Infinite Stratos – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 7

***

Chapitre 3 : Jours Bleus/Interrupteur Rouge

Partie 7

« … »

« … »

L’infirmière. Une heure s’était écoulée depuis l’incident dans la troisième arène. Rin et Cécilia, enveloppées dans des bandages, regardaient en l’air, larmoyantes, alors qu’elles se reposaient sur leur lit.

« Vous n’auriez pas dû nous aider, vous savez, » déclara Rin.

« Nous aurions sûrement gagné à la fin, » déclara Cécilia.

Et je m’attendais à des remerciements. Ce n’est pas comme si je les avais aidées juste pour obtenir leur gratitude. Mais c’était plutôt que je ne pouvais pas supporter de voir quelque chose comme ça se dérouler.

« Vraiment, vous deux… Je suppose que c’est bien que vous n’ayez pas été trop gravement blessées, » déclarai-je.

« Comme si cela atteignait le niveau de — Owww ! » s’écria Rin.

« Je ne comprends pas pourquoi ils nous font nous allonger — Nngh…, » déclara Cécilia.

— Idiotes…

« Qui traites-tu d’idiote, idiot ? » s’écria Rin.

« Tu es le plus grand idiot ici, Ichika ! » cria Cécilia.

Ces cruelles contre-attaques m’avaient été faites. Je ne l’avais même pas dit. Comment le savaient-elles ? Comment peut-on faire face à deux invalides en colère ?

« Vous devez avoir honte de perdre comme ça devant votre amoureux, » déclara Charles.

« Hm ? » demandai-je.

Charles était revenue avec des boissons. Elle avait dit quelque chose en entrant dans la pièce, mais je n’avais pas bien entendu. On aurait dit que Rin et Cécilia l’avaient bien compris elles, car leur visage était enflammé de colère.

« Q-Q-Q-Q-Q-Q-Q-Q-Qu’est-ce que tu racontes ? C’est bien pour ça que je ne peux supporter les Européens ! » s’écria Rin.

« Pas du tout ! Cette simple suggestion me rend malade à l’estomac ! » déclara Cécilia.

Les deux filles continuèrent à rougir alors qu’elles se bousculaient pour trouver des mots. Qu’est-ce que c’était que ça ? Qu’est-ce que Charles leur avait dit ?

« Ici, un oolong et un noir. Buvez un peu, cela vous calmera, » déclara Charles.

« Hmph ! »

« S’il le faut. »

Rin et Cécilia arrachèrent les bouteilles en plastique, retirèrent les bouchons et burent immédiatement le thé à l’intérieur. Franchement, vous ne devriez pas boire des trucs froids si vite.

« Le professeur a dit que vous pouviez partir une fois que vous vous seriez un peu calmées, alors pourquoi ne pas vous reposer et —, » déclarai-je.

*Des bruits de personnes parlants au loin.*

« C’était quoi ce bruit ? » demandai-je.

Un bruit comme un tremblement de terre résonnait dans le couloir. On aurait dit que ça se rapprochait, mais ça devait être mon imagination.

Boom ! La porte de l’infirmière s’était effondrée sur le sol.

Elle l’avait vraiment fait. Pour le dire franchement, c’était la première fois que je voyais une porte sortir de ses charnières. J’étais étonné que ça puisse arriver dans la vraie vie.

« Orimura ! »

« Dunois ! »

Et ce qui était entré par là était tout sauf facile à gérer. Une véritable horde de plusieurs dizaines d’étudiantes. Même s’il y avait de la place dans la salle pour cinq lits, elle avait été remplie d’individus en un instant. En nous repérant, Charles et moi, elles nous avaient encerclés et elles avaient fait sortir leurs mains comme si elles fouillaient dans un conteneur à aubaines. C’est le genre de choses qu’on voyait dans un film d’horreur. Une mer infinie de mains, de mains, de mains, de mains qui dépassaient d’une foule sans visage. C’était franchement terrifiant.

« Qu’est-ce qui se passe !? » demandai-je.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Calmez-vous ! Calmez-vous, s’il vous plaît ! » demanda Charles.

« CELA ! »

Les filles avaient envoyé un avis d’urgence de l’école, accompagnée d’un formulaire de demande, devant nous.

« Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« Cela dit que pour fournir une simulation plus précise dans le tournoi du mois prochain, les participants seront organisés en équipes de deux, et que ceux qui n’ont pas de partenaire se verront assigner un partenaire de façon aléatoire. La date limite pour soumettre votre équipe est —, » avait lu Charles.

« D’accord ! J’ai compris ! » déclarai-je.

Un autre blizzard de mains. Oh, franchement !

« Orimura ! Fais équipe avec moi ! »

« Dunois ! Faisons équipe ! »

Je ne savais pas pourquoi ils avaient soudainement changé les règles du tournoi, mais d’après ce qui était dit et les couleurs de leurs rubans, ces filles étaient toutes de notre année… Apparemment, elles avaient trouvé le courage d’essayer d’attraper l’un des deux seuls garçons de l’école avant tout le monde. Mais…

« Hmm... »

En effet. Charles était vraiment une fille, donc ce serait vraiment mauvais si elle faisait équipe avec l’une d’entre elles. Il y aurait beaucoup d’entraînement en duo et beaucoup d’occasions d’être découvert.

J’avais regardé Charles, et j’avais vu une expression agitée flotter sur son visage pendant quelques secondes avant qu’elle ne remarque que je la regardais. Nos yeux s’étaient croisés un instant, et il semblait qu’elle avait compris que j’avais compris son appel silencieux à l’aide avant de détourner ses yeux. J’avais fait mon meilleur sourire, avant de me tourner vers la foule excitée et de faire une annonce assez forte pour que tout le monde l’entende.

« Désolé, les filles. Vous feriez aussi bien d’abandonner maintenant, parce que Charles et moi sommes en équipe, » déclarai-je.

Silence. L’immobilité soudaine m’avait donné quelques instants pour me tortiller. Ce n’était probablement pas une bonne idée, n’est-ce pas ?

« Eh bien, c’est logique. »

« C’est mieux que d’y aller avec une autre fille. »

« La bromance est une chose. »

On dirait qu’elles avaient réussi à comprendre tout cela. Les filles marmonnaient chacune leur propre acceptation au fur et à mesure qu’elles déposaient leur demande au bureau de l’infirmière. Une agitation animée avait retenti de la salle alors qu’elles se dirigeaient immédiatement vers la mise en place du Plan B.

« Pfff, » j’avais poussé un profond soupir.

« Euh, Ichika…, » déclara Charles.

« ICHIKA, » cria Rin.

« ICHIKA ! » cria Cécilia.

Charles s’était mise à parler quand j’avais poussé un soupir de soulagement, mais on avait immédiatement crié dessus alors que Rin et Cécilia se lèvent sur leurs pieds.

« Tu devrais t’associer avec moi ! On se connaît depuis toujours ! » déclara Rin.

« C’est normal que deux camarades de classe fassent équipe, » déclara Cécilia.

Elles semblaient toutes les deux prêtes à s’accrocher si fort qu’elles m’étrangleraient. Quand tu es blessé, tu as besoin de te reposer dans le calme. Tu aggraverais tes blessures si tu t’énervais. Quoi qu’il en soit, je ne savais pas quoi faire. Contrairement aux filles d’avant, ces deux-là n’étaient évidemment pas en état à se disputer. Tout ce que j’avais pu faire, c’est pousser un soupir.

« J’ai bien peur que ça n’arrive pas ! »

Oh !? J’avais l’impression de ne pas être le seul choqué par le son d’une autre voix. Rin et Cécilia clignèrent des yeux surpris lorsque la nouvelle arrivée, Madame Yamada, prit la parole.

« J’ai vérifié vos IS, et ils sont tous les deux endommagés au-delà du niveau C. Si vous ne vous concentrez pas sur leur réparation, cela va causer des problèmes majeurs dans le futur. Vous avez besoin de repos. Vous ne serez pas autorisées à participer au tournoi, » déclara-t-elle.

Ces deux cadettes nationales passionnées seraient-elles d’accord avec ça ? J’avais des doutes, mais…

« Argh… Compris…, » déclara Rin.

« En signe de protestation ! Mais cela sera après la plus ferme protestation ! Je me retire après protestation ! » s’écria Cécilia.

Hein ? Je m’attendais à beaucoup plus d’histoires. Comment cela se fait-il ?

« Alors, je suis contente que vous compreniez. Rappelez-vous que les dommages que vous accumulez en repoussant les limites de votre IS reviendront vous hanter. Le pire, c’est quand on voit une chance et qu’on ne peut pas la saisir. Je ne veux pas que cela vous arrive, » déclara Yamada.

« Oui, madame…, » déclara Rin.

« Compris…, » déclara Cécilia.

La discussion claire et sobre de Madame Yamada n’avait peut-être pas expliqué tout ce qu’elle espérait, mais au moins, elle avait fait accepter au duo qu’elles ne participent pas au tournoi.

« Ichika, quelle est la troisième règle de base de l’expérience avec un IS ? » demanda Charles.

C’était, euh…

« Un IS se développera de manière indépendante sur la base de l’expérience accumulée, y compris au combat. Ce processus se poursuit même si l’IS est utilisé alors qu’il est endommagé, et s’il est exploité alors qu’il est endommagé au-delà du niveau C, cela inclura la fonction de dérivation d’énergie qui aura un effet négatif sur le fonctionnement normal, » Charles avait expliqué ça.

« C’est exactement ça ! Bon travail comme toujours, Charles ! » déclara Yamada.

Charles m’avait donné l’explication qui ne me venait pas à l’esprit. Essentiellement, c’était comme « se surmener avec des os cassés va, à son tour, causer des dommages à ses muscles ». C’est à peu près tout à fait réussi. Quoi qu’il en soit, après cela, j’avais posé à Rin et à Cécilia la question que je me posais depuis un moment.

« D’ailleurs, pourquoi vous battiez-vous contre Laura ? » demandai-je.

« Eh bien, euh…, » balbutia Rin.

« Comment le dire… ? C’était une question de fierté féminine, » déclara Cécilia.

« Hein ? »

Pourquoi étaient-elles si réticentes à répondre ? Il était évident que Laura les avait provoquées, d’une façon ou d’une autre. Néanmoins, en tant que cadettes nationales, elles ne devraient pas être si impatientes de mordre à l’hameçon. Ouaip.

« Oh. Vous vous disputiez pour Ichi… ? » demanda Charles.

« Agh ! Dunois, tu parles trop ! » s’écria Rin.

« En effet ! Beaucoup trop ! Ohohohohoho, » déclare Cécilia.

Quelle que soit l’idée qui avait germé dans l’esprit de Charles, elles avaient été extrêmement rapides à l’arrêter. Charles avait fait une grimace pendant qu’on parlait d’elle.

« Allez, arrêtez ça. Regardez ce que vous faites à Charles. En plus, vous avez été trop actives et vous allez vous blesser, » déclarai-je.

Pour tenter de les ralentir, j’avais touché chacune sur leurs épaules.

« BWAH ! »

Comme je le pensais, cela leur faisait mal. Chacune poussa un cri étrange avant de se taire.

« … »

« … »

« Oh, désolé. Je n’avais pas réalisé que ça ferait si mal, » déclarai-je.

Leurs regards silencieux emplis de reproches rendaient évident que cela leur faisait mal. Réalisant que j’étais allé trop loin, je m’étais immédiatement excusé.

« Ichika, tu…, » déclara Rin.

« Tu le paieras plus tard…, » continua Cécilia.

Oups… Quand elles se sentiraient mieux, des poings de fureur s’envoleraient sûrement vers moi. Cela sera sûrement un repas complet… un repas vraiment complet. Ouais. Et probablement que le dessert serait aussi inclus. Un verre ou deux avec ? Des suppléments gratuits aussi seraient sûrement inclus.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire