Chargez sa magie avec un sourire – Tome 5 – Chapitre 137

Bannière de Chargez sa magie avec un sourire ***

Chapitre 137 : Les usages des ennemis

Après avoir fini mes tâches, j’étais retourné dans la chambre de Lyra.

Là-bas, je l’avais vue regarder tendrement son œuf. Elle avait enveloppé l’œuf qu’elle avait mis au monde avec sa queue.

Son apparence me fascinait. Je pouvais sentir la sainteté d’une mère qui exsudait hors d’elle.

« Seigneur Émissaire, » déclara-t-elle quand elle me vit arriver.

« C’est bon, vous n’avez pas besoin de vous lever, » déclarai-je. Ainsi, j’avais empêché Lyra de se lever. « Comment ça se passe ? »

« Je pense qu’il va bientôt naître. Je peux le sentir à l’intérieur, » répondit-elle.

« Hmm, » j’avais hoché la tête et regardé l’œuf.

Je ne pouvais pas le dire en le regardant, mais c’était elle qui le couvait, alors elle le saurait probablement. « J’ai fait diverses installations. J’ai fait trois blocs de pièces avec des arbres fruitiers. Il y a divers fruits, un système d’arrosage automatique et un éclairage approprié. Je pense qu’ils devraient continuer à porter des fruits à moins que vous ne les coupiez... aimez-vous les fruits ? »

« Oui. Du moins, je les aime plus que la viande ou le poisson, » répondit-elle.

« Hein ? » m’exclamai-je.

« Parce que je les avale en entier, » m’expliqua-t-elle.

« Oh, donc vous vous retrouverez avec des os et des choses coincées…, » déclarai-je.

Je ne m’en étais pas rendu compte avant qu’elle le dise.

« J’ai également laissé un coffre au trésor dans l’autre pièce, » continuai-je à lui dire. « Il y a des objets de valeur, mais extrêmement encombrants. Une fois que quelqu’un en prend un, il doit directement partir avec lui, car il doit le porter avec ses deux mains. Ils partiront ainsi en étant probablement satisfaits, alors ne vous approchez pas de cet endroit si vous le pouvez. »

Apparemment, Lyra était très prisée par les envahisseurs.

« Je vous remercie beaucoup, » déclara Lyra.

« Et aussi, de l’autre côté, j’ai créé une fausse chambre de la Reine. J’ai défait certains meubles et j’y ai cassé des objets qui se trouveraient normalement dans un tel lieu. Je les ai laissés traîner pour donner l’impression que cet endroit avait déjà été attaqué et détruit. C’est censé donner la certitude que les humains ont déjà attaqué et pillés. Ce serait mieux si vous ne vous approchez pas non plus de cette pièce. »

« Je vous remercie beaucoup, » déclara Lyra.

« Et aussi..., » j’avais expliqué à Lyra tout ce que j’avais fait, l’un après l’autre.

Je n’avais pas fait de ce lieu un village, j’en avais fait un donjon.

Je n’avais pas préparé la zone pour seulement repousser les ennemis, j’avais aussi préparé des choses pour les tromper et les amener à partir de leur propre chef.

Contrairement à mes propres villes, je ne pouvais pas avoir de gardes dans les environs.

C’est pourquoi je m’étais davantage concentré sur le fait de les faire partir pacifiquement que sur le fait de les détruire.

Même si je le disais moi-même, c’était assez détourné comme méthode. Par chance, je pourrais finir par faire une loi en utilisant mon autorité en tant que Roi pour protéger Lyra et les autres... mais pour l’instant, cela devrait suffire.

« Le Seigneur Émissaire est..., » murmura Lyra.

« Hm ? »

« Comme je le pensais, le Seigneur Émissaire est une personne étonnante. Vous avez fait en un clin d’œil des choses auxquelles nous ne pouvions même pas penser, » déclara Lyra.

« Nous ? » demandai-je.

« Ma famille, » répondit-elle. « Ma mère, sa mère et la mère de sa mère. Chacune d’entre elles a creusé un trou de plus en plus profond pour essayer de ne pas se faire remarquer par qui que ce soit. Elles se sont cachées. »

« J’aimerais aussi acquérir ce savoir-faire, » déclarai-je.

« Hein ? » Lyra avait été surprise. « Vous savez, ce n’est pas si génial que ça ? »

« Je comprends que ce n’est peut-être pas comme ça pour vous, mais c’est assez étonnant de pouvoir creuser aussi profondément, » lui répondis-je.

« Est-ce vraiment le cas ? » demanda-t-elle.

« Ouverture du menu, » déclarai-je.

J’avais sorti mon DORECA et j’avais fait une glace avec de la magie.

Cela m’avait coûté 50 000 pts de magie.

« Pouvez-vous manger ça ? Ça s’appelle de la glace. C’est délicieux et froid, » expliquai-je. Puis je lui avais donné la glace.

« Délicieux et froid... ? Ça l’est ! C’est délicieux. Je n’ai jamais mangé quelque chose comme ça avant ! » s’exclama-t-elle.

« C’est l’une des choses considérées comme “pas grand-chose”. Elle m’a coûté 50 000 points de magie, » expliquai-je.

« Ah... d’accord, » Lyra semblait comprendre ce que j’essayais de dire et a hoché la tête.

« De plus, même si ce n’est pas grand-chose... tant que nous empilons beaucoup de petites choses, cela deviendra quelque chose d’important. C’est la base de la fabrication, » expliquai-je.

« Je vois. Je comprends. Je vous enseignerai petit à petit tout ce qui concerne le nid de ma mère, » déclara-t-elle.

« Oui, s’il vous plaît, » dis-je.

« Maître, » Olga était arrivée à ce moment-là. « Des envahisseurs sont venus, desu. »

Le corps de Lyra s’était raidi en entendant ça. Son visage était devenu pâle et elle bougea son corps de façon encore plus protectrice en cachant l’œuf derrière elle.

« Comment cela se passe-t-il ? » demandai-je.

« Ils sont allés dans la fausse salle de la Reine et ils ont crié ça. “Merde ! Cette zone est déjà pillée !” Après ça, ils ont cassé des objets dans la salle puis ils sont partis, desu, » répondit Olga.

Après avoir appris que les envahisseurs avaient quitté la zone, Lyra avait été visiblement soulagée.

« Alors, ils exprimaient leur colère. Laisse la pièce telle quelle, ne répare rien. Je les remercie pour leur destruction qui rend tout cela plus réaliste, » ordonnai-je.

« D’accord, desu, » Olga avait terminé son rapport et s’était mise à courir.

« Le Seigneur Émissaire est incroyable, » déclara Lyra.

« Hm ? »

« Si c’était moi qui étais à votre place, je l’aurais un peu réparé, » continua Lyra.

« Je ne fais rien d’autre que d’utiliser ce qu’ils m’ont offert. Ce n’est rien d’étonnant, » répondis-je.

« Oui, mais le Seigneur Émissaire est incroyable, » Lyra m’avait dit cela et elle m’avait regardé avec plus d’admiration alors qu’elle couvait l’œuf.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre

  4. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire