Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 12 – Chapitre 4 – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 4 : Mio

Partie 2

« Surtout Aisha ? » demandai-je.

Quand je lui avais demandé cela, Mio avait fait un signe de tête. Prenant l’une des longues épées qu’elle avait dans le dos, elle l’avait pointée vers la porte du Colisée et avait dit : « J’aimerais avoir un match avec Aisha dans l’arène de combat du Colisée. »

« Un match ? Pourquoi ? » demandai-je.

« Mon père a toujours cru que “nous disons plus par le combat que par les mots”. » Mio avait tendu le fourreau pour que nous puissions le voir. « Si vous voulez me connaître, Madame Aisha, nous devrions croiser le fer dans un combat d’entraînement. Je peux dire que vous avez des prouesses de guerrier considérables. Pour ma part, je pense que cela fera un bon entraînement pour la finale de demain. »

« Non, mais… » avais-je bégayé.

Avant que je ne puisse en dire plus, Aisha avait répondu. « Alors, on va parler. »

« Aisha ! »

« Laissez-moi faire. Je veux la juger de mes propres yeux. » Aisha m’avait regardé droit dans les yeux. Il semblait que nous avions aussi une volonté de fer de notre côté… Ce que je disais n’avait plus d’importance. Elle n’allait pas m’écouter.

« Bien… Mais fais attention à ne pas te blesser, » déclarai-je.

« Compris ! »

C’est ainsi que nous nous étions retrouvés avec un simulacre de bataille improvisée entre Aisha et Mio.

☆☆☆

Clang ! Clang ! Clang !

Nous étions dans une arène d’entraînement entourée de murs de pierre, avec rien d’autre qu’un sol de sable. Les bruits d’épée qui se heurtaient à une autre épée résonnaient dans l’air alors qu’Aisha et Mio échangeaient coup sur coup.

« Hahhhhhhh ! »

« Yahhhhhhh ! »

Des étincelles s’envolent alors que la grande épée d’Aisha et les deux épées longues de Mio s’entrechoquaient. Elles utilisaient toutes deux des armes d’entraînement émoussées, mais si elles entraient en contact à cette vitesse, celle qui était touchée n’allait pas s’en tirer avec seulement des blessures mineures. J’avais déjà vu Aisha et Liscia s’entraîner, mais ce n’était pas du tout le cas ici.

À l’époque, Liscia avait utilisé la technique pour esquiver, parer et neutraliser les attaques qu’Aisha lui lançait avec une force brute stupide. C’était ce que l’on pourrait appeler une bataille du dur contre le mou. Cependant, Mio, comme Aisha, était aussi très dure.

Cela avait fait de cette bataille un combat de dur contre dur. Les arts martiaux de Mio étaient impressionnants à voir, et bien qu’elle ait affronté Aisha dans un test de force brute, elle n’avait pas été repoussée.

« Urgh ! Je ne peux pas passer à travers !? »

« Comparé à la lourde épée de mon père, ce n’est rien ! »

Quand Aisha avait pris un grand élan avec son épée, Mio avait croisé ses épées longues pour la bloquer et ensuite la faire revenir. Puis elle avait fait deux frappes avec ses épées longues, avec un délai entre les deux. Aisha les bloqua tous les deux avec son épée.

« Vous êtes assez… bonne ! »

« Vous aussi, Madame Mio. »

Les deux femmes avaient échangé des mots tout en se bousculant avec les poignées de leurs armes verrouillées. Peut-être décidant que la grande épée était trop difficile à utiliser alors que son adversaire était si proche, Aisha avait tenu son épée dans sa main droite tout en effectuant un coup de poing avec sa gauche. Mio la bloqua avec son coude.

Ensuite, Mio avait lancé un coup de pied bas, mais Aisha avait levé une jambe pour protéger sa cuisse sans défense. Elles avaient continué à échanger leurs rôles d’attaquant et de défenseur comme cela pendant un certain temps. Naden, Owen et moi, qui observions le combat à distance, étions en admiration totale.

« Wow. Elles se battent avec leurs poings et leurs épées. »

« Je n’ai jamais combattu avec une épée, et même moi je peux dire à quel point leur force est anormale… » Même Naden, qui n’était pas spécialisée dans le combat sous sa forme humaine, était enchantée de la façon dont elles se battaient.

« C’est comme une collision d’âmes. Ce sont toutes les deux de bonnes guerrières, » déclara Owen. Le vieux général, qui était le même type de guerrier dur que les deux femmes, s’était ému à la vue de leur combat. « J’aimerais que vous puissiez vous battre même à un dixième de ce niveau, Sire. »

« Pas question, c’est absolument impossible ! Même si je m’entraînais pendant des années, je ne pourrais pas me battre comme ça ! »

« Il ne faut pas être si découragé. Vous avez un héritier maintenant. Ajoutons d’autres éléments à votre menu de formation. »

Urgh… Ça avait remué un nid de frelons. Mais si les spectateurs avaient pu en parler avec autant de légèreté, c’était parce que les deux combattants avaient l’air d’être égaux.

« Que pensez-vous de cela ? »

« Pas encore ! »

Au fur et à mesure qu’elles rivalisaient de force et de technique, les choses s’échauffaient de plus en plus. Elles se battaient avec des épées, des coups de poing et des coups de pied, sans jamais s’arrêter, pour empêcher leur adversaire d’avoir une ouverture pour utiliser la magie.

« … !? »

L’épée de Mio avait fait tomber la grande épée d’Aisha. Mais c’était une ruse.

« Voilà ! »

Au moment où elle avait été exposée, Aisha avait enfoncé son poing dans le ventre de Mio. Mio avait été envoyée à l’envers, mais elle avait corrigé sa position en plein vol et avait atterri sur ses pieds.

« Guh… ! »

Cependant, des dégâts avaient dû se faire, car elle avait tenu l’endroit où elle avait été frappée et avait fait une grimace. Aisha, pendant ce temps, était restée là, n’effectuant pas un suivi d’attaque.

Alors que je me demandais pourquoi, clac, la ficelle qui retenait les cheveux d’Aisha en une queue de cheval avait éclaté. Ses cheveux argentés étaient tombés.

« … On dirait que je ne vous ai manqué que d’un cheveu, » déclara Aisha.

Mio secoua la tête tout en continuant à saisir son ventre. « Vous m’avez tellement bien frappé que je n’ai pas d’autre choix que d’admettre ma défaite. »

« N’y pensez plus. C’était assez dangereux pour moi aussi. Vous êtes très forte, Madame Mio, » déclara Aisha.

« … C’est une bonne chose que vous n’ayez pas participé au tournoi de Zem, » dit Mio avec un sourire ironique.

« Avec le talent que vous avez, je suis sûre que vous obtiendrez de bons résultats dans le tournoi. » Aisha fronça les sourcils. « Mais… Madame Mio, que voulez-vous souhaiter si vous gagnez ? »

Refusant de dire quoi que ce soit, Mio avait détourné le regard.

« Votre père a dit : “Nous disons plus par le combat que par les mots”, n’est-ce pas ? Il n’y avait pas d’indécision dans votre technique, j’y ai ressenti quelque chose comme une forte conviction. Quelque chose qui n’était pas prisonnier de la rancune et de la haine. » Aisha déposa son épée d’entraînement et s’approcha de Mio. « Si vous avez une rancune contre le pays et Sa Majesté, vous ne pouvez pas avoir une opinion très positive de moi. Je suis sa femme, et je le protégerai quoiqu’il arrive. Pourtant, je ne ressens rien de tel de votre part. Pendant notre match, vous étiez presque comme un enfant, profitant de la chance de tester votre force. Qu’est-ce que vous… »

« … Cela, je ne peux pas le dire. » Mio s’était étirée et s’était tournée vers nous. « Mon souhait est une chose que je dois m’accorder. Si je ne le fais pas, je ne peux pas affronter mon père dans l’au-delà. Je suis sûre que tout deviendra clair quand je gagnerai le tournoi. »

Elle m’avait regardé avec des yeux inébranlables — ils étaient remplis de détermination. La façon dont elle ne bougeait pas une fois sa décision prise était comme Liscia. Était-ce parce qu’elles s’étaient entraînées sous les ordres du même homme ? Si oui, il n’y avait probablement aucun moyen d’obtenir une réponse de sa part.

Finalement, nous avions fini par retourner au château de Zem sans avoir pu en déduire quoi que ce soit.

Cette nuit-là…

Naden s’était retournée sur le côté dans le grand lit, puis avait poussé un soupir. « … On n’a rien trouvé, hein ? »

« Oui. Mais elle ne semblait pas avoir d’émotions négatives, » répondis-je.

Après être rentrés au château de Zem, nous avions regagné notre chambre. Aisha, Naden et moi parlions de ce qui s’était passé là-bas aujourd’hui.

« Pour l’instant, du moins, je pense que le fait qu’elle demande ma tête comme prix… semble peu probable. Elle a le même genre de personnalité bornée que Liscia, j’ai donc du mal à imaginer qu’elle nous cache délibérément ses émotions négatives, » déclarai-je.

« Oui. En fait, elle semblait mal adaptée à ce genre de performance. » Aisha, qui était assise sur une chaise, les bras croisés, était d’accord avec moi. « Dans ce cas… son souhait est-il peut-être de “Restaurer la Maison des Carmines”, ou quelque chose dans ce sens, ? »

« Si c’est tout, je pense que je pourrais probablement l’accorder, » déclarai-je.

Je ne pouvais évidemment pas lui rendre toutes leurs terres, et il faudrait qu’il y ait des conditions, mais restaurer sa maison n’était pas hors de question. Georg avait tout fait correctement en ce qui concerne la rupture des liens avec sa famille, donc Mio et sa mère n’étaient coupables d’aucun crime. Elle aurait probablement le soutien de Glaive, d’Owen et d’autres membres de l’armée, ce qui ne serait pas si difficile.

« Mais si c’était son souhait, Mio n’aurait pas besoin de participer au tournoi. Elle a dû impliquer un autre pays parce que c’est quelque chose qui ne pouvait pas être accordé dans le Royaume, » déclarai-je.

Donc c’est quelque chose que nous ne pouvons pas faire, ou peut-être quelque chose que Mio pense que nous ne pouvons pas faire… ? À quoi pense-t-elle exactement ? Pendant que je réfléchissais à ça…

« Chéri… Se pourrait-il que tu te sentes coupable envers Madame Mio ? » Aisha s’était déplacée et elle me l’avait demandé, et je n’avais pas pu me défendre quand elle avait parlé si soudainement de ça.

« Eh bien, oui… La question de Georg est un problème que je n’ai pas touché depuis que j’ai pris la couronne. Quand je pense à ma responsabilité envers les victimes… C’est compliqué, » répondis-je.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire