Il ne voulait pas être le Centre de l'Attention – Tome 1 – Chapitre 25

Bannière de Il ne voulait pas être le Centre de l'Attention ***

Chapitre 25 : Rencontre avec l’ennemi et la phrase d’accroche

Un trou dans le plafond du ranch était utilisé par les dragons de feu pour entrer et sortir de leur nid. J’avais entendu dire qu’ils n’aimaient pas avoir l’entrée sur le sol parce que les dragons de terre, leurs ennemis naturels, auraient pu se faufiler pendant leur absence. C’était donc probablement quelque chose qui était dicté par leur instinct.

Dès que nous avions commencé à voler et que nous étions sortis du ranch, j’avais remarqué que notre boussole ne fonctionnait probablement pas à cause des minéraux magnétiques contenus dans la peau du dragon ? Mais il suffisait d’aller vers l’est à partir de la capitale.

Monter un dragon était exactement comme le disait Shura : beaucoup plus stable que de monter une wyverne, et dans l’ensemble très confortable.

La flûte de dragon que je portais autour de mon cou avait commencé à jouer chaque fois que j’y avais versé de la magie, et notre monture avait obéi à tous mes ordres.

« ... Tu utilises une sorte de magie, non ? Maintenant, je n’ai presque plus peur, » déclara Mylarka.

« Eh bien, n’importe qui aurait peur de ressentir cette hauteur pour la première fois, mais c’est risqué d’avoir peur, alors j’ai utilisé un Esprit Protecteur, » répondis-je.

« N’aimes-tu pas me voir avoir peur, hein ? Et moi qui pensais que tu te moquerais de moi…, » déclara-t-elle.

« En toute franchise, je préfère profiter de la vue d’ici. Ne penses-tu pas qu’avoir un peu peur vaut la peine d’être témoin d’un paysage aussi étonnant ? » demandai-je.

Au début, elle était rigide à cause de la tension, mais avec le temps, elle avait finalement commencé à se calmer et elle s’était appuyée sur moi. La paperasse avait dû l’épuiser.

« Je ne devrais pas être lourde, mais dis-moi si je le suis, » demanda-t-elle.

« Non, je suis surpris que tu sois aussi légère. Encore plus que quand je t’ai soulevé auparavant, » répondis-je.

« B-Bon... Je suppose que c’est bon, alors. Tu es un dur à cuire, c’est probablement pour ça que tu ne me trouves pas lourde, » répondit Mylarka.

« Mais tu n’es pas aussi grande qu’un bâton deku. Je peux prendre des livres que tu ne peux pas atteindre, » déclarai-je.

« Si je portais des chaussures hautes, je les aurais également atteintes, mais elles me font mal aux pieds, donc je ne les aime pas beaucoup, » expliqua-t-elle.

Nous avions continué à bavarder paisiblement sur notre trajet. Peu importe la taille et l’élite de l’armée de Velvechia, elle n’était pas de taille contre nous.

La République de Velvechia était située à côté du pays d’un autre Seigneur Démon, qui, selon Verlaine, n’était que de Rang S, mais comme personne ne pouvait le vaincre, chaque année les villes lui envoyaient beaucoup d’hommages pour éviter toute invasion. Les guerriers les plus forts de Velvechia étaient de Rang AA, avec des scores d’environ vingt mille. Cela signifiait que le soldat moyen était de rang C ou inférieur. C’était à peu près au même niveau qu’Albein.

Pourtant, Velvechia ne savait rien de notre expédition et de notre victoire contre Verlaine, un Seigneur Démon de Rang SSS.

Le duc de Vinceburg songeait à nous écraser avec le nombre, mais c’était une erreur de calcul de sa part.

« Je parie que tu penses qu’on est les adultes qui vont arrêter un combat d’enfants... Je ressens la même chose, tu sais ? » déclara Mylarka.

« Eh bien, si nous n’avions pas participé à l’expédition contre Verlaine, nous n’aurions pas connu notre vrai pouvoir. Pourtant, nous ne savons pas comment gérer les disputes entre humains, » lui répondis-je.

« Si nous devions nous battre contre une horde de monstres, je pourrais les faire exploser..., » déclara-t-elle.

Quand nous avions voyagé ensemble, c’est exactement ce qu’elle avait fait sur beaucoup de tanières de monstres, et si une race demi-humaine les utilisait pour une raison quelconque, les habitations avoisinantes auraient aussi été gravement endommagées. Oh, et ne parlons pas de ce qu’il était advenu des monstres...

C’est ainsi qu’elle avait gagné son titre de calamité... le Doux Désastre.

« Queue, est-ce ça ? Ma vue est meilleure que la tienne, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

« La zone est un peu plus dégagée, et il y a des statues de pierre placées à distance régulière... Ce doit être le chemin que Vinceburg a organisé pour Velvechia, » répondis-je.

« Je n’arrive pas à croire que ceux qui devraient nous protéger ont construit ça. Ne penses-tu pas qu’ils méritent une punition ? » me demanda-t-elle.

« En toute honnêteté, oui. Si j’avais anticipé cela au moment des fiançailles de Manarina, j’aurais pu tout régler sans attirer l’attention..., » déclarai-je.

« Si c’était le cas, tu serais devenu le roi de ce pays... Cependant, si quelqu’un l’avait demandé quand nous en avions l’occasion, peut-être que le roi lui-même l’aurait permis, » déclara-t-elle.

Je voulais lui rappeler que chacun d’entre nous était indifférent au prestige.

Surtout Aileen, qui pourrait être appelée « Maître Guerrier » par n’importe quel combattant ou professeur d’art martial si seulement elle le voulait.

« Je vais peut-être essayer de faire d’Aileen notre chef... Est-ce que ça la rendrait plus responsable ? » demandai-je.

« Bonne idée, mais elle a des cornes. Comment est-elle censée porter une couronne ? » répliqua-t-elle.

J’avais ri de sa blague, qu’elle lâchait très rarement. Si je n’étais pas tendu, ça aurait été réconfortant.

Une route serpentait à travers la montagne, et en la suivant de mon regard, je pouvais voir un village au loin.

« C’est le seul village par ici, d’accord... ? L’ennemi passera sûrement à côté, » déclarai-je.

« Oui... si elle n’était pas là... Attends, qu’est-ce que c’est ? Les éclaireurs de Velvechia ? » demanda Mylarka.

« C’est ce qu’on dirait. Notre pays n’utilise pas d’armures noires…, » déclarai-je.

Nous les voyions bien. Cinq chevaliers vêtus d’armures noires, des manteaux roux flottant derrière eux, galopaient sur la route.

Ils criaient frénétiquement, arcs à la main comme des chasseurs pourchassant leur proie.

À ce moment-là, j’en étais sûr.

Quand ils avaient mis en place leurs flèches, j’avais fermement étreint Mylarka.

« Wah ! Qu’est-ce que tu fais !? On n’est pas là pour... ! Waaaah ! » cria Mylarka.

« Ils poursuivent quelqu’un. On va les arrêter avant qu’il ne soit trop tard, » déclarai-je.

« O-Oh... Je vois, d’accord. Je m’accrocherai bien, » répondit-elle.

Elle avait abaissé son corps quand j’avais envoyé ma volonté dans la flûte du dragon, et notre monture avait ajusté ses ailes pour qu’elle glisse dans le ciel.

« Arg... ! Attends, ne nous remarqueront-ils pas comme ça... ? » demanda-t-elle.

« Ne t’inquiète pas, j’ai fait avaler au dragon de feu des grenades. Personne ne nous remarquera avant que nous nous approchions, et leurs camarades, s’il y en a, ne nous verront pas de loin, » répondis-je.

« Oh, tu as déjà tout prévu... ? D’accord, on va se faufiler et conclure rapidement, » déclara-t-elle.

Alors que nous les approchions, les chevaliers n’avaient rien remarqué, mais le simple sentiment d’être ciblés avait éveillé leur sixième sens.

« Quelque chose vient vers nous... »

« Un... d-dragon ! Capitaine, un dragon est... ! »

« D’où est-ce que ça vient ? Merde, tirez ! »

Nous avions foncé sur eux en traçant un arc de cercle dans l’air, et au fur et à mesure que nous nous rapprochions, je pouvais voir le corps de Doux Désastre rétrécir dans mes bras avant de les regarder avec férocité.

« “Anéantissement de zone restreinte n° 66 — Champ de désintégration !”, » déclara-t-elle.

Elle avait commencé à tisser son symbole magique à une vitesse incroyable, qui enveloppait la cible en un instant et l’activait d’un claquement de doigts.

« Qu’est-ce qui se passe... !!? »

« Mon arc et mon armure... Waaaah ! »

Ils se sentaient complètement perdus.

Après qu’un dragon de feu avait frôlé leurs têtes, une rafale avait fait s’arrêter leurs chevaux, et tout leur équipement s’était transformé en sable fin qui était tombé sur le sol et s’était dispersé.

Après que nous ayons repris de l’altitude, j’avais ordonné au dragon d’y rester.

Leur capitaine, qui était plus jeune que prévu et maintenant presque complètement nu, avait tourné son cheval confus et nous avait regardés.

« Qui êtes-vous, les maîtres dragons d’Albein ? Enlevez vos masques stupides et montrez votre visage ! » cria le capitaine.

Il semble qu’il avait encore la force de nous faire des griefs, mais monter à cheval en sous-vêtements rendait sa tentative de coercition d’autant plus ridicule.

Mylarka avait étendu son champ magique avec tant de précision que leurs sous-vêtements étaient la seule chose qui restait pour les couvrir. C’était à la fois une douce préoccupation et une action aberrante.

Pour autant que je sache, seuls nous deux savions comment désassembler du matériel en poussière comme ça... et je croyais qu’il était hautement improbable de trouver quelqu’un avec les mêmes capacités.

Après s’être éclairci la gorge, Mylarka avait commencé à parler fermement. « Vous êtes de Velvechia, n’est-ce pas ? Nous avons nos raisons de vous empêcher de retourner dans votre armée principale. Rendez-vous maintenant, et aucun sang ne teindra la terre. »

« Je le savais, vous êtes d’Albein... Maudit soit cet idiot inutile…, » cria le capitaine.

J’avais deviné qu’il maudissait Vinceburg. Il devait tout garder secret, alors il pensait probablement qu’il y avait un espion parmi eux.

« Capitaine, on devrait essayer de s’enfuir ! Ce sera suffisant si un seul d’entre nous rentre chez nous... ! » suggéra un jeune homme avec une voix tremblante, et personne n’avait répondu pendant qu’ils se déplaçaient pour s’échapper.

« Mylarka, bouche tes oreilles, » dis-je à Mylarka.

« Hm ? Pourquoi ? » me demanda-t-elle.

J’avais mis mes mains à ses oreilles et j’avais jeté un sort de protection sur nous deux. J’avais pris un moment pour réfléchir avant de donner un nouvel ordre au dragon.

Il y a longtemps que je n’avais pas pu être dans un tel combat, mais grâce à Shura, qui m’avait appris le charme des flûtes de dragon, j’avais eu beaucoup de plaisir à me battre du ciel avec Mylarka. Si je devais le dire comme lui, c’était vraiment excitant.

« Groooarh ! »

Le grondement tonitruant de notre monture secouait à la fois l’air et la terre : il s’agissait de la puissance d’intimidation de son cri.

Les chevaux furent pris de terreur et s’arrêtèrent de bouger, tandis que les têtes des chevaliers pendaient la tête comme s’ils étaient en transe.

Après cela, nous avions atterri avec un grand bruit, et Mylarka avait haussé sa voix. « Les cieux pourraient vous pardonner, mais les yeux brillants derrière nos masques ne doivent pas négliger la méchanceté ! »

Je ne savais pas comment réagir à cette déclaration... Nos cibles étaient en transe et ils ne l’avaient probablement pas entendue, mais la voir s’amuser tout en gonflant fièrement sa poitrine m’avait donné envie de m’asseoir et de voir ce qui allait se passer ensuite.

« ... C’est de toi-même ou c’est le slogan des sauveurs masqués ? » lui demandai-je.

« Premier cas. Peut-être devrais-je ajouter aussi une partie qui mentionne la terre…, » me répondit-elle.

« Tu as toute une vie pour y penser. Au fait, où est allé celui qu’ils poursuivaient ? » demandai-je.

Alors que j’observais mon environnement, les applaudissements de mains de quelqu’un atteignirent nos oreilles, et lorsque nous nous étions tournés vers sa source, une dame demi-humaine, un peu plus jeune que nous, se cachait à l’ombre d’un arbre.

« Mylarka, elle nous aime bien. N’est-ce pas génial ? » déclarai-je.

« C’est naturel quand quelqu’un te sauve... mais maintenant j’ai vraiment besoin de compléter la phrase d’accroche. Je savais que c’était une bonne idée, » répondit-elle.

Elle était si heureuse que mon cynisme ne l’avait pas atteint, et même si elle aurait dû agir avec plus de maturité, elle était vraiment excitée d’être une guerrière de la justice, et cela m’avait fait confirmer à nouveau l’écart d’âge entre nous. Je n’aurais jamais dit qu’elle était enfantine. Et je n’avais pas vraiment détesté tout ça.

Si Aileen était là, elle aurait pu se moquer de Mylarka sans craindre les conséquences, alors il valait mieux qu’elle ne soit pas avec nous. L’enseignante géniale s’était assurée de l’impuissance de nos cibles tout en réfléchissant à sa phrase d’accroche.

Pendant ce temps, la jeune fille, qui, avec ses oreilles et sa queue, faisait partie de la race des tigres, n’arrêtait pas de frapper dans ses mains avec des yeux pétillants.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci ^^ Je pense que j'aimerais bien voir Queue se battre à fond, au moins une fois...

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire