistiques. J’avais enlevé la régénération de mana, et la chance était tombée à 18 %. Par curiosité, j’avais réduit les statistiques à 50 au lieu de 135. Le risque avait chuté à 1 %.

Donc, ajouter des statistiques a augmenté énormément les chances d’échouer, hein ? avais-je pensé, et par curiosité, j’avais réduit encore plus les statistiques. Cela n’avait pas changé de 1 % à 0 % jusqu’à avoir complètement enlevé les statistiques.

En d’autres termes, les statistiques avaient ajouté une probabilité automatique d’échec de 1 %.

Cela avait atteint 3 % alors que j’avais 60 points en tout. En retirant les points d’Intelligence, je pourrais augmenter 30 en Force et 30 à l’Agilité. Comme ils étaient plus importants, je les avais laissés là.

Avec 3 % de chance d’échouer, c’était une victoire garantie, alors j’avais appliqué l’enchantement 6000 points de mana sur la robe de femme de ménage de Shanteya. Au moment où j’avais fait cela, il y avait une lumière vive et puis... quelque chose d’inattendu s’était produit, ce qui était à la fois bon et mauvais en même temps.

« Maître ? » demanda l’El’Doraw surprise après qu’on l’ait laissée debout devant moi avec sa robe de femme de chambre en morceaux.

« Eh bien... un tablier nu, c’est une chose, tu sais ? » avais-je dit.

« Nue ? Mais je porte toujours mon soutien-gorge et ma culotte.... » déclara la jeune femme.

« Je peux arranger ça, tu sais ? » demandai-je.

Elle avait rougi et elle baissa les yeux.

L’enchantement avait échoué à 3 %, et cela faisait rage à l’intérieur de moi.

« Comment pourrait-il échouer à 3 % ? Franchement... comment ? Sérieusement ? ARGH ! » avais-je crié.

Il m’avait fallu quelques instants pour me calmer, mais quand je l’avais fait, j’avais décidé de ne plus jamais tenter d’élever les statistiques par enchantement jusqu’à ce que j’aie amélioré le sort au point où cela n’aurait plus échoué aussi ridiculement.

« Je n’ai pas de vêtement de rechange... Je vais chercher ton armure en cuir, » avais-je grogné.

« S’il vous plaît, maître. Je ne peux pas me battre comme ça », m’avait-elle dit. Puis elle m’avait montré du doigt les restes de sa robe.

Ses joues étaient rouges et ses oreilles étaient un peu plus basses à cause de l’embarras.

Tu t’es entraînée nue, Shanteya, ne te plaint pas des combats de tabliers à moitié nus, avais-je réfléchi, mais j’avais décidé de ne pas dire ces mots à voix haute. Cela aurait pu être un peu grossier de ma part.

J’avais trouvé Nanya dans sa chambre. Bien sûr, avant d’entrer, j’avais frappé en premier et au cas où il y aurait quelqu’un, j’étais prêt à le tuer accidentellement avec une simple [Boule de feu].

« Eh bien ! Enchanter un objet pour pouvoir recueillir du mana ou augmenter sa force n’est pas si facile et la plupart du temps, personne ne l’essaie vraiment, » m’avait-elle dit après m’avoir expliqué pourquoi j’étais là si tôt et avoir demandé un ensemble de vêtements de rechange pour Shanteya. « Pourtant, je suis encore plus surprise par le fait que tu peux y ajouter quatre capacités ! Bref, je t’apporterai l’armure de Shanteya, mais ne la déchire pas. Les enchantements peuvent être remplacés si nécessaire, donc, jusqu’à ce que tu t’en sortes mieux, il suffit de répartir les capacités sur différents objets. Au fait, elles ne s’empilent pas. La version plus forte est prioritaire », m’avait-elle prévenu.

« Voilà pour mon idée de set surpuissant, » avais-je répondu.

« Quels sont tes projets pour aujourd’hui ? » m’avait-elle demandé alors qu’elle s’était retournée.

Nanya était rentrée pour prendre l’armure de Shanteya et une robe de femme de chambre de rechange. Pendant ce temps, j’attendais dans le couloir.

« Je vais construire le cinquième étage du donjon, enchanter quelques pièges. Des trucs comme ça... Et toi ? » avais-je demandé.

« Je vais aller vérifier les donjons que tu as faits hier et ajouter des appâts à l’intérieur pour les faire fonctionner. Tu as dit que tu voulais que Shanteya aille chasser ? Est-ce que cela veut dire que si je chasse aussi, tu peux monter en niveau plus rapidement ? » demanda-t-elle de l’autre côté de la pièce.

« Oui, » avais-je répondu.

« Hm ! Je vois... Alors, comment Shanteya est-elle devenue si forte tout d’un coup ? » me demanda-t-elle curieusement.

« Il s’agit de l’une de mes capacités passives. Ça s’appelle le [Lien de Confiance]. Tant que tu me fais confiance, et que je te fais entièrement confiance, la capacité apparaît et me permet d’augmenter ta force de façon considérable, » avais-je expliqué calmement, sans entrer dans les détails.

Même si Nanya et Ayuseya étaient maintenant mes épouses, je n’avais pas l’impression de pouvoir leur faire entièrement confiance, ou qu’elles me faisaient confiance. C’était peut-être la raison pour laquelle ça n’avait pas marché. Forcer cette capacité ne me mènerait nulle part, elle devait venir naturellement comme cela avait été le cas avec Shanteya et moi. Je me sentais en sécurité et protégée avec elle, alors qu’elle se ressentait la même chose envers moi.

« Hm, intéressant, malheureusement, je pense qu’il ne s’activera jamais pour moi, » m’avait-elle dit en revenant avec les vêtements de mon esclave.

Après les avoir absorbés, je lui avais demandé « Pourquoi ? »

« Je ne peux plus faire confiance en quelqu’un, » elle avait haussé les épaules comme s’il n’y avait rien à craindre. « Mais, ne t’inquiète pas. Ce n’est pas seulement toi en qui je n’ai plus confiance..., » elle avait regardé le sol pendant un moment. « Même si mes sentiments pour toi se transforment en amour pur... cela ne me permettra jamais de te faire entièrement confiance, et tu ne devrais pas non plus me faire confiance... » elle avait levé les yeux et m’avait affiché un petit sourire, mais un sourire triste.

« Nanya..., » avais-je dit en pensant à ce que je devais lui répondre. Mais que devrais-je faire quand je ne savais pas comment elle avait fini comme ça ?

Franchement, je n’aurais jamais deviné que l’énergique, amicale, sauvage et bavarde Nanya avait du mal à faire confiance aux autres. Elle avait interagi correctement avec les élèves de l’académie et même avec les autres enseignants. Néanmoins, vu le type de monde que c’était et son passé avec Dankyun, ce n’était pas non plus une chose impossible. L’époque médiévale n’était pas non plus très agréable ou gentille sur Terre. Plutôt que de romance, de chevaliers et d’honneur, c’était plus comme la terreur, l’obscurité, l’angoisse et la mort. Mais je voulais quand même lui dire quelque chose pour l’aider.

« Tu devrais y aller maintenant. Rappelle-toi ce que je t’ai dit à propos de l’enchantement. Et aussi, maintenant que j’y pense, pour ton donjon, je crois qu’il vaut mieux que tu ne construises pas un étage entier aujourd’hui et que tu te concentres plutôt sur les défenses de ta pièce ici, à l’académie. Ce ne serait pas mal pendant que tu y es, si tu trouves un endroit pour transporter ton noyau dans ton donjon, juste au cas où, » m’avait-elle conseillé.

J’avais l’intention de le faire de toute façon, mais la partie sur une façon secrète d’amener mon noyau au donjon avait été laissée quelque part dans les coins de mon esprit. En d’autres termes, je n’en étais pas si sûr. Peut-être qu’avec Dankyun venant dans cette direction, un tel plan d’urgence n’était après tout pas une si mauvaise idée.

« Nanya, avant de partir, j’ai quelque chose à te dire, » avais-je dit.

« Qu’est-ce que c’est, Illsy ? » me demanda-t-elle.

« Je ne pense pas que l’amour puisse exister sans confiance mutuelle... Quand on aime quelqu’un, on lui fait automatiquement confiance. Je ne sais pas ce qui t’a rendue incapable de faire confiance aux autres, tu as l’air d’aller parfaitement bien avec les professeurs et les élèves, mais réfléchis un instant à ce que j’ai dit... En fait, je veux dire ce que je t’ai dit hier. Je ne vais pas revenir sur mes paroles simplement parce que tu as dit que tu ne me feras jamais confiance. Si je veux tomber amoureux de toi, qu’il en soit ainsi, alors je m’occuperais bien de toi, » avais-je déclaré d’une voix ferme, pour lui montrer que je pensais chaque mot que j’ai dit avant et maintenant.

En vérité, je n’avais aucune idée de la façon dont les choses finiraient entre nous dans quelques mois ou années, mais si je ne faisais pas de mon mieux pour gagner son cœur et celui d’Ayuseya, je savais que je finirais par le regretter. Pour ce que j’en savais, je devais au moins essayer. Cela, je le savais avec certitude parce que c’était quelque chose qu’Alina m’avait appris.

Quand je me sentais déprimé à cause du chômage, quand j’avais des difficultés avec mes amis, quand je ne savais même pas si ça valait la peine de vivre ou non, elle était là pour m’aider à me remettre sur pied. Elle aurait pu m’abandonner, elle aurait pu rester là et ne rien faire, mais elle ne l’avait pas fait. Il fut même un temps où je pensais qu’elle me trompait avec l’un de ses collègues, mais tout cela s’était révélé faux. Eh bien, ce n’était pas seulement elle qui m’avait aidé à surmonter ça, quelques bons dessins animés et quelques lignes d’un livre m’avaient aidé à réaliser ce qui était mal dans ma façon de penser.

C’était en fait logique. Si une personne aimait, comment pouvait-elle prétendre qu’elle ne pouvait pas lui faire confiance ? Après tout, pour autant que je sache, l’amour signifiait se donner complètement à celui que vous aimiez et ne rien demander en retour. Cela signifiait aussi le fait d’accepter votre partenaire sans se plaindre et l’accepter tels qu’il était et croire et avoir confiance qu’il ferait la même chose pour vous.

Ce n’était pas une croyance avec laquelle j’étais né, mais une croyance que j’avais atteinte après avoir souffert en faisant exactement le contraire, mais je ne savais pas si mes mots avaient la force d’atteindre Nanya. Pour l’instant, elle n’aurait pu les voir que comme de simples mots vides.

« J’y réfléchirai, Illsy, » répondit-elle avant de fermer la porte.

J’avais soupiré et j’étais retourné dans ma chambre. Pour l’instant, je ne pouvais qu’attendre.

Une fois rentré auprès de Shanteya, j’avais décidé d’enchanter son armure avant qu’elle ne la mette. Je n’avais pas essayé d’ajouter des statistiques cette fois-ci, mais au lieu de cela, j’avais utilisé les enchanteurs Haute Endurance et Atténuateur de Dommage à 20 % comme enchanteurs principaux. Sur sa poitrine, j’avais aussi ajouté le troisième, qui était le Lien [Illsyore]. La seule autre partie de son armure à recevoir un enchantement supplémentaire était sa tête, sur laquelle j’avais placé Traceur. Pourtant, j’avais été assez surpris d’apprendre que son armure d’assassin n’avait pas d’enchantements initiaux adaptés à son travail précédent, mais encore une fois, elle était juste un rang Maître ou peut-être Intermédiaire. C’était peut-être la raison.

Après avoir expliqué quelles sortes d’enchantements j’avais ajoutés, la première question qu’elle m’avait posée était « Combien de temps dureront-ils ? »

C’était assez intéressant parce que je n’avais vu aucune sorte de minuterie sur eux quand je les avais faits.

« Je ne sais pas, laisse-moi absorber un morceau et voir..., » lui avais-je dit, et elle m’avait tendu le masque.

En entrant dans mon esprit intérieur, je ne m’étais pas arrêté pour visiter Ayuseya et j’étais allé directement à l’endroit à l’intérieur de mon obscurité où les objets étaient gardés. Après avoir trouvé le couvre-chef, j’avais regardé ses informations, mais encore une fois, rien d’inhabituel n’était apparu dans le menu.

« Affichage de la durée de l’enchantement, » avais-je ordonné.

<Enchantement permanent.>

Voilà la réponse que j’avais reçue. J’avais haussé les épaules et quitté mon esprit intérieur.

« P-Permanent ? » avait demandé Shanteya quand je le lui avais dit.

« Oui, » avais-je répondu calmement.

« C’est incroyable..., » dit-elle en regardant ses gants.

« Je m’en doutais, » lui avais-je dit.

« Comment ça, Maître ? » Elle avait incliné la tête vers la droite et avait froncé un peu son front.

« Je suis un Seigneur du Donjon en tant qu’espèce et d’après ce que Nanya m’a dit, tous les donjons peuvent à la fois créer et enchanter des objets. Les gens ont fait des recherches sur les sorts d’enchantement en se basant sur ce qu’ils ont rencontré dans les donjons. Leurs versions sont temporaires et pas aussi fortes que les miennes, alors j’ai cru qu’il devrait être naturel pour moi d’apprendre des enchantements permanents plutôt que des enchantements temporaires, même s’ils sont mentionnés comme temporaires dans les livres, » lui avais-je expliqué.

D’une certaine manière, je m’attendais à ce que quelque chose de semblable se produise lorsque je trouvais un livre ou un parchemin avec une compétence de Rang Divine. C’était à moins que j’aie réussi à débloquer cette compétence moi-même. Il était tout à fait possible qu’il m’ait demandé d’avoir plusieurs compétences de rang Empereur pour le faire.

Bien sûr, il y avait une chance que j’avais complètement tort, et que je m’étais retrouvé avec un enchantement permanent basé sur la chance ou le fait que je n’avais tout simplement pas spécifié le temps que je voulais qu’il dure. La compétence avait l’option de : <Imaginez le type>.

« Alors, Maître, je vais y aller. Je vais chasser autant de monstres que possible pour vous, » avait dit Shanteya avec un sourire éclatant avant de mettre son masque.

« Prends soin de toi ! » lui avais-je dit.

À ce moment-là, elle était redevenue l’assassin que j’avais rencontré lors de ma première journée en tant que Seigneur du Donjon. Cela m’avait fait me souvenir de l’époque où j’avais massacré ces 24 assassins sans même montrer le moindre signe de remords. Même maintenant, je ne ressentais rien pour eux parce que je savais qu’ils voulaient causer du mal à ma Shanteya bien-aimée. En y pensant, le fait qu’un donjon de niveau 1 fasse quelque chose comme ça était incroyable, et même absurde, mais je pensais que c’était quelque chose de basique, quelque chose que n’importe qui pouvait faire.

Je n’aurais pas pu me tromper davantage.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

9 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chap ^^

  4. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire