Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 6 – Chapitre 2 – Partie 2

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Le prince ruiné et la race détestée

Partie 2

Alors que l’angle de la lune décroissante changeait légèrement, Evelyn s’était retrouvée à la fixer, bouche bée. Zarish lavait son épée avec l’eau de la rivière en parlant.

« Très bien, maintenant c’est à ton tour de remplir ta part du marché. Voyons voir ton visage, d’accord ? »

Evelyn avait essayé de lui dire que ce n’était qu’une blague en faisant un pas en arrière. Elle avait dit à Zarish qu’elle lui montrerait son visage s’il tuait les bandits sans l’aide d’aucun de ses assistants, mais elle n’avait aucun moyen de savoir qu’il y parviendrait.

Alors qu’elle s’efforçait de trouver ses mots, son visage s’était rapproché du sien.

Si proche. Ils étaient assez proches pour sentir le souffle de l’autre, et Evelyn ne pouvait s’empêcher de reculer. Elle ne se souvenait pas de la dernière fois où elle avait parlé à quelqu’un d’aussi près.

Zarish remarqua son geste effrayé et toucha son menton du bout des doigts. Il s’était arrêté pour réfléchir, puis il avait souri comme si une prise de conscience lui était venue.

« Ah, je vois. J’ai dix-sept ans, mais je n’ai aucun problème avec les femmes. Je voulais juste graver ton visage et ton nom dans ma mémoire, c’est tout. » Elle avait fait une pause.

« D’accord, mais j’aimerais que tu l’oublies. » Sa voix ressemblait à celle d’un enfant qui faisait la moue à cause du mécontentement et de la confusion qu’elle ressentait.

Mais ce serait la fin de tout ça de toute façon. Maintenant qu’il avait vu son visage, ils ne se reverraient plus jamais. Elle ne voulait pas le voir grimacer. Il faisait un pas en arrière, et… oui, il y avait cette expression tendue visible. Elle ne voulait pas voir ce regard de peur et d’hostilité.

Elle s’accrocherait à son esprit et s’y envenimerait. La douleur s’atténuait un peu au bout d’un certain temps, mais de nouvelles blessures étaient gravées dans sa mémoire plus vite que les anciennes ne pouvaient guérir. Elles s’accumulaient comme des couches de strate, recouvrant son cœur aussi sombre que sa propre peau.

« Aha… J’ai fini… »

« H-Hey, attends ! »

Elle courait avant de s’en rendre compte.

Les visages de ceux qu’elle avait rencontrés jusqu’à présent avaient défilé devant elle. Elle les avait effleurés, comme pour chasser les mauvais souvenirs, et s’était enfoncée dans la forêt noire.

Evelyn avait fini par comprendre pourquoi les elfes noirs étaient si détestés. Elle n’avait jamais franchi la ligne en commettant des crimes odieux, mais maintenant, elle sentait qu’elle pouvait le faire. Elle transmettait ses émotions négatives aux autres, qui continuaient à se répandre comme une malédiction sur la terre.

Evelyn avait rapidement grimpé sur un arbre et sur une branche où personne ne pouvait la trouver, puis elle avait commencé à pleurer en silence. Les larmes continuaient à couler même si elle les essuyait, jusqu’à ce qu’elle abandonne et enfouisse son visage dans ses genoux.

Elle voulait éclater en sanglots. Elle sentait que les ténèbres allaient remplir les profondeurs de son cœur si elle ne le faisait pas. Tout comme la couleur de sa peau qu’elle détestait tant.

 

Evelyn fixa le ciel qui s’éclaircissait avec des yeux gonflés et laissa échapper un profond soupir. Puis, elle s’était souvenue que quelque chose lui avait complètement échappé.

« J’ai oublié de recevoir mon paiement… »

Elle avait fait son travail, mais elle s’était sentie comme un déchet à la fin.

Épuisée, elle descendit du grand arbre avec l’esprit totalement vide. Ses membres étaient puissants grâce à l’esprit qui l’habitait, et elle sauta facilement de branche en branche jusqu’au sol.

Evelyn avait atterri avec un léger bruit sourd, mais ses épaules avaient immédiatement bondi. Elle pouvait sentir la présence de quelqu’un derrière elle.

« Ahhh, attendez ! » Elle avait dégainé et balancé sa dague, mais elle parvint à arrêter la lame devant la gorge de sa cible. Evelyn fut soulagée de constater qu’elle n’avait pas versé de sang, et ses yeux s’agrandirent en reconnaissant le visage devant elle. C’était Zarish, l’homme de la nuit précédente.

« Range cette dague… ! S’il te plaît ! » Elle pensait qu’il ne faisait que supplier pour sa vie, mais quelque chose clochait. Zarish s’efforçait de retenir son bras droit, qui était parcouru de veines saillantes. C’était comme si son bras allait blesser quelqu’un s’il ne le retenait pas ainsi.

Evelyn avait rengainé son arme en vitesse, et Zarish s’était écroulé à genoux. Il respira lourdement pendant un moment, ferma et ouvrit ses mains plusieurs fois, puis il se leva finalement.

« Désolé de te surprendre. Mon talent est si puissant qu’on l’appelle la Bête Gardienne. Le problème, c’est qu’elle est difficile à contrôler. C’est ainsi que j’ai battu la plupart de ces bandits auparavant. » Elle avait été décontenancée par ce terme peu familier pendant un moment, mais sa colère de tout à l’heure couvait toujours en elle. Ses mots étaient sortis plus agressifs qu’elle ne le voulait.

« Vous me suiviez, Zarish ? »

« Je suis allé te chercher pour m’excuser, mais je ne pouvais pas grimper à un arbre aussi haut. Ah, je pensais que tu avais peut-être pleuré. » Il se gratta ses courts cheveux blonds, puis il inclina profondément la tête.

Si ses assistants avaient été avec lui, ils auraient probablement écarquillé les yeux devant son comportement. Son orgueil était en hausse, tout comme ses compétences exceptionnelles, ce qui lui valait la réputation d’être difficile à gérer. Peut-être avait-il forcé les autres à rentrer chez eux pour qu’ils ne le voient pas comme ça.

« Ici. J’ai aussi ajouté ma part là-dedans. »

« Quoi ? Ne me dites pas que vous êtes venu ici juste pour me donner ça ? » Zarish avait poussé le sac en cuir bombé vers elle. Evelyn n’avait aucune idée de ce qu’elle devait ressentir à ce sujet. « Je n’en veux pas. Et si c’était le cas, vous auriez dû le dire. »

« Hein ? Je ne pouvais pas faire ça. Je pouvais t’entendre… Non, ce n’est pas grave. Oublie ça. De toute façon, je t’ai payé encore plus que la somme promise. Montre-moi au moins le chemin du retour. » Il dégageait une tout autre impression que la veille en lui jetant sèchement le sac en cuir. Pourtant, Evelyn trouvait cela bien mieux que le sourire forcé qu’il arborait auparavant. La façon dont il marchait en lui tournant le dos montrait qu’il n’avait pas peur des elfes noirs comme la plupart des autres. Hésitante, Evelyn l’appela.

« Vous allez dans la mauvaise direction. Je vais vous ramener. Suivez-moi. » Et ainsi, les deux individus marchèrent ensemble sous le ciel qui s’éclaircissait.

Ils avaient à peine parlé pendant tout ce temps, comme s’ils venaient de se disputer, mais Zarish avait commencé à s’ouvrir peu à peu. Il avait révélé que, malgré son sang noble, le trône royal était désespérément hors de portée. C’est pourquoi il s’était entraîné dans l’espoir d’être reconnu pour ses mérites sur le champ de bataille.

« C’est donc pour cela que vous avez attaqué ces bandits ? »

« Oui, rien ne vaut le combat réel. C’est bien plus utile qu’un régime d’entraînement prédéterminé. Tout le monde au château est juste un lâche qui aime parler avec force. » Avec ça, il avait pris une grande bouchée de viande fraîchement fumée.

Fidèle à sa parole d’hier soir, il avait également donné à Evelyn la moitié de sa nourriture. Elle avait supposé qu’il plaisantait et n’avait pas imaginé qu’elle partagerait un jour un repas avec quelqu’un d’un tel rang.

« J’ai supposé que vous vous battiez pour protéger votre terre et j’ai pensé que vous étiez vaillant, » déclara Evelyn.

« C’est l’histoire, oui… mais c’est loin d’être la vérité. » Elle avait fait un effort pour complimenter Zarish, mais il s’était contenté de lâcher un petit rire d’autodérision. Puis, il avait mordu un autre morceau de sa viande, visiblement frustré.

Plus elle passait de temps avec lui, plus il révélait son côté sombre. Des questions lui venaient à l’esprit, comme celle de savoir comment il avait pu en arriver là alors qu’il avait grandi dans un environnement privilégié et qu’il possédait un tel talent à l’épée. Peut-être était-ce la première fois qu’elle ressentait de l’intérêt pour un humain.

Evelyn avait pris une bouchée dans la viande fumée et l’avait trouvée beaucoup trop salée. Elle avait fait la grimace et Zarish avait éclaté de rire.

 

Ils s’étaient finalement frayé un chemin à travers le sentier battu par les animaux et avaient trouvé un seul cheval à l’endroit de la nuit dernière.

À en juger par les restes d’un feu de camp à proximité, ses accompagnateurs devaient être là jusqu’à l’aube. Alors qu’Evelyn vérifiait la température des restes de bois qui s’étaient transformés en charbon de bois, Zarish lui avait parlé par-derrière.

« Eh bien, nous y voilà. Merci de m’avoir fait venir. »

« Oh, non, merci de me payer un supplément… Hum. Dites…, » Evelyn parla à Zarish, qui s’était retourné en détachant la corde qui attachait le cheval. L’elfe noire prit plusieurs respirations profondes pour s’endurcir, puis ouvrit la bouche pour parler une fois de plus.

« Hum, Zarish, votre première impression était vraiment affreuse, mais je vous apprécie plus quand vous n’essayez pas d’être quelqu’un que vous n’êtes pas. C’est plus facile de vous parler comme ça. »

« Ha ha, d’où ça vient ? Je pensais que je mettais mon visage populaire. J’y suis obligé, vu ma position. » Ses mains s’étaient arrêtées un instant. Il était resté là, comme s’il était plongé dans ses pensées, puis s’était mis face à face avec Evelyn.

« La raison pour laquelle j’ai eu peur quand j’ai vu ton visage hier soir est que mon père a été terrassé par un elfe noir. Mais ce n’était pas ta faute, et je suis désolé. Je ne voulais pas te faire de mal. » La voix du jeune homme avait résonné alors que la brume du matin se dissipait. Il y avait une telle sincérité dans ses mots, et elle pouvait sentir son impression de lui changer une fois de plus.

« Je suis heureux que tu ne sois pas comme les rumeurs le disent, Evelyn. Clairement, tous les elfes noirs ne sont pas cruels. Mais moi-même, je ne suis pas trop différent du stéréotype de l’elfe noir. Je suis aliéné, détesté et craint par les autres. J’ai l’impression que cela fait longtemps que je n’ai pas eu une conversation correcte avec quelqu’un. » Avec cela, il monta sur son cheval, semblant cacher son embarras.

Evelyn se demandait pourquoi il avait été aliéné et haï par les autres, mais elle sentait qu’ils n’avaient plus beaucoup de temps pour parler. Et donc, elle prononça les mots qu’elle n’avait pas dits depuis des décennies.

« Je me suis amusée. Merci, Zarish. »

« À bientôt, Evelyn. Je me souviendrai de ton nom et de ton joli visage chaque fois que la nuit tombera. » Il avait fait un clin d’œil en prononçant sa phrase à l’eau de rose avant de partir.

C’était des mots si faciles, et si humains. Ils étaient si superficiels que personne n’aurait pu être flatté par eux. Et pourtant, Evelyn avait honte d’admettre qu’elle avait senti un choc la traverser, comme une flèche dans le cœur. Troublée, elle s’était empressée de couvrir son visage avec sa robe, mais elle avait le sentiment qu’il avait vu clair dans son jeu. Il avait dû le faire.

Evelyn fixait et faisait la moue avec une expression de mécontentement alors que la vue de son dos s’éloignait de plus en plus. Il s’était retourné plusieurs fois, comme s’il hésitait à partir.

 

L’elfe noire était tombée amoureuse ce jour-là.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire