Gakusen Toshi Asterisk – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : Les fils de la méchanceté

Partie 1

« Saya ! Kirin ! »

Ayato avait fait irruption dans la salle de préparation pour trouver les deux filles affalées sur le canapé. Elles étaient enveloppées de tant de bandages que cela faisait presque mal de les regarder, mais heureusement, elles semblaient avoir échappé à toute blessure grave.

« Bon sang — Vous allez bien ? Ils vous ont certainement fait un numéro. » Julis, suivant les talons d’Ayato, arborait une expression inquiète qui démentait ses dures paroles.

« … Pas de réels dégâts. Nous aurions pu continuer, s’ils n’avaient pas eu nos emblèmes, » murmura Saya, l’air renfrogné. Elle avait tourné la tête vers eux.

Ayant regardé le match, Ayato avait reconnu la bravade de Saya. C’était plus ou moins une affaire à sens unique une fois qu’Ardy avait combiné ses parties avec Rimcy. Non pas que Saya et Kirin n’avaient aucune chance, mais l’issue du match avait été décidée après la blessure de Kirin et la défaillance du Waldenholt de Saya. Le duo s’était battu férocement après cela, mais la force impressionnante d’Ardy les avait submergées.

Pourtant, Saya avait dit la vérité, dans un sens. Les deux filles avaient continué à se relever, peu importe le nombre de fois où elles avaient été mises à terre. Si leurs emblèmes n’avaient pas été détruits, elles auraient bien pu continuer à se battre jusqu’à ce que leurs corps le soient.

« Je n’aurais jamais imaginé que les Grues liées pouvaient être brisées comme ça… » Kirin soupira avec un faible sourire, la voix remplie de frustration. « Je suis désolée que vous ayez eu à voir un match aussi décevant. Je ne sais pas comment faire face à Flora — elle nous encourageait… »

Flora avait regardé le match depuis les sièges d’admission générale, mais n’était pas encore arrivée dans la salle de préparation.

« Ce n’était pas du tout décevant », dit Ayato. « De plus, je ne pense pas qu’un humain puisse briser les grues liées de cette façon. »

En tant que personne ayant fait l’expérience directe de la technique, il pouvait en dire autant. Pour commencer, les coups de katana de Kirin étaient puissants. Tout ce que quiconque se défendant contre les Grues liées pouvait faire était simplement de dévier ses attaques. Ayato ne pouvait même pas imaginer la force physique nécessaire pour faire voler Kirin elle-même.

« Non — je n’ai jamais été aussi douloureusement consciente de ma propre inexpérience que je le suis maintenant. En fin de compte, je comptais trop sur les grues. Je dois repenser ma stratégie à un niveau plus fondamental… » La voix de Kirin était rauque en raison de l’autorécrimination tandis que ses poings se serraient.

Ayato se força à ravaler les mots de réconfort qu’il était sur le point d’offrir. Parfois, une consolation imprudente pouvait conduire un combattant vaincu encore plus loin dans le désespoir. « De toute façon, vous deux devez vous reposer et guérir, » dit-il à la place. « Vos examens médicaux n’ont rien révélé, n’est-ce pas ? »

Ceux qui perdaient un match de Festa devaient passer des examens médicaux (alors que c’était facultatif pour les gagnants). Les blessures graves pouvaient entraîner une hospitalisation, mais comme les Genestellas se soignaient si rapides, seuls les premiers soins étaient généralement nécessaires.

« Rien de grave, » répondit Kirin. « Bien que si je le devais dire, ma jambe droite est un peu… »

« Oh — ça fait mal ? » demanda Ayato.

« Oh, non. Le médicament fonctionne maintenant… Mais merci de t’en préoccuper. » Kirin lui avait fait signe de ne pas s’en faire.

Elle est vraiment courageuse, pensa Ayato. « Et toi, Saya ? »

« … J’ai mal partout. Mais détruire autant de mes Luxs est bien plus douloureux. »

C’était une réponse qu’il aurait pu attendre de son amie d’enfance.

« On te vengera en finale, alors, repose-toi tranquillement, » dit Julis. « Pas vrai, Ayato ? »

« Bien sûr, j’aimerais vraiment… mais je ne peux rien promettre après avoir vu ce match. » Ayato s’était tourné vers elle, grave.

En effet, en matière de maniement de l’épée, Kirin était de loin supérieure à Ayato. Il ne serait pas si simple de battre un adversaire qui pourrait l’écraser — même avec un Orga Lux.

« Quelle bravoure, Riessfeld ! » dit Saya en se redressant avec un air de stupéfaction. « Si tu peux dire ça après avoir vu notre match, tu dois être une vraie idiote, ou tu as quelque chose dans ta manche… »

« Je n’ai pas d’idées, pas contre un monstre comme celui-là, » dit Julis sans ambages.

« … Donc ce que tu dis, c’est que tu es une vraie idiote ? »

« Je pourrais bien l’être. C’est un grand chelem que je cherche, tu te souviens ? Ne faudrait-il pas que je sois une idiote pour envisager une fantaisie aussi folle ? »

Les yeux de Saya s’étaient agrandis, mais elle avait souri. « … Je ne discute pas. Tu ne peux pas échouer pour ta première Festa. »

« C’est exact. »

Julis avait tendu son poing, et Saya avait cogné le sien contre lui.

« … Alors c’est à toi de décider, » dit Saya.

« Bien. Nous avons ceci. »

Ayato avait souri faiblement en observant leur échange du coin de l’œil — puis son expression était rapidement redevenue sérieuse.

Après s’être combiné avec Rimcy, la force d’Ardy dans le match de demi-finale avait été d’un autre monde. Il semblait trop fort.

Était-il vraiment possible de devenir aussi fort simplement en combinant certains équipements ?

Quelque chose en lui est familier d’une certaine façon…

Alors que ses pensées s’emballaient, Ayato avait tourné son regard vers l’entrée. À ce moment précis, dans la salle de presse au bout du couloir, l’interview des gagnants avait lieu.

 

 

+++

« Bon sang, ces journalistes sont tellement insistants, je n’en reviens pas. En plus, je dois retourner réparer Ardy et Rimcy, rien que ça, » grommela Ernesta en sautant dans le couloir vers la salle de préparation.

« … »

Même si elle se plaignait, elle souriait, ce qui contrastait fortement avec une Camilla silencieuse et maussade à côté d’elle, dont les chaussures claquaient à vive allure.

Camilla était comme ça depuis le début de l’interview des gagnants. La presse avait dû se demander pourquoi un membre de l’équipe gagnante était d’aussi mauvaise humeur.

« Allez, Camilla, n’es-tu pas encore prête à te réjouir ? Il n’y avait pas beaucoup de choix possibles. Nous aurions pu perdre si nous ne l’avions pas utilisé. »

« … »

Ernesta devança son compagnon aux lèvres serrées et se retourna pour regarder son visage.

Mais Camilla ne ralentit pas et passa plutôt devant Ernesta, avec l’intention de l’ignorer.

Ernesta laissa échapper un profond soupir, le sourire s’effaçant de son visage. « … Camilla, tu as toujours su que ce jour viendrait, n’est-ce pas ? »

À ce moment, les pas de Camilla s’étaient finalement arrêtés.

Ce n’était pas très juste de la part d’Ernesta de mettre ça sur le tapis, mais elle devait le faire. « Toi et moi, nous essayons d’aller à deux endroits différents. Bien sûr, nous voyagerons ensemble pendant un certain temps, mais à la fin, nous devrons prendre des chemins séparés. Tu le savais, et tu as quand même aidé. N’est-ce pas ? »

« Ce n’est pas… » Camilla s’était retournée et avait commencé à dire quelque chose, mais s’était ravisée.

Ernesta soupira de nouveau. Elle était reconnaissante de la gentillesse de son amie, mais il était temps de mettre les choses à plat. « Ton objectif ultime est la polyvalence parfaite. En d’autres termes, tu veux fabriquer des armes que n’importe qui — n’importe quel humain — peut manier avec facilité. N’est-ce pas ? »

« C’est le cas. » Camilla acquiesça après une courte pause.

« Mais des armes comme ça n’existent pas. Elles ne peuvent pas. En fin de compte, toutes les armes dépendent dans une certaine mesure de la personne qui les manie. »

Alors, quelle était la solution ? Elle était simple : créer une nouvelle entité — quelque chose de non humain — pour manipuler l’arme.

Les marionnettes étaient la solution.

Une marionnette peut manier n’importe quelle arme, aussi complexe soit-elle. Tout ce qu’un humain avait à faire était de donner un ordre.

« Cependant, pour y parvenir, » poursuit Ernesta, « les marionnettes n’ont pas besoin d’une sensibilité de niveau humain. En fait, elles ne doivent pas l’avoir. Si c’était le cas, elles seraient exactement comme les humains. »

L’objectif d’Ernesta était différent.

Ce qu’elle voulait, c’était créer de ses propres mains des entités égales aux humains à tous égards — des marionnettes autonomes qui pouvaient rire, pleurer, se réjouir et grandir.

Elle avait donc tremblé d’émotion en regardant la croissance d’Ardy pendant le match de demi-finale, sachant que cétait exactement ce qu’elle poursuivait depuis tout ce temps.

L’objectif ultime d’Ernesta était qu’un jour, les marionnettes comme la sienne obtiennent les mêmes droits que les êtres humains.

Avec un sourire triste et ironique, Camilla regarda Ernesta, une pointe de nostalgie dans les yeux. « Te souviens-tu de la première fois que nous nous sommes rencontrées ? » demanda-t-elle.

« Bien sûr que je me souviens. Je veux dire, la moitié de ton corps a été soufflée, Camilla. Ce n’est pas le genre de chose qu’on oublie, » répondit Ernesta avec un rire hautain.

Camilla accompagnait ses parents lors d’une excursion professionnelle dans une zone de conflit lorsqu’ils avaient été attaqués par un groupe d’insurgés antigouvernementaux. Les parents de Camilla avaient engagé des escortes armées, mais elles étaient bien inférieures en nombre. Ses parents avaient perdu la vie, et Camilla elle-même avait subi des blessures mortelles. Ses parents s’occupaient de Frauenlob à ce moment-là, et elle avait été transportée dans un de leurs laboratoires.

Ernesta, déjà connue pour être un prodige hors pair, effectuait des recherches sur les marionnettes dans ce même laboratoire. Si la technologie permettant de régénérer des parties du corps humain était largement disponible, le temps nécessaire à la culture des organes ne permettait pas de l’appliquer en cas d’urgence. Ernesta avait donc utilisé son expertise pour sauver la vie de Camilla.

Bien qu’elle ne l’ait pas demandé avec autant de mots, Ernesta était sûre que c’était à cause de ce passé que son amie insistait autant pour développer des armes que tout le monde pouvait utiliser. Les parents de Camilla avaient essayé de se battre avec les armes que leurs gardes portaient, mais ils n’étaient même pas capables de les activer correctement.

En outre, les parents de Camilla avaient été des civils ordinaires. Même avec l’utilisation de ces armes, ils n’auraient pas fait le poids face à des insurgés entraînés au combat. En fin de compte, les armes dépendaient entièrement de leurs utilisateurs. Quelle que soit la polyvalence de l’appareil, cela resterait une vérité inéluctable.

C’est pourquoi Camilla avait poursuivi les marionnettes comme une solution.

Plus que quiconque au monde, Camilla se méfiait des êtres humains.

« Oui. La moitié de mon corps est une marionnette que tu as fabriquée pour moi. Et j’ai juré de te donner la moitié de ma vie en retour. »

« Oui, et je l’ai pris. » Ernesta hocha la tête innocemment.

« C’est pourquoi… je ne vais pas critiquer ton rêve. Certes, mon objectif n’est pas le même — mais c’est une autre conversation. »

« Alors, pourquoi es-tu si en colère ? »

Les yeux de Camilla s’étaient illuminés à ces mots. « C’est ma colère en tant qu’ingénieur ! Combien de fois te l’ai-je dit ? Cette chose est trop dangereuse pour être utilisée en combat réel ! Et j’avais raison d’avoir peur ! Il suffit de voir les pics anormaux dans ces relevés ! » Camilla avait tapé sur son appareil mobile, ouvrant une fenêtre aérienne qui affichait de nombreux graphiques. « Il n’y a aucune chance que nous puissions gérer autant de puissances de sortie ! Nous étions à deux doigts de perdre le contrôle ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire