Chargez sa magie avec un sourire – Tome 5 – Chapitre 128

Bannière de Chargez sa magie avec un sourire ***

Chapitre 128 : L’esclave et les adultes appropriés

J’avais quitté la ville de Ribek et j’avais marché lentement vers notre destination.

C’était un rythme calme, un rythme de marche insouciant.

Je n’avais pas l’habitude de me promener comme ça depuis que j’étais venu dans ce monde. J’avais toujours besoin d’aller quelque part rapidement et je m’étais précipité dans la nature sauvage et, plus récemment, j’avais utilisé très souvent les trains nouvellement construits.

... Je me sentais agité.

En regardant les terres désolées, je me sentais agité. J’avais le sentiment que je devais faire quelque chose.

Si je ne contrôlais pas mon esprit, je finirais par être incapable de continuer cette vie lente à grande vitesse, alors je m’étais tourné vers le côté et j’avais demandé à Nestor. « Qu’est-ce qui serait bon ? »

« Qu’est-ce que vous voulez dire ? » demanda Nestor.

« Dans quel genre d’endroit aimeriez-vous vivre ? Quel genre de village ? Qu’est-ce que vous voulez faire ? Quel genre de vie aimeriez-vous mener ? Ce genre de choses, » demandai-je à Nestor.

« ... une vie sans compétition, » avait-il répondu.

« Hm ? Une vie sans compétition ? » demandai-je.

Après avoir fait une pause pendant un certain temps, Nestor avait répondu. « Oui. Grâce à Votre Majesté, le pays s’est enrichi. Vous pouvez travailler autant que vous le souhaitez pour améliorer votre style de vie et tout le monde fait de son mieux. Cependant, tout le monde travaille si dur. Il faut travailler durement pour obtenir un emploi et il y a une ruée vers l’emploi. »

« Vraiment ? » demandai-je.

Est-ce comme ça ?

Je n’avais pas vraiment observé cela.

Le tableau noir du bureau que Yuria tenait à jour ne faisait que le suivi des « Vêtements », « Alimentation » et « Logement ».

Il n’y avait aucun paramètre pour la demande d’emploi.

Les travaux publics étaient censés créer des emplois.

Cependant, je n’avais pas pensé à la quantité de ces emplois.

La prochaine fois, je devrai demander à Yuria.

Après ça, j’avais regardé Nestor.

Il avait continué à parler. « Nous sommes épuisés par cette pression constante. Cependant, nous pouvons continuer à vivre à Ribek... grâce à Votre Majesté, nos besoins de base seraient satisfaits, mais si nous ne travaillions pas du tout... les regards des autres citoyens, c’est trop difficile à supporter. »

« Ils vous regardent en vous demandant “pourquoi ce type ne travaille pas” ou quelque chose du genre ? » demandai-je.

Il avait hoché la tête en silence.

Je vois.

« Compris, je m’en souviendrai, » avais-je dit.

On ne sait pas dans quelle mesure j’y ferais face... mais quand même.

« Owawa ! » Une jeune voix résonnait derrière moi.

Je m’étais retourné et j’avais vu Olga et les autres hommes.

Olga portait une énorme maison sur ses épaules.

Nous l’avions rempli avec la plupart des choses dont nous pourrions avoir besoin et qui avaient été faites avec un DORECA.

Et comme Olga avait sa carte d’esclave, elle l’avait sur elle.

Un enfant qui avait l’allure d’avoir autour des quatre ans portait une maison de dix à vingt fois sa propre taille. C’était un spectacle bizarre, mais Olga le faisait.

— Elle le faisait, mais...

Fuuuu~

« Wawawa ! »

Le vent avait soufflé sur elle et Olga avait titubé.

Le poids de la maison avait été invalidé... mais maintenant elle était soufflée par le vent.

C’était les mêmes difficultés que si elle portait un énorme ballon.

« Mademoiselle l’esclave..., mademoiselle l’esclave, posez-la ! Laissez-nous-la porter. »

« C’est bien vrai ma petite dame, laissez ça aux adultes, OK ? »

Les hommes avaient dit ça à Olga.

Il semblerait qu’ils ne pouvaient pas la laisser agir de la sorte.

« C’est bon parce que je suis une esclave, » Olga avait refusé avec une réponse qui ne semblait pas avoir de sens.

En tout cas, Olga était la seule à pouvoir la porter.

Après tout...

« Naaaaaaaaa ! »

« Rrrrrrrrraaaaaaaaa — ! »

« Haaa, haaaa... si lourd... »

« Les esclaves de Sa Majesté sont incroyables... »

— Si ce n’était pas fait par mon esclave, même vingt hommes ne pourraient pas la soulever.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. kurokagespirit

    Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre.

  4. Merci pour le chapitre

  5. Ethan_Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire