Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 8 – Chapitre 8 – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 8 : La libération de Lasta

Partie 2

Celui qui menait la deuxième unité, vers laquelle Kuu et Leporina se dirigeaient, était Kaede.

« Vite, » ordonna-t-elle. « Nous devons finir avant que les monstres ne reviennent, vous savez. »

Cette deuxième unité était les soldats conscrits par le Royaume de Lastania. Ils n’avaient qu’un équipement minimal, utilisant des charrettes et leurs propres bras pour transporter les billes de bois, le bois de chauffage et les balles de paille. Bref, c’était une unité d’approvisionnement. Kuu, Jirukoma et les autres avaient emporté les monstres hors de cette zone pour assurer leur sécurité.

Alors que l’unité de ravitaillement atteignait le point que Lauren défendait, à mi-chemin entre les murs de Lasta et la forêt où les hommes-lézards rôdaient, ils déchargèrent le bois qu’ils transportaient. Puis les soldats avaient fait une pyramide avec les bûches qu’ils apportaient, avaient rempli l’intérieur de bois de chauffage et l’avaient fourré avec de la paille.

Ce qu’ils construisaient, c’était un feu de joie géant, d’une hauteur d’environ cinq mètres. Ce même processus de construction avait été répété à plusieurs endroits simultanément.

Kaede utilisait sa magie élémentaire terrestre (manipulation par gravité) pour faire en sorte que les billes ignorent la gravité, ce qui permettait à l’assemblage de se dérouler plus efficacement.

Au milieu de tout ça, Lauren s’était précipitée vers elle. « Madame Kaede. Nous avons pu chasser la plupart des monstres, alors laissez-nous vous aider. »

Kaede secoua la tête. « Non, Madame Lauren, restez aux aguets dans les environs. On ne peut pas être sûrs que les monstres qui ont suivi Hal et Ruby ne reviendront pas. S’il vous plaît, restez très prudents afin que nous puissions protéger les travailleurs des attaques de monstres. »

« Oui, madame ! Compris ! » Lauren l’avait saluée et était retournée à sa position.

La deuxième unité sous le commandement de Kaede poursuit son travail sous la protection de la première unité dirigée par Lauren, et en un peu plus d’une heure, une dizaine de feux de joie avaient été allumés.

C’est à peu près à ce moment-là qu’une ombre massive était apparue dans le ciel de l’ouest. Cette ombre avec ses grandes ailes déployées était Halbert et Ruby, qui revenaient une fois leurs tâches terminées.

Même si le fait de les voir en santé lui donnait un sentiment de soulagement, le visage de Kaede restait sévère lorsqu’elle donnait des ordres. « Nous ne pouvons pas rester trop longtemps. Si vous avez fini de construire, allumez les feux et retournez à l’intérieur des murs ! »

« Oui, madame ! Allumons les feux ! »

Les nouveaux feux de joie avaient tous été allumés en même temps.

La paille avait brûlé rapidement, et la fumée était devenue orange lorsque la lumière du feu avait commencé à monter.

Alors que les feux de joie brûlaient derrière eux, la deuxième unité s’était précipitée à l’intérieur des murs, suivie par les soldats de la première unité qui se retiraient lentement tout en repoussant les attaques des monstres.

« J’espère que le plan se déroulera bien…, » Lauren, qui était à l’arrière-garde, avait dit cela, semblant inquiète.

Kaede avait gloussé. « Nous avons fait tout ce que nous avons pu. Maintenant, nous devons prier pour que ça marche. »

***

Gwah ! Grrr !

Après avoir perdu beaucoup de leurs semblables dans la bataille d’hier, les hommes-lézards se cachaient maintenant dans la forêt sombre. Ils regardaient tous le ciel.

Une ligne rouge avait traversé leur vision.

Depuis un certain temps déjà, plusieurs feux rouges volaient dans le ciel.

C’est quoi, ces trucs ? se demandèrent-ils en regardant.

Des choses étaient alors tombées par terre. Quand ils s’étaient approchés de ça, ils virent que c’était des monstres carbonisés.

Les hommes-lézards tournèrent leur museau vers les restes grésillant des monstres.

La viande cuite dégageait une odeur savoureuse.

Les hommes-lézards affamés voulaient cette odeur. Cependant, ils s’étaient arrêtés de justesse. Auparavant, lorsqu’ils avaient mangé des monstres semblables, beaucoup d’entre eux avaient eu des crampes d’estomac, et plus de dix individus étaient morts.

Que ce soit parce que la viande des monstres était toxique, à cause de maladies qu’ils portaient, ou à cause de parasites... ils ne le savaient pas. Les hommes-lézards n’avaient aucun moyen de le savoir, et ils n’avaient pas l’intelligence pour tenter de le découvrir.

L’information selon laquelle « manger les monstres mélangés peut entraîner la mort » était tout ce qui avait été entré dans le cerveau des hommes-lézards qui n’était pas particulièrement gros. C’est pourquoi, même s’ils étaient affamés, ils n’avaient pas essayé de manger les monstres mélangés.

Mais ensuite...

Kshaaaa ! ... Miam !

L’un des hommes-lézards avait commencé à manger les monstres carbonisés.

On aurait dit qu’ils avaient bon goût, car il en mangea plusieurs.

La meute des hommes-lézards observait cet individu avec précaution.

Il mangeait les monstres mélangés, mais non seulement il n’était pas en train de mourir, mais il ne semblait même pas avoir mal au ventre.

Pourquoi ?

L’individu mangeait de la viande bien cuite et évitait les portions insuffisamment cuites.

Voyant cela, les données dans le cerveau des hommes-lézards qui disaient, « Manger les monstres mélangés peut entraîner la mort » avait été écrasée pour dire, « Manger les monstres mélangés crus peut entraîner la mort, mais s’ils sont bien cuits, ils peuvent être mangés. »

L’instant d’après, les hommes-lézards fourmillaient autour de la viande de monstre rôtie. En partie à cause de leur faim, ils avaient déchiré la viande avec un abandon imprudent.

Même les hommes-lézards qui n’avaient pas vu l’individu original avaient vu ceux qui l’avaient vu, avait appris la même information, et une bataille sur la viande cuite avait commencé.

Finalement, cette information s’était répandue dans toute la meute.

Cependant, il y avait beaucoup trop peu de viande pour 800 hommes-lézards. La viande bien cuite avait disparu en un rien de temps, ne laissant que la viande insuffisamment cuite.

Alors qu’ils se demandaient quoi faire, une lumière était apparue près de l’extérieur de la forêt.

En la regardant, il y avait un endroit où le feu brillait de mille feux.

Si j’utilise ces flammes, je peux cuire cette viande pas assez cuite ! Les hommes-lézards y pensèrent, alors, après avoir pris la viande pas assez cuite et s’être approchés du feu, ils l’avaient jetée dedans. Ils l’avaient ensuite mangé quand elle était cuite.

Dans la meute, il y en avait qui pouvaient souffler le feu, et ces individus cuisinaient et mangeaient par eux-mêmes.

Cependant, il y avait aussi une limite à la viande insuffisamment cuite.

J’en veux plus.

En regardant autour d’eux, ils avaient remarqué que... il y avait beaucoup de « viande crue » qui se nourrissait des cadavres de leur espèce.

Les hommes-lézards avaient commencé à chasser.

***

« C’est incroyable à voir, n’est-ce pas ? » lui avais-je demandé.

« Ouais…, » murmura Julius.

Il était environ dix heures du matin, le soleil était complètement levé et brillait de mille feux.

J’étais avec Julius, debout sur le mur, regardant la scène se dérouler en dessous de nous dans la crainte.

Nous avions vu les hommes-lézards entourer les feux de joie, cuisinant la viande des monstres qu’ils avaient chassés. C’était comme un banquet pour les primitifs.

Les hommes-lézards étaient une menace pour nous, mais c’était comme regarder une scène des temps anciens, et cela me mettait dans un état d’esprit étrange et indescriptible.

Aisha, qui voyait bien de loin, pointait et expliquait. « Dans ce coin, un groupe centré autour d’un lézard cracheur de feu commence à se former, Sire. »

Parce que nous leur avions appris à cuisiner avant de manger, il y avait maintenant un changement majeur dans l’équilibre du pouvoir dans la meute des lézards.

Naden et Ruby faisaient tomber du bois d’allumage et de la paille pour s’assurer que les feux ne s’éteignaient pas, mais peu de gens pouvaient se rassembler autour des feux de joie, et le résultat inévitable était que les personnes les plus fortes les monopolisaient. Dans ces conditions, ceux qui étaient capables d’allumer le feu pour eux-mêmes étaient avantagés.

Les hommes-lézards qui ne pouvaient pas s’approcher des feux de joie étaient apparemment à la chasse d’une part supplémentaire de viande de monstre pour ceux qui pouvaient cracher du feu afin d’avoir de la viande cuite pour eux. C’était un contrat très simple basé sur une relation mutuellement bénéfique. Il y avait une hiérarchie claire entre les hommes-lézards.

« C’est comme regarder un microcosme de la société, vous savez, » avais-je dit, et Julius avait acquiescé.

« Je suis tout à fait d’accord. Je n’aurais jamais imaginé qu’un jour, je verrais la société se refléter dans les actions des monstres, » déclara Julius.

« Si nous leur donnions encore mille ans, ne pensez-vous pas qu’ils pourraient réaliser quelque chose qui ressemble à la civilisation ? » lui avais-je demandé.

« Possible, mais... on ne peut pas se permettre d’attendre mille ans, » déclara Julius.

« C’est assez vrai, » déclarai-je.

La relation entre l’humanité et les monstres était une relation de vie ou de mort.

Parce qu’il était impossible de converser avec eux, si nous ne les vainquions pas, ils causeraient du tort à ceux que nous aimions. C’était peut-être cruel, mais il y avait des gens et des choses que nous devions protéger.

Julius se tenait sur le bord des remparts de la ville, puis donna l’ordre aux soldats qui attendaient avec impatience.

« Le nombre de monstres est en baisse ! Maintenant, exterminez les hommes-lézards ! »

Sous les ordres de Julius, les portes-nord et sud s’ouvrirent.

***

« Force du Nord et du Sud, commencez l’attaque ! » ordonna-t-il.

Pour s’occuper de l’homme-lézard rassemblé dans l’ouest, Julius envoya 1 000 soldats à partir des portes-nord et sud, qui tournoyèrent ensuite au nord-ouest et au sud-ouest de la bande de monstres.

« Nous irons à pied pour faire le tour derrière l’ennemi ! » déclara Jirukoma.

« Nous attaquerons par le côté sud ! Ne soyez pas en retard ! » cria Lauren.

Celui qui dirigeait la force du Nord était Jirukoma, et le commandant de la force du Sud était Lauren.

En partie parce que les hommes-lézards étaient distraits par la nourriture, ils avaient laissé ces deux forces les approcher facilement.

Kaede, qui regardait depuis les murs, leva la main droite. « Maintenant, allumez le signal ! »

Sur ordre de Kaede, un signal de fumée était monté par la porte ouest.

Quand Jirukoma et Lauren l’avaient vu, leurs forces avaient attaqué la meute de lézards du nord-ouest et du sud-ouest. Avec une force de 2 000 hommes les attaquant en formation V, les hommes-lézards surpris furent poussés vers Lasta à l’est.

Quand elle avait vu cela, Kaede avait sorti la tête par-dessus le bord intérieur du mur de la ville, et avait dit à la personne en bas : « Le temps est venu ! Nous comptons sur vous, Sire Julius ! »

« Compris ! »

S’éloignant du mur, Julius, qui montait sur un cheval blanc, avait dégainé son épée et la tint en l’air.

Les 1 000 soldats qui l’entouraient étaient pour la plupart des élites, y compris les soldats réguliers Lastaniens et les Dratroopers. Les troupes attendaient l’ordre de partir d’un moment à l’autre, et Julius leur annonça. « Le destin de ce pays dépend de cette bataille ! Éliminez les hommes-lézards, pour le bien des familles qui se blottissent dans la peur derrière ces murs ! »

« « « Ouiiiiiii ! » » »

En écoutant ses hommes crier, Julius donna l’ordre à ceux présents à coter des portes.

« Ouvrez les portes ! »

La porte ouest s’était ouverte, et 1 000 soldats dirigés par Julius bondirent hors de là.

Les soldats avaient continué sur cette lancée pour foncer droit dans la meute confuse des hommes-lézards.

« Ma vie pour Lastania ! »

« Crevez, espèce de lézard ! »

Comme s’ils exprimaient leur rancune au sujet de la bataille sur les murs, ils avaient fait un fouillis sanglant de tous les hommes-lézards qu’ils rencontraient. Julius frappait aussi avec son épée, coupant la tête d’un homme-lézard après l’autre. Il y avait une traînée de sang de lézard laissé là où il était passé.

Au bout de cette ligne, Julius pointa son épée vers l’ouest et donna l’ordre : « Continuez, et poussez jusqu’à ce que nous les ayons terminés ! »

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire