Izure Shinwa no Ragnarok – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 1

Bannière de Izure Shinwa no Ragnarok ***

Chapitre 3 : Prélude à l’après l’école

Partie 1

La nuit.

Il s’agissait d’une période de temps différente de celle de l’après-midi calme, une période de lutte.

L’île était étonnamment calme pendant que les Dieux s’entretuaient.

Mais ici, dans le quartier Minami, la vigueur animée de la journée était enveloppée un silence comme s’il s’agissait d’un mensonge.

« ... »

Je jetai un coup d’œil au coin du bâtiment et vérifiai la sécurité de mon environnement.

« Suivez-moi, » ordonnai-je.

« ... Haa, » répliqua Brünnhilde.

Brünnhilde se déplaçait tout en restant derrière moi. Nous nous déplacions depuis le coin de bâtiment jusqu’au suivant.

En fin de compte, même après que la nuit fut tombée, Charlotte n’avait toujours pas repris connaissance. Voilà pourquoi c’était encore maintenant Brünnhilde qui était la personnalité émergente.

Pour couronner le tout, nous n’avions pas réussi à obtenir la moindre information sur les adultes qui avaient été contrôlés dans le café.

Apparemment, même leurs mémoires avaient été altérées.

Sans autre choix possible, j’avais décidé de retourner pour l’instant aux dortoirs.

Nous avions continué à avancer prudemment afin d’atteindre en toute sécurité le dortoir des étudiants.

« ... Pff, combien de temps allons-nous nous faufiler comme ça ? » Brünnhilde se plainait de ce que nous faisions en ce moment.

Je ne pouvais pas cacher mon étonnement devant son attitude. « Agir comme un homme juste dans ce genre de situation est encore plus étrange. »

Cependant...

« Stupide !! » dis-je alors qu’elle fronçait les sourcils devant ma réponse.

« Jouer à cache-cache dans un tel moment... c’est ce que ferait un lâche, » répliqua-t-elle.

« Soyez prudente, » répondis-je à une Brünnhilde insatisfaite de la situation.

« Pff~ »

Sans mon contrôle fourni par mon Œil Maléfique, il semblerait qu’elle échapperait à tout contrôle.

Je parie qu’elle pense en ce moment à vaincre toutes les forces ennemies, pensai-je. Elle est vraiment le genre de personne qu’on appelle au Japon un Inoshishimusha [1].

Jusqu’à présent, je ne comprenais pas comment quelqu’un aurait le courage de se précipiter sur un champ de bataille où il y a de fortes chances que des ennemis se cachent partout, attendant l’occasion de vous tendre une embuscade au meilleur instant.

En y pensant, quand je l’avais rencontrée pour la première fois, elle attendait tout simplement en évidence sur le toit de l’école.

Brünnhilde dans le mythe avait été considérée comme une Valkyrie courageuse, mais il semblerait que la vraie personne ne fait pas de cas avec le mythe de la justice.

« Vous êtes mon esclave. Alors, taisez-vous et suivez mon ordre, » dis-je.

« Je suis une chevalière, » répliqua-t-elle.

Je lui avais ordonné avec force d’arrêter de parler après qu’elle fut intervenue si bruyamment.

« De toute façon, signalez-moi quand vous voyez quelque chose de suspect. Je m’en fiche même si ça ne vous semble pas être un piège, » je lui avais dit ça sans avoir trop d’attentes quant aux résultats avant de chercher rapidement le prochain endroit où nous pourrions nous cacher.

Nous étions à mi-chemin du dortoir du sud.

J’espérais que plus rien ne sortirait après ça...

*halètement* « Hé, Raika Shinzen ! » Brünnhilde cria à ce moment-là.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

Elle me regardait avec un visage sérieux,

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » Elle demanda ça, en me montrant une direction.

Ce qu’elle montrait était un mur appartenant à un certain restaurant.

L’obturateur du magasin était déjà baissé, mais le menu du restaurant avait été imprimé directement sur le mur avec des photos à la clef.

« La crêperie ? » murmurai-je.

C’était la crêperie où nous étions tous allés hier.

Pour autant que je puisse voir, il n’y avait pas eu de changements par rapport à hier.

« Quelque chose ne va pas avec cet endroit ? » demandai-je.

« C’est juste... que je demande quel est donc cet endroit !? » répliqua Brünnhilde.

« ... c’est juste la photo d’une crêpe, » répondis-je.

« Ooh! Donc cette délicieuse chose s’appelle une crêpe, » Brünnhilde était totalement submergée par l’excitation.

Son regard ainsi que ses pensées étaient complètement focalisés par la crêpe.

« ... »

La dernière fois, c’était un parfait dans un café. Est-ce que cette fille aimait les choses douces ?

« N’avez-vous jamais pu profiter d’une crêpe alors que vous résidiez encore dans le Royaume des Dieux ? » demandai-je.

« Ces mets délicats en provenance du Monde des Humains sont seulement accessibles à ceux qui sont des Dieux supérieurs. Un humble Dieu tel que moi ne peut que très rarement en profiter, » dit-elle.

« Ainsi... vous n’êtes qu’un sous-fifre, » dis-je.

« Quoi !? » s’écria-t-elle après avoir entendu mon constat. « Qu’est-ce que tu essaies de dire avec tes sous-entendus, salaud! Je parie que tu vas te moquer de moi, n’est-ce pas !? »

« Je n’avais pas du tout pensé de cette manière, » dis-je.

C’était juste que je ne m’étais jamais rendu compte d’une telle chose.

Mais, c’était très bien ainsi.

« Bon, allons-y. Quittons rapidement ces lieux, » dis-je.

« Pff... » répliqua-t-elle. Brünnhilde regardait la crêperie, déçue.

« Le restaurant est ouvert uniquement le jour. Vous feriez donc mieux d’abandonner cette idée, » dis-je.

« A-Alors, tu ferais mieux de me ramener ici demain après-midi ! » répliqua-t-elle.

« Pourquoi, devrais-je..., » commençai-je.

Je poussai un profond soupir devant ce Dieu qui décidait soudainement de quelque chose sans d’abord m’avoir consulté.

« Hé ! Tu sais, c’est un marché équitable ! C’est la moindre des choses si nous devons coopérer ! » déclara-t-elle.

« Vous coopérez parce que vous avez perdu lors d’un combat face à moi, » dis-je.

« Je n’ai pas perdu ! C’est juste que tu as utilisé une méthode aussi lâche que l’Œil Maléfique..., » dit-elle.

« Vous êtes juste une mauvaise perdante qui jacasse encore. Au moins, trouvez une meilleure excuse, » dis-je.

« Kuhhh!! » dit-elle, frustrée de ma réplique.

Cette fille, cela ne lui faisait pas se sentir un peu bête quand elle parlait comme ça ?

Ou était-ce juste sa manière de se plaindre vis-à-vis de ses sentiments ?

...

...

« Franchement, vous êtes une personne à l’humeur changeante, » dis-je.

« ? »

« Allons-y. »Je l’avais ignorée et avais continué à me déplacer.

« Hé, attends ! » dit-elle alors qu’elle me suivait en toute hâte.

Encore une fois, nous passions d’une construction jusqu’à l’autre construction avant de nous arrêter pendant un moment.

Nous étions déjà près du centre-ville de ce district.

Après cela, la route s’élargira et notre visibilité augmentera par la même occasion.

Puisque les obstacles auront ainsi disparu, il nous sera plus facile de remarquer une embuscade avant qu’elle nous arrive dessus.

À partir de maintenant, nous devions avoir parfaitement conscience de notre environnement.

Peut-être que je devrais lui demander à propos de cette chose.

« Brünnhilde, » dis-je.

« Quoi ? » Brünnhilde répondit d’une manière un peu irritée.

« Que pensez-vous du Dieu qui nous a attaqués en utilisant des humains ? » demandai-je.

« C’est impardonnable ! » répliqua-t-elle.

« Si tel est le cas, à qui pensez-vous en tant qu’ennemi qui utiliserait ce genre de stratégie d’attaque ? » J’avais reformulé poliment ma question.

Mais après avoir entendu ma question, elle inclina la tête.

« Bien sûr, il y aura des personnes qui essaieront d’avoir l’avantage sur nous, » dis-je.

« Alors, perdras-tu contre les personnes normales dont l’esprit a été dominé ? » demanda-t-elle.

« Il n’y a aucune chance qu’une telle chose arrive ! » dis-je.

« Bien sûr. C’était à prévoir, » dit-elle.

« ... ? »

« Il n’y aura plus d’espoir pour nous si vous ne voulez pas attaquer des humains normaux qui ont été endoctrinés par un Dieu, » dit-elle.

Dans ce cas, je devais préparer une contre-mesure.

Dans tous les cas, je ne pouvais pas les combattre de front et gagner.

Même Brünnhilde avait compris ça.

« Si l’ennemi savait que nous étions des Apothéoses Divines, il éviterait une attaque aussi inutile, » dis-je.

« Alors la raison pour laquelle il nous a attaqués était parce qu’il ne le savait pas ? » demanda-t-elle.

« ... »

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda-t-elle.

« Non, je suis juste surpris que vous soyez capable de fournir un bon jugement, » dis-je.

« Tu laisses sous-entendre que je suis une idiote, n’est-ce pas, bâtard !? » cria-t-elle.

Brünnhilde s’était fâchée.

« Que vous soyez une idiote ou non, il n’y a pas vraiment de raison d’y réfléchir en ce moment, » dis-je.

« Ne mettes pas ça de côté si facilement, » dit-elle.

Je l’avais tout simplement ignorée.

« Pour l’instant, l’ennemi n’est toujours pas sûr si nous sommes des Apothéoses Divines ou non. Mais il a probablement commencé à douter de ce fait, » dis-je.

« ... quoi !? » s’exclama-t-elle.

Peut-être que le changement de sujet était trop drastique ou qu’elle n’était qu’une personne à l’esprit lent, mais Brünnhilde n’avait pas réussi à saisir le changement de sujet.

« En bref, l’attaque précédente était une tentative afin de déterminer si nous étions ou non des Apothéoses Divines, » dis-je.

Ces personnes avaient été manipulées par l’ennemi. Elles avaient agi tels des zombies.

Elles ne peuvent pas faire grand-chose en tant que simples civils.

Mais si la personne en question était une Apothéose Divine, alors il n’y aurait aucun problème à la tuer.

« ... hein !? Alors, n’est-ce pas une mauvaise chose que tu aies utilisé ton Œil Maléfique ? » demanda-t-elle.

« C’est exact, » dis-je. « J’aurais préféré ne pas l’utiliser si cela avait été possible. Si seulement une certaine personne n’avait pas été si inutile. »

« ... »

Si l’ennemi regardait cette bataille, mes capacités seraient déjà découvertes pour elle.

« Mais il y a d’autres problèmes, » dis-je.

« D’autres problèmes ? » demanda-t-elle.

« La question est maintenant de savoir pourquoi l’ennemi pensait que nous pourrions être des Apothéoses Divines, » dis-je.

« Que veux-tu dire par là ? » demanda-t-elle.

« C’était juste hier que vous et moi sommes devenus des Apothéoses Divines. Et aujourd’hui, ils nous attaquent déjà. Il nous a remarqués bien trop rapidement, » dis-je.

Comparée à hier, ma routine quotidienne n’avait pas vraiment beaucoup changé.

C’était probablement la même chose du côté de Charlotte.

Qu’est-ce qui rendait l’ennemi méfiant à notre égard ?

« Pour être sûr, avez-vous rencontré et combattu d’autres Dieux que moi ? » lui demandai-je.

« Non. Tu étais le premier, » dit-elle.

« D’accord, » répondis-je.

Elle avait dit hier soir que j’allais être la première proie de son épée.

Je ne pensais pas qu’elle mentirait en disant ses mots dans un tel moment. De plus, il n’y avait aucune raison pour elle de le faire.

« ... mais, il y a toujours une possibilité que ce Dieu nous ait regardés depuis quelque part au loin pendant notre combat d’hier, n’est-ce pas ? » dit-elle.

« Dans un tel cas, l’ennemi sera certain que nous sommes des Apothéoses Divines, » répondis-je.

Il était en plein doute. Il nous soupçonnait de l’être sans être vraiment sûrs.

S’il avait vraiment regardé notre combat, alors il ne serait pas dans une telle situation.

« Alors dans ce cas, pourquoi l’ennemi doute-t-il de nous ? En outre, pourquoi a-t-il mystérieusement cessé de nous soupçonner ? » demandai-je.

« C’est trop confus, » Brünnhilde se tordait la tête avec un visage étrange.

« C’est vrai. Cependant, c’est une bonne occasion pour nous d’en apprendre plus sur l’ennemi, » dis-je.

C’était un mystère très compliqué. Cependant, si je parvenais à le résoudre, j’étais sûr que nous pourrions connaître l’identité de l’assaillant.

« Vraiment ? As-tu déjà réussi à résoudre ce mystère ? » demanda-t-elle.

« ... Dans tous les cas, allons-y, » dis-je.

« Hé, » répondit-elle.

« Taisez-vous et suivez-moi, » dis-je.

« Hé, » répondit-elle.

« Taisez-vous, » dis-je.

Je continuai à avancer, laissant une Brünnhilde qui demandait avec insistance.

Alors...

*

Un humain tomba du ciel, nous prenant totalement au dépourvu.

*

« !? »

« ... »

L’ombre avait atterri sur la route avec grâce .

De la même manière que Brünnhilde avait fait hier soir, la personne ne s’était pas écrasée sur le sol tout en le faisant.

Ceci signifie que vous pouvez voler dans le ciel, pensai-je.

{Eh bien, je suppose que oui. Il y a quelque chose comme la magie et la jigsy qui permet de voler dans le ciel.}

Si vous êtes capables de voler, alors en premier lieu il n’y avait pas besoin d’équipement magique, n’est-ce pas ?

{Dès le départ, les Dieux peuvent voler, mais en ce moment je réside simplement dans ton corps. L’humain ne peut pas voler, non ?}

Puisque c’était la capacité originelle du Dieu lui-même, pourquoi ne serait-elle pas transférée à ceux qui sont des Apothéoses Divines ?

Il semblerait que cela soit une exception si le corps lui-même était un « Regalia » comme l’Œil Maléfique de Balor.

« Venez à moi, Nothung, » Brünnhilde avait invoqué son Armure de Dieu ainsi que son Épée Tueuse de Dragons.

Elle pourrait bien avoir son épée, mais l’ennemi avait déjà pris ça en compte.

« ... »

L’ennemi portait une robe qui recouvrait tout son corps, et la seule partie visible était celle sous le capuchon.

De plus, je semblais déjà connaître le sexe de l’assaillant... ce qui était quelque chose que je ne comprenais pas trop bien.

Je pouvais en quelque sorte le voir, mais en même temps je ne pouvais pas vraiment le voir. C’était un sentiment étrange que j’avais en ce moment.

C’était comme quand j’essayais de concentrer mes yeux et que ce que je regardais changeait tout le temps.

{Oh, c’est probablement un genre d’équipement qui cache l’identité du porteur. Sauf si cette chose est neutralisée, tu ne pourras pas connaître son identité.}

Même si des personnes essaient de jeter un coup d’œil depuis en bas, il n’y avait aucune chance de « reconnaître » l’utilisateur.

Ceci semblait être ce genre d’objet utilitaire.

Il était tout à fait normal que l’ennemi tente de cacher son identité, mais les choses devenaient gênantes à cause de cela.

Je ne peux pas utiliser mon Œil Maléfique dans une telle situation, pensai-je.

Naturellement, je voulais utiliser la capacité de mon œil.

Mais pour le faire, je devais d’abord connaître l’identité de ma cible.

Connaître la cible, prendre le contrôle et activer la capacité.

C’était le principe de base de mon Œil Maléfique.

C’était pourquoi, si je ne franchissais pas la phase de reconnaissance, mon Œil Maléfique était totalement inutile.

Juste pour être sûr, est-elle la personne qui est derrière l’agression précédente ? demandai-je.

{Je me le demande également. Il s’agit d’une tactique de base afin de cacher sa propre identité. Il n’y a aucun moyen que ce soit fait involontairement.}

Tu as raison, dis-je.

C’était une tactique où vous cachiez toute information vous concernant.

« Hé, qu’est-ce qu’on va faire ? » demanda Brünnhilde.

« Il n’y a aucune raison de le laisser s’échapper. Cependant, soyez prudente. Si possible, attrapons le vivant, » dis-je.

« Argh ! C’est vraiment un ordre difficile ! » déclara Brünnhilde.

« Quel mec bon marché ! » me sortit Brünnhilde après que je jetai un coup d’œil sur elle.

« Haaaaa! » Elle leva son épée et essaya de l’abattre sur l’ennemi en utilisant une courbe depuis le haut.

*crack* !!

Les dalles explosèrent.

L’ennemi fit mouvoir sa robe et évita ainsi la frappe tranchante de l’épée.

Brünnhilde sauta ensuite, poursuivant l’ennemi qui s’envolait.

Bien que jusqu’à présent, l’autre ne fasse qu’éviter l’attaque, tous les deux montraient un exploit inhumain dans leurs actes.

Maintenant que j’y pense, si leur capacité est conforme à celle du corps d’un être humain normal, quelle est donc cette vitesse ? pensai-je.

{Leurs vitesses sont amplifiées par la Puissance Magique.}

Comme c’est pratique.

{Tu n’es pas capable de le faire.}

Je n’en ai pas besoin.

Leurs mouvements étaient vraiment extraordinaires. Cependant, ce n’était pas comme si je manquais d’expériences et d’entraînements pour ne pas pouvoir les suivre.

J’avais alors marché sur les dalles et je poursuis les deux qui volaient actuellement sur les toits.

Finalement, nous nous étions déplacés avant ça depuis le centre commercial jusqu’au centre du quartier Minami, et maintenant, nous allions vers l’ouest où se trouvent les installations de divertissement de grande taille.

« Prends ça ! » cria Brünnhilde.

« ... !? »

L’attaque de Brünnhilde avait réussi à déchirer le capuchon de l’ennemi qui était imprégné de Pouvoir Magique.

Elle avait également réussi à détruire le mur des installations se trouvant derrière eux.

Franchement, c’était vraiment l’Épée Tueuse de Dragon.

Le tranchant qui pouvait même découper une écaille de dragon prouvait qu’il est assez important pour franchir la barrière magique défensive de l’ennemi.

{Franchement, elle peut être inutile, mais je suis content qu’elle ait au moins quelque cas où elle est utile. Uhihihi,} Balor avait ri après avoir dit ça.

Mon opinion était identique à la sienne. Ceci serait la première fois que nous étions tous les deux d’accord sur la même chose.

L’ennemi à capuchon se précipita à l’intérieur des installations en passant à travers le mur détruit.

« Arrête-toi ! » cria Brünnhilde avant de poursuivre son ennemi.

Quant à moi, j’avais couru après eux afin de les suivre.

Notes

  • 1 Signifie « guerrier téméraire »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire