Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Chapitre 7 – Partie 4

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 7: La tempête

Partie 4

Maintenant que les dragons étaient clairement au courant à propos de Naden, il était temps de réfléchir à ce que nous devions faire au sujet de la tempête.

Par respect pour les dragons qui avaient été doublement battus à froid, nous avions quitté la grande salle qui était remplie de cette ambiance à laquelle on s’attendait lors d’une veillée, et nous nous étions déplacés dans une pièce plus petite.

D’après ce que Naden avait dit, elle était utilisée comme une salle d’attente pour ceux qui auraient une audience avec Lady Tiamat.

Dans cette pièce, je m’étais adressé à mes compagnons. « Naden et moi avons vu quelque chose dans cette tempête. »

« Avez-vous vraiment vu quelque chose ? » demanda Liscia.

J’avais acquiescé. « J’ai simplement eu un aperçu d’une chose noire à travers un trou dans la masse nuageuse. »

« Es-tu sûr de ne pas l’avoir imaginée ? » demanda Liscia.

« Nous avons également entendu une voix, donc je suis confiant quant à ça. Je n’ai capté que des fragments de mots, comme “vous” et “détruire”. Tu l’as aussi entendu, n’est-ce pas, Naden ? »

« Oui, je l’ai entendu, mais je n’ai pas été capable de clairement les comprendre. » Naden avait croisé les bras et avait gémi alors qu’elle y pensait. « Mais je ne pense pas que c’était dans notre langue. Je pouvais dire que cela disait quelque chose, mais je n’avais aucune idée de ce que c’était. »

« Hm ? Le Maître pouvait les comprendre, mais pas Lady Naden ? » demanda Carla, surprise, inclinant la tête sur le côté dans la confusion.

« ... Puis-je intervenir un instant ? » Kaede, qui était restée silencieuse jusqu’à présent, avait levé la main.

En raison de sa perspicacité et de sa vivacité d’esprit, Kaede avait travaillé comme officier d’état-major pour Ludwin, qui était considéré comme le futur commandant en chef de la Force de Défense Nationale. Dans notre situation actuelle, sans la présence de Hakuya, elle restait une penseuse fiable.

« Si je me souviens, Sire, vous n’êtes pas de ce monde, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

« Hein ? Oh, tout à fait, c’est vrai, » déclarai-je.

« Dans votre monde, ils ont dû utiliser une langue différente de celle que nous parlons dans celui-ci. Malgré cela, vous comprenez notre langue, et nous comprenons la vôtre grâce à un pouvoir étrange, » déclara Kaede.

C’était exact. Pour être plus précis, Liscia et les autres avaient déjà entendu du japonais, je parlais en japonais, mais ils pouvaient apparemment le comprendre. L’inverse était également vrai. Par exemple, si je chantais en japonais, Liscia et les autres comprendraient les paroles, mais si Juna imitait parfaitement mon chant, Liscia et tous les autres n’auraient aucune idée de ce que signifient les paroles.

Maintenant que j’y pense... Je sais lire et écrire dans la langue de ce monde, n’est-ce pas ?

Mystérieusement, j’avais pu reconnaître le système d’écriture utilisé dans ce monde. Je pouvais parfaitement l’écrire et le lire.

D’autre part, si je devais montrer à Liscia quelque chose en écriture japonaise, elle n’aurait aucune idée de la façon de le lire. Cela signifiait donc que la capacité de traduction ne fonctionnait que de mon côté. Grâce à cela, j’avais pu faire ma paperasse, mais... pourrait-il y avoir un sens derrière la raison pour laquelle la traduction avait fonctionné différemment pour le mot parlé et le texte ?

Pendant que je me posais des questions sur ça, Kaede avait demandé à Naden : « Lady Naden, vous et vos compagnons-dragons êtes capables de parler directement à nos esprits conscients, n’est-ce pas ? »

« Oui. On appelle ça parler dans le cœur, ou le discours psychique, » répondit Naden.

« J’ai donc une hypothèse, » déclara Kaede. « Je pense que la capacité de Sa Majesté pourrait être similaire. »

C’était logique. La télépathie, hein ? Cela ne travaillait pas directement sur le sens de l’ouïe, il travaillait sur la partie du cerveau qui traitait l’information. Peut-être que la capacité de Tomoe lui permettant de parler avec les animaux et les démons fonctionnait de la même façon.

Mais pourquoi ce sujet avait-il soudainement été abordé... ? Oh, c’est vrai.

« Il est possible que la raison pour laquelle j’ai compris ce qu’il disait, et Naden ne pouvait pas, ce soit que l’un d’entre nous avait un pouvoir comme celui-là, et l’autre ne l’avait pas, est-ce ce dont vous parlez ? » demandai-je.

« Oui. Je ne peux m’empêcher de le soupçonner, » répondit Kaede.

« Est-ce que ça veut dire que celui qui est dans ce nuage utilisait la langue du monde d’où vient Souma ? » demanda Liscia.

Oh, oui. C’était une possibilité, n’est-ce pas ?

Mais Kaede avait fermement secoué sa tête face à cette suggestion. « Je ne le crois pas. »

« Comment pouvez-vous en être si sûre ? » demanda Liscia.

« Ce serait plus rapide de le mettre à l’épreuve. Sire, je sais que cela peut vous déranger un peu, mais pouvez-vous m’apprendre comment vous vous saluez le matin dans la langue du monde d’où vous venez ? Doucement, s’il vous plaît. »

Après qu’elle m’avait dit ça, je l’avais décomposé syllabe par syllabe. « O-ha-yo-u. »

« Ohayou, c’est ça ? » demanda Kaede. « Ohayou, princesse. »

Liscia avait l’air surprise et ses yeux s’ouvrirent grand. « Bizarre ! Ils sonnent tous les deux comme “Ohayou”, mais je comprends que cela signifie “Bonjour” quand Souma le dit, et quand je l’entends de Kaede, cela sonne comme une langue inconnue. »

« C’est donc ça ? » avais-je demandé.

Kaede avait hoché la tête. « Oui, je pense que c’est la preuve que celui dans le nuage ne parlait pas dans la langue du monde d’où vous venez. S’ils utilisaient la langue de votre pays, Naden les aurait entendus prononcer les mots “vous” et “détruire”, même si elle ne les comprenait pas ».

Même si elle ne les avait pas entendus comme des mots, elle les aurait entendus être prononcés... hein ?

Kaede avait porté une main à sa bouche et avait parlé comme si elle pensait à voix haute. « Sa Majesté a compris celui qui était dans le nuage, mais Naden ne l’a pas compris. Et il est difficile de penser que c’était la langue du monde d’où vient Sa Majesté. Cela mènerait à la conclusion que celui dans le nuage parlait une langue qui n’est pas la langue commune de ce continent, et qui n’est pas la langue du monde d’où vient Sa Majesté ».

Qu’est-ce que c’était ? Est-ce que cela signifiait que la personne dans le nuage n’était pas de ce monde, ou de mon monde, mais d’un autre monde entièrement nouveau ? S’il y avait quelqu’un comme ça dehors, nous n’aurions vraiment aucun moyen de savoir comment traiter avec eux.

... Attends, hein ?

Non, ce n’est pas ça, pensai-je. Ils n’ont pas besoin d’être venus d’un autre monde. Nous les avons déjà. Ici, sur ce continent, il y a déjà des individus qui utilisent une langue complètement différente.

« Les démons…, » déclarai-je.

Quand j’avais prononcé ce mot, tout le monde avait dégluti.

Les races mystérieuses, différentes des monstres, auraient dit vivre profondément dans le Domaine du Seigneur-Démon. Le seul cas connu de dialogue avec eux avait été un court échange entre Tomoe et un kobold. C’était quelque chose qui n’avait fonctionné qu’en raison de la capacité spéciale de Tomoe, donc il fallait s’y attendre.

Il ne serait pas du tout étrange qu’ils aient leur propre système linguistique, complètement séparé de la langue commune de ce continent et des langues du monde d’où je viens. Et aussi, si les démons étaient capables de parler, ma mystérieuse capacité de traduction pourrait me permettre de l’entendre. Tout comme, au milieu de la tempête, j’étais le seul à avoir compris ce qui s’était dit.

Ma capacité ne me permettait pas d’entendre ce que disaient les animaux comme le faisait Tomoe, mais peut-être que cela me permettrait de parler aux démons ?

« ... Pensez-vous que cela pourrait être la raison pour laquelle Lady Tiamat m’a appelé la “clé” ? » avais-je demandé.

« Je pense que c’est probablement ça. » Kaede avait hoché la tête.

Tenant sa tête dans ses mains, Liscia avait déclaré : « Supposons un moment... que c’est vraiment un démon dans les nuages... »

« Et si c’est bien le cas ? » avais-je demandé.

« Je ne veux pas que tu partes, Souma, » déclara Liscia en me regardant droit dans les yeux. « C’est trop dangereux. S’il t’arrivait quelque chose, notre pays... Je... »

Aisha avait été la prochaine à prendre la parole. « C’est vrai ! J’irai à la place de Sa Majesté, et je couperai cette chose maléfique ! »

J’étais sûr qu’elles étaient toutes les deux inquiètes pour ma sécurité. Je savais à quel point j’étais faible, donc j’éviterais normalement ce genre de danger. Mais cette fois, j’avais eu l’impression qu’il n’y avait pas d’autre solution.

« Si cela pouvait être résolu avec des prouesses martiales, Lady Tiamat n’aurait pas pris la peine de m’appeler ici. Après tout, il y a beaucoup d’individus qui sont plus forts que moi. Comme ce n’est pas ça, Lady Tiamat doit penser que cet incident doit être résolu par le dialogue. »

« Mais..., » Aisha s’était plainte de ça.

« Je pense que c’est une occasion précieuse. Notre pays a la chance d’être loin du Domaine du Seigneur-Démon. Cependant, si nous ratons cette occasion, on ne sait pas quand viendra notre prochaine chance de dialoguer avec un démon. On devrait rassembler les informations qu’on peut, tant qu’on peut le faire. »

« Souma..., » toujours inquiète, Liscia avait mis une main sur l’épaule.

« Bien sûr, j’ai également l’intention de rester au maximum en sécurité, » lui avais-je assuré. « Nous avons aussi l’équipement que nous avons apporté du royaume. Je demanderai à Aisha de m’escorter. Je veux que tout le monde attende sur le sol. Naden, je veux que tu laisses aussi Aisha monter sur ton dos. Est-ce que cela peut se faire ? »

Après tout, j’avais entendu dire que les dragons ne laissaient que leurs partenaires monter sur le dos.

Naden y avait réfléchi pendant un moment. « Hmm, je n’aime pas ça, mais... Aisha est la partenaire de mon partenaire, donc je suppose qu’on peut aussi la traiter comme ma partenaire ? Rappelez-vous juste qu’elle ne recevra pas ma protection, alors elle a intérêt à être bien attachée, d’accord ? »

Carla avait croisé les bras et avait gémi. « “La partenaire de mon partenaire est ma partenaire”, n’est-ce pas ? Il semble que je ne peux pas vous accompagner. Je ne peux pas non plus voler dans ce genre de vents. Je voulais faire quelque chose pour vous aider... »

« Il n’y a rien à faire, vu la situation, » avais-je dit. « Aisha, désolé de t’obliger à faire ça, mais protège-moi. »

« Je suis déjà celle qui vous protège, votre kochiji ! » déclara Aisha en frappant sa poitrine avec fierté.

Liscia avait pris sa main. « Aisha, occupe-toi de Souma pour moi. »

« Lady Liscia... D’accord ! S’il vous plaît, laissez-moi faire ! » Aisha avait posé son autre main sur celle de Liscia.

Maintenant... Pour l’instant, c’était à peu près tout, n’est-ce pas ? Chacun s’était vu attribuer son rôle... Attends, hein ? J’avais regardé mes camarades et j’avais remarqué quelque chose.

« Hein ? Où est allé Hal ? » demandai-je.

« Hein ? Maintenant que tu en parles... il n’est pas là. » Liscia regarda autour d’elle sans relâche. Il n’y avait que six personnes dans cette pièce : Liscia, Aisha, Naden, Carla, Kaede et moi. Où Hal était-il allé ?

« À propos de ça..., » déclara Kaede, semblant ne pas vouloir en dire plus. « Il a des préparatifs à faire, vous savez ? Donc il est resté hors de cette réunion. »

« Préparations ? » avais-je demandé.

« Eh bien, euh... Pensez-y comme une assurance, au cas où quelque chose arriverait. » Kaede avait répondu d’une manière qui impliquait une signification plus profonde.

Peut-être que Kaede préparait quelque chose au cas où une situation inattendue se produirait. Kaede possédait une grande clairvoyance, donc si elle préparait quelque chose pour nous aider, c’était rassurant.

« Je ne vous donnerais pas d’espoir, vous savez... (Est-ce que Hal va s’en sortir... ? Est-ce qu’il a bien compris ce que sa proposition signifiait lorsqu’il l’a acceptée, n’est-ce pas ?) »

« Hm ? Votre voix est devenue inaudible à la fin, » avais-je dit.

« ... Non, ce n’est rien, vous savez, » déclara Kaede en secouant précipitamment la tête.

Je n’ai pas vraiment compris, mais... eh bien, peu importe.

« Quoi qu’il en soit, tout le monde, je compte sur vous », avais-je dit.

 

☆☆☆

 

« Alors, pourquoi portes-tu ce truc, Souma ? » demanda Liscia, me regardant avec dégoût, alors que nous nous préparions à entrer dans la masse nuageuse.

J’étais déguisé avec le costume de kigurumi. Dans ses mains se trouvait un naginata, sur son épaule un chapelet de perles de prière, et sur son visage un tissu de soie sous laquelle se trouvaient deux adorables yeux en forme de glands. C’était l’une des poupées de Petit Musashibo (grand) que je n’avais pas moi-même portées depuis l’époque où j’avais bu avec Juno et son groupe. Ce Petit Musashibo était l’une des pièces d’équipement que j’avais transporté depuis le royaume, au cas où les choses tourneraient mal.

« Je t’ai dit que j’avais l’intention de me protéger autant que possible, n’est-ce pas ? » J’avais ouvert la tête en grand et je m’étais tourné vers Liscia.

Celui que j’avais porté avant était le type dans lequel on entrait par un trou dans le dos, mais sur celui-ci, la tête s’ouvrait vers le haut comme le couvercle d’un cuiseur à riz. Il était nettement plus facile à enfiler et à enlever que les précédents. Même maintenant, je travaillais sur des mises à jour encore plus simples.

« Même si ça ressemble à ça, j’ai dépensé plus d’argent que je n’aurais dû le faire dans de bons matériaux, donc c’est plus solide qu’une pièce d’armure moyenne, est-ce que tu t’en rends compte ? Il est hautement pare-flèche, pare-balles, résistant au froid, résistant à la chaleur et aux acides. Tu peux combattre les monstres des donjons dans ce truc. De plus, mes Poltergeists Vivants fonctionnent sur lui, donc c’est très facile pour moi de le déplacer. »

« Toujours... *Soupir*, je me sens stupide de m’inquiéter. » Liscia se tenait la tête.

On n’avait pas fait ça depuis longtemps. Quand nous nous étions rencontrés pour la première fois, j’avais l’impression que Liscia était entraînée par ce que je faisais, et elle tenait constamment sa tête.

Eh bien... elle avait de la compagnie maintenant...

« Quelque chose ne va pas, » murmura Naden en me voyant dans mon équipement de kigurumi. « J’ai toujours rêvé d’avoir un chevalier sur le dos. Alors pourquoi dois-je laisser cette créature mystérieuse voler avec moi... !? » Elle aussi se tenait la tête.

« Non, non, je ne veux pas entendre ça d’une créature mystérieuse comme un ryuu, » répliquai-je.

« Je vais voler avec toi portant ce truc !? N’est-ce pas un peu trop étrange ? » demanda Naden.

« ... »

Dendera, dendera, un ryuu vole à travers la mer de nuages. Sur son dos se trouve un Petit Musashibo profondément satisfait.

... Ouais. En imaginant cela, j’avais ressenti une vague de fantasy mystérieuse et sauvage.

« C’est une urgence, » avais-je dit. « Sois indulgente avec moi, s’il te plaît, » demandai-je.

« Argh..., bien, j’ai compris, » répondit Naden.

« Aisha, de ton côté, es-tu prête ? » l’avais-je appelée.

« Quand vous voulez ! » Avec son épée habituelle par-dessus son épaule, Aisha m’avait fait un signe de tête ferme.

Parce que nous allions traverser le vent et la pluie, Aisha portait une cape imperméable qui couvrait tout son corps par-dessus son équipement léger habituel.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire