Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 5 – Chapitre 5 – Partie 2

***

Chapitre 5 : Changement d’équipement

Partie 2

La porte derrière le trône de Diablo conduisait à un vaste espace qui semblait s’étendre à l’infini. Personne ne croirait que quelque chose comme ça aurait été enterré sous le désert. Peut-être que cet endroit fonctionnait selon la même logique que la poche de Diablo, qui était magiquement relié à un autre endroit, ou peut-être que le vide lui-même avait été créé par magie.

D’innombrables rangées de socles de pierre étaient alignées dans cet espace, s’étendant à perte de vue. Un objet avait été placé sur chaque piédestal.

Rem avait plissé ses yeux. « ... Cet endroit ressemble à un cimetière. Diablo, est-ce vous qui avez fait ça aussi ? »

Il secoua la tête en réponse. « Dans l’autre monde, tout ce que j’avais à faire était de préciser ce que je voulais et il me serait immédiatement livré. »

« Wooow, on dirait que vous étiez un roi ! » s’exclama Shera.

« Bien sûr que oui. Je suis après tout un Seigneur Démon, » déclara Diablo.

En d’autres termes, dans le jeu, tout ce qu’il avait à faire était de choisir un article dans sa liste de stockage, mais il n’avait pas l’intention d’entrer dans les détails.

En regardant les innombrables objets, Diablo avait été submergé par le nombre. Il aurait dû y avoir une fonction pour les trier selon leur type et leur rareté...

« Hmm... »

« Vous cherchez quelque chose en particulier, Maître ? » demanda Rose.

« J’ai besoin de la Statue du Bœuf Blanc, » déclara Diablo.

Il s’agissait d’un cadeau obtenu lors d’un événement d’une durée limitée, qui avait été classé dans la catégorie « Éléments importants ».

« Alors, cela devrait être là-bas. » Rose hocha la tête. « Suivez Rose, s’il vous plaît. »

— Très bien, elle se souvient où c’est ! Rose, tu es si utile ! Je suis désolé de t’avoir traité de Roomba alors que je venais de t’avoir ! pensa Diablo.

« Je te le permets. Montre-nous le chemin. » Dansant une petite danse de la victoire dans son esprit, Diablo acquiesça d’un signe de tête solennel, à la manière appropriée pour un Seigneur-Démon.

« Comme vous voudrez, mon Maître. » Rose s’inclina respectueusement et commença à les guider à travers la chambre forte.

Rapidement, Diablo avait détecté un objet familier reposant sur l’un des piédestaux. Il s’agissait d’une statue de bœuf de couleur ivoire qui brillait d’une faible lumière. Il voulait se précipiter en avant et l’attraper, mais...

— Non, je ne peux pas. Un Seigneur Démon ne ferait jamais ça. Calme-toi. Calme-toi, pensa-t-il.

Diablo jouait le rôle d’un Seigneur Démon. S’il ne prétendait pas être quelqu’un d’autre, il serait incapable de parler à qui que ce soit. S’il essayait de parler avec sa propre voix, il ne ferait que bégayer et s’étouffer avec ses paroles. Le souvenir de tous ses échecs passés le hantait, lui enlevant sa capacité à penser correctement.

— En ce moment, je suis le Seigneur Démon Diablo. C’est important de garder les apparences de cette manière, pensa Diablo.

Seul un aventurier novice sauterait de joie après avoir trouvé le coffre au trésor. Diablo était au-dessus de ça. Il avait mis toute sa volonté à ne pas hâter sa démarche en s’approchant du piédestal.

« Hehe... Tous ces ennuis pour cet objet stupide. » Il ricana avec l’arrogance comme ce que l’on pourrait attendre d’un Seigneur Démon.

« C’est ça, Diablo ? » demanda Rem.

« En effet. » Diablo acquiesça d’un signe de tête. « C’est la statue du bœuf blanc. »

Enfin ! Tout le monde avait fait entendre leur voix en une acclamation. Les yeux de Shera et Horn brillaient d’excitation, tandis que Lumachina se mettait à genoux et mettait ses mains ensemble en remerciement.

« ... Comment sommes-nous censés l’utiliser ? » demanda Rem.

« Hmph, ne le sais-tu même pas ? » demanda Diablo.

— En vérité, je suis aussi paumé que toi, pensa Diablo.

Dans l’histoire du Croisement de la Rêverie, la Statue du Bœuf Blanc ne faisait que briller. Comme c’était souvent le cas dans le jeu, l’écran clignotait en blanc et servait de substitut à la cutscene, puis un dialogue avec les PNJ guéris de la maladie avait surgi, où ils avaient remercié les joueurs pour leur héroïsme.

« Hm... Je crois que je sais m’en servir. » Lumachina s’avança.

« Je n’en attendais pas moins de toi. Va de l’avant et utilise-la. Je te l’autorise, » déclara Diablo.

Ne laissant pas apparaître la surprise sur son visage, Diablo s’était écarté, permettant à Lumachina de s’approcher de la statue. Lumachina posa une main sur la tête de la Statue du Bœuf Blanc.

« Je peux le sentir... Cette chaleur... C’est de la puissance du Seigneur, » déclara Lumachina.

Lumachina ferma les yeux. Qu’est-ce qui est passé au plus profond de son cœur en ce moment ? Diablo n’avait aucun moyen de savoir.

Une lueur blanche émanait maintenant de la statue.

« Wôw..., » Shera se pencha vers l’avant, regardant le spectacle devant elle les yeux grands ouverts.

Rem, en revanche, avait pris du recul et avait observé le rituel avec prudence. Horn se cacha derrière elle, visiblement effrayée.

Diablo observait les choses se dérouler avec un air de sang-froid, essayant d’étouffer son anxiété.

— Je suis presque sûr que ça se passera bien, mais je suis quand même toujours nerveux, pensa Diablo.

La statue aurait-elle le même effet que dans le jeu ?

« Ngh...., » un halètement s’échappa alors des lèvres de Lumachina. Ses joues devinrent peu à peu plus rouges et des perles de sueur apparurent sur sa peau pâle. « Argh... Aaah... Aaah... Nnngh... »

Un frisson avait traversé tout son corps. Sa main libre, qui ne touchait pas la statue, semblait caresser son abdomen.

« Nnngh...  Aaah... »

« Est-ce que ça va ? » demanda Diablo.

Lumachina hocha la tête. « Oui. Je peux... sentir la présence de Dieu... Il est tout près... »

« Je vois, » murmura Diablo.

Pour qu’elle puisse sentir Sa présence...

Un brouillard noir avait commencé à sortir du corps de Lumachina alors qu’une lumière s’approchait d’elle depuis la statue.

« Aaah... Hng ! »

Le brouillard noir semblait être bien plus dense proche de la fente de la robe de Lumachina.

« Aaagh...  C’est... c-c’est chaud ! » Ses gémissements étaient mélangés à l’angoisse.

« Ça va, Lumachina ? » Shera se précipita à ses côtés, soulevant sa jupe.

La Maladie de la Clochette de la Mort était une maladie mortelle. C’était une urgence, et cela pouvait être considéré comme une sorte de traitement médical, donc il serait fou de voir cela comme indécent.

Se calmant face au changement soudain de situation, Diablo avait gardé le regard fixé sur les deux femmes, avalant sa salive dans l’anxiété.

Shera releva la jupe de Lumachina, exposant l’intérieur de ses cuisses, là où les marques de la Maladie de la Clochette de la Mort avaient fait surface.

« Oh... Je crois qu’ils perdent de leur intensité ! » déclara Shera.

« Ngh...  Aaah... Oui... Cette statue est... remplie de la puissance de Dieu... Nnngh ! »

Le corps de Lumachina tremblait et se tortillait... Shera la soutenait dans le dos, l’empêchant de s’effondrer.

« Continue, Lumachina ! » déclara Shera.

« O-Oui ! » répondit Lumachina.

« Regarde, on voit à peine les marques ! Encore un peu et tu seras guéri, j’en suis sûre ! » déclara Shera.

Shera caressa la cuisse de Lumachina, près de l’endroit où les marques s’estompaient. Le corps de Lumachina avait immédiatement réagi, comme s’il avait été frappé par l’électricité.

« Aaah ! C’est... Cet endroit... C’est sensible... en ce moment ! » déclara Lumachina.

« Oh, désolée ! » déclara Shera.

« M-Mais je pense que... ça commence à aller... mieux..., » déclara Lumachina.

« Vraiment ? Alors, que penses-tu de ça ? Est-ce que ça fait mal ? » Shera caressa doucement la peau de Lumachina.

Lumachina avait inhalé brusquement. Comme si elle se concentrait sur le toucher des doigts de Shera, elle stabilisait sa respiration.

« Ngh...  Mgh... Aaah... Aaah... Ngh ! »

« Comment ça, Lumachina ? » demanda Shera.

« Quand tu me touches... ça me fait frissonner... vraiment beaucoup..., » déclara Lumachina.

« Ça sonne un peu comme ce qu’on ressent quand quelqu’un envoie de la magie en quelqu’un, » déclara Shera.

« Je suis... Aaah... je reçois la puissance de Dieu... après tout... en moi... Ngh...., » murmura Lumachina.

« Ouais ! Je peux vraiment te le dire vu que la lumière pénètre en toi, et qu’elle évacue tous les trucs sombres et dégoûtants ! »

Shera pouvait voir le flux de la magie dans les choses. Bien qu’il ait été difficile de le dire d’après ses pensées habituellement lentes, elle était en vérité un génie quand il s’agissait de ces choses-là.

Ses doigts caressaient doucement la peau de Lumachina, et chaque fois, la Grande Prêtresse gémissait avec coquetterie.

 

 

« Je-Je... Je ne peux plus supporter plus... plus..., » gémit Lumachina.

Incapable de maintenir son équilibre plus longtemps, les genoux de Lumachina semblaient sur le point de ne plus la porter, mais Shera l’avait prise dans ses bras par-derrière, la soutenant.

« Encore un peu, Lumachina ! Juste un tout petit peu plus et tous ces mauvais trucs en toi disparaîtront ! Tout ira très loin, très loin de toi ! » déclara Shera.

Les doigts fins et blancs de Shera s’agrippaient à l’intérieur de la cuisse de Lumachina, là où se trouvaient les marques de la maladie, serrant la peau avec force.

Lumachina avait alors eu le dos courbé comme un arc.

« Aaah ! Ngh ! Aaaaaaaaaaaaaaaaah !! » Un cri aigu s’était échappé de ses lèvres.

Diablo pouvait le voir clairement : Une masse d’énergie magique noire s’échappa du corps de Lumachina, comme si elle avait été chassée par la lumière blanche. La Statue de Bœuf Blanc absorba la masse inquiétante d’énergie magique, puis l’éclat de la statue s’estompa peu à peu.

C’était terminé.

Lumachina gisait épuisée, les membres sans force. Même Shera, qui l’avait soutenue, semblait complètement vidée de ses forces.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire