Gakusen Toshi Asterisk – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : Asterisk, la ville des guerres académiques

Partie 1

« Bien que l’Académie Seidoukan reconnaisse le droit de nos étudiants de tenir leurs propres duels, je crains de devoir annuler celui-ci, » une fille aux cheveux blonds-platine éblouissants avait émergé de la foule.

Elle était belle d’une manière calme et douce — tout à fait différente de Julis. Si Julis avait la beauté luxuriante et radieuse d’une rose en pleine floraison, la beauté de cette fille était profonde et paisible comme un lac tranquille. C’est peut-être la raison pour laquelle elle semblait beaucoup plus mûre que Julis, même si elles avaient probablement le même âge.

« Claudia. Qu’est-ce qui te donne exactement le pouvoir d’intervenir ? » demanda Julis.

« Julis, ce sera bien sûr selon mon autorité en tant que présidente du Conseil des Étudiants de l’Académie de Seidoukan, » la fille appelée Claudia avait souri avec douceur et posa sa main sur l’écusson de l’école. « Par le pouvoir qui m’est conféré en tant que représentante du Lotus Rouge, je déclare nul et non avenu ce duel entre Julis-Alexia Von Riessfeld et Ayato Amagiri, » les blasons de l’école de Julis et Ayato, rougeoyant jusqu’à ce moment, étaient redevenus normaux.

« Maintenant, vous êtes en sécurité, Monsieur Amagiri, » avait ajouté Claudia en riant amicalement.

« Oufff... » Je suis enfin hors de danger. Ayato avait essuyé la sueur de son front et avait poussé un profond soupir. « Merci... euh, Mademoiselle la Présidente... ? »

« C’est exact. Claudia Enfield, Présidente du Conseil des Étudiants de l’Académie de Seidoukan. Je suis enchantée de faire votre connaissance, » déclara-t-elle.

Elle tendit doucement sa main, et Ayato se hâta de la secouer.

De près, il pouvait voir que Claudia était époustouflante de beauté, ce qui donnait envie de la regarder. Mais sa caractéristique la plus accrocheuse était la poitrine ample qui mettait à rude épreuve la coupe de son uniforme scolaire. Ces courbes étaient assez généreuses pour inspirer le respect. Il n’aurait pas été très délicat de le signaler, mais Julis ne pouvait pas être comparée à Claudia à ce niveau-là.

 

 

Julis, quant à elle, semblait bien moins que satisfaite du récent jugement et avait fixé Claudia d’un regard noir. « Je ne crois pas que même la présidente du Conseil des Étudiants puisse intervenir dans un duel sans raison valable. »

« Mais il y a une raison. Savais-tu que c’est un nouvel élève transféré ? Ses données ont déjà été entrées dans le système, donc son blason l’a jugé admissible au duel. Cependant, il y a encore quelques détails techniques à régler avant que son transfert ne soit complet. Ce qui signifie, à proprement parler, qu’Ayato Amagiri n’est pas encore un étudiant de l’Académie de Seidoukan, » expliqua Claudia en douceur sans briser son sourire. « Les duels ne sont autorisés que lorsque les deux parties sont des étudiants inscrits. Et donc ce duel n’est pas valable. Tout cela est parfaitement logique, ne le penses-tu pas ? »

Julis avait fait un petit bruit de frustration et s’était mordu la lèvre inférieure. En se basant sur le fait qu’elle n’avait pas fait de réplique, elle semblait comprendre qui avait raison.

« Eh bien, maintenant que nous avons éclairci tout cela... Tout le monde, s’il vous plaît, partez de là. Vous ne voudriez pas être en retard en cours, » face à l’insistance de Claudia, la foule s’était dispersée. Certains avaient été déçus par la conclusion peu intéressante du duel, mais apparemment ce n’était pas assez pour se plaindre auprès de la présidente du Conseil des Étudiants.

« Oh ! » s’écria Ayato, se souvenant de la flèche. L’assassin qui avait ciblé Julis aurait pu être parmi les spectateurs. Il n’avait peut-être pas encore bien compris les règles de l’école, mais une attaque aussi sournoise aurait dû les enfreindre.

Et si on laissait le coupable s’enfuir ? pensa-t-il. « Euh —, attendez, juste un —, »

Alors qu’Ayato commençait à hausser la voix, Julis avait saisi son épaule. « Laissez tomber. Qui que ce soit, il est parti depuis longtemps, » elle secoua la tête avec un sourire cynique. « D’ailleurs, il n’est pas inhabituel qu’un élève de la Première Page soit ciblé. »

« Elle a raison, » Claudia était d’accord. « Malheureusement, de tels incidents ne sont pas rares. Pourtant, c’était aller trop loin. Il est hors de question qu’un tiers tende une embuscade à un étudiant engagé dans un duel. Je vais demander au Comité de Discipline d’effectuer une enquête. Dès que la partie responsable sera identifiée, elle sera sévèrement punie. »

Ayato avait été un peu déconcerté par l’implication quant au fait que Claudia avait aussi vu la flèche. Il y avait bien plus que quelques étudiants dans la foule, mais il doutait que quelqu’un d’autre parmi eux ait remarqué l’attaque. Si Claudia avait pu voir cette attaque au milieu d’une explosion de flammes, alors elle aussi n’était pas une étudiante ordinaire.

« Quoi qu’il en soit, euh, merci... pour ça, » Julis s’était soudain mise à balbutier, se tournant vers Ayato avec un regard embarrassé. Par « ça », elle devait signifier le fait qu’Ayato l’avait sauvée de la flèche.

« Oh non — ce n’était rien... mais..., » commença-t-il.

Tout s’était passé si vite qu’il n’avait pas d’autre choix. Pourtant, c’était vrai — il l’avait plaquée au sol, et même si c’était involontaire, on ne pouvait nier qu’il l’avait touchée d’une manière inexcusable.

Cette douceur inattendue sous sa main était encore dans son esprit lorsqu’il lui demanda timidement : « ... Êtes-vous encore plus en colère contre moi ? »

Julis, pour sa part, avait détourné les yeux alors qu’un léger rougissement illuminait ses joues. « Je ne peux pas dire que je ne suis pas en colère, mais vous m’avez sauvée. »

Elle est vraiment le type juste et honnête, pensa Ayato.

Bien qu’elle ne semblait pas tout à fait prête à lui pardonner, elle hocha la tête avec fermeté. « Même moi je peux comprendre qu’il s’agissait d’un cas de force majeure. »

Ce n’était vraiment rien à voir avec l’incident du mouchoir. Ayato avait eu juste assez de temps pour agir — pas pour y penser. Le prana pouvait renforcer les défenses physiques de l’organisme, mais ce n’était pas suffisant pour se protéger contre une attaque d’un tireur d’élite.

« Alors, disons que je vous dois une dette, » lui avait dit Julis.

« Une dette ? » demanda-t-il.

« Oui. C’est assez simple, n’est-ce pas ? » demanda Julius.

Une dette était certainement assez simple à comprendre, mais cela semblait un peu étrange pour Ayato.

« Tu ne changeras jamais, n’est-ce pas ? » déclara Claudia avec une légère exaspération. « Je pense que ta vie serait plus facile si tu étais un peu plus honnête avec tes sentiments. »

« Mêle-toi de tes affaires, » répliqua Julis. « Je suis assez honnête comme je suis, et ma vie est parfaitement réussie. »

« Oh, alors ta recherche d’un partenaire pour ton équipe doit se dérouler sans problème ? » demanda Claudia.

« Euh... Eh bien... » Julis baissa maladroitement son regard. Elle ne voulait pas en dire plus, mais elle était trop facile à lire.

« La date limite pour l’inscription à la Festa est dans deux semaines. Tu n’as plus beaucoup de temps, » déclara Claudia.

« Je... Je le sais ! Je trouverai quelqu’un ! » Julis virevolta, les épaules serrées de colère, et retourna au dortoir.

« Oh, ma chère, » Claudia suivait Julis du regard comme une mère regardant un enfant irritable qui s’éloignait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour ce chapitre !

  2. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire