Chargez sa magie avec un sourire – Tome 3 – Chapitre 85

Bannière de Chargez sa magie avec un sourire ***

Chapitre 85 : L’Alchimiste aux Saignements de Nez

Dans la ville de Ribek, dans le principal parc de la ville.

La personne que j’étais allé rencontrer à cet endroit était déjà présente à m’attendre.

« Je voulais vous voir, Votre Majesté pu ~~, » déclara Nina.

Après m’avoir vu, Nina avait alors trottiné vers moi, mais à mi-chemin elle avait eu un saignement de nez puis elle était tombée la tête la première.

C’était si soudain que je n’avais même pas eu la possibilité de réagir, et donc, j’avais regardé son visage sur le sol, avec son nez qui saignait encore.

« Hummm..., » dis-je.

« Toush vash biesh, voshre Mashesté ! » déclara Nina.

« Non... vous n’allez pas bien du tout... alors, pour l’instant prenez ça, » déclarai-je en donnant à Nina une panacée que j’avais préparée avant de venir ici.

Elle l’avait prise avant de la boire d’un coup.

Il s’agissait d’un objet permettant de soigner aussi bien les maladies et les blessures, une Panacée.

Bien sûr, Nina devrait savoir ce que c’était vu qu’elle l’avait déjà fréquemment utilisé avant aujourd’hui.

« Merci beaucoup mu-puuu ~~~~, » à l’instant où elle avait été guérie, son nez avait recommencé à saigner, mais cette fois, c’était tel le jet dorsal d’une baleine, et cela avait été projeté un peu partout dans la zone. « Je suis désolée, Votre Majesté, ça fait un moment que nous nous sommes rencontrés, alors cela va continuer à se produire à la chaîne. »

« OK ! OK ! Alors pour l’instant, calmez-vous ! D’accord ? » dis-je.

« OK ! » Mais alors qu’elle disait ça, son nez s’était à nouveau mis à saigner.

Ça ne va pas du tout, n’est-ce pas ? pensai-je.

« Alors, pour le moment, prenez de profondes respirations, » dis-je.

« OK ! » répondit Nina.

Elle avait effectué quelques profondes respirations.

« ... Vous êtes-vous calmée ? » demandai-je.

« Oui, » répondit-elle.

Ceci n’avait pas du tout l’air d’être le cas, cependant, au moins son nez s’était arrêté de saigner.

« Bon ! j’ai entendu dire par Mira que vous avez développé un objet afin de lutter contre les incendies ? » demandai-je.

« Oui, » répondit-elle.

« Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« Ça ! » répondit-elle.

Nina m’avait alors remis l’objet en question.

Il s’agissait d’une petite boîte carrée avec un bouton rond et rouge sur le dessus.

Et sur le bouton, il y avait le symbole d’un crâne.

« ... Et c’est quoi ? » demandai-je. « Et bien... mais peu importe comment vous le regardez, c’est... »

« Vous l’utilisez ainsi, » déclara-t-elle.

Nina l’avait prise et elle avait couru jusqu’à une maison proche de nous.

Elle avait ensuite frappé à la porte et elle avait dit quelque chose aux résidents qui avaient fini par sortir après un petit moment. Elle m’avait pointé du doigt.

Les habitants avaient alors hoché la tête... avaient-ils accepté quelque chose ?

Nina avait ensuite frappé à la maison suivante et avait parlé aux résidents qui étaient sortis de cette maison.

Que fait-elle ? me demandai-je.

Après un moment, elle était revenue auprès de moi.

« Les négociations sont terminées, Votre Majesté, » annonça-t-elle.

« Négociations ? Que voulez-vous dire par là ? » demandai-je.

« Regardez ça, » dit-elle.

Puis Nina se mit à courir vers l’une des maisons et elle y plaça la boîte avec le bouton sur le dessus.

Puis elle... avait mis le feu à l’autre maison !

Nina avait ensuite couru vers moi.

« Hoo ! Que pensez-vous faire en ce moment ? » demandai-je.

« De la lutte contre les incendies ! Je pensais que ce serait plus facile à vous le montrer avec une démonstration pratique, » déclara Nina.

« C’est peut-être le cas, mais..., » commençai-je.

J’avais regardé les personnes avec qui Nina avait parlé et qui se tenaient maintenant un peu plus loin dans la zone.

Quand elles virent que je les regardais, elles m’avaient fait un sourire amer.

Eh Bien... Bien sûr qu’elles le feraient.

J’allais devoir arranger les choses après ça.

Comme je le pensais, la maison avait rapidement commencé à brûler. Elle était maintenant complètement au-delà du point où l’on serait capable de la sauver.

Et l’autre maison était également sur le point de prendre feu.

« Je vais maintenant le faire, » annonça-t-elle.

« D’accord, » dis-je.

Je m’étais tourné afin de faire face à ce qu’elle avait mis en place.

Maintenant, je me demande ce que la boite fera après avoir enfoncé le bouton ? pensai-je.

J’attendais avec un peu impatience alors que j’observais ça de loin.

Nina avait alors appuyé sur le bouton.

Quelques secondes après ça, la maison avait été complètement détruite.

Les particules de lumière avaient été en venant du bas puis elle avait été vers le haut, détruisant complètement la maison comme si rien n’avait existé avant ça.

Les personnes qui avaient été évacuées avaient crié. « Woaaaaaahhhh» en voyant ça.

Nina était ensuite revenue vers moi.

« Votre Majesté, comment est-ce !? Il s’agit bien d’un objet digne d’un Roi ! » déclara-t-elle.

« Hmm, que s’est-il passé là ? » demandai-je.

« Regardez ! Maintenant, le feu ne peut pas se propager ! » Dit-elle fièrement en montrant la maison en feu.

Ouais, je vois, la lutte contre les incendies par la destruction, hein ? pensai-je.

« J’ai entendu de la part de mademoiselle la troisième esclave que si aucun d’entre vous n’était présent, vous ne pourriez pas vous occuper du feu, » dit-elle

« ... exact, j’ai dit quelque chose comme ça, » dis-je.

« Et donc, maintenant avec cet objet, cela ne devrait plus être un problème ! Je l’ai essayée sur différents objets, » dit-elle. « Il s’agit d’un objet qui ne fait que casser les choses que Votre Majesté et vos esclaves ont faites ! Cela ne cassera pas d’autres choses que ça ! Si nous en faisons un grand nombre et que nous les distribuons, alors nous n’aurons pas à nous inquiéter des incendies ! »

« ... » j’avais fait un sourire forcé.

Je vois ! C’est donc ainsi que l’objet doit être utilisé, pensai-je.

Juste en regardant l’objet, son apparence décrivait parfaitement son utilisation.

Même si je ne pouvais pas arrêter de sourire avec ironie. Il semble que mes attentes aient disparu.

« Votre Majesté, comment est-ce !? » demanda-t-elle. Nina m’avait regardé avec des yeux scintillants d’attente.

C’étaient des yeux qui disaient, j’ai travaillé dur, félicitez-moi, louez-moi !

Eh bien ! Pour l’instant, c’était en soi quelque chose d’incroyable et utile, donc je devrais féliciter Nina qui l’avait découvert.

« Nina, vous avez fait un bon travail, » dis-je.

« Ai-je... été utile à Votre Majesté ? » demanda-t-elle.

« Oui, tout à fait, » répondis-je.

En entendant ça, elle devint très excitée et son nez se mit à saigner.

On dirait qu’il s’agissait d’une fille que vous ne pouviez pas complimenter à la légère.

Après ça, Nina avait réussi à se maîtriser puis elle m’avait reparlé.

« Hmm, Votre Majesté ? » demanda-t-elle. Elle s’était mise à gigoter en me regardant.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

« L’ai-je bien fait, non ? Ai-je vraiment été utile ? » demanda-t-elle.

« Tout à fait, » répondis-je.

Il n’y avait aucun doute à ce sujet.

« Al-alors..., » commença-t-elle.

« Hm ? » demandai-je.

« Je voudrais moi aussi... une de ces médailles, » murmura-t-elle.

« Une médaille !? » demandai-je.

« Oui, la médaille de récompense..., » dit-elle d’une voix quasi inaudible.

« Cette chose-là ? » demandai-je en sortant plusieurs médailles en origami.

À l’instant où je sortis les médailles, les yeux de Nina se mirent à briller.

« Exact ! Ça ! » s’exclama-t-elle.

... C’est juste ça qu’elle veut ? me demandai-je.

« Dans ce cas, en voici une pour vous, » dis-je en donnant une médaille à Nina.

« Supppppperrrrrr !!!!! Géniallllll !!!! » cria-t-elle.

Elle était très heureuse. Elle avait pris la médaille d’origami avant de se mettre à danser autour de moi.

Était-ce quelque chose qui peut rendre quelqu’un si heureux ? me demandai-je.

« Merci beaucoup ! Votre Majesté, je vais en faire mon héritage familial ! » déclara Nina.

« O-oh, » m’exclamai-je.

Si vous êtes si heureuse avec juste ça, c’est un peu troublant, pensai-je.

Cela n’était vraiment pas une grosse chose que je venais de lui donner.

... mais après tout, ce n’est pas si mal que ça.

« Vous ne devriez pas en faire un héritage, » dis-je.

« Hein, mais..., » dit-elle.

« À la place de faire ça, vous devriez inventer plus de choses. Si vous arriviez auprès de moi avec quelque chose de vraiment bien, je vais vous en donner une autre, » dis-je.

« D’accord ! » Nina hocha la tête avec un énorme sourire clairement visible. « Je vais essayer beaucoup... beaucoup plus durement et pu ~~ !!! »

Il semblerait qu’elle avait été trop excitée et son nez... s’était à nouveau mis à saigner.

Mais, d’une manière quelque peu étrange, l’apparence qu’elle avait en ce moment me semblait très mignonne.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.
    P.S : "Il s’agissait d’une petite boîte carrée avec un bouton rond et rouge sur le dessus.

    Et sur le bouton, il y avait le symbole d’un crâne. [...]
    Nina avait alors appuyé sur le bouton.

    Quelques secondes après ça, la maison avait été complètement détruite."
    - J'appelle officiellement cette création : "Gros bouton qui fait boom" (rien à fiche qu'(il y' a pas d'explosion !)

    - Dessinateur, sale tricheur ! Où est le sang ? Où est-il !?

  3. L'amateur d'aéroplanes

    Merci pour le travail. L'auteur prévoit de gros problèmes avec cette invention...

  4. Merci pour le chapitre.
    PS:Pas ce bouton, pas ce bouton ! Le bouton à café est à côté celui là c'est celui pour la bombe !!

    • je s'appel groot, je s'appel groot, je s'appel groot.

      merci pour le chapitre !!!
      ps: personne a reagit aufait que une humaine a crée quelqu'un qui peu detruire uniquement ce que le roi et ses esclave fabrique ? je sais pas mais sa sens le roussit tout ça

  5. Merci pour les chapitres 🙂

Laisser un commentaire