Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Chapitre 7 – Partie 3

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 7: La tempête

Partie 3

Souma avait saisi mon épaule en affichant un regard très sérieux. « Je pense que tu en as assez dit. Naden, si tu vas plus loin, tu te dévaloriseras. »

Quoi ? Ne te mets pas en travers de mon chemin. J’avais balayé la main de Souma, puis je lui avais répondu avec rage. « Hein !? De toute façon, quelle est ma valeur !? Que je puisse voler même si je n’ai pas d’ailes ? »

« Non, » répondit-il.

« Ma valeur, est-elle que je sois capable de voler dans la tempête ? Alors, il faut que je vole, est-ce ça ? » demandai-je avec rage.

« Non, » répondit-il.

« Alors, qu’est-ce que c’est censé être !? » criai-je sur Souma.

« Ton cœur n’est pas fixé sur la valeur des choses. C’est ce qui te rend précieuse, Naden ! » Souma avait de nouveau posé ses mains sur mes épaules alors qu’il le disait avec fermeté, mais également une certaine douceur.

Il m’avait serrée fortement, donc cela m’avait fait un peu mal. Mais cette douleur... m’avait finalement ramenée à la raison.

« Ta capacité à voir le bien dans les choses, peu importe ce que les autres disent d’eux, c’est ton charme, Naden ! Ainsi, tu peux faire énormément de choses. Cela te permet de lire des romans d’amour du monde extérieur, et même regarder les émissions du Joyau de Diffusion de la Voix de l’Empire. Tu es même capable de t’entendre avec un total étranger comme moi, qui est soudainement sorti de nulle part, comme si ce n’était pas grave. Tu te fous de ce que les autres pensent. Tu fais ce que tu veux. Ton esprit libre et ordinaire est ce que j’aime chez toi. Ce n’est pas un autre dragon avec qui j’ai décidé de former un contrat, c’est toi, Naden ! »

Je m’étais tue.

L’entendre dire qu’il m’aimait m’avait rapidement refroidi la tête. Non, c’était plutôt le contraire. Elle s’était mise à bouillir. Mon visage était devenu brûlant. Ma bouche s’était ouverte et fermée comme un poisson haletant pour capter de l’air, et aucun mot n’était sorti.

Souma avait continué comme si cela n’avait pas d’importance. « Si tu piétines la personnalité des autres parce que ta position a changé, tu deviendras ce que tu détestes le plus. Je ne veux pas te voir finir comme ça. »

« S-Souma..., » murmurai-je.

« En plus, tu n’as plus besoin d’endurer les choses en étant toute seule, » déclara Souma.

Ce que j’avais ensuite remarqué, c’était que Liscia et Aisha étaient aussi à nos côtés.

« Naden, tu fais désormais partie de la famille, alors compte sur nous quand tu en as besoin, » avait déclaré Liscia.

« En effet, » Aisha avait acquiescé. « Je ne suis pas aussi intelligente que Sa Majesté et les autres, alors je fais de mon mieux avec mes capacités martiales. Si quelqu’un vous fait du mal, Madame Naden, alors laissez-moi-les trancher avec cette épée. »

Liscia avait fait un sourire ironique, et Aisha avait dit des choses dangereuses tout en présentant un rire chaleureux.

Oh... J’ai compris. J’avais maintenant tellement de personnes, et non pas seulement Pai, qui verraient ma douleur comme la leur. J’étais sûre que je verrais aussi leur douleur comme la mienne.

Je m’étais tournée vers Souma et les autres avant de faire un salut. « Désolée. J’étais un peu en colère en ce moment. »

« Hahahaha ! Eh bien ! Je suis sûr que tu dois laisser sortir ça hors de ton corps de temps en temps, » déclara-t-il. « En plus, nous étions aussi en colère. Allez, remuons un peu le couteau dans la plaie. »

Après avoir dit cela, Souma était allé seul se tenir devant les dragons qui nous regardaient à distance. Hein ? Que prévoyait-il de faire ?

« Je suis le roi Souma Kazuya du Royaume de Friedonia, » Souma s’était soudain nommé devant l’assemblée des dragons.

Il y avait un brouhaha venant des dragons.

« Est-ce qu’il a dit : roi... !? »

« Et de Friedonia !? Ce grand pays à l’est !? »

Il était surprenant que des humains soient venus ici avant la Cérémonie du Contrat, mais en plus, il avait dit qu’il n’était pas du royaume des chevaliers dragons de Nothung, mais le roi de Friedonia.

Même Pai, qui connaissait Souma, s’était écriée : « Attendez, Kazuma est Souma ? Et un roi en plus ? » clignant des yeux en raison de la surprise.

D’une voix majestueuse, Souma avait poursuivi. « À cette occasion, moi, Souma Kazuya, je suis venu former sous la direction de Lady Tiamat un contrat avec Naden ici présente. Il s’agit également d’un moyen de faire face à la tempête. En d’autres termes, Naden Delal deviendra l’une des reines de Friedonia. » Souma fixa ses yeux sur les dragons. « Si l’un d’entre vous s’en prend désormais à Naden, soyez prêts à ce que cela devienne un incident diplomatique. »

Quand il intimidait les dragons comme ça, Souma ressemblait moins au roi d’un pays, et plus au roi des démons. Il avait dit qu’il remuait le couteau dans la plaie, mais c’était trop gros pour être un couteau. C’était comme un pieu, et il le pilonnait à travers eux, le plantant dans le sol, pour s’assurer qu’ils restaient là et qu’ils comprenaient bien la situation. Pour preuve, les dragons étaient paralysés et raides, incapables de dire le moindre mot.

En vérité, il n’était qu’un humain frêle qu’ils auraient pu éjecter de là d’un simple souffle, mais Souma était en ce moment en train de dominer la pièce par sa seule présence. Cela m’avait donné une nouvelle idée de la taille du pays que Souma portait sur ses épaules et des responsabilités qui en découlaient.

Mais Souma n’agissait pas normalement comme s’il voulait utiliser ce genre d’autorité. Ce que je veux dire par là, c’est qu’il avait même utilisé un faux nom quand l’on s’était rencontrés pour la première fois. Si Souma se fiait à son autorité pour les intimider... était-il vraiment très furieux ?

En mon nom, parce qu’ils se moquaient de moi... Non, je suis peut-être trop vaniteuse.

Alors que je pensais à lui comme ça, j’avais vu Ruby, battue et couchée sur le côté, du coin de l’œil. Je m’étais lentement dirigée vers elle.

J’avais ensuite regardé Ruby, qui était allongée sur le sol alors que sa respiration était en pagaille. C’était le contraire de toutes ces fois où elle m’avait regardée depuis le ciel.

Je lui avais posé une question. « Es-tu réveillée, stupide Ruby ? »

« Oui, je suis réveillée, imbécile de Naden, » répondit-elle.

Battue ou non, il semblait qu’elle était encore assez en forme pour répondre du tac au tac. Même dans cet état, Ruby était Ruby. Peut-être parce que je venais de tout relâcher avant ça, je n’avais plus de rancune envers elle. J’aurais dû avoir encore beaucoup de raisons de me plaindre avec elle, mais je ne m’en souciais pas pour l’instant.

« Je dirais que les dragons en ont trop fait, mais tu méritais la moitié de ça », lui avais-je dit.

« Pff... ! »

« Ce que je pense, c’est que tu n’aurais pas pu t’en sortir avec moins que ça. Pourquoi as-tu dit ça par rapport au fait que je me suis enfuie. »

« Si j’avais fait différemment... alors je serais la même chose qu’eux, » déclara Ruby avec indignation. « Tout ce qu’ils font, c’est parler des autres dans leur dos. Je ne veux pas être comme eux. Si je pense quelque chose, je vais te le dire en face. »

« Ça n’a été qu’une nuisance pour moi, » m’étais-je écriée.

Eh bien, puisque cela m’avait donné quelqu’un que je pouvais combattre, cela aurait pu être une meilleure chose que les autres dragons qui avaient gardé leurs commentaires dans mon dos. Après tout, quand je me fâchais, j’avais toujours pu la frapper avec une attaque électrique. Si elle n’avait rien dit de face, je n’aurais pas pu le faire et j’aurais tout gardé en moi.

Ruby avait poussé un petit soupir. « ... Tu l’as si bien réalisé. Tu ressembles à ça, mais tu peux quand même voler. Et tu vas épouser un roi, non ? À quel point es-tu spéciale ? Je ne pourrais pas être plus jalouse que maintenant. »

Jalouse... On aurait dit que ce que Souma avait dit était vrai. Mais même ainsi, je ne savais pas comment réagir à cela. Après tout...

« Tant de fois, j’aurais aimé naître comme un dragon ordinaire comme toi, Ruby, » avais-je dit.

Si j’avais été un dragon ordinaire, je n’aurais jamais subi tout cela. Si j’avais été normale comme Ruby, tout aurait été bien. Mais Ruby avait dit qu’elle m’enviait de voir à quel point j’étais spéciale.

Ordinaire et spécial. Si seulement nos positions avaient été inversées... Mais ce n’était probablement pas si simple. Si j’avais été ordinaire, j’aurais voulu être spéciale, et si Ruby avait été spéciale, elle aurait voulu être ordinaire. Après tout, les individus désiraient être ce qu’ils n’étaient pas.

« Naden... Les choses ne se sont pas bien passées pour nous deux, » avait dit Ruby.

« Ruby, c’est la vie, » avais-je répondu.

Nous avions toutes les deux plissé nos visages avec un sourire ironique.

Franchement... les choses ne s’étaient jamais bien passées.

« Naden, viens avec nous. » Souma m’avait appelée. On dirait qu’il était temps de planifier notre réaction face à la tempête.

« Ils m’appellent, » avais-je dit à Ruby.

« Oui, oui. Va où tu veux. Que ce soit dans les nuages, ou dans le royaume, » déclara Ruby.

Puis, laissant Ruby derrière moi avec sa frustration habituelle, j’avais couru vers Souma.

 

◇ ◇ ◇

 

Oh, bon sang... C’est vraiment horrible..., pensais-je misérablement.

Tout mon corps me faisait mal. Encore emplie de douleur, je m’étais couchée sur le dos en regardant vers le haut.

Moi, Ruby, j’avais été réprimandée pour avoir choisi de me battre avec Naden, et les dragons s’étaient tous regroupés pour m’attaquer. Même quand les dragons étaient arrivés sur moi, j’avais l’impression d’être assez forte, mais les chances étaient trop minces de mon côté.

Les dragons qui m’attaquaient avaient dit des choses horribles sur Naden derrière son dos, mais maintenant qu’ils avaient besoin de son pouvoir, ils s’étaient retournés et m’avaient condamnée.

« Tu méritais la moitié de ça, » les mots de Naden de tout à l’heure m’étaient revenus à l’esprit.

Oui, je le sais, d’accord ?

Le futur mari de Naden avait raison. J’étais jalouse d’elle. J’avais toujours été jalouse de Naden, qui était née spéciale, dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, un endroit où notre système de valeurs était rigide et inflexible et où l’individualité avait tendance à être écrasée par les autres. Je voulais quelque chose de spécial, quelque chose que les autres dragons n’avaient pas, tout comme Naden...

« Tant de fois, j’aurais aimé naître comme un dragon ordinaire comme toi, Ruby. »

Les choses ne se passaient pas comme on le voudrait. En fin de compte, nous avions toutes les deux souhaité ce que nous n’avions pas.

J’avais regardé le plafond qui était si haut que je ne pouvais pas le voir. Les larmes provenant des coins de mes yeux coulaient vers mes oreilles. Oh, bon sang, où est-ce que je me suis trompée... ?

« Ouais, je ne peux pas simplement voir ça comme le problème de quelqu’un d’autre. » Quand j’avais levé les yeux, un jeune homme bien musclé aux cheveux roux me regardait en étant debout. « Quand je vois comme tu as merdé, que tu t’es fait battre par tous et qu’on t’a laissée, après ça, couchée ainsi, cela me fait me rappeler de comment j’étais il n’y a pas si longtemps. J’ai merdé aussi avec Souma, et mon vieux m’a asséné une raclée pour ça. »

Pendant qu’il disait cela, le jeune homme roux se grattait la tête. Puis, s’accroupissant pour pouvoir regarder mon visage pendant que je m’étendais face vers le haut, il avait ri.

« Ah... Ce ne sont peut-être pas mes affaires, mais je vais te donner un conseil. Tu ne peux pas changer le fait que tu as merdé. Il n’y a pas d’annulation possible, » déclara l’homme.

J’étais restée silencieuse.

« Alors, maintenant, comment vas-tu te rattraper ? Il y a des choses dans ce monde que tu ne peux pas rattraper, c’est sûr. Mais si tu peux te racheter, alors tu voudrais le faire, pour ainsi pouvoir gonfler ta poitrine avec fierté, n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

Se racheter, et gonfler ma poitrine avec fierté...

« Parles-tu de se racheter auprès de la personne à qui j’ai fait du tort ? » avais-je demandé à cet homme qui me parlait d’une manière familière.

« Non, pour toi-même, » répondit-il.

Se racheter pour ce que j’ai fait de mal. Pour que je puisse me sentir fière de moi. Je ne savais pas pourquoi, mais pour une raison inconnue, je m’étais retrouvée à accepter facilement les paroles de ce jeune homme. Puis...

 

« Qu’est-ce qui te prend de te conduire si bizarrement, Hal ? » demanda une fille-renarde.

« Quoi, Kaede !? Où est le mal ? Je fais preuve d’un peu de compassion ! » répondit l’homme nommé Hal.

« Hmm…, » la jeune fille aux oreilles de renard le regardait froidement, et le jeune homme aux cheveux roux avait commencé à essayer désespérément de s’expliquer. Il avait l’air un peu cool jusqu’à présent, mais sa panique avait tout gâché.

Parfois, il était cool, et parfois il était loufoque... Il était intéressant à regarder. Et en plus...

« Mais si tu peux te racheter, alors tu voudrais le faire, pour ainsi pouvoir gonfler ta poitrine avec fierté, n’est-ce pas ? »

« Pour toi-même. »

J’avais l’impression que les paroles de ce jeune homme m’avaient guidée. J’avais toujours mon corps endolori, mais je m’étais levée.

« Tu es sûre que tu devrais déjà te lever ? » demanda le jeune homme.

« Si ça fait mal, tu peux rester allongée, tu sais ? » déclara la fille aux oreilles de renard.

C’est vrai, j’avais mal partout, mais... Si je restais allongée ici, je ne pourrais pas gonfler ma poitrine avec fierté pour mon propre bien. Je m’étais donc tournée vers le jeune homme aux cheveux roux, celui que la fille aux oreilles de renard avait appelé Hal. Je m’étais tournée vers Hal et j’avais baissé la tête en disant : « J’aimerais vous demander une faveur. »

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour ce chapitre. Hal est en train de marquer des points aussi. Il aura son harem aussi ^^

  3. Merci pour le chapitre !

  4. Kaede, l'elf noir et ruby ca commence a faire beaucoup pour un future général 🙂

  5. merci beaucoup et un harem de plus ! 🙂

Laisser un commentaire