Ecstas Online – Tome 3 – Prologue – Partie 1

+++

Prologue

Partie 1

Asagiri courait, tenant son épée pour sauver ses compagnons qui étaient tombés derrière elle.

Elle était courageuse, mais de mon point de vue, qui connaissait la vérité, je ne pouvais que dire que c’était imprudent. Asagiri n’avait pas remarqué que Satan avait détruit les données de cet homme. Mais même si elle l’avait su, Asagiri aurait fait de même. C’était le genre d’individu qu’est Asagiri.

Devant le champ de vision d’Asagiri se trouvait un monstre qui aurait dû devenir un monstre purgé du système nommé Satan.

Un monstre. Un mot utilisé facilement dans ce monde. Parce que tout, du bas niveau au haut niveau, était traité comme un monstre. Finalement, utiliser ce mot semblait insignifiant. Cela donnait l’impression d’être du menu fretin. Après tout, il s’agissait de ces existences qui donnaient de l’XP.

Mais celui-ci était différent.

Un kaibutsu.

Un bakemono.

À l’origine, c’était des mots pour nommer des êtres extraordinaires qui dépassaient la connaissance humaine et que la puissance humaine ne pouvait pas égaler.

L’être appelé Satan, qui était apparu soudainement, était digne d’être appelé comme ça.

Mais il y avait un mot plus approprié que ceux-là.

─ Un Roi-Démon.

Il possédait un corps géant d’environ deux fois la taille d’Hellshaft, un corps qui semblait contenir l’énergie de l’activité volcanique en lui. L’extérieur semblait être fait de lave durcie. Les cornes qui s’étendaient des côtés de son visage vers l’avant étaient faites pour intimider. Et des ailes géantes de chauve-souris se trouvaient sur son dos.

Son allure était vraiment celle du diable. Une présence sinistre, féroce, désespérée et écrasante qui donnait l’impression d’avoir façonné et rassemblé tous les cœurs méchants, les ambitions, les désirs, la colère, les péchés et la méchanceté des gens.

Un souverain éphémère qui régnait en tant que roi d’Infermia pendant un certain temps avant qu’Hellshaft ne soit nommé roi des démons. Le Roi-Démon Satan.

Asagiri frappa Satan.

Au pied de Satan, une lumière fumeuse s’éleva du cadavre d’un PNJ piétiné et mort. C’était comme si Satan émettait une aura.

Le cadavre du personnage avait disparu, se transformant en particules de lumière au bout d’un moment. Cependant, le phénomène qui se produisait sous mes yeux n’était pas seulement un effet normal de mort. Cette lumière était le résultat de la désintégration des données qui composaient le personnage. Les textures, le modèle et le code du programme s’effondraient, se désintégraient et disparaissaient pour devenir des particules. Les réutiliser comme données n’était plus possible, il s’agissait là d’une vraie mort.

La fumée rougeoyante qui enveloppait Satan était comme la haine des morts et comme l’encens sacrificiel qui célébrait la résurrection de l’ancien Roi-Démon Satan. Et Asagiri était sur le point d’en faire partie.

J’avais commencé à courir vers Asagiri et j’avais crié.

« Stooooop ! Asagiriiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !! »

Pourquoi le Roi-Démon Hellshaft s’inquiète-t-il pour Asagiri ? Pourquoi essayait-il désespérément de l’arrêter ? Si quelqu’un me demandait cela, il n’y a aucun doute qu’il aurait de tels soupçons. Mon jugement calme tentait de m’arrêter, mais ma voix avait échappé à mon contrôle.

Mais ma voix ne l’atteignait pas.

Un grand bruit avait grondé et avait noyé ma voix.

« Guuooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo ! !! »

C’était un son que je n’avais jamais entendu. Une voix qui ressemblait à un son destructeur qui frottait les rochers les uns contre les autres et continuait à les écraser.

Satan étira son cou et poussa un rugissement, ouvrant sa bouche déchirée jusqu’aux oreilles.

C’était une voix qui semblait automatiquement attiser la peur chez ses auditeurs. De nombreuses rangées de crocs acérés poussaient à l’intérieur de l’énorme bouche ouverte. Ma colonne vertébrale trembla, et des sueurs froides remontèrent à la surface de tout mon corps.

J’avais couru et j’avais tendu la main vers Asagiri.

Cependant, Asagiri endura le choc du rugissement et sauta proche de Satan. L’épée d’Asagiri était prête à frapper, et au moment où elle fut à porter, l’épée mortelle frappa avec un timing parfait.

« Foudre ! »

À ce moment-là, Satan avait agité son bras.

« — ! »

Ce n’était pas un mouvement qui essayait de tuer son adversaire. Ce mouvement léger était quelque chose que l’on faisait pour chasser un insecte. Cette frappe sans force propulsa loin le corps d’Asagiri.

« Asagiri ! »

L’épée brisée tourna dans l’air et le corps d’Asagiri vola vers moi à une vitesse incroyable.

« … ! »

J’avais quand même réussi à attraper son corps dans mes bras, mais à ce moment-là, mon corps fut lui aussi projeté vers l’arrière.

« Guuh ! »

Mes jambes fermement plantées glissèrent sur le sol, creusant la terre. Bien que je l’aie attrapée, les points de vie d’Asagiri avaient été grandement diminués par le choc violent.

« Euh… Hell… shaft ? »

Asagiri avait gémi de douleur.

« Est-ce que tu vas bien, Asa ─…, » commençai-je.

C’est quoi, ça ?

J’avais haleté devant la transformation de l’équipement d’Asagiri. Les vêtements et l’armure simple qu’Asagiri avait revêtus se désintégrèrent. Comme le PNJ piétiné par Satan, il se désintégrait dans les chaînes de caractères des ressources et des programmes qui les composaient.

C’est bien ça….

En perdant sa durabilité, cet équipement était « mort ».

À ce moment, tout mon corps avait frémi. J’avais attrapé Asagiri par le cou, et j’avais arraché ses vêtements.

« Kyaaaaaaaaaaaaaaah ! »

J’entendis le cri d’Asagiri, mais je n’y prêtai pas attention. Si cette disparition ne s’étendait pas seulement à l’équipement, mais aussi à celui qui le portait ─, cela ne semblait pas être le cas, mais c’était possible.

Asagiri pourrait finir par disparaître comme ces PNJs et mourir réellement.

J’avais arraché la veste et la ceinture d’Asagiri.

« Que faites-vous ? Arrêtez ! Pervers ! »

Asagiri faisait rage dans mes bras. Sans m’en soucier, j’avais arraché sa jupe et je l’avais jetée. Il semblerait que ses sous-vêtements soient en sécurité. Alors que je me sentais soulagé, j’avais vu par hasard que les bretelles du soutien-gorge blanc avaient disparu.

Merde ! Pardonne-moi, Asagiri !

J’avais attrapé le devant du soutien-gorge d’Asagiri et l’avais arraché de toutes mes forces. La poitrine qui était maintenue avait bondi vers l’extérieur. Les seins blancs et magnifiques tremblaient beaucoup, et même la partie rose pâle à leur extrémité était exposée.

« Hyaaaaaah !? »

Asagiri avait tout de suite caché sa poitrine d’une main.

« V-Vous… »

Avec les yeux emplis de larmes, elle avait levé au-dessus de sa tête l’épée qui avait été séparée et soufflée par Satan. Cependant, l’épée était brisée et ne pouvait plus jouer son rôle. Infliger des dégâts, c’est… ?

L’épée avait progressivement commencé à se désintégrer à l’endroit où elle avait été brisée et la disparition était sur le point de toucher les mains d’Asagiri qui tenait la poignée.

« Enlève tes mains de l’épée ! Asagiri ! »

« Eh ─ ? »

Asagiri m’avait fixé avec des yeux emplis de surprise.

« Kuh ! »

J’avais frappé la main d’Asagiri sur un coup de tête et envoyé l’épée voler.

« Aïe ! A- Attends ─. »

Asagiri avait suivi du regard l’épée qui avait été envoyée voler. Elle étendit inconsciemment sa main, mais ne put atteindre l’épée qui était tombée au sol. Et la poignée de l’épée qui s’était désintégrée se refléta dans les yeux d’Asagiri.

« Qu… qu’est-ce qui se passe ? » demanda-t-elle.

Pour Asagiri, cela devrait être un phénomène qu’elle n’avait jamais remarqué auparavant. Au fur et à mesure qu’elle déplaçait son regard, les bouts d’équipement d’Asagiri éparpillés sur le sol disparaissaient également, devenant des chaînes de caractères de ressources et de programmes.

« Que… qu’est-ce que vous avez fait ? Hellshaft ! » me demanda-t-elle en criant.

« Ce n’est pas moi. C’est lui. »

J’avais tourné la tête et Asagiri avait suivi mon regard. Ce qui se trouvait devant ses yeux était le diable en personne.

« L’ancien Roi-Démon, Satan. »

« L’ancien Roi-Démon… ? » répéta-t-elle.

À ce moment-là, j’avais entendu plusieurs bruits de pas venant de derrière.

« Hellshaft-sama ! Vas-tu bien ? »

Quand je m’étais retourné, j’avais vu une elfe noire qui me regardait avec des yeux apparemment inquiets.

« Satanachia… n’aie crainte. »

« Roi ! »

« Votre Majesté ! »

Immédiatement derrière elle, il y avait Adra et Grasha. Et enfin, Forneus, venue du ciel, se posa sur le sol.

« Ah ! Hellshaft, il porte encore une humaine dans ses bras ! Bon sang, Forneus veut aussi être portée dans tes bras ! »

Non, ce n’est pas possible maintenant !

Grasha s’était tourné vers Satan, et il avait dit, en crachant les mots. « Ah, c’est celui qu’on a vu au cimetière souterrain, non ? Pourquoi est-il vivant et bouge-t-il ? »

Adra avait dégainé son épée rouge faite de son propre sang tout en replaçant la position de ses lunettes.

« Dans tous les cas… il n’est pas différent d’une cible à éliminer. »

« Attendez ! » criai-je.

« Mon Roi ? »

Même ces types étaient identiques à l’équipement d’Asagiri. S’ils étaient tués par Satan, leurs données seraient détruites et ils disparaîtront. Je ne pourrai plus les voir. Je ne pourrai plus leur parler. Oui, ce sont des PNJs. Je le sais. Mais…

« … Ne vous impliquez pas. C’est ma proie. »

Adra avait plissé ses yeux comme si elle était confuse.

« Mais… je n’ai pas l’intention de remettre en question le pouvoir de mon Roi, mais on ne sait pas exactement quel genre de pouvoir il possède. Le frapper sans réfléchir est dangereux, n’est-ce pas ? »

Grasha avait souri et s’était léché les lèvres.

« C’est vrai. Pour commencer, ne serait-il pas mieux pour nous de tester le pouvoir de ce type ? »

En regardant de plus près, les poils de Grasha se hérissaient. Peut-être perçoit-il le pouvoir terrifiant de Satan. Et comme il s’agissait d’un ennemi puissant, son instinct de combat était fortement stimulé.

« C’est inutile. Éliminez les elfes qui sont entrés dans le château. Laissez-moi les humains et ce type. Est-ce clair ? » ordonnai-je.

« ─ je comprends. »

« Tch… Je n’ai pas le choix, hein. »

« Bonne chance. »

« Humph. »

En donnant leurs réponses, les Hellzekters se précipitèrent vers le château. Bien que je regardais leurs silhouettes avec un sentiment de soulagement, je pensais que les mots d’Adra et de Grasha n’étaient pas faux.

Certainement que moi, non, personne dans ce monde ne connaissait la vraie force de Satan. C’était trop dangereux de le défier dans un combat soudain. Il était correct que je veuille tester sa force.

En pensant ainsi, la situation parfaite était en train de naître.

+++

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire