Ecstas Online – Tome 1 – Chapitre 6 – Partie 4

***

Chapitre 6 : Bataille de Défense de Caldart

Partie 4

Et j’avais ensuite marché jusqu’à l’autre.

« … Roi-Démon Hellshaft… comment osez-vous, tout le monde est… »

Asagiri s’enfonça avec force sur le sol, en murmurant vaguement. Ses yeux étaient troubles et apparemment les effets de l’aphrodisiaque étaient plus forts sur elle que sur les autres. Asagiri, ta détermination à vouloir rentrer chez toi est forte. C’est pourquoi je vais te briser mentalement. Cela pourrait te faire du mal. Tu seras probablement de mauvaise humeur tout comme Shizukuishi. Mais c’est pour protéger ta vie. Et ce n’est pas la réalité. Cela ne déshonorera pas ton corps dans la réalité. Alors…

J’avais enlevé mon manteau sans effort. Le manteau s’était étiré sous la forme d’un certain nombre de cordes, retenant les mains et les jambes d’Asagiri. Pour une raison quelconque, elles étaient presque comme des tentacules. Les tentacules soulevèrent le corps d’Asagiri et la firent se lever avec force.

« Q-Qu’est-ce que c’est… ? » s’écria-t-elle.

« Ils ne brûlent pas. Ne t’en fais pas pour ça, » déclarai-je.

Mais je pense qu’il est impossible de ne pas s’en inquiéter. Asagiri fixait les fils de flamme avec des yeux vagues. Il semble qu’elle essayait de mettre de la puissance dans ses membres, mais les membres d’Asagiri n’avaient aucune puissance même quand elle les tirait. Les cordes de flammes, apparemment sans substances, étaient plus solides que n’importe quelle corde.

« Qu-Que comptez-vous me faire ? » demanda-t-elle.

« Je ne vais pas seulement te tuer. Avant ça, je vais te donner du bon temps, » répondis-je.

« Eh? »

J’avais saisi le cou d’Asagiri à deux mains.

Kuh… Je suis incroyablement nerveux. Mon cœur était sur le point de sortir de ma bouche. Asagiri tremblait en raison du stress et de peur, mais j’étais aussi vraiment nerveux.

Mais elle ne s’en rendit pas compte. En fait, le Roi-Démon essaie de faire quelque chose de terrible à la fille que j’aime, alors je me sens si nerveux !

J’avais ouvert les mains en rassemblant ma résolution.

Un ruban s’envola et le bruit des vêtements qui se déchiraient résonna. Les boutons de la chemise se détachèrent, la poitrine couverte d’un soutien-gorge blanc devint alors visible. Asagiri regarda ses seins exposés comme s’ils étaient les affaires des autres.

« Ah… ? »

Les palpitations de mon cœur étaient devenues intenses. Ne finira-t-elle pas par entendre le son de mon cœur ? Je me sens mal à l’aise.

« Ah… n... ne le faites pas, » supplia-t-elle.

Les joues d’Asagiri étaient devenues rougeâtres. Était-elle excitée ? Sa respiration était lourde. À chaque fois, sa grosse poitrine montait et descendait. La courte cape qu’Asagiri portait toujours sur ses épaules glissa alors.

Maintenant, j’avais posé mes mains sur la ceinture. J’avais mis de la force dans mes mains et je l’avais arrachée avec force.

La personne en question avait-elle tenté de s’échapper loin de mes mains ? Elle avait secoué sa taille comme pour la faire frétiller. Mais cela ne ressemblait qu’à une danse envoûtante. Je posai alors mes mains sur la jupe.

« Haaaannh ! He-Hellshaft, vous ne pouvez pas ! » s’écria-t-elle.

J’avais alors arraché sa jupe, et sa culotte blanche en dessous avait été exposée devant moi.

« Nooon… vous ne pouvez pas, je ne dois pas montrer ça à quelqu’un comme vous… » déclara-t-elle.

Asagiri faisait un effort inutile alors qu’elle essaya de cacher son corps en quelque sorte en frottant ses cuisses l’une contre l’autre. J’avais déplacé les cordes enflammées et j’avais fait en sorte que les jambes d’Asagiri s’écartent à gauche et à droite.

« Ah… ne… regardez pas ! » supplia-t-elle.

Le corps d’Asagiri était magnifique. Nous étions dans une telle situation, mais j’étais avec mes yeux fixés sur elle avec adoration. Son corps était enveloppé dans des sous-vêtements propres et soignés. J’avais vu son contour devant la cheminée lorsque nous avions été entraînés dans la dernière Quête d’Épidémie.

Cependant, à cette époque, elle était enveloppée dans un rideau et ne pouvait qu’imaginer sa silhouette. Mais maintenant, son corps réel était devant mes yeux. J’avais regardé longuement et attentivement ses membres, comme pour vérifier la réponse de l’imagination que j’avais eue à ce moment-là.

En fait, c’était plus beau et plus érotique que je ne l’imaginais.

« R-Roi-Démon… Hellshaft, ne faites pas de choses indécentes, comme… ça… annh ♡ ! »

Elle marmonna tout en haletant, le visage rougissant de plus en plus. Avec ce geste, j’avais eu l’illusion qu’Asagiri était devenue une succube. C’était un visage fascinant et obscène que je ne pouvais pas imaginer comme appartenant à l’idole de l’école.

« Je peux faire cela. Je vais te faire goûter à fond au vrai désespoir et à la fatalité. Au point que tu ne pourras plus faire face aux autres quand tu seras redevenue saine d’esprit, » déclarai-je.

Asagiri plissa les yeux en extase et fit frémir son corps. Asagiri semblait maintenant capable de ressentir des sentiments immoraux agréables, mais aussi des menaces et des reproches.

Je posai mes mains sur le soutien-gorge blanc pur.

« Ah, ne… pas plus que ça et…, » supplia-t-elle.

J’avais arraché son soutien-gorge. Ses gros seins blancs rebondirent et tremblèrent légèrement.

« Aaaaaanh ♡. »

J’étais si agité que j’avais cru que mon cœur allait s’arrêter. Leur taille, les formes qui dessinaient de beaux cercles, les pointes qui dépassaient largement à leurs extrémités, tout était joli et lubrique.

Ses seins étaient différents, comme s’ils transcendaient la réalité par rapport à Forneus ou Satanachia. Ils étaient nouveaux et irréalistes. Des larmes avaient coulé et étaient tombées des yeux d’Asagiri. Était-ce par tristesse ou parce que le plaisir commençait à déborder ? Cela m’était inconnu.

« Pourquoi ? Êtes-vous en train de… ? » me demanda-t-elle.

Ses joues rougissaient, elle me regarda d’un air ensorcelé.

« Est-ce que… je vous plais ? » me demanda-t-elle.

Mon esprit s’en était involontairement détourné. Je m’étais réjoui et j’avais tendu la main vers le dernier objet fin restant.

Je m’étais préparé mentalement et j’avais déchiré les sous-vêtements d’Asagiri.

« Nuaaaaaaah! »

Asagiri avait fait plier son corps en arrière. La sueur brillait, et elle volait partout.

 

 

Asagiri n’avait pas de vêtements, elle ne portait que ses gants et ses bottes.

Elle était d’une beauté presque éblouissante.

Le modèle RV que j’avais fait n’avait même pas atteint la cheville.

Bien que je me sois senti très impressionné, mon cœur n’était pas du tout excité.

Des sentiments plus lourds et douloureux pesaient sur moi plus que la joie et l’excitation.

Mettons fin à cela. N’est-ce pas suffisant ?

Mais alors, à ce moment, j’avais entendu la voix tremblante d’Asagiri qui sortait de sa bouche.

« Je ne serai pas… vaincue… par quelque chose… comme ça, » déclara Asagiri.

Asagiri… Tu.

« Très bien ! Alors je vais te donner encore plus de plaisir ! » déclarai-je.

Ecstas!

Mon pouvoir interdit avait gravé un symbole en forme de cœur dans la zone du décolleté d’Asagiri.

« Hih ! Ah, qu’est-ce que c’est… ça ? » demanda-t-elle.

La sueur était soudainement apparue à la surface du corps d’Asagiri. Toute sa peau était rougie de la couleur de la fleur de cerisier. De la bave pendait de sa bouche vaguement ouverte. Sa respiration devint encore plus lourde, provoquant des secousses dans son corps par des mouvements courts et répétés.

« Ah… c’était… incroyable… complètement différent… d’avant ♡, » déclara-t-elle.

« Fufufu, secoue tes hanches tout de suite et supplie-moi, » quand je le lui avais chuchoté à l’oreille, Asagiri avait fait plier son corps d’avant en arrière et elle révéla une voix de plaisir.

« Yaanh... Je, je ne peux pas… c’est, c’est embarrassant… ♡, » gémit Asagiri.

J’avais alors frotté les seins d’Asagiri à fond.

« Hyaaaaaaaaaaaaaaaan ♡. »

« Comment est-ce ? Tu laisses sortir une voix inconvenante, » déclarai-je.

Asagiri s’était mordu les lèvres et elle tenta de supporter le plaisir. Et elle me regarda avec des yeux brillants.

« … Cela m’a juste, surprise… vous ne me faites sentir… r-rien… annh ♡, » déclara-t-elle, difficilement.

« J’attends avec impatience de voir ça, » déclarai-je.

J’avais alors frotté les seins d’Asagiri comme pour les pétrir. Ils me semblaient provenir d’un rêve. Curieusement, ils finirent par me réconforter d’une certaine façon.

« Fuu, ah, ah, aaanh ! NNe me… touchez pas, plus, noooonnn ♡, » gémit-elle.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Où est passée ta bonne humeur ? » lui demandai-je.

Asagiri baissa son visage empli de gêne et bafouilla d’une voix très faible. « P-Parce que personne ne m’a touchée… c’est ma… première fois… nn. Aaaaah ♡ ! »

Je vois. Donc Ichinomiya ne l’a jamais touchée ?

« C’est ta première fois, et pourtant tu te sens déjà si bien ? Comme c’est obscène ! » déclarai-je.

Asagiri avait fait frémir son corps et avait levé la tête.

Elle se sentait si bien, que sa bouche ne bougeait même pas correctement, et exprimait le déni d’une voix affectueuse.

« V-Vous avez tort, aaaahn ♡. Je ne ressens rien, rien ♡. Je ressens ♡ Aaaaauan ♡. »

La pointe de ses seins se durcissait peu à peu, informant que son corps se délectait de ça. J’avais pincé ces bouts et je les avais roulés doucement du bout des doigts pour profiter de leur dureté.

« Hyaaaaaahnnnn! Ne ♡ pas, ça, je deviens étrange ♡ ! » supplia Asagiri.

Je m’étais agenouillé tout en caressant le corps d’Asagiri. Je ne pouvais pas résister au désir de voir la partie la plus importante d’Asagiri.

« Non, ne… regardez… pas ♡. »

Un soupir mêlé de honte et de plaisir se fit entendre. Contrairement à sa volonté, le corps d’Asagiri était vraiment et totalement excité, et cela d’une manière sexuelle.

J’avais étendu le bout de mes doigts vers la partie secrète d’Asagiri. La nervosité monta en moi. J’avais repoussé les doigts qui avaient essayé de m’arrêter avec courage. Et finalement, j’avais touché cette partie.

« … !? ♡ Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ♡♡♡! »

Asagiri fit alors entendre une voix pleine de surprise.

Le bout de mes doigts était enveloppé dans une sensation que je n’avais jamais ressentie auparavant. Ce n’est pas une sensation d’acier comme celle qu’avait ressentie avec le modèle VR d’Asagiri. C’était chaud, doux, je me sentais heureux, comme si j’étais étrangement guéri. J’avais l’impression de rêver, d’une certaine façon. J’avais bougé le bout de mes doigts pendant que je rêvais.

« Fuah ♡ Aah, anu ♡! »

Asagiri tira sa langue avec un visage envoûtant. Le visage de la jeune femme, de l’étudiante d’honneur, n’était pas visible.

Quand j’arrêtai de bouger mes doigts, Asagiri poussa sa taille toute seule vers moi.

« Qu’est-ce que c’est ? Tu secoues toi-même ta taille, » déclarai-je.

« Aaan! C’est faux, je ne les secoue pas, ou quoi que ce soit d’autre ! Ça ne fait pas du tout du bien, du tout… haaaann ! Je ne me sens pas bien ♡, » répliqua-t-elle.

Contrairement à sa bouche, Asagiri bougeait sa taille d’avant en arrière comme pour en souhaiter plus. Malgré sa volonté de vouloir résister, elle était complètement vaincue par le plaisir. Elle plissa ses yeux avec une attention ravie et continua de libérer de lourdes respirations accompagnées de soupirs chauds. Même si elle avait une apparence si immodeste, embarrassante et indécente, Asagiri était infiniment belle et mignonne.

Très vite, Asagiri se mit sur la pointe des pieds et fit plier son corps en arrière.

« Je ♡ Iyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ♡♡♡♡, » cria-t-elle.

Elle tordit alors sa gorge et elle fit frémir de plaisir tout son corps. Sa taille trembla, puis elle perdit toutes ses forces, la tête pendante. Elle perdit conscience très rapidement.

J’avais transformé le manteau en épée et l’avais placé derrière Asagiri. Puis j’avais levé l’épée au-dessus de la tête.

Asagiri. Un jour, je — …

Puis faisant face au dos d’Asagiri, j’avais fait basculer l’épée vers le bas, de toutes mes forces. Le corps d’Asagiri avait été coupé en deux. Son corps avait disparu, devenant des particules de lumière.

« C’est terminé, hein, » j’avais pensé ça, mais je l’avais immédiatement nié, en secouant la tête. Et j’avais regardé le plafond.

« Non… il y en a une autre. »

J’étais monté dans les escaliers du hall de la guilde. C’est trop étroit pour la carrure de Hellshaft. J’étais monté et je m’étais avancé dans le couloir. Si je me souvenais bien, sa chambre était au fond de ce couloir.

Trois pièces se trouvaient jusqu’à la pièce du fond, et la porte que je visais s’était ouverte.

… Elle était là, hein.

Shizukuishi Non, portant une cape qui couvrait tout son corps, était sortie de la pièce en étant détendue.

Shizukuishi me regarda avec un regard calme, sans être affolée. La cape était bien fermée sur le devant, comme pour protéger son corps.

Quand elle avait atteint le centre du couloir, elle avait arrêté le mouvement de ses pieds.

Nous nous étions alors regardés l’un et l’autre, en laissant un espace d’environ 5 mètres entre nous.

Cette fille… qu’est-ce qu’elle va faire ?

De façon inattendue, Shizukuishi déploya son manteau.

« Quoi… !? » m’écriai-je.

Des membres d’un blanc éclatant avaient émergé hors de la cape noire.

Elle était complètement nue.

Et un grimoire était dans l’une de ses mains.

Bon sang !

Au moment où je l’avais pensé, une magie offensive avait été invoquée avec toute la puissance de Shizukuishi.

Elle avait probablement incanté le sort alors qu’elle était dans la pièce.

Elle me prenait par surprise, alors qu’elle ne m’avait donné aucune chance de me défendre.

Des flammes violentes giclèrent de la main de Shizukuishi. Les flammes tourbillonnèrent, formant une tornade et une tempête.

J’avais été stupéfait par son énorme pouvoir destructeur.

Qu’est-ce que c’est que ça !?

J’avais reçu un coup direct et j’avais été soufflé jusqu’au bout du couloir.

« Nuoooooooh! »

L’orage surnaturel brisa les murs du couloir et souffla sur le plafond. Le tourbillon de flammes emporta impitoyablement les Points de Vie de mon corps.

Shizukuishi ! Tu as probablement préparé cette magie pendant tout le temps où tu as été enfermée dans ta chambre, non ?

C’était sûrement une magie rituelle qui se préparait en consommant tous ses points de mana.

Sinon, ce pouvoir serait impossible !

Étais-tu convaincue que j’allais apparaître ici ?

« Kuh... Je suis Hellshaft, le Roi Démon des Flammes ! »

Je serrais les dents et tenais à peine debout le sol au bout du couloir.

« Ne te moque pas de moi ! » déclarai-je.

J’avais ouvert les deux bras et j’avais bombé ma poitrine, en mettant tout ce que j’avais. La tempête de flammes qui s’était abattue là avait été envoyée en l’air.

L’effet de la magie rituelle avait été arrêté.

Mes points de vie restants étaient de 50.

J’étais à un niveau où je pouvais mourir avec une seule magie offensive.

Cependant, Shizukuishi n’avait plus de mana en elle. J’avais marché dans le couloir effondré en direction de Shizukuishi.

Shizukuishi m’avait accueilli avec un sourire un peu joyeux comme s’il me bénissait.

« Comme prévu… du Roi-Démon Hellshaft, » déclara-t-elle.

Quelles sont les intentions réelles… de cette fille ?

Je ne la comprends pas.

Je brandis mon épée et me plaçai devant Shizukuishi.

« Gloire infinie pour nous, Ultime désespoir pour les humains. Soyez envoûtés par le rayonnement du diable dont même Dieu tombe amoureux. »

« Oui… c’est vrai, sincèrement, » murmura-t-elle.

Shizukuishi rougit et sourit.

En fermant les yeux comme si elle rêvait, elle avait reçu calmement mon épée et avait disparu sous la forme d’une lumière.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire