Ecstas Online – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 3

***

Chapitre 2 : Exodia Exodus

Partie 3

Voyons voir... D’abord, je veux enlever cette armure. Je veux aussi vérifier ce qui se passe sous cette armure. Au pire, je ne pourrai peut-être ne pas pouvoir l’enlever, pensai-je.

La première chose que je dois faire, c’est de trouver un endroit où je peux me calmer... comme ma chambre, la chambre du Seigneur-Démon Hellshaft. En tant que Seigneur Démon, je devrais avoir une chambre ou deux pour mon usage exclusif. Cependant, il y a un énorme problème avec cela, pensai-je.

Je ne sais pas où est ma chambre.

Pour commencer, je n’arrive pas du tout à comprendre la structure de ce château. Je suis sûr que la carte m’a été envoyée comme document. Mais, comme je pensais que ce n’était pas pertinent pour moi, je ne l’ai même pas regardé, n’est-ce pas... Putain de merde ! Il faudrait que j’agisse d’une manière un peu plus sérieuse envers mon travail, pensai-je.

Mais tout cela aussi dû à la cruauté de la personne de HELLZ DOMAIN qui s’était occupé de moi, Aikawa-san, qui était la cruauté incarnée. Elle n’était pas une personne, c’était un Oni ayant l’apparence d’une femme. Les reprises et les changements de spécifications donnaient l’impression que ça continuerait à l’infini. Tout cela m’avait sérieusement fait perdre toute motivation.

Ce jeu possédait une grande quantité de personnages définis, donc la charge de travail était vraiment énorme. Le jour où une demande de scénarios pour tous les personnages avait été faite aux scénaristes, le nombre de scénarios et les horaires étaient devenus clairement irréalistes. Même avec les mouvements réalistes à capturer, le jour où les acteurs appropriés avaient été utilisés et avaient réalisé ça dans un studio de capture de mouvement, il semblerait que les coûts n’étaient pas du tout rentables compte tenu des retours envisagés.

S’il s’agissait d’un jeu du passé, alors personne ne s’opposerait à ce que les modèles et les mouvements soient réutilisés, et le fait que les nombres de polygones et la résolution de l’image soient tous deux faibles était tout à fait naturel. Et avant ça, s’il s’agissait de l’ère des jeux avec des graphismes 2D, alors il n’y aurait pas eu de problème avec les dialogues vocaux. Cependant, les machines à réalité virtuelle à très haute résolution et à la fine pointe de la technologie ne permettraient pas aux choses de se dérouler aussi facilement. Au fur et à mesure que la technologie évoluait et que les performances du matériel de jeu augmentaient, les coûts de développement et le temps requis pour la réalisation d’un logiciel finale augmentaient tout autant.

Et ce qui avait été le premier à être réduit, c’était le coût de la main-d’œuvre. C’est pourquoi ils avaient adopté la méthode consistant à utiliser des travailleurs à temps partiel bon marché et à augmenter la quantité de données traitée par chaque personne avec un minimum d’équipement. C’est pourquoi un personnage important comme le dernier boss du jeu, le Seigneur-Démon Hellshaft, avait été remis à un lycéen comme moi.

Ce dont je m’étais souvenu tout à l’heure, c’est que sur la feuille définissant les personnages, afin de pouvoir décider des caractéristiques spéciales de Hellshaft, j’avais attribué plus de la moitié des valeurs numériques par pure rage et je les avais envoyées... mais comme il y avait tant de reprises et que tout cela m’énervait, je m’étais inconsciemment retrouvé dans une colère noire. Je ne le regrettais pas. Étant donné qu’Aikawa-san ne m’avait pas adressé de plaintes à ce propos, elle avait probablement pensé que les données d’origine étaient des déchets et les avait éliminées sans regarder les nouvelles données.

Après tout, si elle avait vérifié le contenu, je l’aurais sûrement regretté. Le résultat aurait été de jeter de l’huile sur le feu qu’était la colère qui définissait l’existence d’Aikawa-san. Franchement, même si je n’étais pas dans un état d’esprit normal, c’était vraiment dangereux. Comme on dit, on ne sait pas ce que feraient les humains lorsqu’ils se retrouveraient acculés dans un coin ! La cause de tout ça, c’était moi.

Mais maintenant, revenons au sujet principal. Donc, à cause de tout ce qui s’était passé avant ça, j’étais ici dans l’Hellshaft, le seigneur du château, mais je ne connaissais pas du tout l’agencement intérieur des lieux.

C’est donc ça, je devrais pouvoir afficher la carte à partir de l’écran du menu, m’étais-je dit après m’être rendu compte que j’étais dans un jeu.

J’avais tendu mon index et mon pouce en forme de L, puis j’avais tourné mon poignet avec l’idée de tourner une poignée de porte. Au moment où je l’avais fait, une fenêtre s’était ouverte devant mes yeux.

J’avais immédiatement remarqué qu’il y avait un bouton Déconnexion dans les éléments du système.

« Ça aurait été bien de se déconnecter... C’est un peu tard pour le dire maintenant, » murmurai-je.

Mais tout cela voulait simplement dire que j’avais été si agité que je n’avais même pas remarqué quelque chose de si basique. Pour aller encore plus loin, ce jeu présentait une sensation de participation au jeu, ou plutôt une sensation de réalité, ce qui m’avait fait oublier que je me trouvais actuellement à l’intérieur d’un jeu. J’avais appuyé sur le bouton Déconnexion du bout du doigt.

« Euh ? Qu’est-ce que c’est que ça ? Le bouton Déconnexion n’est pas actif, » murmurai-je.

Mes espoirs avaient été brisés en un instant. Mais depuis le départ, c’était ainsi que la vie était et rien ne ferait changer cette réalité gravée dans le marbre. Plus l’espoir était grand, et plus le désespoir après lui devient important. C’est pourquoi il valait mieux ne pas avoir d’espoir. C’est pourquoi un événement tel que le fait de ne pas pouvoir me déconnecter était quelque chose qui ferait que je sois frustré ─,

« Attends un peu !? N’est-ce pas très grave de ne pas pouvoir se déconnecter ? Que dois-je faire pour retourner dans le monde réel ? Attends ! N’y avait-il pas des mesures d’urgence ou quelque chose comme ça dans les spécificités du jeu !? Il faudrait faire quelque chose comme envoyer un email à l’administrateur ! » déclarai-je.

J’avais parcouru l’écran du menu en toute hâte. Cependant, je n’avais pas pu trouver un tel mot dans la liste.

Après avoir fait baisser mes épaules en raison de la déception, cette fois j’avais essayé de vérifier mes propres statistiques.

Je m’appelle Hellshaft. Ma race est celle du Seigneur-Démon. Mon niveau n’est pas affiché. Mon niveau n’est-il pas affiché parce que je suis le dernier boss du jeu ?

Passons à ce qui concernait la magie. Hellshaft était un sorcier qui possédait également de puissantes attaques physiques, un soi-disant Épéiste Magique. J’étais sûr que je devrais être capable d’utiliser la magie d’attaque qui me convenait le mieux. Cependant, après avoir vérifié mes magies disponibles, j’avais été franchement étonné.

Quoi, quoi, quoi ? Est-ce tout ce que je peux utiliser comme sort ? me demandai-je.

Il n’y en avait que deux dans ma liste. L’un d’eux était une magie appelée « Ecstas ». Le nom me donnait seulement un sentiment déplaisant. Et puis, l’autre était nommé « L’enfer et le paradis »... Quoi qu’il en soit, je n’avais qu’un sentiment de malaise en voyant ces deux sorts.

En plus de cela, même si ce n’était pas vu comme quelque chose de magique, il y avait une commande système appelée « Téléportation ». Elle me permettait probablement de me déplacer instantanément vers un endroit sur la carte.

Mais qu’est-ce qui se passe ici ? Même si je suis un Seigneur Démon, je ne peux pas du tout utiliser de magie. J’ai aussi vu mes statistiques comme l’endurance et la puissance d’attaque, mais comme je n’ai rien avec quoi comparer, je n’ai aucune idée à quel point ces chiffres sont hauts, pensai-je.

Bien que la carte très grande montrait un croquis approximatif du château, elle ne m’indiquait pas où se trouvait ma propre chambre. Et peut-être parce que la Téléportation ne me laissait aller nulle part ailleurs que là où j’étais déjà allé une fois, rien ne s’était passé quand je l’avais choisie.

En plus, si j’errais sans but pendant trop longtemps, on me soupçonnerait à nouveau. À ce stade, serait-il préférable de demander à quelqu’un comment m’y rendre ?

Non, je ne peux pas faire ça. Si on me demandait pourquoi je ne connaissais pas le chemin de ma chambre, je n’aurais aucun moyen d’y répondre d’une manière appropriée. Après tout, faire semblant d’être amnésique ne servirait à rien, n’est-ce pas ? Ouais, ce n’est pas bon du tout.

Dans ce cas, je n’avais pas d’autre choix que de faire pour le moment semblant de faire une inspection des lieux. Heureusement, mes subordonnés étaient au milieu de la fête de la victoire, donc je ne voyais pas beaucoup de silhouettes de monstres.

L’intérieur du château, inutilement spacieux, était calme là où je marchais. En ce moment, ne pourrais-je pas enlever mon armure même au milieu du couloir ? Alors que je pensais ça, j’avais entendu des sons couplés avec un arôme agréable venant d’un peu plus loin. Il s’agissait du son de quelque chose qui était frappé d’une manière rythmique, et le son de quelque chose qui était en train d’être cuit sur une plaque de fer.

Est-ce que cet endroit... est une cuisine ? Me demandai-je.

Après avoir été attiré par l’odeur et avoir jeté un coup d’œil, j’avais constaté qu’un grand nombre de cuisiniers travaillaient activement dans la cuisine. Toutes étaient de jeunes femmes, mais elles avaient des oreilles de lapin qui sortaient au niveau de leur tête et elles avaient aussi des queues de lapin. Elles étaient probablement toutes des femmes bêtes ou des démons. De plus, comme leur allure avec le tablier était étonnamment mignonne, cela aurait certainement été un spectacle irrésistible pour les personnes qui avaient un goût prononcé pour ce genre de chose. Eh bien, comme je n’étais pas un fétichiste des femmes-animaux, je n’avais aucune envie particulière vis-à-vis d’elles. C’est vrai, je ne suis pas excité à propos des oreilles et des queues, donc à moins qu’elles aient de beaux seins ou de belles fesses, je ne les aime pas particulièrement.

« Hé ! Toi, l’esclave là-bas, qu’est-ce que tu fais ? Dépêche-toi de faire la vaisselle ! »

« Oui ! Je suis désolée ! »

Dans le lot se présentant devant moi, cette personne qui s’était fait désigner comme étant une esclave était belle. Même si sa poitrine était grande, son corps souple et élancé était vraiment magnifique. Elle portait un tissu en loques qui était probablement à l’origine une chemise, et en plus de cela, elle avait des attaches en cuir dans le genre SM attachées sur son corps. Aussi, le tissu qui était enroulé autour de sa taille était tout ce qui cachait son corps. Est-ce que c’était à l’origine un manteau ? Comme je ne vois pas le tissu issu d’une possible culotte, elle était clairement sans sous-vêtement, non ? Sa poitrine se détachait aussi un peu. Bien qu’elle ne soit pas autorisée à porter de sous-vêtements et qu’elle se retrouvait dans une telle position, je ne pouvais pas réfréner mon excitation.

Et puis, elle avait des accessoires classiques pour les esclaves tels qu’un collier, des menottes et des entraves aux pieds. Ces objets mettaient l’accent sur sa position en tant que personnage féminin. Les chaînes avaient été enlevées pour qu’elle puisse faire son travail plus facilement, mais elles étaient probablement attachées à elle normalement. Je ne pouvais pas me lasser de son regard dédaigneux, car elle avait été faite pour porter un costume si indécent, et cela même si elle avait l’impression d’avoir beaucoup de fierté en elle. Ce ne serait pas drôle si s’agissait d’une esclave dans la réalité, mais ce n’était après tout qu’un jeu. Cela devrait également être un PNJ destiné à animer la vision du monde.

« Esclave ! Qu’est-ce que tu fais ? Tu vas travailler 24 heures d’affilée, » ordonna la chef des lieux.

« Oui ! Je suis terriblement désolée ! Je travaillerai 24 heures d’affilée ! » déclara l’esclave.

Ahh, elle a la vie dure. Mais son malheur l’avait plutôt rendue mignonne. Pourtant, on dirait qu’il y avait des esclaves d’entreprise, même dans un monde de jeu comme celui-ci.

« Il n’y a pas assez d’ingrédients ! Dépêche-toi d’aller chercher des ingrédients et de l’alcool dans l’entrepôt souterrain ! » ordonna la chef des lieux.

« Hein ? Mais... mais l’entrepôt souterrain est... est-ce l’endroit avec des créatures bizarres ? Cet endroit a des tentacules gluants et dégoûtants qui se tortillent sur votre corps. Et, même si ce n’était pas si mal la dernière fois, j’ai subi des choses terribles que je ne peux pas dire aux hommes d’affaires qui m’ont fait..., » l’esclave répondit à sa responsable.

Dans tous les cas, il s’agissait d’une voix que j’avais déjà entendue de quelque part... Est-ce que l’échantillonnage de sa voix pourrait être fait par quelqu’un que je connais ?

« Ce genre de choses ne me concerne pas ! Fais simplement un effort, » déclara la responsable de la cuisine.

« Hiiiiiiiiiii ! »

La propriétaire de cette voix était sortie en courant par la porte. Alors qu’elle était arrivée en courant dans le couloir sans regarder devant elle, cette personne avait fait une collision frontale avec mon corps avec cet élan acquis.

« Kyah!? »

En poussant un petit cri, la femme esclave était tombée. Puis, après être tombée sur ses fesses, elle avait grimacé en raison de la douleur occasionnée.

 

 

« Ah ! Euh, aie, aie... Bon sang, qu’est-ce que vous faites là au milieu du couloir... ? » commença l’esclave.

Cette esclave avait levé les yeux vers ma silhouette et elle avait cligné des yeux.

Eh bien, cela me dérangeait depuis un certain temps, mais... cette personne n’est pas un PNJ. Ou pour le dire plus simplement, je connaissais cette personne. Mais pour l’instant, le fait qu’il n’y avait rien sous son pantalon ou sa robe en loque, comme je l’avais prédit, était vraiment important. Je ne pouvais pas séparer mes yeux de cette zone. Eh bien, bien sûr que cela serait impossible. Après tout, une magie démoniaque était jetée sur l’entrejambe d’une femme. C’était une magie qui empêcherait quiconque de détacher son regard si la personne affectée était un homme. C’est pourquoi ce n’est pas ma faute.

Cette femme esclave était devenue pâle alors que ses lèvres tremblèrent de terreur.

« S-Seigneur-Démon... -sama !? » s’exclama-t-elle.

Tout en transpirant des sueurs froides, ses yeux bougeaient partout frénétiquement.

Après que l’esclave femelle ait grimacé et se soit relevé d’un coup, elle s’était placée dans une position de seiza à vive allure. Elle s’était même plaqué la tête contre le sol. Euh, est-ce un dogeza sautant !?

« Je suis terriblement désolée ! J’ai, moi, une humble esclave, fait quelque chose pour causer le mécontentement du Seigneur-Démon, » déclara l’esclave.

« Non, non, non ! Vous pouvez oublier le dogeza ! Et plus important encore, pourquoi êtes-vous dans ce genre d’endroit, à faire quelque chose comme ça !? » lui demandai-je.

Quand la femme esclave avait levé la tête, elle avait plissé ses sourcils en ayant l’air perplexe.

« Hmm ? ... Est-ce que le Seigneur-Démon... avait ce genre d’algorithme...? » demanda-t-elle.

« Euh, vous êtes Aikawa-san... non ? » demandai-je.

« ... Eh ? »

« Euh... C’est moi, Doumeguri. Doumeguri Kakeru, » déclarai-je.

« Doumeguri... -kun ? »

Les yeux d’Aikawa s’écarquillèrent encore plus qu’avant, puis elle devint rouge jusqu’aux oreilles.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire