Ecstas Online – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 8

***

Chapitre 2 : Exodia Exodus

Partie 8

La lumière du cercle magique était projetée sur les seins de Forneus.

« Attends ! Est-ce que c’est de la magie défensive… ? Ce n’est pas ça !? » s’écria Forneus.

Une lumière rose émergea comme un sceau sculpté sur sa poitrine d’un blanc pur.

C’était un symbole en forme de cœur.

Ce que j’avais choisi sur le vif était l’une des deux magies existant dans le menu.

― « Ecstas ».

Mais… quel effet cela a-t-il ? Forneus était plus ou moins surprise, mais elle n’avait pas l’impression d’avoir été blessée, ni endormie, ni immobilisée. J’avais regardé Forneus qui retenait son souffle.

Mais il ne s’était rien passé.

La magie n’avait-elle aucun sens dans cette situation ? Putain de merde ! Est-ce la fin !?

Mais Forneus n’avait pas abaissé sur moi la dague « Poignard d’Uriel ».

« Hmm ? »

En parlant des changements chez Forneus, alors il y en avait. Était-ce mon imagination, ou sa respiration était devenue plus lourde ? Ses joues rougissaient, ses yeux étaient humides et son expression se transformait en une expression enivrante.

« Nn… haaan ♡. »

Puis elle laissa échapper un soupir douloureux et mélancolique. Sa taille avait commencé à trembler légèrement alors qu’elle chevauchait mon abdomen.

« Qu’est-ce que… qu’est-ce que tu fais ? » demandai-je.

« Ce sont mes mots… nn, qu’est-ce que cette magie, faire à, aaaaan ! Moiii ? » s’écria-t-elle.

De l’ecstas, c’est ça ? Attends, est-ce une magie aphrodisiaque !? Non, je n’ai jamais entendu parler de ce genre de magie !

J’avais paniqué, mais dans un sens différent du mot.

Exodia Exodus ne ment pas, hein !? C’est incroyable ! Je veux dire, à quoi je pense !? Le gars qui a développé ça est un génie ! Je veux dire, un individu stupide !

Forneus avait oublié de me tuer et m’avait frotté l’entrejambe. Chaque fois qu’elle faisait cela, elle levait le visage et laissait sortir une respiration lourde et douloureuse.

Mais, c’était une chance unique dans une vie !

J’avais l’impression que tout ce que je ferais maintenant sera pardonné. Que si je touchais ce corps érotique irréaliste, elle ne se fâcherait pas et ne me détesterait pas ! Sois courageux ! Et vas-y ! Avoir la chance de pouvoir faire ce que je veux à ce corps lascif, pour être honnête, ne se reproduira pas, peu importe combien de fois je me réincarnerai ! Oui, le démon dans mon cœur murmurait. C’était plutôt des cris. Cela m’incitait à le faire.

Non, pour sauver la vie de tout le monde ! Si je meurs ici, je ne pourrai sauver ni Aikawa-san ni mes camarades de classe ! C’est pour aider les autres !

Je me l’expliquais à moi-même et j’avais tendu la main droite. Ma main droite brilla furieusement ! Son cri rugissant me disait de saisir ses seins !

J’avais saisi le sein gauche de Forneus comme si je le soulevais par en dessous.

« Hii ! Kyaaaaaaaaaaaaaah! » Forneus avait poussé un cri sexy. Tout son corps tremblait, elle m’avait regardé de haut avec des yeux effrayés. « Qu’est-ce que c’est que ça… ? J’ai été à peine touchée, et pourtant… Je crois que j’ai joui… tout de suite. »

Elle avait rougi et me l’avait dit d’une voix tremblante, on dirait que je vais bien maintenant. Après tout, cette sensation dans la paume de ma main était incroyable. Il s’agissait d’une douceur que je n’avais jamais ressentie. Je me sentais si bien que j’avais été enchanté par le simple fait de le toucher, et la dure sensation que j’avais ressentie au milieu de ma paume était, comment dire, chatouilleuse et adorable.

« Quelle merveilleuse technique… haaaaunh, j’en veux… plus, plus, plus, » supplia Forneus.

Il semble que le jugement de Forneus ait décliné en raison de cette incroyable bonne humeur. Je n’avais aucune technique, c’était probablement l’effet de l’Ecstas. Mais, même si elle m’avait dit, « tu es bon avec ça ♡, » alors que c’était un mensonge, je serais content.

J’étais devenu surexcité et j’avais commencé à frotter les seins de Forneus des deux mains. Quand je les soulevais d’en bas comme ça, je pouvais bien saisir le poids de ses seins. Je ne savais pas qu’ils étaient si lourds. Je salue, messieurs, les ligaments de Cooper et monsieur, le soutien-gorge, qui les soutiennent toujours admirablement.

Je m’étais assuré de les soulever d’en bas et de les laisser tomber à nouveau. Il était intéressant de voir comment ils se balançaient vers le haut et vers le bas comme s’ils rebondissaient après leur chute en raison du poids des seins. Je ne pouvais pas me lasser de voir leur mouvement, leur tassement et leur balancement. J’avais l’impression de finir par penser sérieusement à la physique d’une façon ou d’une autre. Ce n’est pas ma faute, les lois de la physique sont érotiques donc c’est leur faute, Kakeru-kun essaie d’accuser faussement la physique.

« Fuh, ah, a, a, aaaaaaaaaaaaaaan ! » Forneus laissa filtrer une voix charmante et séduisante et elle se pencha en arrière de toutes ses forces. C’était comme si elle essayait d’étaler les ailes sur son dos et de relâcher un peu la sensation agréable. L’explosion de plaisir n’arrivait pas à s’en tenir dans ce petit corps et se déchaînait dans tout son être. Sa gorge blanche qui se penchait vers l’arrière montait et descendait plusieurs fois et son ventre qui dessinait de beaux arcs se tortillait encore et encore.

Lorsque les contractions se calmèrent, Forneus tomba légèrement en arrière.

D’accord ! Maintenant, c’est à mon tour de la monter. Je vais devenir le roi des combattants de mêlée sur le lit !

J’avais tenu Forneus fermement contre le lit. Elle était dans une posture, alors c’était naturel de mettre mon corps entre ses jambes ouvertes, mais n’était-ce pas problématique ? Aurons-nous un accident ? Vais-je finir par causer une collision ? Une collision frontale ?

J’avais regardé le visage de la fille allongée sur le lit. Ses cheveux dorés étalés sur le drap étaient magnifiques. Les ailes de plumes qui se déployaient comme si elles sortaient du lit semblaient briller. La zone autour de ses yeux était teinte en rose et des larmes coulaient de ses yeux bleus à cause du plaisir excessif. La fille qui avait reçu ce plaisir avait utilisé son corps propre et pur pour la luxure. Bien qu’elle ait l’air d’une fille innocente, elle contenait en elle une telle obscénité — exactement comme une ange déchue.

J’avais aussi ressenti une sensation d’immoralité comme si une sainte femme pure commettait un tabou. Quand je m’étais regardé dans le miroir à côté du lit, j’avais vu un homme nu qui mettait un heaume exagéré sur son corps mince et la silhouette d’un ange pressé par lui, mais j’avais décidé d’oublier ça. Le manga éro était sur le point de devenir un manga gag.

« Maintenant, Forneus. Tu me soupçonnais et tu as essayé de tuer ton propriétaire et le chef de la Porte de l’Enfer ! As-tu très bien réalisé ton péché avec ton corps ? » demandai-je.

Le teint de Forneus devint soudain pâle. Et elle secoua la tête vers la gauche et la droite.

« C’est juste que vous étiez bizarre ! Vous n’étiez pas du tout Hell-sama… vous ne sembliez pas non plus du tout au courant de la disposition du château…, » déclara Forneus.

Donc elle me suivait ? Je n’aurais pas dû être négligent.

« Fufun. Je vais te dire une bonne chose… Je ! Je ne me souviens pas de chaque petite chose ! » déclarai-je.

J’avais fait une mauvaise déclaration seulement appropriée pour un humain. Mais quand je l’avais dit avec tant de fierté et d’assurance, j’avais eu l’impression d’avoir dit quelque chose de formidable ! Mais ce n’était pas grave.

Forneus présentait un visage comme si elle était très impressionnée. Peut-être que les paramètres intellectuels de cette fille n’étaient pas si élevés.

« C’est toi qui devrais savoir les petites choses ! Forneus ! Ton rôle est de m’aider avec ça, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« C’est évident… mais —, » répondit Forneus.

« Si c’est le cas, alors tu devrais t’en souvenir. Si tu le fais, j’aurai besoin de toi et j’espère que tu seras toujours de mon côté. Des objections ? » demandai-je.

« N-Non ! Permettez-moi d’être toujours de votre côté ! » déclara Forneus.

J’avais à nouveau touché sa poitrine abondante et glissai rapidement ma main sur son ventre. Puis, un soupir de plaisir s’échappa des lèvres roses de Forneus. « Fua ♡ aaa... n. »

« Qu’en penses-tu maintenant ? Doutes-tu encore de moi et penses-tu que je sois un imposteur ? » demandai-je.

Les pupilles des yeux de Forneus sont rétrécies comme si elles étaient envoûtées. Un parfum indécent flottait sur son expression faciale. « Non. Seul Hell-sama… me ferait me sentir aussi bien ♡. En plus, je veux me sentir bien, s’il vous plaît. »

J’avais levé la taille et j’avais touché son ouïe, faisant appel à son désir.

« Je suis désoooooolée, Hell-samaa. Je vous ai dit que vous étiez un imposteur. Mais, je m’en fiche maintenant. Peu importe qui vous êtes, tant que je me sens bien. Forneus ne peut penser qu’aux choses ecccccccchi ! Alors s’il vous plaît, faites tout ce que vous voulez à mon corps ! » cria Forneus.

Je me sentais inconsciemment nerveux comme si je me transformais. Hey, ne sois pas agité ! C’est la chute du plaisir dans un manga ero !

Cependant, quand je regardais Forneus qui me craignait, devenait effrayée, docile et implorait le pardon, un sentiment étrange se fit jour. Forneus me semblait étrangement mignonne et délicieuse. Et chaque fois qu’elle me suppliait désespérément pour le plaisir, l’impulsion qui voulait que je souille cette belle fille bouillonnait à l’intérieur de moi.

J’avais finalement commencé à faire quelque chose alors qu’elle mendiait pour ça et j’avais touché ses parties saillantes avec mes doigts.

« Hyaaaaannnn ! Haaaa ! C’est incroyable, je n’en peux plus ! » cria-t-elle.

J’avais écarté cette partie en la tripotant. Je m’étais souvenu de la partie importante d’Aikawa-san que j’avais déjà vue.

« C’est ma première fois, aaaaan ! Je n’arrive pas à y croire qu’il y avait une sensation comme ça ! » cria Forneus.

Je me sens obligé d’être d’accord ! J’ai exactement la même opinion !

J’étais devenu prisonnier des plaisirs inconnus que je ressentais au bout de mes doigts. Ce sentiment était complètement différent d’un mur d’acier, comme les données VR d’Asagiri. Ni mes parents ni l’école ne voulaient m’enseigner que le corps humain possédait une partie qui me faisait avoir un tel sentiment.

Forneus était également maltraitée par les fonctions sexuelles avec lesquelles elle avait été mise en œuvre, elle éleva une voix coquette et immodérée et se tortillait de plaisir.

Je bougeais les doigts comme si je délirais en raison de la fièvre. Forneus secoua son corps et souleva chaque fois son corps en poussant de fortes respirations érotiques. Quand j’avais pensé que je faisais sortir la voix d’une fille comme ça, ma tête devient de plus en plus chaude. J’avais le vertige, je disais des choses que je ne dirais jamais et je faisais des choses que je ne pourrais pas faire d’habitude. La sensation avait grandi comme si j’étais enivré, j’avais l’impression d’être devenu le Roi-Démon.

« Qu’en penses-tu, Forneus ? Veux-tu toujours me tuer ? » demandai-je.

« Noooooon ! Je ne vais pas vous tuer ! » répondit-elle.

Forneus ferma ses ailes comme si elle m’enlaçait avec elles. Ses plumes duveteuses et confortables m’avaient doucement repoussé et j’avais été amené près du visage de Forneus.

Dans ces ailes, c’était un monde rien que pour nous deux.

« Si… aaan, s’il y a une personne qui essaie de tuer mon Hell-sama qui me fait me sentir bien comme ça, je vais tuer cette personne ! » déclara Forneus.

Forneus avait essayé d’appuyer ses lèvres sur le casque. À ce moment-là, la garde de ma bouche s’ouvrit. Et, une incroyable sensation de douceur se répandit sur mes lèvres nues.

Un b-baiser !?

J’avais baissé ma tête. Forneus versa tout son amour et sa douce salive à travers ses lèvres.

Peu importe si c’était un PNJ ou juste des données. Cette ange mignonne dans mes bras était ma subordonnée. Elle était à moi. J’avais écrasé la pointe de son sein durci et pointu et je l’avais frotté à fond comme si j’avais plié la forme du gros sein.

« Nnh, n, nhaa ! Haaah, noooooon ! » Puis le corps de Forneus trembla, et ses orteils tendus fléchirent. « Hell-samaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !! »

Forneus, qui avait fait frémir tout son corps en versant des larmes, s’était évanouie.

Ai-je réussi à m’en sortir, non ?

J’avais regardé vers Aikawa-san qui s’était assise durement sur le sol, haletante. Aikawa-san regardait le lit avec les joues teintes. Peut-être qu’elle était affectée par l’ambiance. Sa main droite touchait ses seins comme pour retenue les palpitations de sa poitrine, et sa main gauche était sur l’entrejambe comme si on l’avait mise là. Quand elle remarqua mon regard, elle s’était assise droit dans l’urgence.

« D’une façon ou d’une autre, tu t’es frayé un chemin à travers… n’est-ce pas !? Tu as agi comme si on te soupçonnait à tort, je m’excuse, » déclara-t-elle.

Aikawa-san s’agenouilla de nouveau sur le sol.

Quel sera le montant des intérêts de ce prêt ? Quand j’avais réfléchi, la fatigue avait attaqué tout mon corps alors que je pensais je vais devoir essayer de trouver un moyen d’éviter de payer cela à partir de maintenant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire