Il ne voulait pas être le Centre de l'Attention (LN) – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 4

Bannière de Il ne voulait pas être le Centre de l'Attention (LN) ***

Chapitre 4 : La menace cendrée

Partie 4

3 — Le moment des retrouvailles et la promesse non tenue - partie 2

« Tu n’as vraiment pas changé du tout, Qu-kun. Tu es toujours le même toi dont je me souviens. Maintenant, pourquoi continues-tu à te mentir, à protéger cet échec de royaume ? » demanda-t-elle.

Le moi de l’époque la considérait comme si accomplie que je ne pourrais jamais l’égaler. Mais maintenant que j’avais au moins grandi plus qu’elle, j’avais l’impression que je pourrais la rattraper un jour.

Pourtant, même si nous étions suffisamment proches pour que je puisse réduire la distance en un seul instant, je ne sentais pas que je pouvais poser un doigt sur elle. Elle me semblait juste si lointaine.

« Désolé, mais je ne suis plus dans une position où je peux te laisser continuer à me traiter comme un enfant, » déclarai-je.

« Pas besoin d’agir avec fermeté. Tu as ressenti de la nostalgie dès que tu m’as vu, n’est-ce pas ? Tu me pardonnerais, peu importe le genre de mauvaises actions que j’ai faites, n’est-ce pas ? Je le sais, parce que tu essaies de m’accepter comme je suis, » déclara-t-elle.

« … J’ai gardé le silence, mais vous parlez vraiment beaucoup, n’est-ce pas ? Bien que vous soyez le professeur de Queue, les crimes que vous avez commis ne sont pas quelque chose que je peux ignorer. Avez-vous l’intention de plonger le royaume dans le chaos ? »

Bien que Mylarka ait interrogé la Professeur, son sourire ne s’était pas atténué. Elle s’était dirigée vers nous avec désinvolture et sans défense.

« N’approchez pas plus près. Je vous attaquerai si vous vous approchez, » déclara Mylarka.

« Si vous êtes un utilisateur de magie spatiale, alors vous devriez pouvoir utiliser une sorte de cercle magique de téléportation, avec guidage. Voulez-vous que je vous apprenne ? J’imagine que Qu-kun peut aussi l’utiliser maintenant. Laissez-moi vous enseigner, comme je lui ai enseigné. Sinon, il n’y a après tout aucun moyen pour vous deux de me vaincre. »

En disant cela avec confiance, elle avait bien sûr suffisamment de capacités pour soutenir ses paroles arrogantes.

La professeur avait toujours été gentille, mais seulement avec moi.

À l’époque, elle avait dit des mots qui m’étaient restés telle une malédiction. « Assure-toi de me tuer un jour, une fois que j’aurai trouvé le bonheur. »

« … Pourquoi as-tu le cœur brisé ? À l’époque, je n’ai jamais demandé ton nom parce que je sentais que je n’étais pas particulièrement intéressé et que je ne me sentais pas qualifié pour le demander parce que j’étais encore faible. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui, » déclarai-je.

« Vraiment ? Tu ne peux toujours pas me demander mon nom maintenant et tu oses dire que tu as changé ? » demanda-t-elle.

Ces yeux semblaient toujours voir à travers tout. Elle ne montrait jamais la moindre trace de mauvaise volonté dans son sourire lorsqu’elle me taquinait, ce que je n’aimais vraiment pas.

Bien que les vêtements soignés sous sa cape lui donnaient un air divin, l’obscurité dans ses yeux était si forte qu’on avait l’impression qu’elle m’aspirait. Mais le plus surprenant, c’est qu’elle avait un collier étrangleur sur le cou — cela devait être l’unité principale des colliers dominants, le collier qu’elle utilisait pour contrôler les autres.

Si je lui demandais pourquoi elle avait fait du contrôleur quelque chose qui ressemble à un collier, j’étais presque sûr qu’elle me répondrait. « Si l’un désire contrôler l’autre, alors cela signifie qu’il est lui-même contrôlé par ses désirs. »

« Fufu… Je vois. En regardant ces gens avec leur connexion à la magie coupée, je suppose que Qu-kun ne m’a pas du tout oubliée. Tu te souviens encore de tout ce que je t’ai appris, » déclara la professeur.

La professeur avait continué à me lâcher des piques pendant que Mylarka regardait.

À l’époque, je croyais que j’étais fort, assez fort pour ne jamais perdre contre quelqu’un. C’est la professeur qui avait corrigé ce malentendu arrogant pour moi.

Elle m’avait coincé et m’avait dit qu’elle m’enseignerait la beauté des gens et aussi la partie la plus repoussante présente chez eux.

Je ne me souvenais pas de ce qu’elle m’avait dit à l’époque. La plupart des souvenirs que j’avais avec elle étaient tous des choses dont je ne voulais pas me souvenir.

Mylarka me regardait avec inquiétude. Le fait qu’elle ait fait cette grimace m’avait fait réaliser à quel point j’étais pitoyable. Mais le moi actuel n’était pas le même que celui décrit par la professeur.

« … En fait, j’avais oublié ça jusqu’à ce que tu en parles. J’ai une vie à vivre ici aussi, tu sais, » déclarai-je.

« Eh bien, je n’en ai pas. Je ne l’ai pas oublié une seule fois, donc Qu-kun non plus. J’ai fait en sorte de t’apprendre à être comme ça, » déclara-t-elle.

« Queue, tu n’as pas besoin de continuer à lui parler. Peu importe le type de lien que vous aviez tous les deux, » déclara Mylarka.

Mylarka avait recueilli son mana pour pouvoir élargir son cercle magique à tout moment. S’agira-t-il de la magie d’Annihilation ou de Destruction ? Bien que Mylarka ait préparé une magie d’attaque, la professeur ne montrait aucun signe de panique.

« Queue n’est pas votre propriété. Peut-être essayez-vous de le contrôler ? Quel dommage, ce type n’est pas assez faible pour obéir à vos ordres, » déclara Mylarka.

« Personne ne peut rompre le lien entre moi et Qu-kun. Après tout, il utilise toujours les sorts que je lui ai enseignés, » déclara-t-elle.

« Et alors ? Rien ne dit que le disciple ne peut pas surpasser le maître, » répliqua Mylarka.

« Mylarka, calme-toi. Ça ne me dérange pas du tout, » déclarai-je.

« … Queue. »

J’avais dégainé mon épée. En voyant cela, la professeur avait aussi dégainé l’épée à sa taille. Comme elle pouvait manier n’importe quelle épée avec une telle force que cela en ferait une arme efficace même si elle n’était pas lourde, elle avait toujours utilisé une épée de taille fine.

L’épée était une épée des fées, fabriquée à partir de matériaux rares. Hautement compatible avec la magie d’amélioration, c’était l’épée la plus adaptée aux utilisateurs de magie que je connaisse.

J’avais pensé un jour à me procurer cette épée également, mais j’avais ensuite réalisé que je n’en avais pas besoin.

Pourquoi ? Parce que je pourrais faire la même chose avec une épée ordinaire. Mais pour savoir si je pouvais en améliorer une suffisamment pour qu’elle surpasse l’épée des fées, il faudrait la tester en situation réelle.

J’avais appris la magie et l’art de l’épée auprès de mon professeur. Je devais la surpasser quoiqu’il arrive.

Tant que je ne l’aurai pas dépassée, le temps de la Professeur restera immobile. Elle serait coincée à penser que je n’avais pas du tout changé, et que j’étais encore facilement manipulable.

Le moi du passé n’était plus là. J’étais parti de moi-même et j’avais laissé la Professeur seule. Et je n’avais pas non plus prévu de retourner la voir.

« Avec cette épée, je peux te poignarder, te soigner et te poignarder à nouveau sans me soucier de te tuer… Avec cette méthode, je t’ai enseigné comment utiliser la magie de guérison, comment on se sent lors d’une bataille à mort, et comment manier la lame. Viens, Qu-kun. Nous allons nous entraîner comme avant, » déclara la professeur.

« Bien sûr, mais il ne s’agit pas d’un simulacre de combat. Nous allons nous battre tout en essayant de nous tuer. Sinon, tu ne réaliseras rien, » déclarai-je.

« … C’est toi qui n’as rien réalisé, Qu-kun. Pourquoi ne m’écoutes-tu pas ? » me demanda-t-elle.

« Gh… »

Même Mylarka avait fait un pas en arrière, face à son aura. Un aventurier de rang SS aurait été figé pendant au moins un moment.

À l’époque où je m’entraînais encore sous ses ordres, je ressentais la même chose.

Mais après avoir participé au voyage d’asservissement du Seigneur-Démon, j’avais changé.

La bataille avait commencé sans bruit. La Professeur se précipita vers moi, son épée des fées luisant faiblement. Elle lança sa première attaque, une Lame d’esprit. J’avais riposté avec la même technique, ce qui avait fait que nous avions neutralisé l’attaque de l’autre. Elle avait ensuite lancé sa deuxième attaque, en lançant l’attaque de la Lame d’esprit intensifiée, et avait projeté de nombreuses lames magiques. J’avais prédit qu’elle ferait cela et j’avais riposté avec le même nombre de lames. Nos lames magiques s’étaient affrontées et s’étaient repoussées. J’avais sauté en arrière pour ne pas me faire frapper. La professeur avait alors remarqué que j’étais vulnérable et elle avait activé la Téléportation pour me suivre.

Au revoir, Qu-kun.

Mylarka avait crié de loin. « Tu n’as pas besoin de t’inquiéter autant pour moi, tu sais ? »

Je pouvais sentir une intention meurtrière vicieuse derrière moi. La frappe de l’épée avait facilement déchiré mon amélioration de défense. Mais, un instant avant qu’elle ne transperce mon cœur.

J’avais activé la Téléportation que j’avais mise en place avant d’échanger des coups avec elle et je m’étais placé derrière elle.

Face à un coup d’épée dans le dos, la Professeur l’avait bloqué. Comme prévu, elle n’avait pas perdu son calme.

« Tu as peut-être mal compris quelque chose. Je n’ai jamais dit que je ne pouvais pas me téléporter, » déclarai-je.

« Queue ! »

Mylarka semblait impressionnée. La voir soulagée était un spectacle assez rare.

Mais les choses n’avaient pas été si faciles que cela. La Professeur avait activé la magie de téléportation et avait pris un peu de distance. Si j’essayais de l’attaquer maintenant, ce serait la répétition exacte de ce qui venait de se passer.

« … Bon travail. Si tu étais mort de ça, alors cela aurait indiqué que j’avais échoué en tant que ton professeur, » déclara-t-elle.

« Je suis heureux d’avoir pu répondre à tes attentes. Mais s’il te plaît, arrête de me ménager, professeur, » déclarai-je.

Je ne suis plus le même moi qu’il y a cinq ans. Pour que la Professeur le réalise, il fallait que je gagne — quoi qu’il arrive.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire