Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 1 – Extra

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Histoire Supplémentaire : L’Histoire d’un certain Groupe d’Aventuriers

Les Aventuriers.

En tant que personnes qui allaient contester et nettoyer des donjons et que découvraient de nombreux mystères qui s’y trouvaient, leur profession était remplie d’aventures romanesques.

Cependant, en même temps, ils étaient également des touches à tout concernant les métiers, effectuant ainsi des quêtes délivrées par la guilde (protéger les commerçants, tuer des bêtes dangereuses et plus) en échange de récompenses.

Maintenant, voici quelque chose à propos de ces aventuriers. Elle se trouvait présente parmi les plus récentes légendes urbaines qui se propageait dans Parnam, la capitale d’Elfrieden.

« L’aventurier qui porte un kigurumi. »

On disait que cet aventurier portait en permanence un kigurumi, une sorte de costume couvrant l’intégralité de son corps et qui faisait 1 mètre 70 de hauteur. Son arme était un naginata, posé sur son dos. Il possédait un corps assez rondelet, mais pouvait se déplacer rapidement et était apparemment très talentueux. Il ne formait aucun groupe, prenait en solo des quêtes de subjugation de bêtes dangereuses, mais de temps en temps, s’il y avait un groupe à la recherche de membres temporaires, il les rejoindrait le temps de nettoyer un donjon.

Par ailleurs, son nom enregistré dans la guilde était Le "Petit Musashibo".

***

« Hm... Alors, vous êtes l’aventurier qui entre temporairement dans notre équipe ? » Demanda un guerrier homme, empli de doute.

Un kigurumi se tenait là, debout devant le tableau de quête de la guilde. Il se trouvait devant un groupe de quatre aventuriers (composition de l’équipe : un guerrier, un prêtre, une voleuse et une magicienne).

Dans les mains de Kigurumi se trouvait un naginata, et sur son dos, un panier en osier. Son visage était recouvert de soie blanche (en fait, il était cousu), et ses yeux en forme de gland ainsi que ses sourcils épais qui faisaient surface étaient adorables.

Qui était-ce ? Était-il un bonhomme de neige ? Était-ce une poupée à fond rond ? Non, c’était le Petit Musashibo !

« ... » (Le Petit Musashibo brandissait les bras autour de lui, signifiant : « C’est vrai. »)

« Oh. Se pourrait-il que vous soyez l’aventurier kigurumi dont les personnes ont parlé ces derniers temps ? » Demanda Dece. Il était l’épéiste mâle avec un visage attrayant qui n’aurait pas été hors de propos dans un Boy Band.

« ... » (Petit Musashibo hocha la tête.)

« Et vous êtes maintenant... ? » L’expression de Dece était devenue un peu tendue.

Compte tenu de l’apparence du Petit Musashibo, cette réaction était à prévoir. Le reste de ses camarades étaient également déconcertés.

« Alors, venez. Je sais que nous manquons de personnes en première ligne, mais cela signifie-t-il vraiment que nous devons amener une personne comme elle avec nous ? » demanda une belle jeune fille dont les yeux provocants laissaient une forte impression. Sa voix était pleine de venin. Cette fille avec des cheveux légèrement redressés était la voleuse, Iuno. Les aventuriers, appelés des voleurs, n’étaient évidemment pas de véritables voleurs. Il s’agissait d’un rôle de soutien dans une équipe qui détectait les ennemis et désamorçait les pièges dans le donjon et ils pouvaient aussi se battre dans la mêlée.

Le prêtre, Febral, la réprimanda. « Et bien, sa tenue est peut-être ridicule, mais tout ce que j’ai entendu de lui indique qu’il est un aventurier fiable. Je ne pense pas qu’il devrait y avoir de problèmes. Nous ne sommes pas là aujourd’hui pour aller au plus profond du donjon, alors la difficulté est censée être d’un niveau accessible pour les débutants. »

Son rôle de prêtre était vraiment ce que les gens appelaient des guérisseurs. Il n’avait pas vraiment de croyance religieuse derrière ça.

« Oh, c’est sûr. Quel est le danger ? En plus, il est tellement mignon !!! » Cette douce beauté aérienne, la magicienne Julia, commença à se frotter lubriquement contre le Petit Musashibo, jouissant de sa douceur. Le Petit Musashibo semblait gêné par cette action.

Avec un rire sec en voyant cette scène, Dece tendit sa main vers le Petit Musashibo.

« Dans tous les cas, c’est un plaisir de travailler aujourd’hui avec toi. » (Dece)

« ... » (Le Petit Musashibo tendit lui aussi une main.)

« ... Seriez-vous capable de parler ? » (Dece)

« ... » (Le Petit Musashibo hocha négativement la tête.)

Dece n’avait rien dit pendant un moment. Puis il laissa sortir d’un coup. « Oh, allons-y ! Est-ce que tout va bien aller ? »

Il n’y avait personne qui puisse répondre aux doutes d’Iuno.

Avec Petit Musashibo qui les avait rejoints, le groupe se dirigea vers un passage souterrain de la capitale. Apparemment, ces tunnels avaient été créés à l’origine pour permettre l’évasion de la famille royale au cas où une attaque ennemie atteignait la capitale. Pour cette raison, pour confondre les intrus, les passages avaient été construits tel un labyrinthe complexe de trois niveaux.

À cette occasion, les aventuriers recevaient une quête leur demandant d’"Explorer les passages souterrains et investiguer sur les créatures qui y vivent (et, si possible, leur élimination)".

Parce que ce pays avait été sans guerres ni chaos depuis l’époque de l’ancien roi, le roi Albert, l’importance de ces tunnels avait diminué et ils n’étaient plus correctement entretenus. En conséquence, des rats géants et d’autres créatures énormes avaient rapidement élu domicile ici. Avec la situation à l’intérieur des tunnels, il n’aurait pas été hors de propos de les appeler un donjon.

Maintenant, voici la question concernant ces tunnels souterrains. Apparemment, le roi récemment intronisé voulait les réutiliser, et pour cette raison, avait fait placer cette quête dans la guilde. Jusqu’à ce que les passages souterrains soient sûrs et sécurisés, toutes les personnes étaient invitées à s’occuper de cette mission. La récompense offerte dépendait des créatures chassées. Il s’agissait là d’une quête à faible risque et faible récompense bien adaptée aux débutants.

Le groupe d’aventuriers, comprenant maintenant le Petit Musashibo, progressait dans ces tunnels.

Dans l’air froid et humide, une Iuno irritée poussa la tête du Petit Musashibo.

« Hé, ne laissez pas cette personne debout se tenir à l’avant ! Elle bloque ma ligne de mire ! » (Iuno)

« Avoir un combattant de première ligne restant dans le dos serait inutile, » Répliqua Dece. « On va faire avec. »

Après que Dece ait dit ça, Iuno fit claquer sa langue de mécontentement. C’était ce qui s’était passé.

Un serpent géant apparut soudain devant les aventuriers. Le serpent de dix mètres de long et trop gros pour qu’on puisse envelopper ses bras autour de lui. Il releva la tête, sifflant de manière menaçante envers les aventuriers. Immédiatement, Dece et Musashibo se déplacèrent.

« Nous allons gérer la ligne de front ! Tous les autres, soutenez-nous depuis derrière ! » (Dece)

« ... » (Petit Musashibo effectuer un rapide coup d’œil.)

À l’instant suivant, le serpent géant attaqua. Il voulait Dece. Mais là, le serpent ignora le Petit Musashibo pour une raison quelconque, essayant seulement d’attaquer Dece.

« Attends. Pourquoi s’en prend-il uniquement à moi !? » Cria Dece.

« !? » (Petit Musashibo fut confus.)

Permettez-moi d’expliquer la raison. Comme les serpents cherchent leur proie en détectant leur chaleur corporelle, il ne pouvait rien détecter en provenance de Petit Musashibo, qui était juste un kigurumi.

Dece encaissa un coup de queue du serpent géant et, bien qu’il avait réussi à la bloquer avec son bouclier, il fut poussé en arrière. Tout en profitant de l’occasion favorable, le serpent se glissa entre les deux, attaquant les trois personnes se trouvant à l’arrière. La première à être ciblé fut Iuno, qui jouait le rôle de soutien dans le milieu du groupe.

« Wôw. Pourquoi ignore-t-il le kigurumi et vient-il directement sur moi !? Je ne peux pas supporter les serpents ! » (Iuno)

Il semblait que l’attaque soudaine de serpents avait touché les jambes d’Iuno. Après qu’elle soit tombée sur ses fesses, incapable de bouger, le serpent ouvrit sa bouche en s’approchant d’Iuno. À ce moment-là, juste quand elle était sûre qu’elle allait mourir.

Tranche !

Alors que le serpent était sur le point de planter ses crocs dans Iuno, Le Petit Musashibo utilisa son naginata pour couper en deux le serpent. Avec une coupe au centre, séparant ainsi sa tête de sa queue, les deux moitiés du serpent continuèrent à se débattre pendant un moment avant de finir par cesser de bouger.

Petit Musashibo déplaça rapidement son naginata afin de nettoyer le sang se trouvant dessus.

Après avoir retrouvé ses sens, Iuno déclara timidement au Petit Musashibo, « M-Merci beaucoup... »

« ... » (Le Petit Musashibo lui fit un coup d’œil avant de faire une petite tape sur la tête d’Iuno.)

Quand elle vit que le Petit Musashibo ne se vantait nullement, mais qu’il s’inquiétait pour elle, Iuno posa une main sur sa poitrine. Elle devait avoir été terriblement effrayée se dit-elle, parce que son cœur était encore en pleine folie, et cela pour une raison inconnue.

C’est un type bizarre. Mais il ne semble pas être un méchant...

Après avoir réévalué son opinion sur cet homme, Iuno courut afin de rattraper le reste de son groupe.

L’équipe continua son exploration. Quand ils entrèrent dans le deuxième niveau, les attaques de créatures géantes devinrent seulement plus intenses. Maintenant, ils n’étaient pas seulement confrontés à des ennemis solitaires, mais ils affrontaient des groupes.

« ... » (Le Petit Musashibo découpa un essaim de chauves-souris géantes avec une attaque tourbillonnante.)

« Ho, c’est vraiment magnifique. » (Dece)

« ... » (Petit Musashibo leva le pouce en l’air.)

« ... Hm ? Hé... » (Dece)

« ... » (Petit Musashibo inclina la tête vers le côté, comme pour dire : « Quoi ? »)

« Tu sais, il y a un certain nombre de petits monstres accroché sur ton dos. » Déclara Dece.

« !? »(Petit Musashibo regarda autour de lui.)

« Hé... Ici. Je vais les enlever pour toi. » (Dece)

Permettez-moi d’expliquer. Le Petit Musashibo n’avait aucune sensation de douleur, et n’avait donc pas remarqué qu’il était mordu par de nombreuses créatures.

— Quelques minutes plus tard.

Splash ! Splash !

« ... » (Petit Musashibo était tombé dans un trou plein d’eau et se débattait.)

Splash ! Splash !

« ... » (« Dépêchez-vous, aidez-moi » était ce qu’il indiquait aux autres membres du groupe.)

Cette vue fit que Julia et Febral se sentirent étranges.

« Il a l’air de jouer. » Déclara Julia.

« Il semblerait. » Répondit Febral.

« Hé ! Dépêchez-vous et allez l’aider ! » Déclara Iuno. « Allez, vous aussi. Attrapez-le. »

Iuno tendit la main, attrapant le Petit Musashibo. Ayant été sauvé, le Petit Musashibo s’inclina à nouveau devant Iuno.

« ... » (« Merci beaucoup ! Je n’oublierai jamais votre gentillesse », disait-il.).

« V-Vous n’avez pas besoin de me remercier. » Balbutia Iuno. « Je vous le devais pour avant. Il est tout naturel pour les camarades de s’entraider. »

« ... » (« Vous êtes prête à me reconnaître comme étant votre camarade ? » Il devint submergé par l’émotion.)

« Qui cela dérangerait-il ? Allons-y maintenant ! » (Iuno)

« ... » (« Ah, attendez-moi ! » Il courut après Iuno.)

Les pas lents et agiles du Petit Musashibo réduisirent la distance entre eux. Les autres membres de l’équipe étaient stupéfaits.

« Iuno... Est-ce qu’elles parlent vraiment avec ce kigurumi ? » Demanda Dece.

« Selon moi, c’était bien à ça que cela ressemblait, » Confirma Febral. « Cependant, le kigurumi n’a rien dit. »

Julia rit. « Si c’est le cas, alors c’est peut-être le pouvoir de l’amour. »

« « Amour !? » » Les réponses simultanées des deux hommes firent écho dans le sombre tunnel.

— Un peu plus d’une heure plus tard, les aventuriers atteignirent finalement le troisième niveau.

Peut-être avait-il été construit pour être spacieux, car les plafonds se trouvaient à une hauteur de vingt mètres et les chemins étaient bien plus larges qu’avant. Ce troisième niveau était le plus bas des passages souterrains. Bien qu’il y ait eu quelques petits inconvénients en cours de route, leur progression ici était plus facile.

« Ce n’est pas un défi, » Déclara Iuno. « Je peux voir pourquoi ils ont dit que c’était au niveau des débutants. »

« ... » (Petit Musashibo leva la tête vers le côté comme pour dire : « Vraiment ? »)

« Après tout, nous sommes habitués aux monstres se trouvant dans les donjons. » Expliqua Iuno. « Peu importe leur férocité, nous ne perdrons pas face à quelques animaux. »

« ... » (Il la regardait comme pour lui dire : « Vous dites ça, mais vous avez eu horriblement peur de ce serpent. »)

« Celui-ci ne compte pas ! Chacun a des choses dont ils ont peur ! » Explosa Iuno.

« ... » (Il haussa les épaules comme s’il disait : « Bien sûr, je le savais déjà. »)

« Hé ! Si vous avez quelque chose à dire, alors dites-le ! » Ragea-t-elle. « Si je suis sérieuse... »

Le reste du groupe semblait stupéfait alors que les deux se disputaient dans le tunnel souterrain. (Même si Iuno était la seule à parler.)

« Sérieusement, comment fonctionne cette conversation ? » Demanda Dece.

« Je suis enclin à commencer à croire la suggestion de Julia concernant “l’amour”. » Déclara Febral.

Ensuite, ceci arriva.

« Hein !? Vous tous, soyez sur vos gardes ! » Cria Iuno.

L’atmosphère décontractée disparut d’un coup, et tout le monde se plaça en position pour le combat. La façon dont ils pouvaient faire cela comme de tourner une page rendait les aventuriers si impressionnants.

Dece demanda. « Iuno, combien de créatures sont présentes ? »

« Une seule. » Répondit-elle. « Mais elle est extraordinairement grande ! »

Les voleurs possédaient des sens affûtés et donc, ils pouvaient utiliser le moindre bruit ou vibration pour juger avec précision du nombre et de la taille des adversaires se trouvant dans un tel endroit.

« À quel niveau de taille parlons-nous ici ? » Demanda Dece.

« Le serpent géant était minuscule face à lui. » Répliqua-t-elle.

« C’est juste un passage souterrain, n’est-ce pas ? » Demanda Julia. « Pourquoi y a-t-il quelque chose de si gros ici ? »

Febral fut celui qui répondit. « J’ai entendu dire que, dans des espaces souterrains comme celui-ci, les créatures peuvent atteindre des tailles qui seraient impensables dans des circonstances normales. Une fois qu’ils atteignent une certaine taille, elles n’ont plus de prédateurs naturels et, parce que les températures restent à peu près égales toute l’année, plutôt que de mourir, elles continuent à grossir. »

« Donc, vous dites qu’il y a une chose qui avance vers nous et qui est grande comme ça ? » Demanda Dece.

Au moment où ces mots quittèrent la bouche de Dece, l’air sembla comme trembler. Il n’avait nullement fallu les compétences d’un voleur pour savoir que l’énorme chose était presque à leur niveau.

« Il arrive ! » Cria Iuno.

Et la créature apparut devant eux. Son corps massif avait presque atteint le plafond, ce qui était déjà très grand pour un tunnel souterrain. Il possédait une peau gluante et, contrairement à sa bouche qui semblait pouvoir ouvrir démesurément, ses yeux étaient si petits qu’ils ne se rendirent pas compte au départ qu’il s’agissait de ses yeux.

« « « Une salamandre ! » » » Crièrent les quatre personnes à l’unisson.

Une seule personne, le Petit Musashibo déclarant « ... » (« Une salamandre ridiculement énorme ? »), eut une réaction différente des autres.

Dece ne pouvait pas croire ses yeux. « Oh ! Normalement, les salamandres ont tout au plus... heu... peut-être deux mètres de long, n’est-ce pas ? »

« ... » (« Les salamandres de ce monde sont habituellement de la taille d’un dragon de Komodo !? ») Le Petit Musashibo fut surpris, mais personne ne put le remarquer.

« Celui-ci semble avoir plus de dix mètres de long, » Déclara Dece.

« Ils peuvent ainsi devenir si grands... » Febral semblait impressionné. « Cependant, il s’agit là d’une salamandre. Leur muqueuse est très acide. Il serait dangereux d’attaquer avec des armes de mêlée, et il résiste à la chaleur. D’autre part, si nous pouvons le congeler, ce combat pourrait être un combat facile. »

« Nous n’avons personne qui puisse utiliser la magie de glace, » dit Dece. « Si les flammes fonctionnaient, Julia pourrait l’avoir en utilisant sa magie, mais... Et vous, monsieur. Kigurumi ? »

« ... » (« Non. » Il secoua la tête.)

« Eh bien, il n’y a rien d’autre à faire, alors. Courons... » dit Dece, le chef du groupe, appelant à une retraite. « Notre mission était d’explorer et d’enquêter. Il ne faut pas prendre trop de risques. Si nous signalons simplement que nous avons trouvé cette chose, le château devrait pouvoir plus tard envoyer une équipe de subjugations. »

« ... Je comprends ce que tu dis, mais pouvons-nous nous éloigner si facilement ? » Demanda Febral.

Comme l’avait souligné Febral, la salamandre avait les aventuriers en plein de sa ligne de mire.

Dece serra la mâchoire, levant après ça son bouclier puis avança. « Nous allons devoir partir. Febral et Julia sont les plus rapides, alors ils vont y aller en premier. Iuno n’a pas beaucoup d’équipement, alors elle peut y aller juste après eux. Monsieur Kigurumi, puis-je compter sur vous pour assurer l’arrière avec moi ? »

« ... » (« D’accord ! » Dit-il en levant le pouce.)

« D’accord... Allez-y. » (Dece)

Ils se déplacèrent tous lorsque Dece en donna l’ordre.

Febral et Julia avaient alors couru sur le chemin d’où ils venaient, alors que Dece et le Petit Musashibo restaient en arrière, gardant la salamandre en échec. Iuno avait mis ses jambes en fonction, courant dans la zone, rendant ainsi confuse la salamandre. La salamandre avait essayé de foncer sur les deux qui avaient fui, mais, avec Dece et le Petit Musashibo qui lui bloquait la route et les mouvements d’Iuno qui le déconcertaient, elle ne pouvait pas beaucoup avancer. Finalement, elle sembla s’impatienter, car à ce moment-là, la salamandre lâcha un cri avant de frapper avec sa longue queue. Quand ceci se produisit, le mucus attaché à sa queue vola partout.

« Oh ! Un tir ! Tout le monde, regardez bien ! » Cria Dece.

« Argg ! » Julia cria d’effrois.

Le mucus très acide avait plu, touchant les aventuriers. Il s’était collé au bouclier de Dece, à l’armure pectorale d’Iuno, au dos des vêtements de Febral et à la longue jupe de Julia, sifflant et libérant une odeur désagréable, et dissolvant le tissu et le métal.

« Le mucus de Salamandre peut aussi faire fondre la chair ! Enlevez tout équipement sur lequel il y en a ! » Febral cria ça tout en enlevant le haut de ses habits. Quand ils entendirent cela, Dece laissa tomber son bouclier et Julia retira sa jupe, continuant à courir en affichant ses sous-vêtements.

« Attends, il a eu mon armure pectorale ! » Cria Iuno.

« Et bien ! Dépêche-toi de l’enlever ! Si tu ne le fais pas, tu peux déjà oublier tes seins, car tu afficheras bientôt tes côtes ! » Ordonna Dece.

« Arg... » (Iuno)

Avec Dece en train de lui crier dessus, Iuno se dépouilla de son armure pectorale et sa chemise, devant ainsi seins nus. Elle avait alors fait de son mieux pour se couvrir avec son bras droit tout en tenant son épée courte dans la gauche, mais elle devint rapidement d’un rouge vif d’embarras.

« Iuno, vas-y maintenant ! Monsieur Kigurumi, allez-vous bien !? » (Dece)

Une fois que Dece avait confirmé qu’Iuno avait commencé à courir, il regarda vers le Petit Musashibo pour trouver son visage, couvert de mucus.

« Hé ! Que se passe-t-il ? Retirez immédiatement ce kigurumi ! » (Dece)

« ... »

Malgré les soucis de Dece, le Petit Musashibo secoua sa tête en avant et en arrière. Après avoir effectué une observation plus attentive sur lui, il constata que malgré le fait qu’il y avait du mucus sur lui, il ne montrait aucun signe de destruction.

« ... Attendez. Est-ce que votre kigurumi est immunisé aux acides ? » Demanda Dece.

« ... » (Petit Musashibo lui fit un signe affirmatif.)

Permettez-moi d’expliquer.

Pour la "peau" du Petit Musashibo, son créateur avait payé très cher, utilisant ainsi son salaire qu’il avait accumulé et qu’il n’avait pu dépenser ailleurs. Elle était donc spécialement résistante à la chaleur, aux balles, aux lames, à la perforation et de très hautes qualités.

Pendant un moment, Dece se figea, l’air stupide. « Hahahah...! D’accord, alors dans dix secondes, nous allons aussi courir. Soit prêt. ... Trois, deux, un, zéro. »

Arriver à un, les deux personnes se mirent à courir. La salamandre les poursuivit. Cependant, peut-être en raison de la taille si importante de son corps, elle n’était pas très rapide.

Alors que tous pensaient, nous allons bientôt pouvoir nous échapper ! Une fois de plus, la salamandre frappa avec sa queue. Parce que cette fois-ci, elle l’avait fait tout en courant, le mucus fut projeté dans des directions aléatoires.

« Arg ! » Cria Iuno.

« Iuno ! » Cria Dece.

Le mucus n’avait pas frappé Dece ou Musashibo, mais malheureusement il avait touché la jambe d’Iuno. Iuno s’était accroupie, tenant sa jambe serrée. Il semblait qu’elle ne pouvait pas passer à travers cette douleur extrême. À ce rythme, elle allait les rattraper. Et c’est alors que...

« ... ! » (Petit Musashibo courut vers elle.)

« Wôw ! » Cria Iuno.

... Le Petit Musashibo la leva dans ses bras, puis la jeta dans le panier d’osier se trouvant sur le dos. Puis, avec Iuno encore dans le panier, le Petit Musashibo couru avec des pas plus lent qu’avant. Iuno sortit sa tête hors du panier, regardant le visage du Petit Musashibo de profil alors qu’il courait.

« Hum... Merci beaucoup » (Iuno)

« ... » (Petit Musashibo lui fit un pouce vers le haut.)

Alors, après un certain temps, Dece et le Petit Musashibo traversèrent un trou plus étroit.

Après avoir échappé difficilement à la salamandre et être retournés à la surface, les aventuriers firent leur rapport à la guilde. Bien qu’ils n’aient pas réussi à massacrer la salamandre, leur rapport d’observation fut jugé valide, et ils reçurent ainsi une forte somme. Il semblerait que bientôt, une force de subjugation serait envoyée pour traiter les problèmes causés par cette salamandre. Quoi qu’il en soit, la quête était maintenant terminée.

Avec leur récompense en main, le groupe prévoyait de diviser le butin entre eux. Cependant, pour une raison inconnue, le Petit Musashibo n’avait pas voulu prendre de part. Dece n’était pas en mesure de savoir pourquoi.

« Ce n’est pas juste, nous vous le devons pour avoir sauvé Iuno ! Veuillez prendre votre récompense, » Plaida Dece.

« ... » (Petit Musashibo secoua silencieusement sa tête.)

« Êtes-vous vraiment, mais vraiment sûr de ne pas en vouloir ? » (Dece)

« ... » (Petit Musashibo hocha la tête positivement. Puis il bougea pour leur dire « Au revoir. »)

Le Petit Musashibo s’éloigna alors du groupe avec ses larges pas. Julia et Iuno, qui s’étaient déjà changées pour être dans des vêtements propres, regardèrent cet homme partir, affichant des regards égarés sur leurs visages.

« Je me demande, qui était vraiment cette personne ? » Demanda Julia.

« Ne me le demandez pas. » Dis Iuno. « Est-ce que c’était vraiment une personne ? »

« Je parie qu’il s’agit d’une petite fée qui se trouve à l’intérieur. » Taquina Julia.

« J’en doute. » Répondit Iuno. « Mais, s’il y avait... Je suis sûr que... »

Oui, je suis sûr que dans ce cas il s’agit d’une bonne fée, Pensa Iuno.

Et ainsi, le Petit Musashibo disparut, laissant derrière lui un mystère. Le mage pensait-elle correctement et était-ce réellement une fée ?

Et ainsi, une autre légende urbaine naquit dans la capitale.

***

Au sein de la grande salle de bain commune se trouvant à l’intérieur du château de Parnam.

Ici, il y avait le torse d’un Petit Musashibo de grande taille qui trempait dans une baignoire, Souma qui lavait l’acide et la boue, et Liscia qui le regardait avec un regard froid dans ses yeux.

« ... Est-ce simplement mon imagination, ou est-ce encore plus grand que lorsque je l’ai vu la dernière fois ? » Demanda-t-elle.

« L’autre fois, c’était juste un prototype, » expliqua-t-il. « Je l’ai utilisé comme modèle lorsque j’ai envoyé la demande afin de trouver des artisans se trouvant dans la ville du château. »

« Ha ! Ne me dites pas que l’“Aventurier Kigurumi” dont parlent les rumeurs partout dans la ville est... » (Liscia)

« Oui, c’est probablement cette chose... Attendez Liscia ? Pourquoi faites-vous ce regard effrayant ? » (Souma)

« Tout d’abord, le mannequin, maintenant ça ! Essayez-vous de convaincre la population que Parnam est la capitale du démon ? » Cria-t-elle.

« Ha, ça fait mal... ! Arrêtez, woaashhhh ! » (Souma)

Quand Liscia lui lança le seau, Souma recula, tombant en arrière dans un bain d’eau froide avec ses vêtements toujours sur lui. Alors qu’il était dans l’eau, Souma pensa à tout ce que le Petit Musashibo avait connu aujourd’hui comme expérience.

Je n’aurais jamais imaginé qu’il y avait une créature géante comme celle-ci sous la capitale. Je suis content que nous ayons pu le trouver avant que les rapports sur les dommages ne commencent à arriver, mais j’ai quand même mis en danger Iuno et ses amis.

Il avait supposé avec optimisme que même les aventuriers débutants devaient être en mesure de s’occuper des animaux sauvages qui y vivaient, alors il avait agi ainsi, réglant le niveau de difficulté trop bas. Et des aventuriers avaient été à deux doigts de subir une mort inutile lors d’une quête qu’il avait créée. La raison pour laquelle il n’avait pas pris la récompense à la fin était qu’il avait l’impression que c’était la moindre de chose après les problèmes qu’il avait causés à Iuno et aux autres.

... Bien que la plus grande raison soit qu’il serait idiot d’accepter la récompense pour une quête qu’il avait lui-même créée.

Quoi qu’il en soit, je dois vraiment réfléchir à ce qui s’est passé aujourd’hui. Bien que...

« Hum... Merci beaucoup » Dit Iuno.

Quand il se rappela le visage d’Iuno quand elle avait dit cela timidement, alors que le Petit Musashibo la portait, les coins de la bouche de Souma se levèrent un peu.

... L’aventure elle-même était amusante. J’espère que je vais avoir la chance de le faire à nouveau.

C’est ce que pensait Souma alors qu’il était assis là, trempé dans l’eau sale.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

3 commentaires




  1. 0



    0

    Merci pour le chapitre.




  2. 0



    0

    Merci pour le chapitre, et merci pour cette semaine, la rentrée fut bien plus facile ainsi.




  3. 0



    0

    Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire