Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 6 – Prologue – Partie 4

***

Prologue

Partie 4

« Euh... Pardonnez-moi d’être venue à vous si tard dans la nuit, seigneur Diablo, » déclara une petite voix de l’autre côté de la porte. « J’ai vu que la lumière était toujours présente et j’ai pensé que vous étiez peut-être encore éveillé. »

C’était la voix de Lumachina.

Normalement, il l’aurait laissée entrer dans la pièce, mais Laminitus était toujours là, et en plus, dans une robe plutôt révélatrice. La pièce était également remplie d’une odeur d’alcool, ainsi que d’une autre odeur plus obscène.

Même une fille comme Lumachina ne jugerait pas trop sévèrement un bon moment de beuverie lors d’une occasion aussi joyeuse — mais Diablo ne savait pas si ce qu’ils venaient de faire pouvait être considéré comme un « bon moment de beuverie ».

Diablo avait ouvert la fenêtre pour aérer la pièce.

« Quelque chose ne va pas ? » répondit Diablo, choisissant finalement de garder la porte fermée.

« Ce n’est rien d’urgent, mais... il y a quelque chose dont je dois discuter avec vous, » déclara Lumachina.

« Je t’écoute, » déclara Diablo.

« Je pense que je vais bientôt retourner dans la capitale royale, » déclara Lumachina à travers la porte.

« Quoi !? » s’écria Diablo.

« Bien sûr, pas tout de suite. Il y en a encore beaucoup ici qui ont besoin d’un traitement, et à partir de demain, nous pourrons utiliser l’Église, alors j’ai l’intention d’éradiquer la maladie des “Clochettes de la Mort”, » déclara Lumachina.

« D-D’accord, » répondit Diablo.

La sorcellerie du capitaine des Paladins Batutta avait propagé une terrible malédiction appelée la maladie des Clochettes de la Mort autour de la Tour de Zircon. Mais grâce à un objet apporté de la base personnelle de Diablo, la « Statue du bœuf blanc », ils avaient maintenant pu dissiper la malédiction des habitants de la ville. Lumachina n’était pas la seule capable d’utiliser la statue, mais, sans elle, le processus serait probablement dans un certain chaos.

Batutta parti, il n’y avait personne pour diriger l’Église dans cette ville. Si Lumachina devait partir, elle devrait nommer quelqu’un de digne de confiance pour diriger l’église locale. Mais une fois que cela aurait été fait...

« Tu dis que tu veux retourner dans la capitale, mais cela ne veut-il pas dire retourner entre les mains de ceux qui ont essayé de t’éliminer ? » demanda Diablo. « As-tu une chance de gagner contre eux ? »

Lumachina était le membre la plus haut placée de l’Église, la Grande Prêtresse. Pourtant, les figures clés qui auraient dû la servir — les membres de l’Organe Cardinal — avaient plutôt tenté de réclamer sa vie parce qu’elle avait essayé de débarrasser l’Église de la corruption.

Lumachina pouvait bien occuper la position la plus élevée dans l’Église, mais les Paladins, qui servent de bras et d’épée à l’Église, avaient toujours obéi à l’Organe Cardinal. Ils avaient utilisé leur autorité pour détourner des fonds et garder l’Église sous leur contrôle.

Sans pouvoir de se défendre, l’Organe Cardinal se débarrasserait d’elle. Réalisant cela, Lumachina s’était rendue à Tour de Zircon, espérant enrôler le capitaine des Paladins Batutta à ses côtés. Cependant, alors qu’on disait qu’il était un homme noble, Batutta, lui aussi, était tombé dans la malveillance. La situation de Lumachina n’avait pas du tout changé.

Quant au Paladin envoyé par l’Organe Cardinal pour l’assassiner, Lumachina l’avait sauvé de la mort dans le donjon de Diablo...

— Il devrait y avoir une limite à ta naïveté...

Malgré tout son jeu de Seigneur Démon, Diablo n’était encore qu’un rôle. Il ne voulait pas que quelqu’un meure. Mais, si quelqu’un menaçait sa vie, il doutait qu’il aille si loin pour les sauver. Il donnait la priorité à la vie de ses amis plutôt qu’à celle de ses ennemis, et il n’hésiterait pas non plus à tuer ceux qui l’attaquaient avec l’intention de tuer. Cela devrait être évident.

Mais c’est précisément parce que les batailles où la vie et la mort étaient en jeu étaient si courantes dans ce monde, que Diablo sentait que la compassion de Lumachina était une chose précieuse à défendre.

« Comme je le suis en ce moment, je vais probablement échouer, » avait admis Lumachina. « Il est très possible que je ne donne même pas l’occasion aux gens de vouloir une réforme. »

« Alors tu comprends la situation, » déclara Diablo.

« Je le sais... mais j’ai toujours l’intention de partir dans un mois, » déclara Lumachina.

« Pourquoi es-tu si pressée de revenir ? » demanda Diablo.

« Parce que le Seigneur Démon a été ressuscité. Je crains que l’Église n’ait pas le pouvoir de défendre le peuple en ce temps de détresse, pas quand elle est dirigée par ceux qui agissent seulement pour accomplir leur propre avidité, » déclara Lumachina.

« Je doute fort qu’ils réussissent, » déclara Diablo.

« Vous le pensez aussi, Seigneur Diablo ? » demanda Lumachina.

« Attendre de ces salauds corrompus au sommet de la société qu’ils se réforment et qu’ils se débarrassent de leur cupidité en raison d’une crise imminente est quelque chose qui n’arriverait que dans un conte de fées. La réalité est beaucoup plus froide et cruelle que cela, » déclara Diablo.

« Alors, ils ne feront rien ? » demanda Lumachina.

« Oh non, ils agiront, d’accord... Dès qu’ils auront vent du réveil du Seigneur Démon, ils transféreront leurs fonds et leurs familles dans un autre pays. Une fois les lignes de front perdues, les riches et les privilégiés seront les premiers à tourner la queue et à fuir la capitale, » déclara Diablo.

« Non... C’est affreux..., » déclara Lumachina.

« Les méchants ne changent jamais leurs habitudes. Quelle que soit la situation, ils essaient toujours de trouver la meilleure façon d’exploiter les autres pour maximiser leurs gains, » déclara Diablo.

« Oui... Vous avez raison. Je le pense aussi. Rien ne vaudrait mieux que de les voir changer... Mais vu la situation, la seule chose que je vois arriver, c’est la mort d’innocents, » déclara Lumachina.

« En effet..., » déclara Diablo.

Diablo comprenait pourquoi Lumachina était pressée. Mais elle n’avait aucun moyen d’arrêter l’Église.

— J’ai un mauvais pressentiment...

« Je vous en supplie, Seigneur Diablo ! S’il vous plaît, prêtez-moi votre force et protégez-moi ! » demanda Lumachina.

Elle avait cru que Diablo était un « Dieu qui avait pris l’apparence d’un aventurier prétendant être un Seigneur Démon ». Non, peut-être qu’elle l’avait déjà fait avant, mais elle avait déjà vu à travers son mensonge maintenant...

— Dois-je aller à la capitale pour défendre Lumachina ?

Cela signifierait faire irruption dans la forteresse de l’Organe Cardinal, exposer leurs mensonges et leur corruption, et redonner à Lumachina sa position et son autorité légitimes. Pour ce faire, il devait se battre contre les Paladins, qui étaient tous de niveau 100 environ.

Ce serait difficile...

« Que ferais-tu si je refusais ? » demanda Diablo.

« Dans ce cas, je retournerais seule dans la capitale, » déclara Lumachina.

« Tu vas mourir, » déclara Diablo.

« Vivre sans rien faire pour changer les choses serait bien pire, » déclara Lumachina.

« N’y en a-t-il pas d’autres que tu pourrais demander de l’aide ? » demanda Diablo.

« Je ne trouverais pas quelqu’un de plus fort et de plus fiable que vous si je fouillais Lyferia de fond en comble, Seigneur Diablo. Et même si je le faisais, il serait incertain qu’ils coopèrent avec moi. Je ne m’accrocherai pas à des perspectives aussi minces. Je préfère retourner dans la capitale et essayer de réformer l’Église de toutes les manières possibles, même si cela me coûte la vie, » déclara Lumachina.

Les lèvres de Diablo se mirent à sourire avec un « Hmph. »

Peut-être qu’avant, il aurait cru que faire face à des dizaines de Paladins serait « difficile », mais maintenant, les choses était différent.

« Très bien, très bien, » déclara Diablo.

« Hein ? » s’exclama Lumachina.

Les objets qu’il avait ramassés dans son coffre au trésor étaient les plus solides, sans égal. Les choses n’étaient plus ce qu’elles étaient avant.

 

« J’exaucerai ton vœu. Mon pouvoir sans fin détruira tous ceux qui se tiennent sur ton chemin, » déclara Diablo.

 

« Oh... Oh, merci beaucoup ! Merci infiniment ! » déclara Lumachina.

Lumachina s’était prosternée sur le sol du couloir et s’était inclinée à plusieurs reprises en signe de gratitude, bien que Diablo ne pouvait pas la voir à travers la porte fermée.

Après avoir fait sa déclaration imposante, le regard de Diablo tomba sur Laminitus, qui l’avait regardé fixement, boudant de déplaisir. Diablo avait grimacé malgré lui.

« Quoi ? » demanda Diablo.

« Notre hospitalité manquait-elle ? Partez-vous vraiment dans un mois ? » demanda Laminitus.

« Tu as entendu ce qu’on a dit. La raison doit être claire, » déclara Diablo.

« Nous voyons que vous préférez... les jeunes filles..., » déclara Laminitus.

« Ce n’est pas ça ! » s’écria Diablo.

Diablo éleva la voix avec insouciance, ce qui fit que Lumachina lui demanda de l’autre côté de la porte : « Y a-t-il un problème, Seigneur Diablo ? »

« Ah, Hmm ! Non, tout va bien. Il est tard et tu as beaucoup à faire demain. Tu devrais rentrer et te reposer, » déclara Diablo.

« Oui... Euh..., » déclara Lumachina.

« As-tu besoin d’autre chose ? » demanda Diablo.

« Non, c’est juste que... merci beaucoup, Dieu, » déclara Lumachina.

Lumachina était retournée dans sa chambre, laissant ces mots derrière elle.

— Elle le croit toujours !?

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. On va revoir une certaine chevaleresse qui voulait ressuscité le roi démon ?

    • [spoil]

      Oui, et à plusieurs reprises. Elle est l'un des personnages secondaires assez importants du roman, assez pour même être sur la liste graphiques des personnages clefs du roman.

      [/spoil]

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire