Divas de la Bataille – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 5

***

Chapitre 1 : Émotions Dispersées

Partie 5

Dès qu’il entra dans le château, il aperçut Jamka, fixant attentivement un morceau de papier.

« Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Al.

Al avait l’intention de s’éclipser avant que Jamka ne puisse se plaindre à lui, mais le regard impatient de Jamka l’avait forcé à entamer une discussion.

« Pourquoi es-tu caché dans ce coin ? Quelqu’un t’a chassé ou quoi ? » demanda Al.

Il craignait que le personnel ne l’intimide parce qu’il était un soi-disant « traître », mais…

« Ne dis pas quelque chose d’aussi cruel dès qu’on se rencontre ! Et tu sais que tout le monde se disait : “Eh bien, je ne t’en veux pas. Si j’apprenais que le roi que j’ai servi de tout mon cœur est un enfant gâté et qu’on dit maintenant qu’il est le roi démon, alors je voudrais aussi m’enfuir !” Pourquoi ces gens voudraient-ils me chasser, hein !? »

Il s’était fait gronder. Al avait fait une note mentale pour demander qui avait dit exactement cela, tandis que Jamka avait fait un sourire amical.

« Même si tu as l’air d’une belle-mère harcelante, je sais que tu t’inquiètes pour moi. Désolé, » déclara Jamka.

Mais son sourire doux n’avait pas pu tromper Al. Jamka essayait manifestement de cacher le document qu’il venait de lire.

« D’accord. Préviens-moi s’il se passe quelque chose, » déclara Al.

Al avait fait comme s’il n’avait rien vu, et avait lentement dépassé Jamka, mais ensuite…

« Et qu’est-ce que c’est que ça !? » demanda Al.

Dès qu’il était passé derrière Jamka, il lui avait pris le document.

« Ah ! Hé, attends, ce n’est pas ce que tu crois ! C’est Lady Cécilia qui me l’a donné…, » déclara Jamka.

Jamka avait essayé de trouver une excuse sur le champ.

« De ma sœur ? » demanda Al.

Jamka était rarement agité, alors Al l’avait trouvé incroyablement suspicieux. Il passa rapidement en revue le papier qu’il tenait dans ses mains.

« Un projet de loi pour permettre le mariage entre frères et sœurs, parents et enfants, et hommes et femmes de tous âges ! » Al avait lu le titre scandaleux. « Haah... Bon sang, c’est quoi ce bordel, Cécilia… ? »

Il sentit son esprit s’engourdir tandis qu’il poussait un soupir d’épuisement.

« Quoi qu’il en soit, je lui donnerai ça moi-même. Tu as déjà assez à faire, ne te laisses pas emporter par ses idées folles, » déclara Al.

« Tu as raison, mais j’ai reçu ça d’elle personnellement, donc c’est à moi de le rapporter ! » déclara Jamka.

Al n’avait pas pu s’empêcher de sourire en voyant la loyauté absolue de Jamka.

« C’est très bien. Laisse-moi t’aider de temps en temps, » déclara Al.

« D’accord, alors… Merci…, » répondit Jamka.

Jamka s’en alla, apparemment déprimé.

Il se comportait souvent ainsi quand c’était arrivé…

Al s’était rappelé des événements qui avaient conduit à la désertion de Jamka. Il avait vite couru après son vieil ami, mais…

« Haah, et voilà pour le mariage de Brusch…, » il avait à peine capté ce murmure prudent. Il s’était arrêté sur ses pas.

« Quelle putain de blague ! » Il déchira agressivement le document qu’il tenait à la main et se dirigea vers le grand bain.

« Haah, enfin. Ça m’a pris du temps pour venir ici, » déclara Al.

Al avait encore du temps avant le petit-déjeuner, mais pour une raison ou une autre, cela le dérangeait de savoir combien de temps il avait perdu avec Jamka.

Qu’est-ce que je dois faire de lui ?

En ayant de nombreux sentiments en lui en ce moment, il avait ouvert les portes de la grande baignoire avec force.

« Bien, au moins c’est libre, » déclara Al.

Il avait jeté un coup d’œil dans le bain. La baignoire géante, capable d’accueillir vingt personnes, avait rempli la pièce d’une vapeur épaisse et chaude. Il examina attentivement le bain massif, environ quatre fois plus grand que la chambre d’Al, mais il ne pouvait même pas voir le bout de la pièce à travers l’épaisse vapeur.

« J’ai déjà eu affaire à notre maniaque de l’assassinat, donc je pense que je peux y aller en toute sécurité, » déclara Al.

En disant cela, il avait enroulé une serviette autour de sa taille et était entré dans le bain. Il voulait sauter immédiatement dans la baignoire si invitante, mais ce serait impoli de le faire couvert de boue. Il avait rempli d’eau un seau posé sur le sol et il le versa sur sa tête.

« Aïe, aïe, aïe… »

L’eau chaude avait envahi toutes les égratignures présentes sur son corps.

« Je n’ai même pas pu effectuer une contre-attaque…, » murmura-t-il.

Après avoir parcouru les égratignures avec son doigt, il avait plongé son corps dans l’eau. Il ferma les yeux et s’enfonça dans le fond de la baignoire.

« Ahhhh ! C’est ce que j’ai attendu toute la journée ! » déclara Al.

Il avait serré les poings en signe de bonheur. Althos n’était en aucun cas un pays riche, mais dans d’autres pays, même la royauté ne pouvait pas se permettre de s’imbiber d’autant d’eau chaude. Mais Althos était différent. Il avait été choisi comme lieu de repos pour le Roi Démon en raison de l’immense énergie magique qui coulait sous terre. Cette énergie avait renforcé le sceau, mais elle avait aussi procuré de nombreux avantages à ses résidents. L’un de ces avantages était l’eau. L’énergie magique purifiait les cours d’eau souterrains, ce qui permettait à l’eau de jaillir à la surface du sol sous forme d’eau chaude, ce qui permettait aux résidents d’avoir accès à de l’eau chaude en tout temps.

« Haah ~, est-ce que c’est à ça que ressemble le paradis ? » demanda Al.

Il se lava le visage et regarda autour de lui sans but. Mais soudain, il aperçut une ombre menaçante nager à la surface de l’eau.

« Je croyais que Sharon en avait fini avec ça… Est-ce un nouvel assassin ? » demanda Al.

Il fixait attentivement l’ombre, bouillonnant de rage, car son temps de qualité était en train d’être gâché. Restant sous la surface, cela s’approchait lentement d’Al. Al se leva avec précaution et saisit la seule arme à sa portée : un seau en bois. Et puis…

« Qu’est-ce que… !? » s’écria Al.

Il était sans voix lorsqu’il avait finalement repéré la silhouette projetant l’ombre. C’était Feena, toute nue.

« Hein ? F-Fee — quoi ? Pourquoi ? » demanda Al.

En raison du passage soudain d’une situation de relaxation totale à une situation apparemment mortelle, il avait perdu la capacité de former une phrase cohérente.

« Je ne vois rien avec toute cette vapeur. Je n’arrive pas à voir sa belle peau claire qui devient lentement légèrement rougeâtre ! » Il chuchota comme s’il priait les Dieux. Le fait de détourner son regard ne lui avait même pas traversé l’esprit étant donné sa stupeur.

Elle est toute nue !

Quelque chose s’était mis à gonfler, et pour être plus précis, en bas du corps d’Al, prouvant qu’il était bien un jeune homme en bonne santé.

« Ahh ! » Al s’était vite enfoncé dans l’eau pour cacher sa virilité gonflée.

« Al, c’est impoli d’entrer dans le bain avec ta serviette autour de toi, » déclara Feena.

« Et pourquoi n’est-ce pas impoli pour nous de prendre un bain en même temps, hein ? » demanda Al.

Il s’était tranquillement félicité d’avoir conjuré une réplique dans cette situation.

« C’est normal pour un couple marié, » mais la Diva aux cheveux bleus n’en avait pas été affectée du tout par ça. Au contraire…

« Al, laisse-moi te laver le dos. Alors je vais laver ton #$@@& avec mes & #**@& $. Je vais même nettoyer ton %#&@$, alors s’il te plaît…, » déclara Feena.

Dès qu’elle avait terminé son plan inutilement détaillé…

Éclaboussure !

Elle était plutôt chancelante quand elle s’était rendue à Al, alors elle s’était effondrée dans l’eau. Elle s’enfonça comme une pierre, on n’entendait que l’eau bouillonnante derrière elle.

Un… deux…

Son dos rosé flottait au-dessus de l’eau, mais le reste de son corps était encore enfoncé dans l’eau.

« Hein !? Hé ! Vas-tu bien ? Arrête de faire l’imbécile ou tu vas te noyer…, » déclara Al.

Il s’était précipité vers Feena, mais il s’était soudainement arrêté.

Je ne peux pas la toucher comme ça.

S’il touchait Feena directement, elle serait dépassée par la luxure… euh, la Surtension Céleste.

Attends, c’est peut-être ma chance. Si je n’active pas la Surtension Céleste avec les sept Divas, le Roi Démon sera libéré.

Il s’était répété les paroles de Lilicia.

« Si Feena est faite, alors il en resterait cinq, hein ? »

Il envisageait de le faire, mais Al n’était toujours pas sûr de pouvoir faire confiance à Lilicia.

Oh, et nous n’avons pas la faux ou sa relique ici…

Puis il se souvint que ce n’était pas le moment de réfléchir à de telles questions.

« De toute façon, ce n’est pas juste. Je peux jeter ma fierté, avec mon rêve, à la poubelle si je fais une Surtension Céleste avec une fille inconsciente ! » déclara Al.

Mais maintenant que j’y pense, on est tous les deux nus dans une pièce fermée… C’est mauvais, ça.

Non seulement la situation de la fille qui se noyait était horrible, mais sa maîtrise de soi qui s’estompait lentement l’inquiétait tout autant.

« Merde… Mais je dois faire quelque chose…, » déclara Al.

La Diva de Subdera s’était noyée dans le bain d’Althos. Même si c’était vrai, personne ne croirait à une déclaration aussi ridicule. Al s’était décidé, alors il avait enlevé la serviette de sa taille et s’était approché de Feena… tout en gardant les yeux fermés. Puis, au moment où il avait essayé d’enrouler la serviette autour d’elle et de la ramasser — .

Éclaboussure !

Feena avait soudain levé la tête hors de l’eau. Al avait ouvert les yeux devant le bruit des éclaboussures, mais il avait rencontré sa magnifique peau blanche comme neige, reflétée par l’eau chaude du bain, ainsi que ses monticules étonnamment modestes.

« Pwah ! Al... tu as été si lent… Je devais… me retenir… J’ai failli m’y noyer… ! » déclara Feena.

Ce qu’elle avait vu, c’est Al debout là, comme une sorte de statue ancienne dans toute sa gloire virile… c’est du moins ce qu’il imaginait. Ce qu’il n’avait pas réalisé, c’est que la tête de la fille était juste au niveau de sa taille, et que ses yeux étaient collés vers une certaine partie de sa tête. Ses joues devenaient de plus en plus rouges chaque seconde.

« Quelle assurance de ta part... ! Mais ne penses-tu pas que c’est un peu trop tôt ? » demanda Feena.

Feena devait être gênée. Elle bougeait et se couvrait les yeux avec ses mains.

Al n’avait pas eu le temps de s’inquiéter pour ça.

« Non, attends ! Je voulais te sauver —, » il avait rapidement nié l’accusation la plus odieuse, mais…

« Al, voulais-tu m’attacher les mains avec cette serviette et faire de moi ton jouet ? » demanda Feena.

« Non, quoi !? Si je te touchais directement, tu serais dévorée par la luxure, tu t’en souviens ? » demanda Al.

« Tu es tellement amoureux de moi que tu veux faire le Surtension Céleste… Merci…, » déclara Feena.

Ses délires devenaient incontrôlables et ses joues devenaient de plus en plus rouges, jusqu’à ce qu’elle s’enfonce à nouveau dans l’eau.

« Blub! »

« Hé, Feena ! »

Il avait rapidement attrapé Feena avec la serviette et l’avait tirée hors du bain. Il avait finalement eu le temps de pousser un soupir de soulagement, mais…

 

Une soif de sang.

 

« Oh mon Dieu, quelle surprise de te trouver ici ! Laisse-moi laver ton…, » déclara Cécilia.

« Ahh, Cécilia ! Qu’est-ce que…, » commença Al.

La porte de la baignoire s’était ouvert et le son résonna dans la pièce. Cécilia et Sharon étaient entrées dans le bain. Il n’avait aucune idée de la raison de leur présence, mais il ne pouvait pas s’inquiéter à ce sujet. La raison de leur arrivée était loin d’être anodine. Le vrai problème, c’était l’endroit où elles regardaient.

« … » « … »

De leur point de vue, Al avait peut-être l’air d’avoir attaqué le Feena complètement nue. Non, pas « peut être ». Ça ressemblait vraiment à ça.

« Non, c’est un malentendu ! Je peux expliquer…, » commença Al.

Juste au moment où il était sur le point de commencer son explication, la Diva aux cheveux bleus avait repris connaissance.

« Tu es si long… C’était incroyable…, » déclara Feena.

Même ses monologues délirants l’accablaient.

!!

« Hé, ne marmonne pas quelque chose d’aussi incriminant ! » répliqua Al.

Puis, elle avait de nouveau fermé les yeux.

« Ne t’évanouis pas quand j’ai besoin de toi ! Dis-leur que je suis innocent…, » déclara Al.

« … »

Mais elle dormait profondément, comme si elle venait de se glisser dans son lit confortable après un délicieux repas chaud par une froide nuit d’hiver. Alors, Al s’était demandé comment il pourrait échapper à la situation dans laquelle il se trouvait.

« O-Oh mon Dieu… Peux-tu m’expliquer ce qui s’est passé ? » demanda Cécilia.

« Espèce de porc ! Jusqu’où peux-tu descendre ? » demanda Sharon.

Il était certain que le regard de Cécilia allait lui transpercer l’âme, tandis que Sharon lui donnait son tout nouveau titre, plutôt déshonorant : « porc ».

« Fuuuu… Je vous en supplie, s’il y a quelqu’un dehors, sauvez-moi ! » cria Al.

 

 

Il avait mis ses mains ensemble et avait plaidé vers le plafond.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire