Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 6 – Arc Été – Chapitre 4 – Partie 1

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 4 : Shopping pendant un voyage dans le ciel

Partie 1

« Voici votre thé fleuri aplai. »

« Merci. Wôw, ça sent bon. » J’avais pris le bol de l’étalage de rue, et j’avais été enveloppé par un parfum fort et fleuri. Le thé de ce pays désertique avait un arôme caractéristique, et Marie et moi l’appréciions souvent quand nous nous reposions.

Je tenais un bol dans chaque main, et lorsque je m’étais retourné, mes yeux avaient rencontré ceux de Marie, qui surveillait nos affaires. Elle avait fait un petit signe de la main, et je m’étais approché d’elle tout en évitant les autres personnes, pour ne pas renverser le thé. Nous nous étions ensuite dirigées vers l’ombre à côté de l’étalage de légumes et avions pris place ensemble.

« Merci. Hmm, ça sent si bon. On ne peut pas trouver ce genre de parfum au Japon, » avait fait remarquer Marie.

« Je pense que les Japonais ne sont pas de grands fans des odeurs fortes. Elles ont tendance à ne pas se marier avec la nourriture, et nous n’y sommes pas vraiment habitués. Les fleurs sont une grande partie de la culture ici à Arilai. Tout comme les offrandes que nous avons vues au Manoir des Roses Noires, il y a beaucoup de fleurs cultivées ici. C’est assez étrange, étant donné que nous sommes au milieu du désert. »

On pouvait voir des fleurs polypétales au fond du bol, ce qui lui donnait une belle apparence. Je trouvais fascinante la culture propre à chaque région, et ces variations faisaient partie de mes expériences préférées lors de mes voyages. Nous avions essayé différentes feuilles de thé au Japon, et j’avais découvert que Marie était une adepte du thé à forte odeur.

J’avais pris une gorgée du thé tiède, et le parfum des fleurs avait traversé mes narines. J’avais l’impression que ce parfum aidait à atténuer une petite partie de la chaleur. À ce moment-là, une méduse semi-transparente était apparue dans l’air devant nous. Elle s’était accrochée au doigt de Marie comme un bébé, puis s’était rapprochée de nos bols en terre cuite.

« Hé là. Tu es cet esprit des glaces, n’est-ce pas ? Merci pour toute l’aide que tu nous as apportée. » Je l’avais touché avec mon doigt, et il était froid au toucher. L’esprit, qui avait été une aubaine pendant l’été japonais, avait immédiatement refroidi le bol en entrant en contact avec lui. Comme prévu, le thé était froid lorsque j’avais pris une gorgée, et la chaleur du désert avait été repoussée encore plus loin. Il semblerait que nous commencions à apprendre à vivre confortablement dans le désert avant même de nous en rendre compte.

Il était évident, au vu de toutes les affaires que nous transportions, que nous venions de faire du shopping. Nous avions aligné devant nous des lanières de cuir, une selle pour deux personnes comme celles utilisées sur les chameaux, et des paniers tressés. Notre plan était de les mettre sur Roon la pierre magique, et si tout allait bien, nous nous envolerions directement vers l’ancien labyrinthe.

« Ahhh, le shopping est si amusant ! » Marie s’étira, et mes yeux étaient naturellement attirés par sa peau nue qui dépassait de ses vêtements. Elle était si pleine de vie alors que nous faisions le tour de plusieurs magasins d’articles généraux pour vérifier leurs marchandises, et j’avais réaffirmé dans mon esprit que les femmes aimaient vraiment faire du shopping.

« Les gens te disent-ils parfois que c’est étrange qu’une elfe aime autant le shopping ? »

« Oh, c’est un point de vue plein de préjugés, tu sais. Certains elfes sont comme les humains, et j’aime simplement évaluer et choisir des objets. Ce n’est pas comme si j’avais des habitudes de gaspillage ou autre. » Elle s’était appuyée contre moi avec son épaule, puis avait posé sa tête sur moi pour une raison inconnue. Je pouvais voir qu’il y avait de la sueur sur sa tête alors qu’elle la reposait sur mon épaule, et ce n’était pas l’odeur du thé fleuri que je sentais, mais la douce odeur de Marie elle-même.

« Hee hee, c’est amusant. Pas seulement le shopping, mais on va aller à un rendez-vous dans le désert sur Roon après ça, non ? Oh, je ne peux pas attendre ! Allons nous approvisionner en boissons savoureuses plus tard. » Je ne pouvais pas m’empêcher de sourire à son expression heureuse. Elle était si adorable. Je savais déjà très bien à quel point Marie était mignonne, mais j’étais impuissant quand elle était si affectueuse et pleine d’excitation en contraste avec son comportement sérieux habituel.

Mais ce moment n’avait pas duré longtemps. Son expression s’était assombrie peu après, et elle semblait plutôt ennuyée. La raison étant…

« Ahh, quelle coïncidence ! Si ce n’est pas Kazuhiho et Marie. Woo, prenez une chambre, vous deux ! Hey, Doula, regarde ça. On devrait être tous amoureux comme ces deux-là — argh ! »

« Tu es vraiment un idiot. Il n’y a pas de chevaux dans le coin, alors je vais te frapper à mort à la place ! » La femme avait donné un coup de genou dans l’estomac de Zera, et j’avais vu son visage sur le point de vomir de près, ce qui avait complètement ruiné la douce ambiance d’il y a quelques instants. J’avais regardé l’émotion s’estomper dans l’expression de Marie.

« Doula, et Zera… Ha ha, c’est drôle de vous voir toutes les deux ici, » avais-je dit.

« Ohh ? Kazuhiho, je ne t’ai jamais vu avec un air aussi sombre. Gah ha ha, je ne voulais pas vous interrompre tous les deux. C’est ma faute ! » L’homme de grande taille qui parlait d’un ton distant était la personne que nous avions sauvée par hasard du labyrinthe antique, et nous nous étions entraidés de nombreuses fois depuis. Il était joyeux et sympathique pour quelqu’un issu d’une famille prestigieuse, même s’il avait parfois tendance à être un peu trop franc.

Zera avait remarqué toutes les choses que nous avions achetées, puis avait touché le panier tressé et avait demandé : « C’est quoi tous ces trucs ? Oh, vous avez finalement décidé de commencer à vivre ensemble, hein ? Où avez-vous acheté votre maison ? »

« Oh, non, on pensait mettre ça sur notre calèche. »

Pourtant, cela faisait longtemps que nous vivions ensemble au Japon. Marie n’avait pas été impressionnée, et Doula et elle avaient échangé des regards qui disaient « Ouais, c’est un idiot » et « D’accord. » Zera s’était accroupi devant moi, sans se préoccuper de la conversation des femmes.

« Hey, fais-moi savoir si tu cherches à acheter une maison. Le foyer des Mille est en fait assez bien connu, donc je pense que je peux te brancher sur une belle propriété. Il y a beaucoup d’endroits par ici que les étrangers ne connaissent pas. Tu le regretteras si tu finis par en acheter une mauvaise. »

Marie et moi avions échangé des regards. En y réfléchissant, nous avions économisé pas mal d’argent, et j’avais l’impression que nous pourrions acheter une maison si nous n’étions pas trop pointilleux. J’avais pensé que nous ne resterions dans ce pays que temporairement, mais je commençais à me sentir coupable d’être pris en charge au manoir. Cependant, il y avait une grande raison pour laquelle nous ne pouvions pas acheter une maison.

« Oh, ça ne fait rien. Vous n’êtes pas de ce pays, hein ? »

« Le mieux qu’on puisse faire, c’est de louer une maison. » Nous n’étions pas d’Arilai, donc nous ne pouvions pas avoir notre propre terrain ici. Mais ne pas posséder de maison signifiait aussi que nous pouvions visiter d’autres pays sur un coup de tête, ce qui était un bel avantage à avoir.

« Eh bien, vous pouvez toujours venir chez moi quand vous le voulez. En fait, pourquoi ne pas rejoindre mon équipe ? Comme ça, vous pourriez rester chez moi sans vous sentir mal à l’aise. »

« Non ! Si tu dois rejoindre une équipe, tu devrais rejoindre la mienne. Sinon, même ton cerveau finira par n’être que du muscle, comme celui de Zera. » Je pensais que nous étions ici pour faire du shopping, mais pour une raison inconnue, nous avions été recrutés dans d’autres équipes. Mais comme ces deux-là avaient l’intention de se marier, j’avais supposé que leurs équipes allaient fusionner de toute façon. Alors que je m’interrogeais sur ce point, Marie m’avait murmuré.

« Dis, pourquoi n’évoquerais-tu pas cette mission spéciale avec eux ? Zera est peut-être comme ça, mais il peut être fiable d’une certaine manière, non ? » Elle avait raison, cela aurait été une bonne idée de recueillir des informations pour notre mission. J’étais curieux de connaître leur situation, et nous n’avions toujours pas déjeuné. Puisque nous étions ici, cela aurait pu être une bonne idée d’aller à l’aire de repos voisine.

Et donc, j’avais décidé de parler à Zera.

Il y avait des aires de repos tout autour de la route, ce qui permettait aux acheteurs de manger immédiatement les aliments achetés aux étals. Mais Marie n’était pas fan des épices utilisées ici, alors nous apportions généralement nos propres boîtes-repas.

Il suffisait de payer une petite somme pour qu’une épaisse couverture soit étendue pour vous, afin que vous puissiez vous asseoir les jambes croisées et déguster de délicieux plats. Le vendeur de thé de tout à l’heure se promenait pour vendre aux clients, donc nous n’avions eu aucun problème pour obtenir des boissons. Les places à l’ombre des arbres étaient un peu chères, mais Zera avait payé pour nous cette fois.

Une pancarte à l’air stupide qui disait « Kazuhiho » avait été posée sur nos affaires, et la chatte noire grignotait un peu de nourriture dans son assiette.

« J’ai entendu parler de la reformation de l’équipe de raid par le vieil homme. Il est passé chez moi il n’y a pas longtemps, et j’ai pensé qu’il y avait quelque chose de louche, alors je suis allé faire un tour pour en parler à Doula. » Nos yeux s’étaient agrandis. Donc Aja était allé voir Zera après nous avoir rendu visite. Cela signifie qu’il avait rendu visite à Puseri de l’équipe Diamant, Zera de l’équipe Pierre de Sang, Doula de l’équipe Andalusite, et notre équipe Améthyste.

Ce qui m’avait surpris, c’est que Zera trouvait la situation douteuse, tout comme Marie. Je pensais qu’un combattant expérimenté comme lui aurait été totalement à bord, mais il avait froncé les sourcils en prenant une grande bouchée de son poulet. Doula semblait aussi trouver sa réaction étrange, et elle l’avait regardé en léchant un peu d’huile sur ses doigts.

« Étrange, dans quelle mesure ? Dis-moi ce que ton instinct te dit. »

« Eh bien, voyons… S’ils ont besoin de combattants d’élite, l’équipe du Beryl Blanc de mon père serait la plus forte du royaume. Ils sont même plus forts que l’équipe Diamant maintenant que Zarish est parti. Mais le vieil homme ne leur a pas rendu visite. Cette mission est un ordre direct du roi, non ? Cette explication aussi était douteuse. Et pourquoi le roi a-t-il fait une telle demande ? Il semble plus préoccupé par les bandits qui se cachent que par le trésor, et nos troupes passeraient de trois cents à cinquante hommes. Il y a du louche là-dedans. »

Marie et moi avions été impressionnés. Bien que Zera parlait et se comportait parfois comme un enfant, son instinct était extrêmement aiguisé pour tout ce qui concernait le combat. C’était probablement une compétence qu’il avait acquise en tant que chef. Ses yeux brillaient sous ses courts cheveux noirs lorsqu’il ouvrit la bouche pour parler à nouveau.

« Une petite équipe d’élites peut sembler bonne, mais elle serait inutile s’il n’y a pas de coordination. Vous n’avez même pas encore travaillé avec l’équipe Diamant, n’est-ce pas ? »

« Non, jamais. On ne les a même pas vus se battre. » Nous étions assez proches depuis cet incident, mais il avait raison de dire que nous ne les avions jamais vus au combat. Et vu la façon dont les équipes de niveau supérieur n’avaient pas été sollicitées, Marie avait peut-être raison quand elle disait qu’il y avait beaucoup trop peu d’équipes recrutées, même s’il s’agissait d’une petite équipe d’élites.

Qu’est-ce que tout cela pouvait signifier ? Ma théorie sur la possibilité qu’ils essayaient de préserver leurs forces principales commençait à sembler plus probable. Mais en même temps, cela soulevait la question du pourquoi. Peut-être envisageaient-ils d’autres ennemis que ceux du labyrinthe antique.

J’avais mâché quelques boulettes de riz tout en réfléchissant à la question, puis Zera avait parlé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire