Infinite Stratos – Tome 7 – Chapitre 4 – Partie 3

***

Chapitre 4 : Ce qu’il faut pour être un héros

Partie 3

Mistilteinn. Formée par une explosion en chaîne de toutes les nanomachines de Tatenashi, c’était une explosion qui pouvait transpercer n’importe quelle armure comme du papier. Mais elle pouvait aussi déchirer sa propre armure. S’exposer à la force de quatre petites bombes à air comprimé était certainement une attaque de dernier recours.

L’air dans l’arène était immobile. Sentant le flux d’énergie, le Golem III avait balancé sa lame vers Tatenashi. Concentrée sur le déclenchement de la réaction de Mistilteinn, Tatenashi ne pouvait ni esquiver, ni parer, ni rien faire d’autre qu’encaisser l’attaque.

« Ahh ! » La lame qui tombait avait tranché son armure, ses systèmes de survie, sa peau. Du sang cramoisi avait jailli, sortant d’un coup de Tatenashi. Mais son sourire était resté.

« Houki. »

« O-Oui ! »

« Passe ton armure à balayage variable en défense. Tu vas te faire toucher. »

« Attends ! Et toi alors !? » avait-elle protesté.

« Je suis immortelle, » sourit Tatenashi. Le sourire qu’elle arborait après avoir raconté une blague, le sourire qu’elle arborait en temps de paix, refusait de s’effacer. « C’est parti ! »

« Non ! Arrête ! Essaies-tu de te faire tuer !? »

Tatenashi n’avait pas répondu. Au lieu de cela, son rictus s’était élargi en un sourire.

Et, Mistilteinn avait été activée.

 

 

BOOOOOM !

« Qu’est-ce qui vient de se passer ? » Au moment où Kanzashi et moi nous échappions vers l’arène, une explosion soudaine avait enveloppé la porte qui la séparait de la suivante. « Était-ce Houki ? »

J’avais essayé d’ouvrir un canal privé, mais il n’y avait pas eu de réponse. Les drones avaient dû brouiller les communications.

« Orimura ! »

« Quoi !? » Attrapé par Kanzashi, j’avais culbuté en l’air, juste au moment où une explosion de rayons de chaleur avait traversé l’endroit où je me trouvais.

« Argh ! Ils n’abandonnent jamais ! »

« Je… ! »

« Kanzashi !? Ne te force pas trop ! »

« Orimura, vérifie de l’autre côté de la porte… »

« Compris ! »

Kanzashi s’était rapprochée pour se battre avec le drone. Pendant ce temps, j’avais foncé à toute vitesse sur le nuage de fumée qui enveloppait la porte. Houki ! Tatenashi ! Soyez prudentes ! Alors que je me rapprochais, mon hypersenseur avait détecté les signes d’un IS.

« Vous allez bien ? » Mais ce qui était apparu devant moi était le bras gauche massif d’un drone. « Qu’est-ce que… »

Il s’était enroulé autour de ma cuisse gauche. J’avais tiré sur mes boosters pour m’échapper, mais au lieu de cela, il m’avait fait pivoter par la jambe et m’avait projeté contre un mur.

« Argh ! »

J’étais accablé par la douleur. Ce n’était pas normal. Il ne devrait pas être capable de briser le système de survie si facilement. Attends, est-ce ça !? J’avais ouvert un écran d’état.

[ÉMISSION D’ÉNERGIE INCONNUE DU BRAS DE L’ENNEMI. DYSFONCTIONNEMENT LORS DU DÉPLOIEMENT DE LA BARRIÈRE DÉFENSIVE.]

C’est quoi ce bordel... Ce sont des IS anti-IS ? L’armure d’un IS était raisonnablement robuste en soi. Mais le pilote lui-même… Eh bien, il ne faudrait pas beaucoup plus qu’un coup de poignet pour me tuer.

« Bon sang… ! »

Je m’étais redressé en actionnant le booster de ma jambe droite et j’avais porté un coup de l’Yukihira Nigata, mais le drone avait facilement paré mon coup avec sa propre lame. Se retournant pour me faire face, il m’avait projeté vers le mur de l’arène.

« GAH ! »

L’impact avait coupé mon souffle dans mes poumons. La douleur parcourant mon corps, je crachai un gémissement douloureux et du sang d’un seul coup. Ce n’est pas vrai ! Si je me fais assommer, je suis fichu ! Il faut que je me remette sur pied et… En serrant les dents si fort que j’avais cru qu’elles allaient craquer, j’avais grimpé sur les décombres et déployé mes propulseurs d’aile.

« Ah… »

Mais c’était seulement pour voir les rayons de chaleur s’abattre sur moi.

Je ne peux pas… Gagner seule ! Entre les coups de naginata et les rayons de particules, rien n’avait empêché le Golem III, puissant et rapide, de foncer sur Kanzashi.

Argh… ! Les canaux privés étaient toujours bloqués. Elle ne pouvait même pas savoir comment Ichika se débrouillait à la porte. Avec son esprit distrait, une pluie de rayons de chaleur s’était abattue sur Kanzashi. En activant ses boosters de jambe, elle avait évité de justesse.

« … !? » En retombant, elle repéra une plaque d’armure bleu aqua familière dans les décombres où elle s’était mise à l’abri. Il n’y avait aucun doute. C’était l’IS Dame Mystérieuse de sa sœur Tatenashi. « … ! »

L’estomac de Kanzashi s’était retourné quand elle avait mis son hypersenseur en mode reconnaissance. Où ? Où est-elle ? Elle ne pouvait pas arrêter les vagues d’anxiété qui l’envahissaient. De la sueur perlait sur son front tandis que son cœur battait la chamade.

Attends ! Tatenashi était là. Son armure était déchiquetée, presque entièrement détruite. Et Tatenashi gisait sans bouger, affalée sur le sol, enveloppée dans ce qui restait.

N-Non… Ça ne peut pas arriver… Kanzashi voulait crier, mais aucun son ne sortait. Elle voulait crier le nom de sa sœur, mais sa bouche ne pouvait former de mots.

Le monde s’était tordu autour d’elle.

Elle se sentait malade.

Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade. Malade.

Se sentant comme si elle était sur le point de vomir, elle fixa son regard sur le Golem III. Il était debout, silencieux. La visière sans bouche avec sa caméra linéaire. Le corps de jeune fille. Le bras gauche volumineux mal placé. Le bras droit élégant. Chaque atome de ce corps. Chaque atome de tout ça, elle le détestait.

« Je vais te détruire…, » avait-elle chuchoté. Presque silencieuse, mais pleine de détermination… et de soif de sang.

« GRRRAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

Déployant ses propulseurs d’aile, elle avait activé la poussée des boosters à pleine puissance. Devenant sa propre balle, elle avait poussé son naginata devant elle, visant le Golem III.

Clang ! Le son du métal qui claque résonna. Son naginata, séparé de sa lame, s’était envolé dans les airs. Mais quand même… Kanzashi n’avait pas pu retenir sa rage. Levant son canon à particules, elle avait tiré coup sur coup.

« RAAAAH ! »

Bang ! Bang ! Bang ! Alors que le Golem III était repoussé sous son feu, elle appuya sur la manette des gaz, ne relâchant pas un instant.

« Je ne te pardonnerai pas… »

Feu.

Feu. Feu. Feu.

Feu ! Feu ! Feu ! Feu ! Feu !

« Je ne te pardonnerai pas ! »

Ne lui laissant pas le temps d’activer son bouclier, elle tira coup sur coup sur le Golem III, jusqu’à ce que son armure soit percée et que son noyau soit exposé.

Si je fais exploser ça — Click. Au moment où Kanzashi exultait de sa victoire, ce son cruel l’avait ramenée sur terre. Son canon à particules avait épuisé son énergie.

« N-Non… » Elle avait appuyé sur la gâchette avec toute la force dont elle était capable, mais rien ne s’était produit. Seul le clic cruellement moqueur se fit entendre. Elle leva les yeux, les yeux dans les yeux avec le Golem III. Alors qu’elle tremblait, il l’avait frappée. « NOOOONNN ! »

Se jetant au sol, elle remonta une console. Il doit bien y avoir quelque chose que je puisse utiliser… Quelque chose… N’importe quoi… Le claquement terrifié de ses dents était une mélodie macabre. Incapable de se calmer, elle regarda l’état de son IS. Les pods de missiles Yama-arashi… Mais… avec le champ de brouillage des drones, un système de verrouillage standard ne serait pas en mesure de contrôler les missiles. Ogives explosives ou non, un tir qui ne touche pas ne signifie rien. Si Orimura était capable de le tenir tranquille, alors peut-être… Juste à ce moment-là.

Boom ! Une explosion avait retenti.

« Eh… ? » Ichika fut projeté de l’arène voisine. Son armure était criblée de fissures, et ne pouvait pas en supporter beaucoup plus. Alors qu’il gisait inconscient, un autre Golem III l’avait soulevé par la tête.

« Non… Stop… »

Les mots s’échappèrent des lèvres de Kanzashi, alors qu’une larme coula sur ses joues. Nous sommes faits pour… Je… Je ne peux pas le faire… Elle se détestait d’être impuissante à venger sa sœur. Mais elle ne pouvait pas rassembler le courage de se lever. Elle était si terrifiée qu’elle ne pouvait même pas lever les yeux.

Orimura… Je suis désolée…

Désolée de faire équipe avec lui.

Désolée de ne pas avoir pu le sauver.

Désolée d’être inutile.

Désolée… d’être née.

Kanzashi avait pleuré. Prise dans les profondeurs de l’angoisse, elle souhaitait pouvoir disparaître de ce monde. Alors qu’elle sombrait dans le désespoir, elle réalisa qu’il n’y avait pas de héros.

En silence. Lentement. Le Golem III s’approcha. Sa lame s’était levée — et commença à s’abaisser. Envoutée par ses mouvements méthodiques, Kanzashi ne pouvait même pas fermer les yeux.

« Ahh… »

Elle allait mourir. Plus rien n’avait d’importance. Une vie sans valeur. Une perte de temps. Bien assez tôt, ce serait fini. Pas de soulagement. Pas de terreur non plus. Seulement le vide. Et le sifflement d’une lame qui fendait l’air.

« … Eh ? »

Mais elle n’avait jamais atteint Kanzashi. Une ombre s’était précipitée vers elle, l’enveloppant dans ses bras. Étroitement. L’enlaçant si fort.

« Est-ce que c’est... »

C’était Tatenashi. Avec ses dernières forces, elle avait bondi pour protéger sa sœur. Le sang coulait de son dos après le coup qu’elle avait pris à la place de Kanzashi.

« Tate — » Tatenashi s’était écroulée au sol. « Tatenashi ! Tatenashi ! »

Kanzashi avait soulevé Tatenashi, la berçant, la manche couvrant le bras qui la berçait étant teinté en rouge vif.

« Non… Non… Tatenashi… »

« Haha… Depuis combien d’années ne m’as-tu pas appelée comme ça ? »

« Tate… » Tatenashi avait souri. Comme si elle était ravie. Comme si elle était soulagée qu’au moins sa sœur soit en sécurité. « Pourquoi... Pourquoi ? »

« Est-ce que j’ai besoin d’une raison... Pour aider ma sœur ? »

« Mais ! Mais… C’est fini… »

« Ce n’est pas encore fini. »

« C’est vrai ! Aucun héros ne viendra nous sauver ! »

« Et ? » Le sourire de Tatenashi était plein de bonté.

« Mais… Mais ! » Kanzashi n’arrivait pas à s’arrêter de pleurer. Tatenashi, faiblement, dans un doux reproche, tendit une main pour essuyer ses larmes.

« … Il n’y a pas…, » dit une voix calme.

« Eh… ? » C’était difficile à entendre, mais quand Kanzashi avait écouté attentivement, elle avait pu dire que c’était Ichika.

« Il n’y a pas de héros… » En s’éloignant du poing du Golem III, ses membres pendaient sans force. Mais à mesure qu’il parlait, sa voix gagnait en force. « Un vrai héros… ne pleure jamais… et il ne sourit jamais… »

Douloureusement, en grimaçant, il avait commencé à bouger. Il était meurtri, ensanglanté, pitoyable. Il avait l’air d’avoir vécu l’enfer. Mais… Mais il brillait comme le soleil. « C’est pour ça ! C’est pour ça que je… »

Vshoom ! Setsura s’anima en mode griffe, tranchant le bras du Golem III qui le tenait.

« Je suis humain. Je pleure. Je souris. Parfois, j’échoue. Mais… Je n’abandonnerai pas ! Se tenir debout et se battre ! C’est ça, être humain ! »

Le Golem III avait reculé en titubant.

« HOUKIIIII ! »

« JE M’EN OCCUPE ! » L’Akatsubaki, enfin remis de l’explosion, fendit le vent. « L’attaque de Tatenashi a dû détruire ses boucliers ! »

Réduisant la distance à pleine puissance, elle se laissa tomber en position accroupie et lui trancha la poitrine. Le drone était resté silencieux, pendant un moment, puis… Schiiing ! Le Golem III s’était séparé en deux avant de disparaître dans une explosion.

« Ichika ! Vas-tu bien ? »

« Derrière toi, Houki ! »

« Quoi !? » Le Golem III restant avait encore de l’énergie, et il s’était écrasé sur Houki, l’envoyant voler. « Argh ! »

Après s’être écrasée au sol, Houki s’était remis sur ses pieds et avait exécuté un looping en plein vol pour s’éloigner du drone. Mais elle était suivie par des tirs.

« Merde ! Houki va… »

Déployant son propulseur d’aile en ruine, Ichika s’accroupit pour décoller, mais la voix de Kanzashi l’arrêta, « A — Attends… ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire