Ecstas Online – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 4

***

Chapitre 3 : La hiérarchie de la réalité ne peut pas être changée même dans le jeu

Partie 4

« Donc, afin de célébrer les retrouvailles avec notre camarade de classe que nous avons rencontré par chance après une demi-année ! » déclara Ichinomiya.

« « « À la vôtre ! » » »

Les membres de la Guilde 2A occupaient deux tables pour six personnes. J’étais assis à une extrémité de celles-ci et Ichinomiya, qui régnait au sommet de la caste de l’école, était à côté de moi.

Et penser que moi, de la classe inférieure, je serais à côté de lui, je trouvais que c’était tellement discourtois… non, j’étais vraiment irrité. Mais c’est étrange, car maintenant qu’il était en face de moi, je devenais inconsciemment son subalterne. J’avais cogné nerveusement le verre qu’Ichinomiya tenait avec le mien. Les verres firent un tintement.

« Hey, Doumeguri-kun, » déclara Asagiri.

J’avais cogné le verre qu’Asagiri tenait avec le mien tout en sentant que j’avais l’honneur d’avoir une audience avec la Reine. C’était juste ça, mais d’une certaine façon, j’avais eu l’impression de faire un baiser indirect.

J’avais regardé autour de moi, mais personne d’autre n’avait tendu son verre vers moi. Eh bien, c’est comme ça. Asagiri parlait déjà à d’autres gars et chacun d’eux s’excitait en parlant avec les autres comme si tout le monde avait oublié mon existence.

« Aujourd’hui, j’ai chassé des monstres et je suis allé au col de Brestwick. »

« Oh, j’y suis déjà allé. C’est merveilleux, n’est-ce pas ? »

« Oui, j’ai passé un bon moment là-bas, »

À ce moment-là, Ririko m’avait appelé. « Eeh? Attends, ne te souviens-tu pas de quelque chose d’étrange ? »

Je ne comprenais pas du tout le contenu de la conversation. C’était tout comme quand j’étais en classe dans le monde réel. Au contraire, l’expérience de l’aventure ensemble depuis six mois avait rendu cette bande de personnes plus intime. En d’autres termes, il était difficile de rejoindre le cercle d’amis qui avait dépassé celui du monde réel.

« Wahahaha ! Eh bien, vous voyez, il s’est connecté six mois plus tard ! Il est bien trop en retard, ce Doumeguriii, » déclara Ougiya.

Ce frivole Ougiya ! Tu ne me parles pas, et pourtant, tu oses parler de moi. De plus, tu bois de l’alcool. Oui, nous sommes dans un jeu. Pas étonnant que les lois ne s’appliquent pas… ah, est-il vraiment bourré !?

« Hahaha, surpris ? Tu peux vraiment manger et boire ici. Il y a de l’alcool et tu peux te saouler comme si c’était la vraie chose, » Asagiri, qui était assise en face de moi, me l’avait expliqué.

Est-ce que cela signifie que l’action de boire de l’alcool est une information transmise comme « être ivre » dans les données de votre conscience et que son effet est reconnu ?

Tous les plats alignés en ligne avaient l’air délicieux. Une bonne odeur et de la vapeur s’élevaient, stimulant mon appétit. J’avais essayé le ragoût avec audace.

… !? Quoi ? C’est quoi ça !? Je n’ai jamais mangé un ragoût aussi délicieux !

Je m’étais lâché et j’avais essayé le plat de ragoût. Délicieux. C’était certainement délicieux, mais je ne savais pas quels sont les ingrédients. Il y a de la viande et des légumes que je n’avais jamais vus, mais j’avais décidé de ne pas trop y penser, car ils étaient délicieux quand je les mangeais.

« Les ingrédients de la nourriture peuvent être pris sur des monstres vaincus. N’est-ce pas, Alice-chan ? » déclara Asagiri.

Asagiri avait abordé le sujet avec une fille qui transportait la nourriture. La fille m’avait paru un peu surprise, mais elle avait rapidement affiché un doux sourire.

« Oui. Affiner ce talent est payant, » déclara-t-elle.

Est-ce que je me souviens de cette fille ? Elle était extrêmement mignonne. Elle avait un gros ruban sur la tête et portait une robe bleue, une jupe légèrement étirée et une robe-tablier blanche. Elle ressemblait à Alice au pays des merveilles. Ah, ne regarde pas dans la fascination. Ne la regarde surtout pas avec fascination !

La fille, qui avait remarqué mon regard perplexe, avait souri avec ironie et s’était gratté la tête.

« Haha… Je vais te le dire tout de suite. C’est grossier, alors arrêté. Je préfère laisser tomber, c’est plutôt douloureux…, » déclara-t-elle.

Elle ne plaisantait pas, mais je ne me souvenais vraiment pas d’elle. Était-elle vraiment un PNJ, ou bien avais-je raté quelque chose ?

Asagiri avait deviné mon état et avait ri. « Hahaha, Doumeguri-kun. Tu ne sais vraiment pas qui c’est, n’est-ce pas ? Cette fille est l’arme secrète de la Guilde 2A, Arisugawa Izumi-kun. »

Arisugawa… Je le connais. C’est un garçon avec un corps petit et mince… hein ?

« Eeeeee — h ? » Ce mignon jeune homme s’était recroquevillé et avait caché la moitié de son visage avec le plateau qu’il avait. « T-Tu es trop surpris. »

Eh bien, c’est parce que je suis surpris.

― Arisugawa Izumi alias « Alice ».

Eh bien, il était certainement efféminé dès le début, et ses traits étaient aussi enfantins, alors il avait une allure mignonne. Il était souvent traité comme une fille et les garçons et les filles jouaient avec lui… cela signifie-t-il qu’il est un des soi-disant nekama [1] ? Est-il d’accord avec ça ? Cependant, dans ce cas, il donnait juste un sentiment d’okama. C’était comme proposer un mariage dans un jeu en ligne avant de s’imaginer que la personne à l’intérieur de l’autre est un homme, mais ensuite tu les rencontres et c’est en fait une fille mignonne ! Face à cette pensée, je me sentirais mal. C’était un piège. Un nidan ochi. Selon la personne, cela pouvait plutôt avoir une fin heureuse. Eh bien, suis-je différent ?

« Alors, pourquoi… t’habilles-tu de façon inverse ? » demandai-je.

« Parce qu’on dirait que mon statut est plus élevé quand j’utilise un équipement pour les filles… et j’ai été forcé par tout le monde…, » répondit Arisugawa.

Y a-t-il donc une différence individuelle dans les modifications du statut… ? C’était une toute nouvelle information pour moi.

« E-Est-ce vrai ? Arisugawa, tu as aussi des difficultés, hein, » déclarai-je.

On dirait que oui. Il me fit un petit signe de tête puis attrapa dans ses bras le plateau et retourna à la cuisine. La mini-jupe se balançait alors qu’il faisait ça. Si je me penche un peu, je pourrais certainement voir sa culotte. C’est dangereux, mais mignon. On dirait que quelque chose de nouveau était né en moi. Non, attends, calme-toi. Maintiens ta santé mentale. Il y a une ligne qu’il ne faut pas franchir ! Je veux franchir la frontière entre la vie et la mort, mais c’est impossible !

« Alice-chan possède une grande aptitude pour la cuisine, c’est pourquoi il s’occupe plus de la cuisine que du combat. Tous ces plats ont été préparés par Alice-chan, tu sais ? » déclara Asagiri.

Je vois. Cependant, si ceux-ci sont vraiment transformés en un produit, des gars qui ne pourront pas revenir à la réalité apparaîtraient les uns après les autres, non ? Pouvoir manger des plats de grande classe et des plats délicieux autant qu’on veut alors qu’ils ne puissent pas être mangés dans la réalité… hmm ? Talent ?

« C-C’est quoi ce talent… ? » demandai-je.

Ichinomiya, qui était à côté de moi, répondit à la question que j’avais posée à Asagiri.

« Chaque personne possède des aptitudes différentes. Il y a des gars qui sont bons pour étudier dans la réalité et d’autres qui sont bons pour faire de l’exercice, n’est-ce pas ? C’est la même chose ici, » déclara Ichinomiya.

« V-Vraiment… ? » demandai-je.

Donc, si vous deviez tuer le même monstre, alors la façon de progresser serait différente. Certaines statistiques augmenteraient ainsi plus vite ou plus lentement… ce qui voulait dire que les gens avaient des compétences différentes au même niveau.

En plus de prendre des précautions, c’était gênant, car il fallait prendre en compte les différences individuelles.

Yamada Yoshimune, qui était à la table d’à côté, parla à Asagiri. Il avait un visage incroyablement normal, alors j’avais pensé qu’un PNJ était mêlé à nous. « En termes de capacité de combat, Ichinomiya est de loin le meilleur. Puis vient Asagiri. Une formation inébranlable avec deux attaquants en première ligne. »

« Je ne suis pas comme ça. Bien que je ne nie pas qu’Ichinomiya-kun soit le meilleur, » déclara Asagiri.

Asagiri jette un coup d’œil à Ichinomiya, et Ichinomiya avait l’air timide comme s’il était gêné.

« Être le meilleur n’a pas de sens, car la situation et la façon de combattre changent, » déclara Ichinomiya.

Hmmm.

Y a-t-il de la place pour les gens forts ?

J’avais demandé à Yamada qui était soudainement inquiet de quelque chose. « Au fait… Yamada ? »

« Moi ? Je… Je suis dans la moyenne, » répondit Yamada.

Merci, c’est la réponse que j’espérais. Ni plus ni moins que ce que j’avais imaginé. C’était une réponse ordinaire.

Je mangeai le ragoût et je regardai les plats apportés par Arisugawa en grignotant du pain fraîchement cuit. Un crustacé qui ressemblait à un croisement entre le crabe et les crevettes flottait dans la soupe rouge. Elle était garnie de pommes de terre et de légumes ressemblant à des brocolis, la couleur et le parfum étaient immensément attrayants.

Comment est-ce que je mange ça ? On me présenta un liquide semblable à la bière trouble dans une chope à bière.

« Guten abend (Bonsoir), Doumeguri ! Cela fait longtemps. »

— Yushima Leonhardt, alias « Akihabara de l’Allemagne ».

Il semblait être à moitié allemand, et son apparence était celle d’un étranger. Je crois qu’il était venu d’Allemagne au Japon, mais son but était la culture otaku, comme les animes japonais.

Ce type parlait à tout le monde comme ça parce qu’il ne pouvait pas différencier les Japonais. Je ne faisais pas une exception. C’était l’une des rares personnes qui me parlait. Cependant, si c’était possible, je ne voulais pas qu’il me parle.

« Boire de la bière, c’est bien. J’ai grandi avec la bière, » déclara Yushima.

Non, non, peu importe à quel point tu es allemand, les enfants ne devraient pas la boire, n’est-ce pas ?

« Au fait, en Allemagne, on utilise de la bière pour le premier bain d’un bébé ! » déclara Yushima.

Ne me dis pas de mensonges.

« Ah, et bien… Je vais…, je passe pour aujourd’hui, » déclarai-je.

Euh, aujourd’hui, d’une certaine façon, la façon dont je l’avais dit m’avait donné l’impression de prendre des airs. Cependant, j’étais au milieu d’une mission importante. Je ne pouvais pas me permettre de me saouler et de sortir quelque chose comme « Je suis Hellshaft. »

« D’accord, je te comprends ! La fonction avant l’esthétique ! L’érotisme avant la boisson, c’est ça ? Les Hentais sont les meilleurs ! » cria Yushima.

Argh, je ne sais pas quoi faire avec cet individu étranger ! Reviens ! Rends-moi l’image du bon allemand qui est en moi !

« Mais malheureusement, il n’y a pas de mangas ou de jeux érotiques dans ce monde. Décidons du classement des monstres féminins les plus mignons pour l’instant ! » déclara Yushima.

Tu es au-delà du niveau d’un ivrogne, tu es intoxiqué. Sans répondre et sans rien dire d’autre, l’Allemagne est allée chercher une autre perle dans la bonne humeur. [2]

Je soupirai, et la fille qui était assise à côté d’Asagiri me parla. « Hmm… Doumeguri, est-ce bien ça ? »

Oh, elle ne connaissait pas mon nom. Se pourrait-il que ce soit la première fois qu’elle remarque mon existence ?

— Hinazawa Naru, alias « Loli recommandée pour le MEXT [3] ».

Il semblerait qu’on l’appelait la belle petite fille, mais c’est une belle fille. Son corps décevant déclarait ouvertement qu’elle avait cessé de grandir quand elle était à l’école primaire, mais il y avait une demande pour cela. Au contraire, elle avait une valeur rare en tant que loli légale. De plus, c’était une élève d’honneur avec d’excellentes notes et elle était populaire auprès des enseignants. La seule chose qui me rendait malade, c’est qu’elle était narcissique, qu’elle était consciente d’être mignonne et qu’elle s’en servait efficacement. Eh bien, si tu l’admires de loin, tu peux la lécher.

Les épaules et le nombril étaient révélés, alors que ses vêtements montraient énormément sa peau. Le tissu blanc et doux se collait à son corps, exprimant son corps fascinant et peu développé sans rien épargner. Des jambes fines et naturelles s’étendaient de la jupe courte et des accessoires en or avec des gemmes décoraient ses jambes.

 

Notes

  • 1 Nekama : Nekama est un homme qui prétend être une femme en ligne (jeux, réseaux sociaux). Okama est un homme efféminé/travesti masculin. Nidan ochi signifie blague en deux parties. C’est la deuxième partie d’une blague en trois parties appelée Sanban ochi.
  • 2 L’auteur utilise l’Allemagne et non l’allemand pour faire référence à Leonhardt.
  • 3 MEXT signifie Ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire