Infinite Stratos – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 2

***

Chapitre 3 : Le Songe d’une nuit d’été

Partie 2

« Yo. »

« … »

« Bon travail. »

Ichika était venu.

Attends. Attends, attends, attends. Ce n’est pas juste. Ce n’est pas du tout correct. Après le bal, j’ai lavé la sueur, je me suis changée en tenue de jeune fille de sanctuaire, et maintenant je vends des charmes. Que fait donc Ichika ici ? Houki avait passé en revue les événements des dernières douzaines de minutes dans une liste, en essayant de comprendre la situation.

« Honnêtement, j’ai été stupéfait. »

C’est probablement un rêve, n’est-ce pas. Il est impossible que cela se produise dans la vraie vie.

« Franchement, tu… tu étais vraiment belle, » déclara Ichika.

Houki avait retenu son souffle. En un instant, son visage était d’un rouge vif, pas plus terne que la couleur de son hakama. Qu-Quoi ? C’est un rêve. Ce doit être un rêve. Ichika ne me dirait jamais cela. Je dois être en train de rêver.

« C’EST UN RÊVE ! » cria Houki.

« Attends, quoi ? » Ichika, un peu choqué par le cri, demanda avec hésitation.

« C’est un rêve. Il faut que ce soit le cas. Dépêche-toi et réveille-moi ! » déclara Houki.

« Houki ! Qu’est-ce qui ne va pas ? Oh, est-ce que ça pourrait être... » Yukiko, attirée par l’agitation, avait regardé Houki et Ichika. « Oh, ça doit être ça. »

D’un claquement de mains, elle avait atteint l’entendement, comme si une ampoule s’était allumée au-dessus de sa tête.

« Je peux gérer les choses ici, Houki. Va profiter du festival, » déclara sa tante.

« Quoi !? Ce doit être un rêve. Cela ne peut pas se produire dans la vie réelle. Alors…, » déclara Houki.

Yukiko, les bras croisés, avait regardé Houki marmonner à elle-même en état de choc un peu plus longtemps avant qu’une autre ampoule ne s’allume.

« Voilà ! » déclara Yukiko.

Bruit sourd. Une frappe du tranchant de la main aussi fort que sa douceur le permettait avait été faite.

« Aïe ! »

« Reprends-toi, Houki, » déclara Yukiko.

« Argh… »

Houki se frottait la tête en se calmant. Un moment plus tard, Yukiko l’avait fait tourner et l’avait poussée en avant.

« Allez, dépêche-toi. Va prendre une douche. Je vais te présenter un yukata, » déclara Yukiko.

« Mais…, » balbutia Houki.

« Ce n’est pas grave. » Yukiko avait poussé Houki à l’intérieur, ignorant ses objections. Avant de partir elle-même, elle s’était retournée et avait parlé à Ichika. « Attendez un instant. C’est le travail d’un petit ami d’attendre sa petite amie. »

« Hein ? » s’exclama Ichika.

Elle avait fait un clin d’œil rapide à Ichika, stupéfait, avant de suivre Houki à l’intérieur. N’ayant aucune idée de ce qui se passait, il ne pouvait qu’attendre comme on lui avait dit.

 

◆◆◆

Je n’arrive toujours pas à croire que cela arrive. Alors que Houki plongeait sa tête dans le jet de la douche pour la troisième fois, elle ne cessait de répéter les mots qu’elle avait prononcés auparavant. Ichika est venu au festival. Je suppose que ce n’est pas impossible. Mais quand même !

Des éclaboussures d’eau sur le sol de la douche s’étaient produites. Des gouttes d’eau étaient tombées de ses cheveux noirs, mais elle n’en avait pas tenu compte. Ichika, de toutes les personnes ! Il vient de me dire que j’étais belle ! Une version un peu plus belle de tout ça se jouait dans son esprit.

« Tu es magnifique, Houki. »

« A-Attends, Ichika. N’es-tu pas venu voir le feu d’artifice ? Pourtant, tu ne regardes que moi… »

« C’était juste une excuse pour être avec toi. »

« I-Ichika… »

« Houki… »

Lentement, leurs lèvres s’étaient rapprochées, et…

 

***

« AGGHG ! »

Avec une grande éclaboussure, elle avait jeté un seau d’eau sur sa tête.

« Houki ? Cela ne semblait pas bon. Est-ce que ça va ? » demanda sa tante.

« Ouais ! Je vais bien ! » répondit Houki.

Il était évident qu’elle ne l’était pas.

« Tu devrais te dépêcher. Cela fait déjà trente minutes, » déclara sa tante.

« Quoi !? » Houki avait complètement perdu la notion du temps et avait rapidement fini de se laver. En séchant ses cheveux, elle avait compté sur Yukiko pour l’envelopper dans le yukata afin de gagner du temps.

« Voilà, c’est fait. Tu es si belle dans tes vêtements traditionnels ! C’est parce que tu as les cheveux de ta mère, » déclara sa tante.

« Merci. »

Houki voulait dire les remerciements à la fois pour le compliment et pour l’avoir habillée, mais elle n’avait pas réussi à garder sa nervosité à l’égard de la tenue hors de sa voix. Cela faisait des années qu’elle n’avait pas porté de yukata, mais sa présence dans un yukata était encore comparable à celle d’une fille de couverture de magazine.

Ça marche sur moi… Je l’espère. Au moins, je n’ai pas l’air bizarre dedans, se dit Houki, sans confiance en son apparence, en se regardant dans le miroir. Un motif ondulé bleu pâle coulait sur le yukata, avec des poissons rouge cramoisi mis en avant. Ici et là, il y avait des perles d’argent et des arcs de cercle doré, mais comme des décorations subtiles plutôt que des éclaboussures criardes, préservant son aspect calme et rafraîchissant.

« Oh, et apportes ça avec toi. J’ai mis ton portefeuille, ton téléphone et d’autres choses à l’intérieur, » déclara Yukiko.

Yukiko avait passé à Houki une pochette en tissu. Quand a-t-elle eu l’occasion de le faire ? C’était quelque chose que Houki n’allait pas demander. Sa mère avait toujours décrit Yukiko comme une personne utile et intelligente.

« Hum, tante Yukiko, » déclara Houki.

« Quoi ? » demanda Yukiko.

« Merci…, » déclara Houki.

La timidité de Houki avait trouvé une réponse dans un rapide regard de surprise avant que le sourire ne revienne sur le visage de Yukiko.

« Je t’en prie. Quoi qu’il en soit ! Tu ne peux pas faire attendre ton petit ami ! » déclara Yukiko.

« Attends, il est juste —, » commença Houki.

« Bien sûr, bien sûr. Maintenant, dépêche-toi. » Yukiko avait poussé Houki hors des vestiaires et vers le foyer. En regardant l’horloge sur le mur en chemin, elle avait remarqué qu’il était déjà plus de six heures. La lumière du soleil s’était estompée en une couleur orange dorée. « Le feu d’artifice commence à huit heures. Vous devriez trouver un endroit pour les regarder ensemble. »

« Je disais, il est —, » commença Houki.

« Bien sûr. Maintenant, amuse-toi bien, » déclara Yukiko.

Houki soupira. Elle n’avait pas eu le temps de s’expliquer complètement, ou Yukiko n’avait pas pris la peine d’écouter attentivement, mais dans tous les cas, elle plaça ses sandales et s’apprêtait à partir. Ce qui était encore plus inquiétant, c’était de savoir comment Ichika se sentirait après avoir attendu une heure.

Que dois-je faire ? Cela a pris plus de temps que je le pensais. Il a probablement abandonné et est rentré chez lui. Et tante Yukiko continuera à nous faire des reproches. Comment l’expliquer ? En marchant prudemment pour garder son ourlet régulier, elle s’était dirigée vers l’arche du sanctuaire aussi vite qu’elle l’avait pu. C’était toujours là qu’ils s’attendaient autrefois.

Où est-il... La zone était déjà remplie d’une mer de gens quand elle était arrivée, et elle ne l’avait pas trouvé. De plus, la plupart d’entre eux entraient dans le sanctuaire en passant par là, et elle ne voulait pas leur barrer la route en se tenant en dessous. Il doit déjà avoir… Au moment où elle se résignait, elle avait senti un tiraillement à la main.

« Tu es en retard, Houki. J’ai attendu ! Oh, wôw — tu portes un yukata ? » s’exclama Ichika.

« O-Oh, Ichika. Voilà. Je n’ai pas remarqué, » déclara Houki.

Le voir pour la deuxième fois de manière inattendue lui avait fait perdre à nouveau la parole. Calme-toi, Houki. Calme-toi. Attends… Ma main ? Me tient-il la main ? Ce n’est que maintenant que ses joues avaient rougi, car elle avait remarqué qu’ils se tenaient la main. Heureusement, cela s’était déjà affaibli, et Ichika ne l’avait pas remarqué.

« Hein. J’aime ça. Il te va bien, » déclara Ichika.

« V-Vraiment ? C’est ce que je pensais moi-même ! » déclara Houki.

Est-ce qu’il fait vraiment mon éloge ? Houki avait laissé Ichika la guider à travers la foule alors que les louanges lui faisaient vibrer les nerfs comme un téléphone.

« De toute façon, il y a un tas de choses à voir. J’ai raté l’année dernière, j’étais trop occupé par les examens, » déclara Ichika.

« … » Houki lui tenait la main sur la poitrine, comme pour sentir — et retenir — son cœur de battre, alors qu’elle le suivait. Sa main droite était encore dans la sienne.

« Barbe à papa, yakisoba, épi de maïs, ils ont tout ce qu’il faut. Je savais que le sanctuaire de Shinonono ferait ça bien, » déclara Ichika.

Houki n’aurait pas su quoi en penser si elle l’avait entendu. Elle ne pensait qu’à espérer qu’il ne puisse pas entendre le son de son cœur.

 

***

« Houki ? » demanda Ichika.

« Quoi ? » demanda Houki.

Ichika avait mis son visage près de celui de Houki pour être entendu dans la foule. Se souvenant de la nuit au clair de lune au bord de la mer le mois précédent, quand ils s’étaient presque embrassés, elle s’était retirée. Son visage était exactement comme il était quand elle avait ouvert les yeux à ce moment-là.

« Hé, fais attention, ou tu vas tomber sur quelqu’un, » déclara Ichika.

« C’est vrai. Désolée, » déclara Houki.

« Alors, où veux-tu aller en premier ? » demanda Ichika.

« Eh bien, euh, » balbutia Houki.

La main qu’elle avait retirée se sentait soudain seule. Incapable de se résoudre à demander à se tenir la main à nouveau, Houki jeta nerveusement la main derrière elle dans un mouvement de va-et-vient à la place. Nous sommes seuls ensemble. Ce n’est pas comme si nous étions à l’école, mais seuls. Ensemble. Hmm. La joie qu’elle avait ressentie en réalisant cela avait été accompagnée de la déception de ne pas pouvoir se tenir la main.

« Hé, tu étais vraiment mauvaise pour ramasser les poissons rouges ? » demanda Ichika.

« Quand as-tu vérifié pour la dernière fois ? Et bien ? » demanda Houki.

« Hm ? T’es-tu améliorée ? » demanda Ichika.

« Bien sûr que oui. Ne crois pas que je serai toujours cette petite fille, » déclara Houki.

« Alors, allons-y. Le perdant achète au gagnant quelque chose à manger, » déclara Ichika.

« Parfait. J’étais sur le point de suggérer la même chose, » déclara Houki.

Houki avait fait un signe de tête en croisant les bras, et les deux individus étaient partis à la recherche d’un étal de ramassage de poissons rouges. Il ne leur avait pas fallu longtemps pour en trouver un, et chacun avait son paiement prêt en même temps.

« Tu portes un yukata, Houki. Es-tu sûre que cela ne te causera pas de problèmes ? » demanda Ichika.

« Je suis habituée aux vêtements traditionnels. Tu n’as pas besoin de te retenir, » déclara Houki.

« Oh, d’accord… Alors, c’est parti ! » déclara Ichika.

« Tu verras bien ! » s’exclama Houki.

Leurs épuisettes touchèrent l’eau en même temps.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire