Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 1

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 2 : D’Est en Ouest

Partie 1

8 novembre, 0 h.

Il était minuit quand la date avait changé.

La princesse Shiori était allée rendre visite à une ancienne connaissance.

« Notre dernière réunion était... »

« Août de cette année — oui. Cela s’est avéré correspondre au moment où Votre Altesse est revenue de la Capitale Impériale romaine. »

« Oui, et vous étiez à Tokyo à l’époque, Akigase-sama. »

Cette conversation avait lieu dans une salle de soins spéciale de la division médicale du fort de tutélaire de Suruga.

Dix-huit heures plus tôt, Shiori était allongée sur le même lit. En fournissant du liquide ectoplasmique à Masatsugu Tachibana pendant plusieurs jours consécutifs, elle s’était effondrée en raison de l’épuisement.

Maintenant, son lit était utilisé par quelqu’un d’autre.

Akigase Shouzan, gouverneur général du fief du Tōkaidō. Il était le père de Rikka et, selon certaines informations, il aurait été grièvement blessé au château de Nagoya huit heures plus tôt.

« Il est beaucoup trop honteux pour moi de rencontrer Votre Altesse de cette manière. »

« La victoire et la défaite sont monnaie courante en temps de guerre et les blessures sont souvent inévitables. Je pense qu’il n’y a pas de honte à cela, » Shiori avait poliment offert des mots de consolation, puis avait changé son expression.

Elle avait souri sans crainte et révéla l’acuité de son intellect.

« Il est impossible pour un seul fief du Japon de s’opposer à l’Empire Britannique. Tout gouverneur général aurait eu le même résultat s’il avait été à votre place, Akigase-sama. »

L’ancien gouverneur général était sur le lit, ne parvenant qu’à caler le haut de son corps.

Il plissa les yeux un instant pour scruter Shiori puis sourit avec ironie.

« J’ai presque pensé que votre personnalité avait soudainement changé... Mais il s’avère que vous avez simplement jeté votre façade, » déclara le gouverneur.

« Oh, mon Dieu, appelez ça plutôt à la place “traitez les autres avec sincérité”, » répliqua Shiori.

Akigase Shouzan était un politicien puissant et très expérimenté en tant que juge de caractère.

Shiori avait proposé des mots honnêtes dans une certaine mesure, dans l’espoir de se rapprocher.

Ce n’était pas pour cultiver l’amitié personnelle. Pour une princesse en quête d’ascension et un gouverneur général d’un fief, cela faisait simplement partie de son travail.

« Strictement parlant, Akigase-sama, vous n’êtes responsable que d’une seule erreur, » déclara Shiori.

« Attendre en vain l’aide de Tōsandō et de Kantō jusqu’à la fin... Je suppose que ça devrait être ça, » déclara Akigase.

« En fait, vous auriez dû plutôt demander l’aide de la Rome orientale, » déclara Shiori.

Après avoir entendu cela, l’expression sarcastique du vieux gouverneur général perdit son sourire.

Avec un visage amer, il avait déclaré : « La Rome orientale est l’alliée du Japon, mais on ne peut pas la considérer après tout comme une nation amie. Inviter imprudemment une grande armée de Rome ferait très probablement de Tōkaidō leur chien, c’est pourquoi j’espérais que mes compatriotes de l’est du Japon me tendent la main. Tout compte fait, nous sommes concitoyens du Japon Impérial — . »

« Certainement, l’idéal serait d’empêcher la participation de Rome à cette situation. » Shiori acquiesça de la tête. « L’Alliance pour la Restauration bénéficie de l’aide d’Edward le Prince Noir et de Richard Cœur de Lion, ce qui nécessite une participation active du Seigneur César pour s’y opposer. Le problème est que permettre au Seigneur César de se joindre à la bataille en ferait effectivement le commandant contre — l’Alliance pour la Restauration —. »

« Peu importe le succès ou l’échec de l’Alliance pour la Restauration, Tōkaidō finirait par lui devoir une faveur excessivement large, » déclara Akigase.

Le Japon Impérial était divisé en douze provinces, gouvernées par les Douze Chambres en tant que seigneurs féodaux régionaux. La relation entre l’impératrice japonaise et les maisons était analogue à celle « entre le shogun et les divers clans féodaux de la période Edo ».

Parmi les douze, le fief de Kantō occupait la position la plus spéciale.

Tout en servant de protecteurs de la Capitale Impériale de Tokyo et de l’impératrice actuelle, ils étaient aussi extrêmement riches économiquement.

Et celui chez qui l’impératrice Teruhime et les hauts responsables du fief de Kantō secrètement « se nourrissaient de sa main » n’était autre que le généralissime César de l’Empire romain oriental voisin.

Akigase Shouzan avait juré de ne jamais répéter la même erreur que le fief de Kantō.

Cependant, le vieux gouverneur général soupira maintenant d’angoisse.

« Le Seigneur César commence à intervenir dans la guerre, mais le Japon n’a personne qui soit capable de le reléguer à un rôle de soutien... Il semblerait que la vaine lutte de Tōkaidō se termine ici. »

« Non, il serait impossible de reléguer le seigneur César à un rôle de soutien. »

Ce vieil homme était puissant, mais il n’était pas un héros de transcendance intemporelle.

Sa maison et son territoire étaient tombés dans une crise sans précédent.

Il était temps pour Shiori de lui présenter les faits. À l’heure actuelle, personne au Japon n’avait autant besoin de la petite-fille de Seigneur Tenryuu et d’un Ressuscité plus puissant que lui.

Shiori sourit en toute confiance.

« Cependant, quant à le reléguer à la seconde facturation... je pense qu’une telle distribution serait réalisable, » déclara Shiori.

« Oh ? En parlant de ça », le gouverneur général du Tōkaidō jeta un coup d’œil rapide à Shiori. « Dernièrement, un nom familier m’est souvent venu aux oreilles. »

« Permettez-moi, s’il vous plaît, de faire une proposition qui couvre également cette question. Elle concerne l’avenir du fief du Tōkaidō maintenant qu’il a perdu Nagoya et qu’il a été battu par l’Alliance pour la Restauration... »

C’était l’un des points à l’ordre du jour du conseil de guerre de ce matin.

Après que l’officier d’état-major de l’armée romaine, Yang, eut relayé l’intention du généralissime César, Shiori avait conçu « la prochaine étape du plan ». Rikka et Masatsugu Tachibana avaient également accepté, ce qui équivalait à un consensus du côté des Suruga.

« Pourquoi ne pas abandonner Nagoya pour le moment, à la recherche de possibilités dans l’est ? » demanda Shiori.

« Est... Alors vous voulez parler du Point de Contrôle d’Hakone ? » demanda le gouverneur.

« Oui. Le fief Tōkaidō fera d’abord de Suruga sa capitale provinciale provisoire puis reprendra Hakone au Edward le Prince Noir, » déclara Shiori.

« Reprendre ? » demanda le gouverneur.

« En effet. C’est aussi le but pour lequel nous comptons sur vos chevaliers pour partir au combat ce soir, » déclara Shiori.

Le Point de Contrôle d’Hakone était une forteresse imprenable. De plus, c’était le fief du Prince-Édouard.

À l’heure actuelle, les défenses à Point de Contrôle d’Hakone étaient même beaucoup plus sécurisées que le château de Nagoya. Akigase Shouzan écarquilla les yeux, très surpris par la suggestion.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

    Mais je trouve cette expression étrange :

    Il était minuit quand la date avait changé.

Laisser un commentaire