Ecstas Online – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 5

***

Chapitre 3 : Des vacances à Sandiano

Partie 5

Exprimant un sourire apparemment triste, Arisugawa avait remercié la vendeuse et avait quitté la boutique. Et Leonhardt était là, toujours collé à la vitrine.

Au fait, je suppose qu’il est temps de revenir à l’action individuelle… alors je le pensais, Arisugawa l’avait dit comme pour se le rappeler.

« En y repensant, j’ai demandé à une personne il y a quelque temps, il semble qu’il y ait un endroit où les bateaux sont vendus. Essayons d’y aller, » déclara-t-il.

Des navires ? Ne me dis pas qu’il est possible de se déplacer par mer à partir d’ici ?

C’était inattendu. Bien que je ne connaisse pas encore toute la géographie du continent Balgaea, je pourrais peut-être aller plus loin, sur d’autres îles et continents ?

Mais c’est le monde d’Exodia Exodus. C’est un mystère de savoir quelles sont les limites. Ou plus précisément, on ignore dans quelle mesure elle a été mise en œuvre.

« Ce type… il n’est vraiment pas inquiet, hein, » déclarai-je.

« Yo ! Allons-y ! Il peut y avoir des filles en forme de cuirassé, » déclara Leonhardt.

Il n’y en a pas ! J’étais allé au port sans avoir la volonté de répliquer.

Le port était plus éloigné de l’endroit où j’avais rencontré Shizukuishi il y a quelque temps. De nombreux bateaux étaient amarrés, des petits bateaux aux énormes voiliers de plusieurs dizaines de mètres de long. Il y avait de jolis bateaux ressemblant à des bateaux de plaisance et beaucoup de bateaux de pêche mélangés.

Il y avait de nombreux restaurants, des tavernes et plusieurs bâtiments le long du port. Les gens qui déchargent de gros navires travaillaient apparemment très dur. Comme il y avait beaucoup de travail physique au port, il y avait beaucoup de PNJs avec des corps solides. Certaines femmes étaient également grandes et musclées.

De l’autre côté du port, il y avait un marché où s’échangent les colis transportés et où résonnaient de partout des voix enthousiastes.

« C’est vivant ici, c’est incroyable, » Arisugawa avait laissé sortir une voix d’excitation, regardant autour de lui comme s’il s’intéressait à tout ce qui attire son regard.

« Menteur ! Il y en avait un ! Une fille en forme de cuirassé ! » s’écria Leonhardt.

Cela ne peut pas être vrai ! ─ J’avais tourner mon visage vers l’endroit que Leonhardt montrait du doigt avec un regard d’étonnement. Et c’était certain qu’une belle fille qui ne semblait pas de ce monde se tenait là.

« Uwaaaaa… elle est très belle…, »

Même Arisugawa avait eu le souffle coupé. Elle était si belle.

Elle avait une petite tête avec des membres longs, minces et bien proportionnés. Au premier coup d’œil, sa tête était haute et ses jambes étaient longues. Elle portait une armure fine qui s’adaptait à son corps élancé et possédait à la taille une épée fine et élégante qui correspondait à son propriétaire. Les lèvres roses brillantes de sa bouche délicate étaient vaguement ouvertes comme si elle était troublée et ses grands yeux bleus fixaient la foule en délire comme si elle cherchait quelque chose.

Cherche-t-elle quelqu’un ? Des oreilles pointues dépassaient de ses cheveux d’or comme pour saisir les paroles de la personne qu’elle attendait dans le grand bruit.

« Attends, n’est-ce pas une elfe ? » demanda Arisugawa.

« Oui, c’est bien une elfe…, » répondis-je.

« Ouah ! Une elfe vivante ! Comme une silhouette grandeur nature ! » s’écria Leonhardt.

L’elfe nous avait remarqués alors que nous avions fait beaucoup de bruit et ses yeux s’étaient soudainement arrêtés de bouger.

« Hein ? Est-ce qu’elle vient ici ? » demandai-je.

L’elfe nous avait regardés et avait marché tout droit.

« Êtes-vous un commerçant qui vend des navires ? » Elle l’avait demandé d’une voix claire, belle et charmante.

« Hein ? Non, nous sommes… des voyageurs, » répondit Arisugawa.

En réponse à Arisugawa, l’elfe avait posé sa main sur son mince menton.

« Vraiment ? J’ai entendu dire qu’un jeune et riche marchand gérait un chantier naval, sa femme et leur serviteur allaient me rencontrer…, » déclara l’elfe.

Laissons de côté quant à qui remplirait ce casting.

« Euh… nous sommes venus de l’autre côté des montagnes de Rummel. Et vous ? » demanda Arisugawa.

Arisugawa lui avait parlé nerveusement, et l’elfe avait pointé vers la mer.

« Je viens du continent Logress, de l’autre côté de la mer. Je suis un chevalier du pays des elfes “Arzheim”, » répondit-elle.

Le pays au-delà de la mer… le pays où vivent les elfes.

Ce type veut lui soutirer toutes sortes d’informations, hein ? Mais après avoir ouvert la bouche, c’était à son tour de poser une question.

« De l’autre côté des montagnes Rummel ? Est-ce le pays des hommes ? Je voudrais alors poser une question, » déclara l’elfe.

Serrant les poings, Arisugawa se pencha un peu en avant. « Qu-Quoi ? Si c’est quelque chose à laquelle nous pouvons répondre, c’est d’accord. »

Elle avait regardé Arisugawa avec une attitude qui dit « je veux être utile » et avait souri faiblement.

« Est-il vrai que sur le continent Balgaea, l’Hellandia, le pays gouverné par le Roi-Démon Hellshaft, accroît son influence ? » demanda-t-elle.

Leonhardt avait fait bouger ses mains de manière imprudente et s’était mis en colère comme s’il s’était souvenu de quelque chose. « Yo ! C’est exact. Caldart a également été très endommagé ! »

L’elfe ouvrit les yeux en raison de la surprise. « Même Caldart ? L’Hellandia a étendu son territoire à un tel point ? »

Arisugawa avait corrigé à la hâte. « Non, la ville a été attaquée… mais il a battu en retraite après ça. »

« C’est étrange. Pourquoi le Roi-Démon attaque… ? » demanda l’elfe.

Arisugawa et Leonhardt baissèrent la tête, perplexes, en saisissant ce que venait de dire l’elfe au visage emplie de doutes.

Tsk, avoir ces questions étranges est gênant…

« Je ne le comprends pas bien et cela dépasse mon imagination… mais n’ai-je pas l’impression qu’il est venu parce que le pouvoir des humains est devenu plus fort et qu’il a essayé de nous frapper en premier ? Il s’est retiré parce qu’il n’avait pas l’intention de l’occuper dès le départ, son but était simplement d’infliger des dommages » déclara l’elfe.

Arisugawa et Leonhardt avaient haussé la voix comme s’ils étaient d’accord.

« Je comprends, c’est certainement loin du territoire de l’Hellandia. Gouverner la ville aurait probablement rencontré toutes sortes de difficultés, » déclara Arisugawa.

L’elfe avait hoché la tête et avait montré un regard sérieux. « Je vois… mais il est vrai que la menace de l’Hellandia augmente. J’ai entendu dire que le Roi-Démon Hellshaft est également ami avec les elfes noirs… cela semble devoir être examiné également. »

Les elfes noirs. Parle-t-elle de Satanachie ?

« Yo ! Une elfe noire est une leader de la Hellandia ! » déclara Leonhardt.

« Oui. Ses sous-fifres sont aussi des troupes d’elfes noirs…, » déclara Arisugawa.

L’elfe marmonnait avec un visage sinistre, comme prévu. « Je vous remercie. Alors, je vais préparer un bateau et je me rendrai près de l’Hellandia. »

Paniqué, j’avais appelé l’elfe qui était sur le point de prendre congé.

« Attendez un instant. Ce Roi-Démon et les elfes noirs semblaient être en bons termes. Alors pourquoi cela vous inquiète-t-il ? »

L’elfe me regarda et fit un signe de tête grave.

« Eh bien. Notre Arzheim et le pays des elfes noirs Rowalrinna sont tous deux voisins sur le continent Logress. Si les elfes noirs et Hellshaft unissent leurs forces, alors ils constituent la plus grande menace pour nous, les elfes, » déclara-t-elle.

Vraiment ?

J’avais eu l’idée d’emprunter la force des autres races, mais je n’avais pas pensé à une alliance entre pays.

Je veux dire, est-ce que je peux faire ça ?

Exodia Exodus.

« Alors c’était comme ça… ? Alors on peut dire que la relation entre vous, les elfes, et les elfes noirs n’est pas très bonne… n’est-ce pas ? » demandai-je.

L’elfe avait levé les yeux comme pour dire qu’est-ce que vous avez ?

« Bien sûr. Nous, les elfes et les elfes noirs, ne pouvons pas vivre ensemble. Le conflit de longue date entre les deux races ne peut plus être restauré. En tout cas, il n’y a pas d’autre moyen que de détruire l’une des deux races. Non, ce sont les méchants elfes noirs qui vont s’éteindre, » déclara l’elfe.

« Oh… pourquoi ne pas vous calmer… ? » demandai-je.

Les yeux de l’elfe emplis d’intentions meurtrières faisaient frissonner notre colonne vertébrale.

« C’est pourquoi nous devons enquêter sur le Roi-Démon Hellshaft. En outre, ─, » déclara-t-elle.

Elle avait un regard désagréable et nous l’avait raconté comme si elle crachait.

« Nous avons des informations que certains de nos elfes sont soumises au Roi-Démon Hellshaft. Des êtres honteux, la honte de nous autres elfes. Je ne leur pardonnerai jamais, » déclara-t-elle.

Quoi ? J’avais de tels subordonnés ?

Il y avait un elfe qui chantait pendant la bataille de la capture de Caldart, mais plus tard j’avais confirmé que ce n’était pas un vrai elfe, mais un groupe de mode ou quelque chose comme ça. Le soi-disant « style lourd en maquillage et en coiffures élaborées » ?

Peut-être que je ne les connais pas, c’était probablement des sous-fifres de Satanachia. J’essaierai de le lui demander à mon retour plus tard.

« Je vais aller en Hellandia pour voir si c’est vrai ou non, et voir qui sont ces traîtres…, » déclara-t-elle.

L’expression de l’elfe était passée de la colère à une expression douloureuse avec un peu de tristesse.

« Si je ne confirme pas ce fait, je…, » balbutia-t-elle.

D’une manière ou d’une autre, on aurait dit qu’elle allait pleurer à tout moment.

Il y avait la figure d’une personne venant de l’autre côté de la route et agitant sa main. Il ressemblait au marchand que l’elfe recherchait. Je vois, c’était vraiment un jeune homme et une jeune femme riches et leur serviteur. Mais leur serviteur est un grand-père.

Soudain, l’expression du visage de l’elfe se changea en un visage courageux, comme si l’expression triste était un mensonge.

« Je m’appelle Ernes. S’il vous arrive de traverser l’océan, rendez-vous une fois à Arzheim. Il y a peut-être des moyens pour nous de lutter ensemble avec les humains, » déclara-t-elle.

En nous laissant avec ces mots, l’elfe nommée Ernes était partie.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire