Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 3

***

Chapitre 1 : Réunion avec le Gouverneur

Partie 3

La maison du gouverneur...

Dans le centre même du District Central, on pouvait trouver un manoir remarquablement grand. Il avait été construit à partir de briques et était à trois étages.

Des reliefs ornés couvraient les fenêtres et les portes, et même les murs qui entouraient le bâtiment avaient des motifs qui le recouvraient. Il s’agissait d’un manoir impressionnant.

Des gardes en armure se tenaient de chaque côté de la porte d’entrée. Dès que Sylvie leur avait parlé, Diablo et les autres avaient pu passer la porte sans encombre.

Un intendant du manoir s’approcha d’eux et baissa respectueusement la tête. Tout en le suivant, ils avaient été conduits à travers un jardin magnifiquement entretenu, puis ils avaient franchi l’entrée, et avaient parcouru un long couloir.

Le sol était couvert d’épais tapis rouge. Selon le jeu, cette couleur rouge était seulement utilisée dans les résidences d’humains extrêmement importants, habituellement ceux des plus hauts niveaux de l’aristocrate de la classe supérieure ou de la royauté.

Il n’y avait pas eu d’événement en jeu permettant de rencontrer le gouverneur de Faltra, c’était donc la première fois que Diablo était venu ici. Tout au plus, il avait imaginé que ce type ressemblerait au maire de cette ville, mais il semblait que cette personne avait un statut beaucoup plus élevé.

Le majordome qui guidait Diablo et les autres frappa à la porte.

« Maître Galford, j’ai amené le maître de la Guilde et ses compagnons, » déclara le majordome.

Pour une raison quelconque, Diablo se sentait excité, comme s’il était sur le point de pénétrer dans une salle de boss.

Une voix grave, mais calme avait répondu de l’autre côté de la porte. « Entrez. »

En entendant cette voix solennelle, Diablo s’était mis sur ses gardes.

L’intendant avait offert des excuses pour leur intrusion, puis il avait ouvert les portes et avait marché pour se placer sur le côté.

Il s’agissait d’une grande pièce, couverte du même tapis cramoisi du hall.

Le mur directement devant eux contenait une fenêtre en verre, Diablo n’avait jamais vu de vitres aussi grandes ou sans distorsion depuis son arrivée dans ce monde.

Les murs de chaque côté avaient été couverts avec des étagères aux allures élaborées. Des livres de différentes tailles étaient alignés sur ces étagères, qui atteignaient le plafond.

Les murs tapissés de rayonnages contenaient aussi des portes. Si c’était le Croisement de la Rêverie, alors ces portes seraient là où les sous-fifres du boss sortiraient afin de le protéger.

Eh bien, en y pensant normalement, ils mèneraient probablement à la chambre à coucher et à la salle d’étude.

Au centre de la pièce se trouvait une table extravagante, avec six chaises disposées autour. Il y avait un grand bureau de travail ici aussi.

Debout avec le drapeau de Faltra dans son dos et vêtu d’un uniforme militaire blanc, il y avait un humain. Malgré ses allures de personnes d’âge moyen, il semblait être dans la fleur de l’âge.

Le standard de la culture pour ce monde était basé autour du Moyen Âge. Des choses comme le détergent pour lessive et l’eau de Javel n’existaient pas ici. Il était impensable pour quiconque, sauf pour une personne vraiment exceptionnelle, de porter un produit de première qualité, tel qu’un vêtement blanc, en particulier un uniforme militaire, qui pouvait facilement devenir sale.

Il avait des cheveux noirs et courts, comme on pouvait s’y attendre du personnel militaire, et les rides froissaient les coins de ses yeux et de son front.

La lueur dans ses yeux suffirait à faire fuir un monstre en raison de la peur.

« Hm... Alors, est-ce fini ? » demanda le gouverneur.

Qu’est-ce qui est fini ? Diablo n’avait pas compris ce qu’il voulait dire.

Sylvie avait fait un rire amer. « Pour l’instant, j’ai demandé à Diablo d’entreprendre cette quête pour nous. »

Le gouverneur plissa les yeux. « Alors, il a donc accepté la tâche. Alors, vous devriez résoudre ce problème rapidement. Vous pouvez me faire un rapport après que le travail soit fini. »

Alors ce « Est-ce fini ? » un peu plus tôt n’était pas plutôt un. « Avez-vous arrêté la guerre ? »

Si c’était dans le jeu, il pourrait le passer comme : « Oh, ce PNJ parle comme ça », mais les individus qui vivaient dans ce monde étaient vivants et pouvaient penser par eux-mêmes.

À quel point ce mec a-t-il hâte ?

Diablo n’arrivait tout simplement pas à comprendre comment cet homme pourrait même penser à demander une telle chose. C’était quand même une tâche si ridiculement difficile à accomplir alors que même pas une demi-journée ne s’était écoulée.

Sylvie avait essayé de mettre tout le monde à l’aise. « Hm, voyez-vous... C’est une quête assez difficile, n’est-ce pas ? Je pensais que nous pourrions obtenir des informations. »

« Je crois que j’ai déjà expliqué tout ce que vous aviez besoin de savoir, » répondit le gouverneur.

« Eh bien, à propos de ça..., » commença Sylvie.

« Comme je le pensais, on ne peut après tout pas compter sur les aventuriers. Bien qu’ils se vantent d’avoir de la fierté et fassent le tour de la ville, ils produisent des excuses et s’enfuient devant un danger réel. En fin de compte, il semble que l’armée est celle qui va protéger ce pays. »

Qu’est-ce que c’était ?

Diablo agrippa son bâton.

Sylvie se plaça devant lui, agitant les mains. « Oh non ! Pas du tout ! Je ne vais pas m’enfuir, et Diablo est impatient de s’attaquer à cette quête ! »

« Si c’est le cas, alors dépêchez-vous et chassez ces Elfes, » déclara le gouverneur.

« Oui, bien sûr ! Je ne pense pas que cela prenne trop de temps... probablement. Oh, c’est vrai ! Pensez-vous que vous pourriez peut-être vous présenter ? » Sylvie semblait prendre grand soin quand elle parlait. Sans oublier le fait que le gouverneur était autoritaire.

Diablo ne savait pas exactement à quel point ce type était grand et important, mais Sylvie ne devrait sûrement pas avoir à agir ainsi envers lui. Il était clair qu’il regardait avec dédains les Aventuriers.

Cela fâchait énormément Diablo.

Mais à cause de la présence autoritaire du gouverneur, il finirait par détourner les yeux s’il ne se concentrait pas.

Je ne peux pas le laisser me voir agir faiblement ici.

Si le gouverneur décidait que Diablo n’était pas à craindre, alors il pourrait attaquer sur place. Diablo devait lui faire croire qu’une confrontation entre eux serait une mauvaise chose.

Diablo regarda fixement le gouverneur.

Le gouverneur avait commencé à parler. « Que c’est pénible... Donc, un aventurier ne connaît pas le nom du gouverneur. »

« Il vient seulement d’arrivée à Faltra depuis quelques jours, » déclara Sylvie.

« Alors, souvenez-vous bien... Je suis le lieutenant-général Chester Ray Galford. Je suis responsable de la ville fortifiée de Faltra, sous les ordres de Sa Majesté le Roi, » déclara le gouverneur.

« Hmph... Donc, c’est toi ce gouverneur qui a uniquement regardé paresseusement la situation alors que les Déchus attaquaient sa ville, » répliqua Diablo.

Quand le Déchu Gregore était apparu en ville l’autre jour, Diablo avait été celui qui s’était précipité pour le détruire, et non pas le gouverneur ni son armée.

On pourrait presque entendre que Galford serrait ses dents de derrière ensemble.

« ... Avant que je puisse recevoir un rapport, la situation s’était calmée. C’est tout. Je ne trouve pas qu’il y ait un problème avec ça, » rectifia Galford.

« Après tout, n’es-tu pas chanceux ? » demanda Diablo.

Cachant le fait qu’il frissonnait pratiquement à l’intérieur, les coins de la bouche de Diablo se tordirent en un sourire.

Il ne se souvenait pas d’un personnage nommé « Galford ». Il avait peut-être été mentionné dans l’histoire du monde du Croisement de la Rêverie, mais Diablo ne se souvenait pas des noms des PNJS qui n’avaient pas d’événements associés à eux.

Afin de tenter d’abaisser la tension dans la pièce, Rem se présenta poliment. « Je m’appelle Rem Galleu. Je suis une aventurière de niveau 40 et une Invocatrice. Hmm, cette personne n’a aucune mauvaise volonté, et... »

Galford leva la main afin de l’interrompre. « Je suis déjà pleinement conscient que les Aventuriers manquent de mœurs. »

« ... Pardonnez-moi, » déclara Rem.

« Petite Rem Galleu, vous devriez considérer votre lieu de travail. J’ai entendu dire que l’Association des Mages vous a invité à les rejoindre. Vous ne devez pas avoir l’intention d’être une aventurière pour toujours, » déclara Galford.

« ... C-Cela est peut-être vrai, mais j’ai mes propres raisons de continuer comme je le fais, » répondit Rem.

C’était une façon assez extrême de placer les choses de la part du gouverneur. Non seulement il y avait d’autres aventuriers dans la pièce, mais le Maître de la Guilde elle-même était ici.

Sylvie avait fait un sourire mordant. « C’est assez dur de votre part. »

« L’un de mes subordonnés a mené une enquête sur vous tous, » déclara Galford. « Il semble que vous causiez des problèmes ici. »

« ... Des problèmes ? » demanda Sylvie.

« Menacer un garde sur le Pont d’Ulug, détruire les routes de pierre et les bâtiments avec la magie dans les avenues du sud..., » répondit Galford. « Il est vrai que je ne m’attendrais pas à une conduite irréprochable de la part des aventuriers. »

« Il y avait une raison à tout cela !! » Shera avait soulevé une objection avec Rem.

« C’est vrai ! » déclara Rem. « Diablo n’est pas en faute ici ! »

« Mais le fait demeure, alors, que vous ne niez pas que cela s’est produit, » répliqua le gouverneur.

Avec un petit gémissement, Rem et Shera se turent.

Galford était un homme qui agissait comme un professeur strict. Il n’avait pas une once de foi dans les aventuriers, et semblait surtout détester Diablo.

Elles avaient été englouties dans la présence de cet homme. Diablo voulait éviter de rester ici pour une longue période de temps. C’était le moment de passer rapidement au sujet principal.

Mais avant cela, je dois me présenter. On dirait qu’il connaît déjà mon nom. Mais l’étiquette exige que ce soit le minimum de courtoisie que je puisse lui offrir.

Pour maintenir son air d’autorité, il ne pouvait pas arrêter son rôle de Seigneur-Démon. Diablo voulait éviter de rendre le gouverneur plus en colère qu’il ne l’était déjà. Diablo ne serait pas en mesure d’obtenir des informations de sa part si cela arrivait, et comme cette personne ne semblait pas particulièrement aimer Diablo, il devait être encore plus prudent que d’habitude.

Faisons cela normalement.

Il visait à être normal ici.

Normal.

« Je suis Diablo. Je suis venu parler avec toi, » annonça Diablo.

Comment est-ce !? C’était gentil et amical, n’est-ce pas ? Je peux vraiment le faire si j’essaye !

Il jeta un bref coup d’œil aux réactions de Rem et Shera, mais elles ne semblaient pas particulièrement surprises.

Diablo effectuait une pose de la victoire à l’intérieur du fait qu’il avait réussi à faire une introduction de lui inoffensive.

Le regard de Galford était concentré sur Diablo, comme s’il évaluait la valeur de Diablo.

« D’abord, il y a une chose que je souhaite demander. Vous vous proclamez comme étant un Seigneur-Démon d’un autre monde, ou quelque chose du genre. Est-ce la vérité ? » demanda le gouverneur.

C’était une question précise, comme si Galford le provoquait. Le jeu de rôle du Seigneur-Démon qui était incrusté profondément dans son corps avait explosé hors de lui d’un coup.

« Hehe hehe hehe... Dois-je te transformer en charbon de bois brûlé comme preuve ? » demanda Diablo.

Diablo lui lança un regard noir.

— AAaaaAAaaAHHHHhhHHHhhHH !!

C’était de sa faute ! C’est lui qui a provoqué cette ambiance, c’est pour ça que je suis tombé dedans !

En proie à la panique, Rem et Shera, lui avait sauté dessus en le serrant contre leurs bras.

« A-Attendez, Diablo ! » cria Rem.

« C’est vrai ! Ce n’est pas bien les cendres, mais le charbon de bois est aussi mauvais ! » déclara Shera.

« Oh mon Dieu..., » le visage de Sylvie était devenu totalement pâle. On aurait dit qu’elle pouvait tomber à tout moment.

Galford avait lentement et délibérément fermé l’écart entre eux.

Est-ce qu’il a l’intention de me combattre comme ça ? Puis-je gagner dans un combat en tête-à-tête ?

Les choses vont vite mal se passer s’il appelle plus de soldats... Devrais-je m’enfuir ?

Une sueur froide avait éclaté sur le dos de Diablo, mais même ainsi, il avait gardé un sourire arrogant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Un commentaire




  1. 0



    0

    Merci pour le chapitre!

Laisser un commentaire