J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 2 – Chapitre 18 – Partie 1

***

Chapitre 18 : Des monstres et des culottes de Nanya.

Partie 1

Après que la très estimée princesse ait été guérie de ses malédictions ridicules, je l’avais libérée à l’extérieur de mon esprit intérieur. Tout comme Shanteya, elle était apparue juste à côté de mon corps de cristal. Je devais dire qu’elle avait été surprise par le changement soudain de décor, passant du beau jardin extérieur à l’obscurité dans laquelle je vivais, puis à la salle d’étude typique, qui était autrefois le bureau du directeur.

« Sommes-nous dans votre donjon ? » avait été la première chose qu’elle m’avait demandée.

« Non. Cela se trouve à l’intérieur de l’académie, » avais-je répondu avant de sortir de mon corps de cristal.

« Ceci... Est-ce comme ça que vous êtes ? » demanda-t-elle en posant les yeux sur le vrai moi.

« Oui. Je fais une belle bague de fiançailles, n’est-ce pas ? Hahahaha ! » avais-je ri.

Ayuseya avait aussi fait un petit rire doux.

« Alors, je vais partir. Merci, Seigneur du Donjon Illsyore. Je ne pense pas que je ne pourrai un jour vous remercier pour votre gentillesse, » m’avait-elle dit avec un salut poli.

J’avais été un peu surpris par son geste parce que, d’après ce que je savais, quelqu’un de sang royal ne s’inclinait jamais devant quelqu’un de plus bas qu’eux. Mais encore une fois, cela aurait pu ne s’appliquer qu’aux humains sur le continent Allasn.

« Non, il est inutile de me rembourser, princesse, j’ai simplement fait ce que je pensais être normal. Est... Est-ce si étrange de voir un donjon aider les autres ? » demandais-je en me grattant la joue droite invisible.

La dragonne m’avait regardé pendant un long moment avant de hocher la tête.

« Oui. Je n’ai jamais entendu ou vu un donjon comme vous. C’est presque comme si vous défiiez la nature même d’un donjon. Non, vous la rejetez ! Guérir une parfaite inconnue, guérir une femme de chambre, réparer l’Académie de Magie et même laisser les autres vivre sur votre territoire sans consommer leur magie par la force... Un donjon comme vous n’existe tout simplement pas, » m’avait-elle dit avec un regard honnête présent dans ses yeux.

« Êtes-vous sûre qu’aucun autre donjon comme moi n’existe ? » avais-je demandé avec curiosité.

Jusqu’à présent, aucun des enseignants, et même pas Nanya m’avaient dit quoi que ce soit sur le comportement des autres donjons. Je savais qu’ils étaient régulièrement explorés par des aventuriers, et les plus forts étaient gardés comme trésor national, mais je ne savais pas comment ils se comportaient ou si l’un d’entre eux était aussi un Seigneur du Donjon. D’après ce que j’avais entendu d’Ayuseya, je pouvais déjà présumer que ni Nanya ni Tuberculus ne voulaient partager quoi que ce soit à ce sujet.

Pourquoi ne m’ont-ils rien dit ? m’étais-je demandé avant d’écouter les paroles de la princesse.

« Non, » elle secoua lentement la tête « Les donjons de bas niveau sont extrêmement agressifs et impitoyables avec n’importe quel intrus se trouvant sur leur territoire. Ceux de haut niveau sont moins agressifs, mais très dangereux à mesure que vous descendez dans les profondeurs de leur donjon. Même la communication est un exploit presque impossible avec la plupart des donjons. Ceux qui acceptent généralement de communiquer avec les aventuriers ne le font que lorsqu’ils se rendent compte qu’ils sont beaucoup plus faibles qu’eux. Ils essaient de conclure un marché avec les aventuriers comme cela s’est produit avec le donjon Ancestral à Paramanium et le Démoniaque ici à Sharoya lorsqu’un groupe d’aventuriers de rang Suprême s’est approché de leur cœur. Après qu’ils ont conquis la plupart des étages, le donjon les a contactés et des négociations ont été effectuées, » explique-t-elle.

« Alors... je suis vraiment étrange, n’est-ce pas ? » avais-je demandé en montrant un sourire invisible un peu forcé.

« Différent, mais dans le bon sens du terme. Vous êtes puissant, mais vous n’abusez pas de votre pouvoir. Vous êtes intelligent, mais vous n’essayez pas de nous contrôler ou de profiter de nous, » expliqua-t-elle.

« Alors, si vous saviez que je pouvais être dangereux, pourquoi avez-vous accepté mon aide ? J’aurais pu vous mentir et vous garder comme esclave pour toujours, n’est-ce pas ? » avais-je demandé.

« C’était un pari risqué, mais je savais que je n’avais pas à m’inquiéter. Vous avez eu de nombreuses occasions au cours de la semaine dernière de nous transformer tous en esclaves ou pire encore. Je sais que vous avez probablement construit un donjon quelque part, mais d’après ce que je sais, vous avez mis de côté la construction du donjon et vous avez donné la priorité à la réparation de l’Académie de magie. Vous avez même rejoint Nanya pour nous protéger des assassins alors que vous auriez pu facilement les utiliser pour vous débarrasser de nous ou pour gagner de l’influence en utilisant l’emprisonnement. Mais surtout, vous avez montré que vous étiez inquiet à l’égard des enseignants lorsqu’ils se sont aventurés dans votre donjon. Au lieu de vous vanter de sa valeur, vous vous êtes excusé. Si cela ne vous rend pas spécial et merveilleux, alors je ne sais pas ce que vous êtes, Seigneur du Donjon Illsyore, » avait-elle expliqué calmement à moi, une entité qu’elle aurait dû craindre. J’avais gagné la confiance et le respect des élèves par des actes simples que je considérais comme normal de faire pour tout homme dans ma position.

« Merci... » avais-je dit.

« Alors, je devrais y aller maintenant. Merci encore une fois, Seigneur du Donjon Illsyore », sourit-elle. Puis elle se tourna vers la porte.

« Attendez, j’ai oublié d’annuler le contrat d’esclave. Thon Or Non, » avais-je incanté.

Ayuseya avait gardé les yeux fermés pendant les quelques instants où le sort avait fonctionné sur le tatouage autour de son cou et l’avait enlevé sans laisser la moindre trace. Ma deuxième esclave était maintenant libre, mais je n’avais jamais voulu la soumettre à ma volonté. C’était un simple statut temporaire.

« Merci. Passez une bonne journée. »

« J’ai le sentiment que c’est moi qui devrais vous remercier, » lui avais-je dit avant qu’elle ne parte.

Ayuseya étant partie, j’avais repensé à ce qu’elle avait dit, et cela m’avait fait me sentir un peu mieux. J’étais spécial par rapport aux autres donjons dans le sens où je ne voulais pas faire de mal à ceux qui vivent sur mon Territoire de Donjon. Quant à la raison pour laquelle Nanya ne m’avait pas dit ça, cela m’avait un peu dérangé.

Peut-être croyait-elle que si je savais, je me retournerais contre elle ? Quelque chose dans le genre : J’ai besoin de m’accrocher à ma fierté de donjon, alors je vais essayer d’agir comme les autres donjons ? C’est un peu stupide, peu importe la façon dont vous le voyez...

Malheureusement, ces pensées n’avaient pas éliminé les sentiments de doutes et d’inquiétudes qui grandissaient dans mon cœur. Une certaine méfiance à l’égard de Nanya était également présente.

Non ! Je devrais arrêter de penser comme ça ! Argh..., pensais-je, mais c’était difficile de dissiper ça.

J’avais décidé de m’envoler et de la chercher au lieu de me concentrer sur de telles idées. Ce n’étaient que des idées préconçues que mes propres peurs avaient fait naître. Je ne connaissais pas encore le point de vue de Nanya ou toutes les variables à l’équation. Ainsi, il était inutile de juger l’enseignante adolescente sans autre preuve pour soutenir sa culpabilité.

« Ah ! Nanya ! » avais-je dit quand je l’avais vue marcher dans le couloir au deuxième étage du bâtiment principal. L’un de ses élèves marchait derrière elle, portant une pile de parchemins, c’était un homme humain de 20 ans avec un regard de prince charmant, mais il portait aussi une paire de grandes lunettes.

« Illsy ? Que fais-tu ici ? » me demanda-t-elle en essayant de trouver l’emplacement de ma voix.

« Je te cherchais ! » avais-je dit.

Non, pas encore... avais-je pensé au moment où j’allais lui demander pourquoi elle ne m’avait pas dit que les autres donjons étaient vraiment méchants et violents envers les gens.

« Hm ? Eh bien, me voilà ! Qu’est-ce que je peux faire pour t’aider ? » me demanda-t-elle en me montrant un grand sourire et en tenant ses mains sur ses hanches.

« Je... Euh... Je me demandais si tu pouvais m’aider avec ces nouveaux donjons et... euh... euh... la montée de niveau ? » avais-je demandé, car j’avais « habilement » donné une raison pour ma visite.

« Bien sûr ! Colin, apporte ce matériel à Rufus. Illsy, suis-moi, » elle avait immédiatement donné des instructions.

Je l’avais suivie jusqu’à l’une des salles de classe vides. Après être entrée, elle s’était assise sur le bureau de l’enseignant et avait regardé vers les chaises devant elle.

« Laisse-moi d’abord vérifier ton niveau », dit-elle, puis elle avait retiré de sa poche un petit dé en forme de losange. Il n’y avait pas de chiffres, mais cela m’avait fait me demander comment elle prévoyait de découvrir mon niveau avec cette chose.

Après avoir versé un peu de mana dans le dé, elle l’avait placé sur la table, et il avait commencé à briller avec une lumière dorée. À l’instant suivant, un nombre était apparu sur toutes ses faces : 53.

Est-ce vraiment mon niveau actuel ? m’étais-je demandé, surpris, mais il y avait autre chose qui chatouillait ma curiosité.

« Qu’est-ce que c’est, Nanya ? » lui avais-je demandé.

« Hm ? Ça ? C’est un petit appareil magique que tout aventurier qui va explorer les donjons devrait avoir. Il t’indique le niveau du donjon. De cette façon, si jamais tu en rencontres un au hasard lors de tes voyages, tu peux soit tenter de le conquérir, soit le rapporter à la Guilde des Aventuriers. Il y en a beaucoup qui paieront cher pour trouver de nouveaux donjons », expliqua-t-elle. Puis elle leva le dé et regarda toutes les faces.

« Hm, je ne savais pas que..., » avais-je dit. Puis, après ça, pensant que c’était peut-être une bonne occasion, je lui avais demandé.

« Nanya, est-ce que je me comporte comme les autres donjons ? » avais-je demandé après m’être préparé à toute réponse.

S’il te plaît, ne me mens pas. S’il te plaît, ne me mens pas. S’il te plaît, ne me mens pas..., pensais-je.

« Hm... » elle avait posé le dé et avait regardé le plafond. « Tu es unique en ton genre si je devais le dire, non seulement parce que tu es divin, mais aussi parce que tu es amical, » avait-elle dit.

« Amical ? » avais-je demandé.

« Tu n’as pas encore essayé de tuer l’un d’entre nous et au lieu de cela, tu t’efforces de nous aider. Ce n’est pas quelque chose que les autres donjons feraient. En fait, ce n’est pas quelque chose que même la plupart des aventuriers feraient ! D’autres donjons tueraient d’abord et poseraient des questions plus tard. Si quelqu’un survit, ils seraient utilisés comme piles pour le donjon ou torturés à mort pour découvrir leurs compétences et peut-être essayer de les apprendre, » m’avait-elle dit en affichant un sourire doux, et mon cœur avait sauté un battement.

« Merci..., » avais-je dit.

J’étais vraiment heureux d’entendre ces mots. Comme je l’avais deviné, elle ne me l’avait pas dit, jusqu’à présent, non pas parce qu’elle essayait de me le cacher, mais parce que je ne lui en avais jamais parlé.

« Quoi qu’il en soit, tu n’es qu’un simple niveau 53, alors aujourd’hui nous allons chasser ! Je vais aller parler avec Rufus et Angius. Nous allons aussi avoir besoin de leur aide », m’avait-elle dit avec un sourire éclatant.

« Aujourd’hui ? » avais-je demandé en étant un peu confus.

« Pendant que nous serons à la chasse aux monstres, nous en obtiendrons une partie sous forme de butin, et je te dirai ce dont tu as besoin pour construire ton nouveau donjon. En général, je crois qu’il ne faudra que trois étages et il faudrait imiter un Donjon Normal de niveau 20. Bref, tant que je n’oublie pas quelque chose, je te dirais tout ce que tu dois savoir ! »

« D’accord. Que dois-je faire en attendant ? » avais-je demandé.

« Je ne sais pas, danser ? » elle avait haussé les épaules et était partie.

J’avais ri.

Nous devions nous rencontrer trois heures plus tard, mais entre-temps, j’avais jeté un coup d’œil à mon statut et j’avais vu ce que le niveau 53 m’avait apporté, surtout dans le rayon des compétences.

[Nom] : Illsyore (Surnom : Illsy)

[Espèce] : Seigneur Donjon

[Race] : Divin

[Niveau] : 53

[Force] : 0 +1000

[Agilité] : 0 +1000

[Intelligence] : 135 +1000

[Mana] : 7670

[Régénération de mana] : 25 points de mana par seconde.

[Points de statistiques disponibles] : 530

[Points de compétences disponibles] : 270

Tout d’abord, le niveau m’avait surpris, mais peut-être que passer deux semaines à presque épuiser mon mana tout le temps et à me concentrer sur la construction du meilleur donjon que j’avais pu imaginer avait vraiment été payant. Il y avait aussi la partie sur la restauration de l’Académie de Magie et l’absorption des résidus de mana laissés par les étudiants après qu’ils aient épuisé leur mana.

C’est beaucoup..., avais-je pensé à moi-même, mais j’avais le sentiment que la montée de niveau allait être un peu plus difficile à partir de ce moment-là.

Commençons par le début. 66 points dans mon Intelligence devraient suffire pour m’accorder une réserve de mana stable de 8000 points. Et puis, je me demande... Augmentons la régénération magique de 5 points par seconde, pensais-je en regardant ma fenêtre d’état.

[125 points sont nécessaires pour augmenter la [Régénération de mana] de 5.]

<Vous souhaitez confirmer cet échange ?> O/N

J’avais choisi Oui.

Il ne me restait plus que 339 points. Chaque point dans [Régénération de mana] me coûterait 25 points à l’avenir. C’était beaucoup, mais je ne pourrais jamais savoir quand des statistiques aussi incroyables pouvaient me sauver la vie. Et aussi, l’idée d’avoir tant de choses et de disparaître soudainement à cause d’une raison ou d’une autre m’avait aussi traversé l’esprit. Perdre plus de 500 points n’était une blague dans aucun jeu.

Je me demande ce que je devrais faire avec les autres points ? avais-je pensé et pour l’instant, j’avais décidé de les placer comme suit : 189 en [Force] et 150 en [Agilité]. J’ajouterais alors des points jusqu’à ce que j’aie 200 points de force et tout point supplémentaire par la suite irait dans l’intelligence jusqu’à ce que j’aie gagné assez pour atteindre 10 000 points de mana dans ma réserve.

Pour ce qui était des points de compétence, j’en avais 300. J’avais décidé d’améliorer les compétences suivantes :

[Création d’un Cercle d’Invocation de Base pour un Monstre <Type>] > [Création d’un Cercle d’Invocation de Base pour un Monstre <Type> par <Nombre>]

[Invocation un monstre (Rang 1)] > [Invocation un monstre (Rang 2)]

[Invocation d’un Mini Boss (Rang 1)] > [Invocation d’un Mini Boss (Rang 2)]

[Invocation d’un Boss (Rang 1)] > [Invocation d’un Boss (Rang 2)]

Coût total : 40 points de compétence, mais la compétence [Invocation d’une pièce d’équipement aléatoire actuellement porté par les aventuriers] était déjà au Rang Avancé pour une raison inconnue. C’était peut-être l’une de ces compétences obligatoires que j’avais mises à niveau, mais était-ce si important ?

Maintenant, j’avais accès à l’[Invocation d’une pièce d’équipement Selectionnée actuellement porté par un aventurier Sélectionné].

C’était aussi le seul sort sans modification de la commande vocale. C’était toujours Colly Tos.

Un autre sort que je souhaitais améliorer était [Télékinésie]. J’y avais mis 30 points et j’avais gagné [Télékinésie de Rang 2] et [Télékinésie de Rang 3]. Elles allaient me coûter un peu plus de mana, mais le deuxième m’avait permis d’attraper des choses à distance, tandis que le troisième m’avait permis d’attraper plusieurs choses en même temps. En ce qui concerne le coût, il n’y avait que 75 points pour activer et ensuite 5 points par minute pour chaque article que j’avais saisi en même temps. C’était très pratique et beaucoup plus efficace que la version simple.

Avec tous ces points que j’avais dépensés, cela avait porté mon statut actuel aux valeurs suivantes :

[Niveau] : 53

[Force] : 189 +1000

[Agilité] : 150 +1000

[Intelligence] : 201 +1000

[Mana] : 8000

[Régénération de mana] : 30 points de mana par seconde.

[Points de statistiques disponibles] : 0

[Points de compétences disponibles] : 200

Je ne savais pas trop quoi faire avec les derniers points qu’il me restait, alors je les avais laissés ainsi pour un autre jour.

Une fois cette affaire réglée, j’avais volé tout autour de l’académie, réparant quelques trucs à gauche et à droite jusqu’à ce qu’il soit temps de rencontrer Nanya, Angius et Rufus. Ils m’attendaient derrière l’académie. Cette fois, Angius était venu avec son armure de guerrier, qui avait l’air solide et qui devait bien le protéger. Une grosse épée à deux mains était gardée dans un fourreau sur son dos. Après ce qui s’était passé dans mon donjon, il avait décidé de ne plus prendre de risques. Rufus était habillé comme avant. Il était plus un érudit qu’un aventurier, après tout.

« NyahahahHHaha ! Es-tu prêt ? » me demanda-t-elle en souriant.

« Oui. Mais... pfft ! Angius ? C’est quoi ces sourcils roses ? » avais-je demandé en essayant de m’abstenir de rire trop fort.

Ses sourcils étaient de retour, mais ils étaient de couleur rose bubblegum. Quand je l’avais vu pour la première fois, j’avais essayé de ne pas rire, mais j’avais eu du mal à le supporter. Voir ce guerrier à l’air dur avec une armure de plaques et une grande épée à deux mains sur son dos avait inspiré la peur et la force, mais ensuite, vous alliez voir ses sourcils roses et alors, vous vous retrouvez à essayer de ne pas éclater en un rire fort et incontrôlable.

« Soupir... Paladinus a ajouté un petit sort aux potions de restauration capillaire de Zertan. Pendant deux jours, Tuberculus et moi, on se promènera avec des cheveux roses, » avait-il répondu sans s’amuser.

« Tuberculus aussi ? Pfft ! » avais-je dit. Paladinus, espèce de troll ! Puhahahahaha ! J’avais beaucoup ri dans mon esprit et j’avais fait de mon mieux pour ne pas laisser ces rires s’échapper.

« NyahahahHHaha ! C’est vrai ! Le vieux schnock a l’air d’avoir été plongé dans un baril de mignonnerie ! » Nanya avait ri sans se retenir.

« Ne vous inquiétez pas. Paladinus paiera pour cela, finalement, » déclara Angius calmement.

« Ces... farces entre eux, c’est un vieux truc. D’habitude, Paladinus fait quelque chose à Angius ou Tuberculus, puis tous les deux se regroupent pour lui faire une plus grande farce, » expliqua Rufus.

« Alors, Illsy, s’il te plaît, utilise [Télékinésie] sur nous. Puis volons vers la rivière au nord d’ici ! » avait-elle demandé.

J’avais fait ce qu’on m’avait dit et j’avais volé aussi vite que je l’avais pu dans cette direction. Ma vitesse de vol maximale était d’environ 50 km/h, l’équivalent d’un faucon, mais loin d’un avion. Je n’avais pas encore trouvé un moyen d’aller plus vite sous cette forme. C’était une limitation un peu ennuyeuse, mais c’était quelque chose avec quoi je pouvais vivre. Pendant ce temps, les trois professeurs s’amusaient tout en étant portés par mon pouvoir, surtout la mignonne adolescente avec des gants en acier et une armure en cuir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire