Ecstas Online – Tome 2 – Chapitre 5 – Partie 3

+++

Chapitre 5 : Commencer un voyage

Partie 3

Arisugawa plaça son doigt d’une manière jolie sur sa joue et essaya de se rappeler quelque chose. « Maintenant que j’y pense… Doumeguri-kun est venu juste après le siège du château d’Infermia, n’est-ce pas ? »

« Peut-être que c’était à peu près ça ? » répondis-je.

Yamada fit une interjection « Je m’en fous. Ta déclaration est presque inutile, alors tais-toi. »

« Maintenant que tu le dis, nous avons vu le Roi-Démon pour la première fois pendant le siège du château. »

Hinazawa avait marmonné avec un certain air qui disait « pour une raison ou une autre ».

Ichinomiya avait écouté les échanges de chacun avec un sourire étonné. Ses véritables sentiments semblent dire « Yare yare, s’exciter avec une blague comme ça… Je ne veux pas poursuivre le sujet de discussion, mais comme tout le monde a l’air de s’amuser alors on ne peut rien y faire ».

Non ! Tu dois prendre le contrôle dans des moments comme celui-ci, bon sang !

Asagiri interrompit la conversation, en faisant la moue. « Bon sang, tout le monde s’emporte. C’est impossible que ce soit vrai. »

« Ouais, Doumeguri n’a pas ce qu’il faut pour être le Roi-Démon. »

« Oui, je dirais que c’est au mieux un orc subalterne, non ? »

« Ahaha, j’ai compris ♪ , mais ouais, il donne cette vibration. »

Busujima et Miyakoshi avaient ri ensemble.

« Est-ce qu’on essaie… d’utiliser la Tombe Sacrée? »

« Eh ? »

« Hein ? »

L’intérieur de la grande salle était devenu complètement silencieux.

C’était une façon paresseuse de parler, mais elle avait atteint les oreilles de tout le monde. Mais personne ne savait quoi dire au début.

Yuuki, Uiko ?

C’est inattendu. Je n’aurais jamais pensé que cette fille ferait une déclaration si radicale.

Lorsque je tournai vers elle un regard de surprise, Yuuki détourna le regard comme si elle avait peur. Le visage que j’avais vu pendant un instant était indubitablement un visage tremblant de peur.

Yuuki murmura d’une voix rauque, les yeux toujours détournés.

« Si nous écrivons le nom de Doumeguri-kun sur cette épée et que nous le frappons avec… Alors Doumeguri-kun pourra prouver qu’il n’est pas le Roi-Démon… n’est-ce pas ? »

« Quoi ? »

De plus, elle avait le culot de s’en assurer doublement !

Certes, Yuuki était timide et lâche, mais contrairement à Busujima, elle ne semblait pas avoir si peur que ça dans le donjon des Monts Rummel. Peut-être que ce qu’elle craint le plus, ce sont les humains. Elle avait sûrement peur de moi maintenant.

Et à cause de sa lâcheté, son instinct de défense était extrêmement fort. Pour se débarrasser de sa peur, elle était prête à torturer les autres dans un procès en sorcellerie.

Hinazawa, une amie relativement proche d’elle, avait également affiché un sourire légèrement crispé.

« Hé, Uiko. Dire ça de façon inattendue, c’est… »

« C’est… pour en être certain. »

Asagiri avait aussi dit qu’elle était confuse. « Tu ne peux pas douter d’un camarade de classe comme ça. »

Cependant, Yuuki persista. « C-c’est bon… juste un petit coup sur le bout du doigt… »

Ce n’est pas bien du tout ! Mais qu’est-ce qui ne va pas avec cette femme !? C’est seulement dans des moments comme celui-ci que son audace et sa persistance deviennent terriblement fortes. Si ça continue, ils vont vraiment me faire faire le test. Je dois faire quelque chose —

« Arrêtez ces bêtises. » Une voix froide résonna.

« Shizukuishi !? »

Shizukuishi, qui était appuyée contre le mur, vint vers nous en se balançant. Son regard sévère était comme d’habitude, mais ce n’était pas seulement cela, elle libérait une intention meurtrière de tout son corps.

Elle se plaça devant Yuuki et la regarda avec des yeux figés.

« *Eek*.. »

C’était suffisant pour que Yuuki ait les larmes aux yeux.

« Je ne sais pas de quoi vous avez peur, mais réfléchissez calmement. Le Roi-Démon Hellshaft est un PNJ, peu importe comment vous le voyez. Il est difficile de penser que quelqu’un se trouve à l’intérieur. Sans parler de Doumeguri-kun, n’est-ce pas ? C’est impossible, » déclara-t-elle.

« E-excuse-moi… »

Shizukuishi continua à attaquer impitoyablement Yuuki qui tremblait.

« Tu me dis qu’une personne comme Doumeguri-kun qui ne peut pas s’imaginer se tenir au-dessus des autres et qui est une personne distante et insociable sans une once de popularité ou d’attrait est le Roi-Démon ? Ne me fais pas rire. »

Des rires sortirent de partout. Hé, les gars. Est-ce que c’est quelque chose dont on peut rire ?

« Je ne pense pas que ce soit une bonne idée d’utiliser un objet de valeur comme la sainte tombe pour une chose aussi insignifiante. C’est un objet pour lequel tout le monde s’est battu pour l’avoir, non ? Alors juste pour réduire ton anxiété sans fondement, c’est… »

Hinazawa était intervenue avec un sourire en coin. « On a compris, on a bien compris, Shizukuishi-san. N’est-ce pas, Uiko ? »

Yuuki était complètement dépassée par Shizukuishi et ne pouvait plus marmonner, elle avait juste secoué sa tête à gauche et à droite.

Shizukuishi avait violemment détourné son visage et était retournée au mur contre lequel elle était appuyée.

« Comme on peut l’attendre de Nonnon. » Asagiri l’avait déclaré dans son dos.

« Hein ? » Regardant par-dessus son épaule, Shizukuishi tourna la tête avec un regard intense dans les yeux.

« Parce que Nonnon… Shizukuishi-san, tu es vraiment inquiète pour Doumeguri-kun. » Asagiri avait souri comme une déesse alors qu’elle annonçait ça.

« … Qu’est-ce que tu racontes ? » s’écria Shizukuishi.

Shizukuishi, qui avait amplifié son regard déjà mauvais, avait répondu à ça comme si elle crachait ses mots. « Pourquoi devrais-je m’inquiéter des restes de nourriture ? »

« La nourriture… hein ? » Asagiri avait cligné des yeux sans en comprendre le sens.

« Pour faire simple, je suis dégoûté que quelqu’un comme Doumeguri-kun soit traité comme Hellshaft-sa… comme le Roi-Démon. Arrête de te méprendre sur ça. »

Shizukuishi avait immédiatement quitté la pièce, lâchant un « Je laisse la décision à chacun » vers nous.

À cause de cela, une ambiance délicate était restée dans la pièce. C’était une sorte de talent que de partir en laissant une si mauvaise impression derrière soi.

Cependant, cela m’avait sauvé. Je ne pouvais plus les empêcher d’acheter un navire. Au moins, le post-traitement devra être fait avec succès. Je m’étais raclé la gorge et j’avais légèrement incliné la tête.

« … Je suis désolé. Ce n’est pas comme si je voulais me plaindre ou embêter tout le monde. À partir de maintenant, même si vous ne me demandez pas mon avis —, » commençai-je.

« De quoi parles-tu, Doumeguri ? » Ichinomiya avait affiché un large sourire. « C’est tellement bien que Doumeguri ait ce rôle. Je ferais bien la même chose, mais tout le monde s’emporte facilement, non ? Donc c’est bien d’avoir quelqu’un qui donne des avis objectifs comme toi, Doumeguri. »

« … Ichinomiya. »

Tous les membres de la classe 2A se retournèrent et me regardèrent. Qu’est-ce qui se reflète dans leurs yeux ? Est-ce la surprise, l’envie ou la jalousie ? Que pensent-ils du fait que le Roi donne un certificat de valeur à un solitaire qui n’a aucune valeur pour la société ?

Asagiri me tourna un sourire plein de compassion et d’affection parentale.

S’il te plaît non, pas ce visage.

Les attentes, l’affection profonde et l’amitié de ceux qui m’entourent et toutes les relations étaient un lourd fardeau. Elles pouvaient être valables, mais elles étaient trop lourdes pour que je les porte sur mon dos.

Je ne pouvais pas répondre aux attentes des autres.

Tout le monde sera absolument déçu.

Si je m’entends bien avec eux à la surface, mais qu’ils savent ce qu’il y a au fond, ils penseront « c’est tout ce qu’il a mérité, hein. »

Je serai un être dont il ne faut pas se soucier, et tout le monde s’éloignera de moi.

Même si je travaille frénétiquement pour que cela n’arrive pas, pour quoi faire ?

Pourquoi dois-je être lié à ça ?

Je veux être insouciant.

Je veux être libre de tout.

Dans cet esprit, la réunion s’était poursuivie et avait abouti à une conclusion.

Ils avaient décidé d’acheter un bateau demain.

+++

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire