Chargez sa magie avec un sourire – Tome 5 – Chapitre 144

Bannière de Chargez sa magie avec un sourire ***

Chapitre 144 : Roi des Flammes

« Oui Maît —, » commença Yuria.

J’avais rapidement bloqué la bouche de Yuria.

Alors que je couvrais la bouche de Yuria, j’avais regardé Vuela.

« ... ? » Vuela avait la tête penchée sur le côté alors qu’elle nous regardait, Yuria et moi.

Elle me fixait d’un regard dur.

Elle avait un regard très étrange qui s’était répandu sur son visage.

C’était une mauvaise chose. Vuela était la fille de Yuria. Peu importe à quel point Yuria avait été masquée par la magie, si elle continuait à regarder fixement, il lui serait possible de le découvrir.

J’avais échangé des regards avec Yuria et elle acquiesça calmement. Puis j’avais retiré mes mains.

« Nee ~ chéri ~, » déclara Yuria.

C’était comme si elle était une personne complètement différente, car elle avait légèrement déplacé son corps en une oscillation alors qu’elle me parlait avec un ton doux et délicat.

C’était un changement de 180 degrés par rapport à l’attitude habituelle de Yuria... c’était une action incroyable.

« ... ?? » La confusion de Vuela semblait encore plus profonde, et maintenant elle avait l’air très troublée.

« Notre maison est dans le pétrin ~... J’ai besoin de tes grands bras musclés, chéri ~ s’il te plaît, viens avec moi ~, » déclara Yuria.

« D’accord, » répondis-je.

Yuria et moi nous étions partis comme si nous nous étions échappés de la zone.

Nous ne voulions pas que l’identité de Yuria soit exposée. Si nous étions découverts de cette manière, les dommages seraient considérables.

C’était pour ça que nous nous étions échappés aussi vite que nous l’avions pu.

Alors que nous étions partis, Vuela ne nous avait pas suivis, donc il semblerait que nous n’avions pas été découverts.

 

☆☆☆

 

Nous avions après ça franchi la porte magique de Magatan et étions ainsi arrivés au palais de Ribek.

Après être arrivés là-bas, nous avions désactivé la magie et j’allais demander à Yuria ce qui se passait quand...

« Puis-je faire un rapport ? » demanda Yuria.

Yuria était immédiatement revenue à son schéma de parole habituel. J’étais secrètement soulagé.

Eh bien... Yuria s’était trompée quand elle avait commencé à parler comme une gyaru... pour être tout à fait honnête, c’était désagréable selon moi.

Toutefois, le soulagement n’avait été que temporaire.

« Nous avons été attaqués, et une ville a été occupée, » déclara Yuria.

« Hmm. Qui oserait faire ça ? » lui demandai-je.

« L’information d’un survivant dit que c’est le Dieu maléfique qui a fait ça, » répondit Yuria.

« Cette chose..., » murmurai-je.

Dieu maléfique.

Je suppose que nous devrions l’appeler le Dieu maléfique de la deuxième génération.

Le premier avait détruit le monde et avait été vaincu par le héros.

La deuxième génération était l’homme qui avait été amené dans ce monde avec moi, Seiya.

Il devait utiliser son DORECA pour restaurer ce monde comme moi. Finalement, j’avais fini par le faire tuer, mais il avait été ressuscité en utilisant la puissance du Dieu maléfique.

« Je vois, ce salaud. Où est le Risha ? » demandai-je.

« Le cuirassé est en cours d’entretien. Il est composé de plusieurs pièces produites par le DORECA, donc il n’est pas considéré comme “une seule chose”, donc la maintenance prend un certain temps, » répondit Yuria.

« Une faiblesse inattendue. Certainement, si c’était en une pièce, nous pourrions le réparer en une seule opération. Les choses composites prennent plus de temps. As-tu fait ce qui est nécessaire pour finir les réparations ? » demandai-je.

Yuria acquiesça légèrement.

L’entretien serait retardé, mais, honnêtement, le fait de ne compter que sur un seul navire causait des ennuis.

Cela ne serait pas le cas cette fois-ci, mais dans mon cas, je ferais une diversion en envoyant le cuirassé afin de pouvoir attaquer ma vraie cible.

D’ici peu, je devrais commencer la construction du deuxième cuirassé, le Mira.

« Alors, et la situation ? » demandai-je.

« L’entretien s’est terminé et il s’est déplacé rapidement, mais..., » déclara Yuria.

« Mais ? » demandai-je.

« Il y a une barrière placée au-dessus de la ville en utilisant la puissance du Dieu maléfique. La batterie principale a été utilisée, mais la barrière a résisté, » répondit Yuria.

« Hmm... c’est pire que ce que je pensais, » répondis-je.

« Oui, » Yuria hocha la tête et me regarda.

« C’est pour ça que je vous ai appelé », disait son visage.

Certes, c’était une affaire qui exigeait mon intervention.

« Commençons par la barrière. Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« Nous ne le savons pas. Nous enquêtons, » répondit-elle.

« Je vois, » répondis-je.

J’avais un peu réfléchi.

Une barrière qui n’avait même pas bougé après avoir été touchée par le canon principal de Risha.

« Peut-être qu’il n’avait pas assez de puissance. Yuria, rassemble toutes les esclaves, » ordonnai-je.

« Le maître le fera ? » demanda-t-elle.

« La Véritable Esclave Éternelle avec les 12 Esclaves Éternelles à l’intérieur devrait dépasser la puissance du cuirassé de plusieurs fois, » déclarai-je.

« Compris. J’appellerai aussi Svetlana qui répare les rails, » annonça-t-elle.

« A-t-il aussi cassé les rails ? Il fait attention aux détails, » déclarai-je.

Seiya, tu l’as vraiment fait.

« Dépêche-toi. Comme il a créé une barrière, il est fort probable qu’il ne détruira pas complètement la ville dès maintenant. Cependant, j’ai l’impression que quelque chose de mal va arriver. Je ne sais pas s’il peut le faire, mais s’il en fait ses sous-fifres, ce sera gênant, » déclarai-je.

« D’accord, » Yuria avait commencé à courir avec un visage tendu.

« Attends, » ordonnai-je.

« D’accord, » elle s’arrêta et se retourna avec un regard confus sur son visage.

« J’ai oublié de demander. Quelle ville a été envahie ? » demandai-je.

« Ah..., » s’exclama Yuria.

Le visage de Yuria semblait dire : « Oups ».

Elle avait un peu rougi.

Yuria était adorable.

Elle s’éclaircit la gorge et répondit. « Akito ! »

« Hm ? » murmurai-je.

Moi ?

« La ville d’Akito, » continua-t-elle.

Oh ! Donc c’est ce que c’est — attends la ville d’Akito !?

 

☆☆☆

 

Dans la périphérie de la ville, un groupe d’hommes était pris au piège.

Ils avaient été soudainement attaqués par un groupe de monstres, de sorte que même s’ils avaient des armes, ils avaient été lentement coincés dans une impasse.

« Maire ! Qu’est-ce qu’on fait ? » demanda un homme en criant.

Les hommes autour de lui étaient tous attentifs.

Leurs regards s’étaient tous rassemblés sur le maire de la ville, Madway.

Il menait maintenant les habitants de la ville dans la résistance, mais ils étaient maintenant coincés.

« Désolé, je vous ai tous impliqués, » déclara Madway.

Après avoir vu le bombardement effectué par le cuirassé Risha, il avait jugé que les renforts étaient arrivés et avait essayé de foncer sur les monstres en une attaque en tenaille.

Il avait cru en la puissance du cuirassé lorsqu’il avait donné ses ordres.

Cependant, l’attaque du navire avait été bloquée, et cela ne les avait pas atteints.

C’était pour cette raison que l’attaque que Madway avait organisée avait été bloquée et qu’ils étaient maintenant coincés.

« Ce n’est pas votre faute, Monsieur le Maire, » déclara l’un des hommes.

« Tout le monde pensait que c’était le bon moment pour contre-attaquer, » déclara un autre.

« C’est exact. Qui pourrait s’attendre à ce que l’attaque du cuirassé ne fonctionne pas ? » demanda un troisième.

Ils l’avaient tous consolé l’un après l’autre.

Ils avaient sympathisé, mais ils avaient quand même eu des regrets.

D’une manière ou d’une autre, ils auraient dû s’enfuir, pensa Madway.

Boom !

Le mur s’était effondré et un monstre était apparu. C’était un monstre puissant et armé, un Toroi.

Il avait agrippé Madway avec l’une de ses mains.

« Bâtard, enlève tes mains du Maire — kuwa ! » cria l’un des hommes.

« Arrêtez, je... gufu ! » s’écria un deuxième.

Les hommes avaient attaqué le toroi en essayant de sauver Madway, mais ils avaient été frappés l’un après l’autre.

« B-Bon sang... c’est... c’est..., » Madway commençait à perdre connaissance.

Son corps bloqué, tenu dans les mains monstrueuses du toroi, avait commencé à devenir mou.

Le monde avait commencé à devenir blanc.

C’en est fini de moi, pensa-t-il. Adieu.

Un choc avait traversé son corps.

Sa vision avait commencé à vaciller pour différentes raisons.

Il s’était rendu compte qu’il avait été jeté au sol alors que la terre entrait dans sa bouche.

Que s’est-il passé ? se demandait-il en levant la tête.

Là-bas, il avait alors vu son sauveur.

Son sauveur qui tenait une épée enveloppée de flammes qui avait coupé en deux le puissant géant.

« Seigneur Akito ! » murmura Madway.

Il était arrivé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire