Divas de la Bataille – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 4

Bannière de Divas de la Bataille ***

Chapitre 4 : Roi-Démon Vs Divas

Partie 4

Wham!

Le sol en dessous d’eux avait tremblé, ce qui avait poussé Bouda à fermer les yeux par réflexe.

« C’est quoi ce bordel !? » s’écria Bouda.

Il avait ouvert les yeux sur une scène violente. Ses troupes se faisaient abattre par une fille aux cheveux roux, jonglant habilement avec une longue épée…

« Bête du Feu ! Bête du Tonnerre ! Bête de l’Eau ! Et enfin, Bête de Glace ! Détruisez-les ! »

Des bêtes élémentaires avaient déchiré ses troupes, mettant le feu à certaines d’entre elles et en gelant d’autres. Derrière eux, une fille aux cheveux bleus avait lancé un sort après l’autre avec une quantité apparemment infinie de mana. Ses troupes, ainsi que ses rêves de promotion, étaient annihilées par ces deux-là.

« Hé, Feena ! Laisse-m’en aussi ! » dit Sharon, abattant un ennemi après l’autre.

« Mais c’est à moi de briller ! » Feena s’amusait comme une folle.

« Hé maintenant ! »

Elles commencèrent à se disputer, attirant à elles les malchanceux soldats impériaux.

« Qui diable sont ces deux-là ? » chuchota Bouda. Il ignorait qu’il venait d’assister au début de la fin.

***

« Pourquoi m’aides-tu — nous ? » quelques minutes après le départ des deux Divas, Kanon avait finalement réussi à se relever de terre. Elle s’approcha d’un Al immobile et s’était assise à côté de lui.

« Hé, j’espère que tu vas laisser tomber les coups de poing et les coups de tête pour aujourd’hui ! » dit Al en plaisantant.

« Hahahaha, ne t’inquiète pas. J’accepte ma défaite… Mais maintenant, je serais heureuse d’entendre une réponse, » elle répondit en souriant. Voyant son sourire pur et adorable pour la première fois, le cœur d’Al avait bondi dans sa poitrine.

« Ne te méprends pas, je ne fais pas ça pour toi ! Je, euh… Mon rêve est de créer un pays où tout le monde peut sourire ! » déclara Al.

Dans ce bref moment de bonheur, Al avait partagé son rêve.

« Hmm… Ton rêve, hein… ? » demanda Kanon.

Kanon le regarda avec émerveillement. La voir sans armure avait confirmé qu’elle était sans aucun doute une Diva. Sa beauté pure rivalisait avec celle des autres, elle avait une peau lisse et impeccable,

Des yeux violets, honnêtes et apaisants, de beaux cheveux longs, soyeux, d’un pourpre pâle, qu’elle avait en quelque sorte cachés dans son casque.

« Hmm, intéressant… Penses-tu qu’une telle chose soit possible ? » demanda-t-elle en penchant la tête. C’était une question honnête de la part d’une personne qui avait perdu tout son pays, mais pour Al, c’était comme si elle niait son existence même.

« On s’en fout si c’est possible ou pas !? Je le rendrai possible, et j’abattrai tous ceux qui oseront s’opposer à moi, même toi ! » s’exclama Al alors qu’il était encore complètement paralysé. Il était trop tard quand il avait réalisé sa grave erreur.

Kanon avait été visiblement ébranlé par sa déclaration sauvage.

« Eep ! Non seulement il m’a battue dans un duel loyal, mais sa seule volonté est… ! Nhhhh ! »

Hein ? Est-ce qu’elle vient de dire « Nhhhh » ?

C’était un murmure, calme comme une brise du soir, mais Al l’entendit haut et fort. Non seulement cela, mais il avait été soumis à ce qui ressemblait à un regard lascif alors que les seins de Kanon tremblaient, affirmant leur domination devant ses yeux. Incapable de bouger, Al était dans le pétrin.

« Quel est le problème, Kanon !? Est-ce que ça va ? » demanda Al.

Al était inquiet à cause de son brusque changement d’attitude.

« J’ai moi-même un rêve. Un vœu, si tu veux, » même sa façon de parler avait considérablement changé.

« Et c’est quoi… ? » demanda Al.

Kanon continua à parler sans faire attention à Al. Bizarrement, ses joues rougissaient, ce qui déclenchait des signaux d’alarme dans tout son esprit. À juste titre, puisque…

Smoosh.

Sans aucun moyen de s’échapper, Al n’avait pas eu d’autre choix que de supporter la poitrine de Kanon qui appuyait contre son torse alors qu’elle s’appuyait sur lui.

« Qu’est-ce que tu fais !? » demanda Al.

Il semblait que la personnalité de Kanon avait fait un cent quatre-vingts, alors qu’elle le regardait avec les yeux embués.

« J’ai fait mon choix. Je vais t’épouser ! » annonça Kanon.

D’où est-ce que ça vient ? Qu’est-ce qui a conduit à cette décision ? 

 

 

Ces questions traversèrent l’esprit d’Al jusqu’à ce qu’il sente le souffle chaud de Kanon sur sa joue. Malgré la témérité de leur combat, le parfum de Kanon était aussi agréable qu’un champ de fleurs après la pluie. C’était une Diva séduisante, cela ne faisait aucun doute.

« J’ai prétendu être un homme parce que mon père ne voulait pas que j’épouse quelqu’un. Par amour pour mon cher et tout-puissant père, j’ai décidé d’épouser la première personne qui pourrait me battre en duel…, » déclara Kanon.

Sa situation actuelle, plutôt dangereuse. Cela lui avait rappelé l’incident avec une certaine succube. Kanon était monté sur lui, fixant ses yeux d’un regard inéluctable tandis que ses seins lui massaient doucement la poitrine chaque fois qu’elle bougeait.

« Et tu m’as vaincue, » déclara Kanon.

Son regard devint encore plus insupportable.

« Mais j’ai eu de la chance. En plus, j’ai le pouvoir du Roi-Démon et tout… ! » Al avait essayé désespérément de réorienter la discussion.

« S’il te plaît, tu n’as pas besoin d’être si humble ! Imagine un enfant né de l’amour entre une Diva et le Roi-Démon ! Ne penses-tu pas qu’il serait imbattable !? » demanda Kanon.

« Non, pas du tout ! Ne nie pas tout ce que la Valkyrie a béni dans notre monde ! » déclara Al.

« Ah ! Mais tu devras prendre mon nom avant qu’on commence à reconstruire Esanthel ! » déclara Kanon.

« N’as-tu pas un peu trop besoin d’aide depuis qu’on sait que tu es une fille ? J’aimerais que tu m’écoutes de temps en temps, mais tu es une Diva, alors je ne pense pas que cela arrive…, » déclara Al.

Il avait voulu régler ça calmement, mais ça n’avait pas vraiment marché.

« Ahhhh… Je ne peux pas… ces mots audacieux, ces yeux enflammés…, » déclara Kanon.

Elle s’enroula les bras autour d’elle et commença à se tordre sur Al, le laissant très confus.

« Hmm ! Merveilleux ! Comme c’est viril ! Maintenant, je sais pourquoi Toshisaka t’a confié cette mission ! » déclara Kanon.

Alors qu’elle passait ses doigts le long du souvenir de Toshisaka, elle jeta son regard sur la moitié inférieure d’Al.

« Oh ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Kanon.

Elle avait remarqué une bosse dans le pantalon d’Al. Toute la vie d’Al avait défilé devant ses yeux alors qu’il maudissait la seule partie de son corps qui n’était pas paralysée.

« C’est une réaction biologique tout à fait normale ! » déclara Al.

Tandis qu’il tentait de s’expliquer, un fort stimulus avait traversé tout son corps. En fait, ce que Kanon caressait n’était pas le souvenir de Toshisaka, mais l’autre poignard qu’Al avait sur lui.

« Hahahahahaha... Les hommes sont fascinants… Ou peut-être que c’est toi qui es fascinant, » déclara Kanon.

L’esprit d’Al avait été mis en orbite alors que Kanon, la personne qu’il avait supposé être un homme pendant si longtemps, traçait sensuellement le renflement de son pantalon avec un sourire insolent, taquin, mais charmant.

« Tu sais, je n’aurais jamais cru qu’un homme aussi excité…, » elle l’avait dit avec un sourire qui pouvait captiver n’importe quel homme et conquérir n’importe quel roi. « Maintenant, ne tournons plus autour du pot. Échangeons nos vœux ! »

« Je préfère continuer à tourner autour du pot ! » déclara Al.

Elle se pencha encore plus près, caressant toujours le renflement toujours croissant d’Al.

« Aaaaaaaaaaaaah ! »

Ils avaient entendu un cri d’à côté.

« Tch, on en arrivait à la partie amusante ! » déclara Kanon.

Dès qu’il avait regardé dans la direction du cri, Al avait su que le cri venait d’un soldat impérial qui cherchait à capturer le roi blessé et la Diva. Curieusement, il avait senti le besoin de remercier son sauveur inhabituel.

« Kanon, cours ! Tout ira bien pour moi, » déclara Al.

Il voulait au moins s’assurer que Kanon soit en sécurité, mais elle ne montrait aucun signe de départ.

Au lieu de cela…

« Hahahaha ! Je suppose que je te protégerai, mais d’abord… »

Elle l’avait soudainement embrassé.

Encore !?

Comme leurs désirs de se protéger mutuellement s’entremêlèrent, la Surtension Céleste s’activa une fois de plus. Cette fois, cependant, le mana d’Al était entré dans le corps de Kanon par un endroit… non divulgable…

« Ehh ? Ahhhh, nhhhhh… Je… Je suis si excitée ! Est-ce à ça que ressemble le plaisir d’une femme ? » demanda Kanon.

Ils nageaient dans le mana et le plaisir.

Boom !

La faux d’Al s’était illuminée et son corps avait été complètement rempli par le mana.

« On se retrouve, Mistilteinn, » Al se leva et salua sa fidèle faux.

« Al, regarde, regarde ! Mon katana ! »

Il regarda la source de la voix trop excitée.

« Bienvenue… Byakuya, » l’épée, deux fois plus longue qu’avant, était noire comme la nuit, seule sa lame scintillait d’un blanc comme l’argent le plus pur. Voyant sa relique réformée, elle murmura. « Hahahaha, quel merveilleux cadeau de mariage ! »

La jeune fille balança joyeusement l’épée, plus longue qu’elle n’était grande.

« On n’a jamais été d’accord pour se marier, n’est-ce pas ? » demanda Al.

« Attends ici, mon chéri. Laisse-moi sortir les poubelles avant notre cérémonie ! » déclara Kanon.

« Écoute-moi bien… Peu importe, essaie de ne pas les tuer ! » demanda Al.

Kanon leva la main pour signaler qu’elle l’avait entendu haut et fort alors qu’elle se dirigeait vers les soldats impériaux.

***

« Qu’est-ce que je dois faire ? » demanda Bouda.

Le vainqueur avait déjà été décidé. Althos et Esanthel auraient dû être effacés de la surface du continent. Qu’est-ce qui n’allait pas ? Selon les rapports, deux Divas, aux côtés de nul autre que la Diva d’Esanthel, avaient fait des ravages sur les forces de l’Empire et étaient en route vers sa position même.

Qu’est-ce que je fais maintenant ? Dois-je battre en retraite et essayer de me regrouper ? Allons-nous plus loin, en nous fiant à nos chiffres ?

Mais juste derrière le commandant novice qui s’effondrait…

« Oh, mon Dieu, ils se disputent déjà ? »

« Qui est le…, » balbutia Bouda.

Bouda était complètement sans voix. Derrière lui se trouvait une déesse blonde aux yeux bleus, portant une robe de cérémonie blanche.

« Qui... Qui… êtes-vous… !? » demanda Bouda.

La déesse souriante ne répondit pas au commandant complètement abasourdi. Elle l’avait regardé dans les yeux, et…

« Oh, mon Dieu, maintenant c’est ton tour. Déshabille-toi, » déclara la déesse.

« Compris ! Compris ! » déclara Bouda.

Charmé par la beauté de la déesse, Bouda enleva son équipement une pièce après l’autre.

Alors…

« Aaaaaaaaaah ! Qu’est-ce que c’est que ça ? Aaaaaaaaaah ! » cria Bouda.

C’est ainsi que le second commandant impérial fut victime de Cécilia d’Althos.

***

« Je vois… Toshisaka est donc… »

Après la bataille, Al avait partagé les derniers instants de Toshisaka avec Kanon, paralysée par les séquelles de la Surtension Céleste. Après une petite sieste pour lutter contre son épuisement complet, Kanon était de retour à son état normal. Al avait enfin retrouvé sa capacité de bouger. En plus d’un peu d’engourdissement ici et là et d’un mal de tête lancinant, il était revenu à la normale. Il était seul avec Kanon, Sharon et Feena. Jamka et Brusch s’occupaient des opérations post-bataille, et Cécilia soignait les soldats blessés à l’infirmerie, qui était désignée par le commandant ennemi suspendu à un bâton dans ses sous-vêtements.

Elle s’adonne à un passe-temps étrange : déshabiller les commandants ennemis jusqu’à leurs sous-vêtements.

Faisant fi de cette pensée, Al se tourna vers Kanon.

« Si… Si j’avais pu l’arrêter, alors peut-être…, » commença Al.

« Ce n’est pas ta faute. C’est de ma faute si j’ai été jouée par l’Empire si facilement, » elle l’avait dit avec un sourire éclatant — ou plutôt rafraîchissant, comme si elle avait décidé de quelque chose.

« Et tu m’as apportée le poignard de Toshisaka pour honorer son dernier souhait, » Al, incapable de supporter son sourire pur, détourna le regard et répondit d’un petit signe de tête. Kanon avait passé ses doigts sur le souvenir de Toshisaka.

« J’apprécie ce que tu as fait du fond du cœur, mais j’ai une dernière faveur à te demander, » elle avait regardé Al droit dans les yeux. « Tout ce qui s’est passé entre nos pays relève de ma responsabilité. J’ai personnellement donné tous les ordres, alors j’aimerais que tu pardonnes à mes troupes. Bien sûr, je suis prête à faire des réparations pour les dommages, même si cela signifie… te donner ma personne même ! »

Frappe

Al avait tapé sur le front de Kanon.

« Ehh !? Quoi ? Pourquoi m’as-tu frappée ? Est-ce tout ce que vous, les hommes, pouvez faire ? » demanda Kanon.

« Prends-le comme tu veux ! » C’était une réponse exceptionnellement brutale de la part d’Al.

« Est-il en colère ? » demanda Sharon.

« Non, il est furieux ! » déclara Feena.

Al entendit le petit échange de Feena et Sharon et se tourna vers elles.

« Bien sûr que je le suis ! Toshisaka a donné sa vie pour la protéger, et maintenant elle jette sa vie ! » Al avait diffusé ses émotions, sans filtre.

« Alors qu’est-ce que je dois faire ? Quel est l’intérêt de mon existence sans mon pays, sans Toshisaka !? Dis-moi ! » demanda Kanon.

Kanon regarda Al, les larmes coulant le long de ses joues, apparemment sans fin.

Mais Al répondit avec un doux sourire. « Tu peux toujours reconstruire ton pays. Tu as encore toutes tes troupes, tous les gens que vous avez sauvés et tous tes amis prêts à donner un coup de main, n’est-ce pas ? »

« Mon peuple… Mes amis… » demanda Kanon.

Kanon essuya son visage et fit à Feena un regard doux. Feena hocha doucement de la tête.

« En plus, on a un tas de maisons vacantes et assez de produits pour tout le monde. Si tu n’as nulle part où aller, n’hésite pas à rester avec nous jusqu’à ton rétablissement, » il avait proposé ça, indépendamment des réprimandes d’une heure qu’il recevrait inévitablement de Jamka.

« Ça veut dire… ça… ça… Ce n’est pas ma fin ou celle d’Esanthel…, » déclara Kanon.

« Bien sûr que non. Tu peux rester ici, rassembler les tiens, récupérer et rentrer quand tu veux, » déclara Feena. Elle s’approcha lentement et enlaça la fille en pleurs.

« Merci… et désolée, Feena… Je t’ai causé tant d’ennuis…, » déclara Kanon.

Kanon avait rendu le câlin. Sachant que Kanon était une fille, il n’avait aucune raison d’être jaloux… Probablement.

« C’est génial et tout, mais je meurs de faim ici ! » Malgré ses plaintes, Sharon souriait.

« T’es-tu calmé ? » demanda Feena.

Quelques minutes, ou peut-être quelques heures plus tard, Kanon avait cessé de pleurer dans les bras de Feena.

« Oui. Désolée, Feena, HAAAAAAA !? » L’expression douce de Kanon fut soudain dépassée par la terreur alors qu’elle levait les yeux vers Feena.

« Bien. Alors, écoutons tes excuses, » déclara Feena.

Son visage doux avait disparu depuis longtemps, remplacé par un regard froid et sombre qui rappelait les nuits d’hiver les plus sombres alors qu’elle tâtonnait la poitrine de Kanon.

« Hein ? Feena ! Lâche-moi… Aïe ! Ça fait mal ! » cria Kanon.

Kanon avait lutté, mais l’emprise de Feena était inébranlable.

« Tu m’as dit que tu étais un homme. Était-ce un mensonge ? » demanda Feena.

« Non ! Je l’ai fait pour mon… Aïe ! Écoute — Owowowowowowowowow ! Je ne voulais pas mentir ! » déclara Kanon.

Après l’avoir torturée un peu, Feena avait finalement lâché les seins de Kanon.

Hmph ! Espèce de menteuse ! Traîtresse ! » déclara Feena.

« Hein !? Ne viens-tu pas de me traiter d’amie ? » demanda Kanon.

« Je n’ai jamais dit ça. Si tu restes dans ce pays, coupe ces melons ou reste hors de ma vue ! » déclara Feena.

La contradiction dans ses paroles était claire comme de l’eau de roche, mais personne n’osait s’élever contre elles.

Je vois ! Elle portait cette armure pour cacher ses seins !

Al était visiblement satisfait de sa découverte, mais Feena, qui le regardait au mauvais moment, l’était moins. Elle s’était enfuie en boudant.

« Feena, attends ! Écoute, on peut enfin vivre ensemble ! Discutons un peu ! » déclara Kanon.

Sa grâce sur le champ de bataille ayant apparemment disparu dans les airs, Kanon courut après Feena, essayant désespérément d’attirer son attention.

« Je veux être avec Al... et personne d’autre, » son petit murmure en jetant un coup d’œil en arrière sur Al avait été emporté par le vent.

***

« Hehehehe. C’est merveilleux, Roi-Démon… »

Au fond du château, dans la niche la plus sombre où seules les membres de la royauté pouvaient marcher, se tenait une servante. Elle traçait si lentement l’empreinte de son doigt dans la porte géante. Dans ce trou se trouvait une faux colossale.

« Ils ont relâché la deuxième faux… Hehehehe, bientôt, mon Seigneur. Très bientôt en effet… »

Son sourire sadique et envoûtant avait scintillé dans l’obscurité avant de disparaître.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire