Gakusen Toshi Asterisk – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 4

***

Chapitre 2 : Asterisk, la ville des guerres académiques

Partie 4

« Voici le nouvel étudiant boursier, Ayato Amagiri. Soyez gentil avec lui, okay ? »

C’est plutôt superficiel quant à la présentation. Un peu de considération ou d’empathie auraient été agréables, pensa Ayato, alors qu’il était un étudiant transféré inquiet de s’intégrer dans sa nouvelle classe. Il jeta un coup d’œil à la femme qui se tenait à côté de lui. Mais Kyouko Yatsuzaki, professeur principale depuis 10 années, classe 3, ne lui avait que fait un faible signe du menton, comme pour dire : « Bon, suivant. »

Elle était mince et grande, avec des yeux affûtés... en vérité, des yeux vicieux seraient une description plus précise. Sa façon de parler et de se comporter n’était pas du tout pédagogique et, pour parler franchement, elle était quelque peu vulgaire.

Ce qui ressort le plus d’elle, c’est un objet qu’elle tenait : une batte de baseball avec des clous enfoncés dedans. Ayato pouvait voir qu’il était bien conçu. C’était un article qui invitait des sentiments contradictoires — d’un côté, il était très curieux au sujet des taches rouge foncé dessus, et d’autre part, il ne voulait vraiment pas savoir du tout.

« Dépêchez-vous ! Je n’ai pas toute la journée devant moi, » avait-elle souligné.

« Oh oui, madame. Je suis Ayato Amagiri. Bonjour, » déclara Ayato.

Ayato n’avait lui-même pas mieux réussi cette introduction brusque, alors peut-être qu’il n’était pas approprié pour lui de la juger.

Ses camarades de classe le regardaient avec des expressions diverses. Certains étaient intrigués, d’autres étaient complètement désintéressés, d’autres l’inspectaient, et d’autres étaient encore prudents...

En effet, une certaine fille avait tourné son regard vers Ayato avec un regard très compliqué, mais il pouvait le comprendre.

« Alors, votre siège... Oh, nous y voilà. Il y a un bureau vide à côté de notre amie qui joue avec le feu. Prenez celui-là, » déclara Kyouko.

« Qu’est-ce que vous dites ? Qui joue avec le feu ? » Face aux paroles de Kyouko, la fille — qui devait être Julis — s’était levée avec son visage qui rougissait d’un rouge vif.

« Hehehehe. De qui d’autre pourrais-je parler, Riessfeld ? Je n’arrive pas à croire que vous fassiez une comédie comme ça dès le matin. Si vous étiez mis au défi, ce serait une chose — mais ce n’est pas le moment pour une élève de la Première Page de commencer à se battre délibérément. Nous ne sommes pas à “Le Wolfe”, vous savez, » déclara Kyouko.

Avec un petit bruit de colère, Julis avait pris place à contrecœur dans l’avant-dernière rangée. À côté d’elle se trouvaient deux sièges vides adjacents.

« Qui aurait cru qu’on serait dans la même classe ? » fit remarquer Ayato en s’asseyant à côté d’elle.

« Si c’est une blague, ce n’est pas drôle, » Julis s’était écrasée sur son bureau et soupira lourdement. Ce n’était certainement pas un accueil des plus chaleureux.

Imperturbable, Ayato essaya de nouveau. « Nous avons eu une matinée mouvementée, mais... J’espère que nous nous entendons mieux à partir de maintenant. »

Julis le regarda du coin de l’œil. « Je vous dois une dette. À votre demande, je ferai quelque chose pour vous aider une fois. À part ça, je ne vous donnerai pas de temps de ma journée, » puis elle s’était détournée de lui de manière catégorique.

... D’accord, alors...

« Oooh, rembarré, » d’un siège derrière lui, une voix à moitié sympathique et à moitié taquine s’était fait entendre.

Ayato se tourna pour voir un garçon avec un sourire amical sur un visage bien marqué, tenant sa main. « Après tout, c’est la princesse, alors que peux-tu faire face à ça ? »

Tandis qu’Ayato offrait sa propre main, l’autre garçon la serrait avec joie et vigueur.

« Je suis Eishirou Yabuki. Je suis ton colocataire, du moins, c’est ce qu’on m’a dit, » déclara le jeune homme.

« Colocataire ? Oh, tu veux dire dans le dortoir ? » demanda Ayato.

« C’est exact. La plupart de nos logements sont en double occupant, » répondit Eishirou.

« Donc tu avais la chambre pour toi tout seul jusqu’à maintenant ? Désolé de te couper l’espace en deux, » déclara Ayato.

« Ne t’inquiète pas pour ça. Plus on est de fous, plus on rit, » Eishirou était un jeune homme joyeux.

Ayato ne pouvait pas être sûr quand ils étaient assis, mais Eishirou semblait avoir une tête de plus que lui. Il se comportait comme un gamin, mais sa corpulence et ses expressions semblaient bien adultes. La cicatrice assez visible sur sa joue gauche n’avait fait qu’ajouter à son charme contradictoire.

« Quoi qu’il en soit, si je partage ma chambre, j’espérais que ce serait avec quelqu’un d’intéressant, » déclara Eishirou.

« ... Je ne suis pas si intéressant que ça, » répondit Ayato.

« Oh, voyons. Tu as fait un duel avec une Première Page le matin de ton premier jour, puis tu as agressé la Princesse en la plaquant au sol devant toute une foule. Pas besoin d’être si modeste, » déclara Eishirou.

Pour sa part, Ayato n’avait pas l’intention d’être modeste. Il aurait pu passer une heure à s’expliquer sur ces événements, mais il semblerait que la rumeur l’avait devancé et qu’une certaine impression de lui s’était déjà infiltrée dans le corps étudiant.

Et en effet, à peine la leçon était terminée qu’une petite foule s’était formée autour d’Ayato.

« Hé, Amagiri, n’est-ce pas une drôle de période de l’année pour un transfert ? Qu’est-ce que tu faisais à l’école où tu étais avant ? »

« Alors pourquoi as-tu affronté la princesse en premier lieu ? Je ne trouve aucune information à ce sujet ! »

« Non, non, non, non — nous voulons entendre parler de ta romance ! Cette ouverture intense ! Allez, dis-nous tout ! As-tu craqué pour elle au milieu d’un duel ? Les douleurs de l’amour interdit ? »

« Arrêtez donc ! Oublions ces ordures — dites-nous comment battre la Princesse ! Comment évitais-tu ces attaques ? »

« Il a raison. Pour être honnête, je n’aurais jamais pensé que tu tiendrais si longtemps. »

D’un autre côté, certains étaient beaucoup plus insensibles.

« Hah. N’est-ce pas évident ? La Rose de Glühen se retenait ! »

« C’est vrai, c’est vrai. Ses mouvements, son temps de réaction —, tout à fait médiocre selon les standards de cette ville. À ce rythme, il n’arrivera jamais au Tableau Nominatif. »

« En quoi est-il un étudiant boursier ? Est-ce que nos découvreurs de talents ont besoin d’un examen des yeux ? »

Et ainsi de suite.

Cela se répétait à la fin de chaque période de classe, de sorte qu’au moment où l’école avait été finie pour la journée, Ayato était complètement épuisé.

« Pffww... »

Le soleil de fin d’après-midi s’était répandu dans la salle de classe où il s’était affalé dans son siège.

Eishirou l’avait tapoté sur l’épaule. « Longue journée, hein ? Ça doit être dur d’être aussi populaire. »

« Eh bien, j’ai tout de même pu apprendre des choses, » répondit Ayato.

« Oh ? Comme quoi ? » demanda Eishirou.

« Pour commencer, je ne suis pas du tout le plus populaire, c’est Julis, » Ayato jeta un coup d’œil au bureau à côté du sien et haussa les épaules théâtralement. Celle qui occupait ce bureau avait disparu depuis longtemps, ayant quitté au moment où la leçon avait pris fin. « Aucun d’entre eux ne s’intéresse à moi. Ils voulaient juste entendre parler du type qui avait fait un duel contre Julis. N’est-ce pas ? »

« Ooh ! Très perspicace ! » avait applaudi Eishirou, lui donnant un regard très approbateur.

« Mais ce ne serait-il pas plus facile s’ils le demandaient directement à Julis ? » demanda Ayato.

« Oui, c’est plus facile à dire qu’à faire. Ce n’est pas vraiment facile de lui parler, tu sais ? » déclara Eishirou.

« Maintenant que tu en parles, elle ne semble pas très accessible, » répondit Ayato.

Pourtant, se souvenant de son sourire alors qu’elle lui prenait ce mouchoir, Ayato ne pouvait pas imaginer qu’elle était le genre à rejeter tout contact humain.

« Eh bien, je ne sais pas pourquoi, » déclara Eishirou, « mais la Princesse garde les gens à plus d’une longueur de bras, c’est sûr. D’ailleurs — . »

« Oh, attends. Je me sens bête de demander ça maintenant, mais est-ce que “Princesse” est son surnom ou quelque chose comme ça ? Tout le monde semble l’appeler comme ça, » demanda Ayato.

« Euh, en quelque sorte, mais... c’est aussi une vraie princesse en chair et en os, » répondit Eishirou.

« Hein ? » Ayato ne pouvait pas croire ce qu’il venait d’entendre. « Une princesse... comme une princesse de conte de fées ? »

« Ouais. Le genre qui est maudit par une sorcière maléfique et réveillée par le baiser d’un prince, est offert en mariage à des fins politiques, vient d’un royaume magique, est attaqué par des orcs et des tentacules. Une princesse, quoi ! » déclara Eishirou.

Ayato pensait que quelque chose n’allait pas très bien dans la dernière partie, mais il pouvait comprendre ce qu’Eishirou voulait dire.

« Tu sais qu’après l’Invertia, des pays à travers l’Europe ont commencé à revenir aux monarchies ? Eh bien, je suppose que pour une fondation d’entreprise intégrée, il devait être pratique d’avoir une royauté en tant que figure de proue pendant qu’ils prenaient le contrôle politique et économique. C’est la première princesse héritière d’un pays appelé Lieseltania. Son nom complet est Julis-Alexia Marie Florentia Renate von Riessfeld. C’est dans le registre des familles royales européennes, » répondit Eishirou.

« Wôw... Tu en sais beaucoup sur elle, » déclara Ayato.

« Eh bien, c’est mon affaire. Je suis dans le club de presse, » Eishirou avait souri triomphalement.

« Mais pourquoi une princesse se bat-elle dans un tel endroit ? Les princesses ne s’asseyent-elles pas avec grâce ? » Ayato se demandait ça, se rappelant qu’il avait failli être brûlé ce matin même. Certes, elle avait de l’élégance, de la dignité et du style, mais sa volonté de se battre semblait un peu excessive.

« Ça, je ne sais pas. En fait, j’adorerais moi-même le lui demander, » Eishirou avait hoché la tête sérieusement et s’était ajouté à lui-même, « Ce serait certainement du contenu à la une... »

Puis il avait continué, « Bien sûr, vu qu’elle est aussi jolie, forte et une princesse de surcroît, personne ne la laisserait seule. Elle est venue à cette école l’année dernière, et si tu penses que ce que tu as eu aujourd’hui était monstrueux, ce n’était rien comparé à la Fièvre de la Princesse. Avant que tu ne puisses cligner des yeux, elle était entourée d’une foule de gens qui la bombardaient de questions. »

« Je peux parfaitement l’imaginer, » déclara Ayato.

« Et ensuite, que crois-tu qu’elle leur a dit ? Tais-toi ! La ferme ! Je ne suis pas un spectacle à contempler ! » déclara Eishirou.

« Je peux également imaginer ça, » répliqua Ayato.

« Eh bien, la plupart des gens l’ont évitée après cela, mais il y en avait qui n’aimaient pas son attitude. Ainsi, un groupe de personnes l’a défiée dans un duel les uns après les autres — et elle les a tous fait chuter. Avant que quelqu’un ne sache ce qui se passait, boum, elle était une Première Page, » expliqua Eishirou.

Cela semblait naturel. Ayato savait, après l’avoir affrontée au combat, que Julis possédait une maîtrise considérable. Il ne pouvait pas imaginer qu’il y avait beaucoup d’étudiants plus forts qu’elle, pas mêmes ici à Asterisk.

« Et voilà, tu as compris. Une princesse qui se tient tellement à l’écart que tout le monde s’éloigne d’elle. Il n’y en a pas beaucoup qui ont le cran de la regarder de face et de lui parler, » déclara Eishirou.

« Euh... Mais est-ce qu’elle a des amis ? » demanda Ayato.

« Pas un seul. À ma connaissance, en tout cas... Désolé. Attends une seconde, » Eishirou avait levé une main pour interrompre la conversation et avait sorti l’appareil mobile vibrant légèrement de sa poche. « Hé, quoi de neuf, chef ? »

Une fenêtre transparente s’était matérialisée avant de révéler une femme avec une coiffure courte qui s’était immédiatement lancée dans une diatribe. « Ne me réponds pas “Hé, quoi de neuf, chef” ! Je t’ai dit que j’avais besoin de cette preuve à la première heure ce matin ! Qu’est-ce que tu fous là ? »

« Oh, c’est de ma faute ! Quelque chose d’autre est arrivé ce matin —, » répondit Eishirou.

« Je n’ai pas besoin de tes excuses ! Ramène ton cul ici ! Dans cinq minutes, sinon... ! » La fenêtre s’était fermée avec un blip.

Eishirou affichait un sourire penaud et se gratta le nez. « Eh bien, tu as entendu ça. Je ferais mieux d’y aller. »

« De toute façon, je devrais aller au dortoir, » déclara Ayato.

« C’est vrai. On se retrouve là-bas, » déclara Yabuki.

« Oh, attends... Yabuki ! » Au moment où Eishirou quittait la salle de classe, Ayato lui avait jeté l’objet qu’il tenait dans ses mains.

« Hein ? » Surpris, Eishirou l’avait attrapé, puis avait souri en voyant ce que c’était. « Oh. Alors tu avais donc compris, hein ? »

« Je suppose que je devrais te remercier, même si je n’en suis pas tout à fait sûr, puisque Julis m’aurait peut-être laissé partir sans problème si je n’avais pas eu cette chose, » c’était un activateur Lux — pas celui que Claudia lui avait donné, mais celui qu’Ayato avait emprunté plus tôt ce matin-là.

« Comment savais-tu que c’était moi ? » demanda Eishirou.

« Hmm. Je suppose que c’est ta voix qui t’a trahi, » répondit Ayato d’une manière joviale.

Eishirou le fixa d’un regard vide pendant un moment. « Me dis-tu que tu te souviens de ma voix, d’un type dans la foule, dans une situation comme ça ? »

« Ma grande sœur m’a toujours dit de rendre tout ce que j’emprunte, » déclara Ayato.

« Hahaha ! Après tout, tu es plutôt intéressant, » Eishirou fit trembler de rire ses épaules, essayant de dissimuler le fait que ses joues brûlaient. « Hé, Amagiri. Crois-tu vraiment que tu n’aurais pas pu gagner ce duel ? »

« Non. Pas comme je me trouve maintenant, » répondit-il. C’était la simple vérité.

« Hmm. Comme tu es maintenant, hein ? » Peut-être satisfait de cette réponse, Eishirou sortit tranquillement de la salle de classe.

Ayato avait regardé la porte que l’autre venait de franchir pendant un moment, puis avait poussé un profond soupir. « Cette école va être beaucoup plus dure que je ne le pensais... »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire